#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

État des lieux

Les chiffres

Cette année encore, Academia et ses 41 millions d’inscrits, d’une part, et ResearchGate et ses 10 millions d’inscrits, d’autre part, font toujours la course en tête. Et leur succès ne se dément pas car les deux réseaux ont connu une progression similaire entre le printemps 2015 et le printemps 2016 (+ 150 % chacun). A titre de comparaison, Mendeley représente 4,6 millions d’usagers en 2015. Maintenant, si l’on dépasse les chiffres bruts, il faut bien constater que les usages réels sont beaucoup plus nuancés. On le voit particulièrement bien dans plusieurs enquêtes récentes réalisées par des bibliothèques françaises et des réseaux de documentalistes sur les pratiques informationnelles de leurs usagers. Dans le cas de l’université Paris Sud, la domination de ResearchGate, « sans conteste », est certes logique dans un établissement plutôt tourné vers les disciplines STM, mais les réseaux sociaux ne sont mentionnés que par un répondant sur trois, avec d’importantes différences disciplinaires déjà soulignées dans l’étude Couperin de 2014. Du côté de la BULAC, plus marquée SHS, on ne s’étonnera pas de la domination d’Academia (40 % des répondants). Enfin, 44% des auteurs de l’étude Dialogu’IST sont présents sur les réseaux sociaux, avec là encore une domination de ResearchGate. Stabilité donc depuis l’étude Couperin qui indiquait que 42 % des chercheurs français, toutes disciplines confondues, étaient membres d’au moins un réseau social académique. On retrouve cet ordre d’idées et ces variantes disciplinaires dans d’autres études européennes (Espagne, Italie, Norvège, etc.), qui rappellent également combien c’est moins l’âge, que la discipline, la position à l’université et l’échelle de la recherche qui influencent la présence et l’activité sur ces réseaux. Point important, les dernières études en date montrent que les chercheurs les plus âgés et les post-docs seraient plus présents et plus actifs sur les réseaux sociaux que les autres (jeunes) chercheurs, peut-être à cause du fonctionnement même de ces réseaux, peut-être à cause d’une certaine curiosité et d’une plus grande liberté d’initiative, alors même que l’une des promesses de ces services est justement de renverser la hiérarchie académique et de donner une plus grande visibilité aux chercheurs débutants. De la même façon, les chercheurs disposant de postes temporaires semblent moins enclins à utiliser ces réseaux que les autres chercheurs. Au final, tout cela confirme les données d’usage d’études précédentes : les réseaux sociaux reflètent les mêmes particularités que le monde académique en général. D’une part, les chercheurs qui publient beaucoup, et ont sans doute une longue carrière et une position plus élevée obtiennent plus de followers et plus de téléchargements, sans nécessairement utiliser ces sites pour suivre d’autres personnes. D’autre part, l’activité sur ces plateformes reflète les modes de fonctionnement propres à chaque discipline. Reste cependant la part d’utilisateurs passifs (dormant users).

 

