Bibliométrie : l’Académie des Sciences prend position

Un nombre significatif d’arguments critiques à l’égard des méthodes bibliométriques en vigueur dans l’administration de la Recherche, jusque là émis par des spécialistes soucieux de proposer des alternatives, sont relatés de façon systématique dans un récent rapport (AcadémieDesSciences012011 ) de l’Académie des Sciences, en date du 17 janvier 2011.

On y regrettera peut-être l’absence de la problématique de l’adressage des affiliations, mais dans l’ensemble il est rassurant de voir que d’éminentes personnalités scientifiques se prononcent ouvertement en faveur d’une réforme profonde du système, à l’appui de thèses exprimées depuis sept ou huit ans dans bon nombre d’articles et communications ayant pour thème la bibliométrie. Sur la sellette, bien sûr, les facteurs d’impact et h, la transversalité, le co-autorat, les spécificités disciplinaires et tant d’autre biais connus des chercheurs.

Première étape toute rhétorique vers une évolution du système, elle devra être assumée de façon concrète, au-delà de simples préconisations. Quelques efforts sont entrepris en ce sens, tant en Allemagne qu’au Royaume-Uni. Il est souhaitable que la France aille plus loin et dépasse le niveau (certes déjà très positif) des recommandations académiques.


3 réflexions sur « Bibliométrie : l’Académie des Sciences prend position »

  1. Ping : Tweets that mention Bibliométrie : l’Académie des Sciences prend position | URFIST Info -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.