Accord BNF-Microsoft

La BNF et Microsoft ont annoncé jeudi 7 octobre un accord concernant le référencement des textes de Gallica dans Bing, pour une durée reconductible d’un an. Microsoft ne participe pas à la numérisation, projet que la société a d’ailleurs abandonné il y a plus d’un an.

A priori Gallica a intérêt à être référencé par le maximum de moteurs et donc rendre son site visitable et indexable par tous les robots.
Alors quel est l’intérêt d’un tel accord (sans contrepartie financière) spécifique avec un moteur de recherche ?

Contrairement à ce qu’avance certain : “Les ouvrages proposés par Gallica sont en effet mal référencés et donc quasi-introuvables depuis les moteurs.” (JDN du 8 octobre 2010), Gallica est déjà bien visible comme le montrent les requêtes suivantes :
sahara site:gallica.bnf.fr
Google : 2 700 docs
Exalead : 405 docs
Bing : 277 docs

proust site:gallica.bnf.fr
Google : 2 200 docs
Exalead : 1 380 docs
Bing : 84 docs

magnétisme site:gallica.bnf.fr
Google : 688 docs
Exalead : 2 355 docs
Bing : 1 130 docs

On note une bonne tenue d’Exalead.
La BNF devrait donc travailler à un meilleur suivi des règles d’indexation des moteurs avec la fourniture de méta-données adéquates, en pensant aussi à des outils comme Zotero.

JPL


3 réflexions sur « Accord BNF-Microsoft »

  1. Ping : Tweets that mention Accord BNF-Microsoft | URFIST Info -- Topsy.com

  2. Claire Lemercier

    Si la BNF découvrait Zotero, cela changerait la vie, en effet…
    Mais quant au mauvais référencement, je pense qu’il était plutôt question d’une requête ne spécifiant pas le site (ni même le mot Gallica). Et là en effet, je ne crois pas que Google m’ait jamais conduite dans Gallica, alors qu’il conduit facilement non seulement dans Googlebooks, mais dans des livres numérisés sur archive.org, etc.

    Répondre
  3. Égide Méon

    En ce qui concerne le référencement, il ne s’agit pas du report des informations d’indexation des ouvrages d’une bibliothèque.
    Pas du tout.

    Il s’agit de mettre à la disposition de tous les moteurs de recherche qui le demanderaient, des fichiers plein texte des contenus numérisés des ouvrages du domaine public afin de permettre des recherches complexes pour trouver la documentation que l’on recherche, si elle existe.

    Et ce genre de requête, indispensable pour ceux qui ont besoin de se livrer à des recherches documentaires sématiques, n’est pas possible avec les documents de gallica.

    Le problème n’est pas technique à dire vrai.

    Il est simplement politique. Quand les bibliothèques publiques considèreront que le référencement est une nécessité un service qui doit absolument être rendu pour démocratiser l’accès à la culture.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.