Les usages

Les études se suivent et se ressemblent pour confirmer la place croissante de ces réseaux pour le chercheur, à commencer par leurs fonctionnalités de profil en ligne. Toutes disciplines confondues, et selon la vaste enquête de l’université d’Utrecht, Innovations in Scholarly Communication, ResearchGate serait ainsi l’outil le plus utilisé à cet effet, loin devant la page institutionnelle ; le même constat peut être fait pour Academia dans le domaine des arts et humanités, résultat confirmé auprès de doctorants français. Corollaire de plus en plus fréquent du profil en ligne, bien sûr, la fonction de diffusion de ses publications, avec là encore une avance évidente de ResearchGate sur Academia. A l’heure actuelle, ResearchGate (100 millions de documents, y compris jeux de données, etc.) serait la 3e base de données d’articles derrière Google Scholar et le Web of science, qui eux tournent autour de 170 millions de références et Academia serait la 8e (14,7 millions de papers). Cette activité proportionnellement plus importante sur ResearchGate que sur Academia, corroborée par d’autres études (Espagne, Italie, Europe, monde) est sans doute liée à des particularités de public (le public d’Academia pourrait compter beaucoup d’étudiants, non encore publiants et inscrits avant tout pour obtenir des PDF), des particularités thématiques (les SHS publient moins que les STM) et des particularités techniques (signalement automatique de nouvelles publications sur ResearchGate). Mais l’évolution touche notamment les textes intégraux (23,5 % du contenu de ResearchGate). Selon le RIN, plus de 4 manuscrits auteur acceptés sur 5 déposés sur les réseaux sociaux le sont sur ResearchGate, proportion encore plus importante pour ce qui concerne les versions éditeurs. Surtout, on constate une accélération des dépôts : 2,5 millions de documents ont été mis en ligne sur ResearchGate durant les quatre premières années de son existence, 2,5 millions de documents, c’est désormais le nombre de documents déposés chaque mois, et 61% des répondants de l’étude d’Utrecht ayant publié au moins un papier utilisent ResearchGate. A Paris Sud, où l’on réfléchit à mettre en place une archive ouverte, les réseaux sociaux sont à égalité avec les archives ouvertes et les sites web comme canal de diffusion, et 1 chercheur sur 10 les utiliserait même comme unique canal – on comparera cette situation à l’étude Dialogu’IST, auprès de publics semblent-ils plus informés sur ces questions, et où la part des réseaux sociaux est moindre par rapport aux outils institutionnels.

Les réseaux commencent à gagner une vraie place dans le domaine de la veille et de la recherche d’informations. Bien sûr, comme l’indique l’étude How readers discover content in scholarly publications et celle faite à Paris Orsay, l’usage direct des réseaux sociaux dans ce domaine est encore secondaire par rapport aux pratiques phares que sont le feuilletage des revues disciplinaires et la recherche sur les bases de données institutionnelles ou Google Scholar pour rechercher des publications, mais l’enquête Innovations in Scholarly Communication, montre bien qu’Academia et ResearchGate creusent leur sillon comme outils de recherche et d’accès à la littérature scientifique, en priorité les articles récents. ResearchGate est ainsi le site fournissant le plus de textes intégraux sur Google Scholar (plus d’1 article sur 10) et serait ainsi le deuxième mode d’accès aux publications scientifiques derrière l’accès institutionnel, et loin devant Sci-Hub. Du côté des sciences humaines, les média sociaux sont les outils de recherche qui connaissent proportionnellement la plus forte progression entre 2012 et 2015. Les réseaux sociaux sont également de plus en plus utilisés comme des outils d’alertes et recommandations et Michel Vajou va jusqu’à penser que « les réseaux sociaux scientifiques constituent l’avenir de la #veillescientifique ». C’est dans cette direction qu’il faut situer la mise en place de nouvelles fonctionnalités sur ResearchGate, accessibles même en n’étant pas connecté : publications recommandées « à la Amazon » (« People who read this publication also read… »), références citées dans la publication, citations de la publication (exemple). C’est dans cette direction également que se situe le travail éditorial de ResearchGate pour mettre en valeur des contenus de sa plateforme (exemples sur le compte Twitter ou avec le virus Zika). Dans le détail cependant, on notera des différences notables selon l’âge du chercheur, les doctorants privilégiant encore des modes de recherche documentaire « plus traditionnels », derrière l’incontournable Google Scholar. ResearchGate serait également le réseau social le plus utilisé par les chercheurs pour créer des connections avec des chercheurs d’autres disciplines, loin devant LinkedIn et Twitter (45 % contre 21 % et 13 %), même s’il semble que les réseaux sociaux soient utilisés tout autant pour rester connectés aux chercheurs que l’on connaît déjà.

