Sur la firme qui ne veut que notre bien

Trois
nouvelles toutes fraîches, recueillies aujourd’hui, sur Google,
la Grande Firme du Bien Informationnel mondial :

  • une
    nouvelle performance technique : la « Recherche
    universelle »,  très bien analysée par
    Olivier
    comme une nouvelle étape de l’évolution de Google vers
    le « supermarché mondial » de
    l’information ;  une seule requête (sur Google USA) et vous
    avez à la fois les sites web, les news, les vidéos,
    les livres, etc. « Toute la culture à portée
    de clic » ? Voire ! En tout cas, toutes les données
    informationnelles sous la main, certainement… Comme Olivier, je
    reste assez sceptique sur le progrès apporté… Pour en savoir plus, voir aussi Zorgloob.

  • beaucoup
    plus inquiétant : un nouveau projet de brevet de Google, qui
    en ferait un véritable Big Brother pour les internautes
    jouant aux jeux vidéos : pas le temps de développer,
    je renvoie au billet «Google:
    Le
    brevet qui fait peur
    »,
    daté d’aujourd’hui, sur l’excellent
    Googlinside.

    (pour
    suivre de près l’actualité de Google, je recommande
    deux blogs spécialisés, quasi-symétriques dans
    le propos :
    Zorgloob,
    qui chante plutôt les louanges, et
    Googlinside,
    qui révèle la face cachée, de l’ogre de
    Mountain View. Les deux sont une mine d’informations..)


  • et enfin, plus
    consternant : les
    actionnaires
    de Google

    veulent surtout leur bien mais pas celui des Chinois, et n’entendent
    pas remettre en cause la censure de Google sur les résultats
    dans la version chinoise : «
    Réunis
    en assemblée générale, les actionnaires de
    Google ont rejeté une résolution présentée
    par l’un d’entre eux qui visait à adopter des règles
    pour sauvegarder la liberté d’expression sur internet. »

    Encore plus affligeant, nous révèle ce billet :
    « Parmi les mesures préconisées dans la
    résolution du New York City Pension Fund figurait
    l’engagement à ne pas stocker des données personnelles
    permettant d’identifier les internautes sur le territoire-même
    des pays qui ne respectent pas la liberté d’expression sur
    internet. Ainsi que celui de ne pas être proactif en matière
    de censure.  Deux engagements auxquels ont finalement refusé
    de se soumettre les actionnaires de Google
    . »
    (c’est moi qui souligne)

Ainsi donc, le même jour, Google nous apprend qu’il veut :
– déceler
le profil psychologique des joueurs de jeux vidéos pour mieux
les « cibler » (en publicité bien sûr
!) ;
– maintenir
la censure sur ses résultats pour ne pas irriter le
gouvernement chinois (ah ! la « realpolitik »
a de beaux restes, dans la firme des belles intentions !)
– et,
en plus, il ne s’interdit pas de commettre un jour la même
forfaiture que Yahoo, qui avait livré un journaliste
dissident aux autorités (il semblerait que le dit-journaliste
croupisse toujours dans une geôle, à l’heure actuelle).

Quand
on vous dit que Google ne veut pas faire de mal !  (oui mais
j’oubliais la « recherche universelle »,  le
nouveau couteau suisse de la recherche d’information ;) )

AS


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.