Et pourtant, malgré ce développement et malgré la taille de leur base commerciale, les deux rivaux cherchent depuis quelques mois à diversifier leurs publics, reflet de la tension engendrée par l’absence de consolidation de leur modèle économique, nous y reviendrons. Deux logiques différentes sont à l’œuvre. Du côté d’Academia, on recherche plutôt un élargissement thématique : le bas de la page d’accueil d’Academia, notoirement SHS, affiche désormais « Find new research papers : Physics, Chemistry, Biology, Health Sciences, Ecology, Earth Sciences, Cognitive Science, Mathematics, Computer Science ». Du côté de ResearchGate, si leur blog montre clairement une ouverture vers les sciences humaines et sociales, c’est surtout un élargissement hors de la recherche publique que l’on propose : si, historiquement, il convenait d’avoir une adresse mail institutionnelle pour pouvoir se créer un compte sur le réseau, on peut désormais se créer un compte en tant qu’academic researcher, mais aussi corporate researcher, medical et encore not a researcher (journalistes, citoyens…). C’est d’ailleurs bien ce public large qui explique la taille d’Academia, dont seulement la moitié des inscrits sont des chercheurs académiques. C’est dans cette même logique que se situe la mise en place le 1er juillet par ResearchGate d’un moteur de recherche plus facile d’accès et au contenu désormais accessible librement sans compte : en mettant mieux en valeur son contenu, la plateforme ne peut que favoriser le nombre de nouvelles inscriptions, notamment pour accéder aux documents.

 

Une reconnaissance institutionnelle

Signe révélateur de cette part croissante des réseaux dans le paysage de la communication scientifique, ils sont explicitement mentionnés dans les réflexions institutionnelles autour du projet de loi pour une République numérique : « L’article 17, au cœur du dispositif qu’il nous revient d’examiner, traite de l’open access des publications scientifiques. La production des connaissances scientifiques nécessite d’intenses échanges au sein des communautés de chercheurs et un accès aux publications. À cet égard, Internet et le développement de réseaux sociaux scientifiques ont eu un impact considérable sur la science en permettant à la fois une diffusion très rapide des connaissances dans tous les pays et des recherches bibliographiques faciles avec un accès instantané aux articles d’un chercheur ou d’un sujet donné » (Colette Melot, rapporteur pour avis, examen en commission, 5/04/2016). De son côté, le document Discussion et contrôle des publications scientifiques à travers les réseaux sociaux et les medias : questionnements éthiques du Comité d’éthique du CNRS (COMETS) présente les réseaux sociaux scientifiques au sens large (y compris les réseaux sociaux généralistes et les sites internet) comme « de nouveaux supports pour commenter, analyser et critiquer les publications scientifiques », et conseille de les « observ[er] en tant que détenteurs de pratiques nouvelles, dont on ne peut prévoir à l’avance quels en seront les inconvénients ou les effets bénéfiques à long terme », par exemple dans la détection de tricherie – à ce sujet, rappelons que l’OpenReview de ResearchGate a conduit notamment à la rétractation d’un article paru dans Nature.

Dans ces conditions, on ne s’étonnera pas du développement de journées d’études, de guides et de formations sur la question des réseaux sociaux académiques (voir ci-dessous pour une sélection [1]).

 

 

Les débats qui ont fait la une en 2015-2016

Le modèle économique

Si cela fait quelques années maintenant que des membres de la communauté scientifique, chercheurs ou bibliothécaires, alertent régulièrement sur les réseaux sociaux en termes de modèle économique, de pérennité des données ou encore de lacunes, la prise de conscience s’est accélérée durant l’année écoulée. Il est vrai que dans un contexte académique de plus en plus tendu, financièrement et humainement, les changements en cours autour de la communication scientifique ne sont pas sans rappeler les évolutions néolibérales « disruptives » qu’ont connues d’autres industries : si la fronde des chercheurs contre les pratiques des éditeurs n’est pas nouvelle, le fait que toujours plus de chercheurs déposent librement et gratuitement leurs publications sur des plateformes commerciales qui s’accordent alors des droits de réutilisation ne porte-il pas en germe une « uberisation » du système de publication[2] ? ; et le fait que les chercheurs sont de plus en plus attentifs à leur réputation ne montre-t-il pas la « facebookisation » en cours du monde de la recherche ?

Trouvant une chambre d’écho lors de l’open access week et suite à la mise en place d’un editor program chez Academia, une conversation se déploie en octobre 2015 par blogs interposés sur les dangers potentiels des réseaux sociaux pour la recherche. C’est Gary Hall, professeur des médias à l’université de Coventry, qui ouvre le bal élargissant des propos précédents sur l’« uberisation » de l’université au modèle économique des réseaux sociaux académiques[3]. Le texte initial de G. Hall est rapidement suivi notamment par des billets de Kathleen Fitzpatrick et Martin Paul Eve, des articles dans la presse spécialisée (The Chronicle of higher education), puis un symposium au titre assez explicite Why are we not boycotting Academia.edu ? tenu à Coventry le 8 décembre (compte rendu). Parallèlement à ces échanges critiques tenus par des chercheurs travaillant sur la question des médias, un certain nombre de chercheurs prennent publiquement position pour une fermeture de leurs comptes (Guy Geltner, Kirsten Bell), tandis que plusieurs institutions publient des tutoriels tout aussi explicites – citons en premier lieu l’excellent article « A social networking site is not an open access repository » par l’Office of scholarly communication de l’université de Californie. Las, la situation n’a pas le temps de se calmer que la fronde reprend de plus belle : fin janvier 2016, on apprend que plusieurs chercheurs (Scott Johnson, Michael E. Smith) ont été contactés par le product director d’Academia pour savoir s’ils accepteraient de payer pour voir leurs articles recommandés par le comité de rédaction du site. La divulgation de l’affaire sur Twitter n’est sans doute pas étrangère à la multiplication extrêmement rapide de prises de positions par tweets ou billets de blogs (bibliothèque de l’université Duke, Darmouth scholarly communication lab, Caroline Magennis, Phill Jones, Frédéric Clavert, etc.) sous la bannière #DeleteAcademiaEdu, qui n’est pas sans rappeler le précédent #mendelete lors du rachat de Mendeley par Elsevier : de la suppression de son propre compte, on en appelle à la disparition pure et simple du service lui-même. Mais preuve que la question est loin d’être simple, la vision qui ressort de cette controverse dans quelques articles de grands médias académiques et leurs commentaires est cependant plus nuancée (The Chronicle of higher education, Inside higher ed, LSE blog, University affairs, Times higher education, etc.).

Que retenir de toute cette expression académique ? Que révèle-t-elle à la fois des réseaux sociaux académiques et des attentes des communautés scientifiques ? Car si les critiques se sont avant tout portées contre Academia, elles pourraient tout aussi bien être portées contre ResearchGate. Pour comprendre les événements, il faut rappeler que ces réseaux sociaux sont des sociétés commerciales for profit et même si, comme le souligne avec humour Phill Jones, « parfois les start-ups prétendent ne pas vouloir faire d’argent », il leur faut bien trouver un business model rentable une fois que le service a atteint une masse critique. Le modèle du « free » est fragile, et certainement pas tenable à long terme. Or, à ce jour, le retour sur investissement des investisseurs ne semble toujours pas assuré, plus de 8 ans après la création des deux services, tandis que la (plus) petite société MyScienceWork « commence à se diriger vers la rentabilité » alors qu’elle ne dispose que d’environ 70 000 membres sur sa partie réseau social et qu’elle propose depuis quelque temps déjà des services payants. Dans le cas d’Academia par exemple, le seul revenu provient des offres d’emplois que peuvent déposer les institutions. D’où l’idée de faire payer pour des recommandations d’articles : il s’agit de développer des services payants à partir des données d’une plateforme de contenus d’accès gratuit. Quelles sont les autres pistes actuelles envisagées, alors qu’on voit encore mal pour l’instant quelles sociétés pourraient payer pour ces données ? Du côté de ResearchGate, on parle de publicités ciblées et d’introduction en bourse, tandis que du côté d’Academia, on parle aussi d’introduction en bourse et de développer un format de lecture sur terminaux mobiles optimisé pour Google. Faute de modèle préexistant en ce domaine, les réseaux sociaux académiques manquent de repères pour savoir quels services payants développer et multiplient les expérimentations afin de trouver les solutions rentables financièrement – si l’on en croit Richard Price, le fondateur d’Academia, la proposition de janvier n’était bien qu’un test et nullement une décision définitive… Or, aux yeux des communautés scientifiques déjà passablement remontées contre les pratiques des grands éditeurs dont les revenus proviennent de l’activité bénévole des chercheurs, payés par l’argent du contribuable, comment justifier des plateformes reposant sur la captation de digital labor gratuit et ne proposant aucun travail éditorial ?… Utilisant le contenu, les données et l’attention fournis bénévolement par les chercheurs, ces services sont de toute évidence des intermédiaires parasites notamment vis-à-vis de la recherche publique qui ne remplissent nullement les critères de qualité attendus dans le monde académique. Mais ils illustrent tout autant le « délicat sujet du rôle que l’argent joue dans la publication scientifique » (Carl Straumsheim).

Autre point d’achoppement pour les chercheurs, l’openwashing évident d’Academia ou autres ResearchGate, là encore selon des logiques très actuelles tendant à cacher sous l’apparence de processus ouverts (open) des traits marketing et propriétaires évidents. Comme nous l’avons déjà montré ailleurs et contrairement à la confusion savamment entretenue par leurs fondateurs, ici Academia, ResearchGate, ces services ne relèvent en rien de l’open access mais bien plutôt de ce qu’il est en train d’advenir de l’open access. En aucun cas, un réseau social n’est une archive ouverte offrant un accès libre, gratuit et pérenne à ses contenus. Être accessible, c’est bien différent d’être « ouvert »[4]. Rappelons d’ailleurs que les réseaux sociaux académiques ne correspondent pas aux critères des sites de dépôts éligibles dans le cadre de H2020[5] ou dans le Research excellence framework anglais. Quant au rapprochement avec l’open science – le site Academia se targue par exemple d’avoir comme mission de « construire une plateforme d’open science » –, il s’agit d’un trompe-l’oeil : non seulement ces plateformes ne reposent pas sur des technologies ouvertes et interopérables, mais du point de vue des usages mêmes, ce partage des données n’est bien souvent pas la conséquence d’une démarche collaborative volontaire mais la simple conséquence d’une recherche de visibilité individualiste, tournée quasiment exclusivement sur la publication à l’exclusion d’autres types de travaux. Et dans le contexte européen actuel qui associe bien souvent science 2.0 et open science, il est bon de rappeler que ces services répondent plutôt aux principes du free access et de la science 2.0. Or, l’enquête de la BULAC rappelle à quel point la confusion est grande : un tiers des répondants déclarant déposer dans une archive ouverte ont en effet mentionné Academia.edu…

Sans doute faut-il être bien naïf – ou hypocrite – pour penser que ces services for-profit n’agissent que pour le bien de la communauté sans attendre de retour sur investissement. Sans doute, nombre de commentateurs déplorent-ils les dangers du capitalisme en jeu derrière l’affaire #DeleteAcademiaEdu, mais peut-on vraiment aborder cette question sous l’angle moral ? Bien sûr, « un téléchargement sur Academia.edu est loin d’être l’équivalent éthique et politique d’un téléchargement sur une archive ouverte institutionnelle » (G. Hall), mais, comme le souligne de manière nuancée Paolo Mangiafico, la question centrale touche à une affaire de choix sur le contrôle que l’on veut avoir sur ses propres productions et les valeurs que l’on poursuit en tant que chercheur. Danah Boyd l’avait déjà très bien résumé dès 2013 suite au rachat de Mendeley par Elsevier. Et si P. Mangiafico appelle à un marché plus compétitif sans nécessairement repousser les sociétés commerciales, il convient de rester prudent afin de ne pas renforcer le modèle d’open access tel qu’il est promu par ces réseaux sociaux, à savoir une nouvelle forme de monétisation du savoir en lieu et place d’un open access proposant une vraie alternative au modèle de la communication scientifique actuelle. Et puis, il conviendrait d’aller jusqu’au bout de la logique, et non pas seulement chercher des solutions alternatives, qu’elles soient institutionnelles comme les archives ouvertes ou individuelles comme les sites internet personnels : « Peut-être qu’au lieu de #DeleteAcademiaEdu, vous devriez boycotter les journaux avec paywall, vous engager en faveur d’un open access non hybride ou bien archiver vos vieux articles » (John Tennant).

Dernier point soulevé par ces débats, celui du défi que représente un usage non critique des nouvelles technologies par les chercheurs. Comme le rappelle en effet K. Fitzpatrick, « tout ce qui ne va pas avec Facebook ne va pas avec Academia, du moins juste sous la surface, et peut-être devrions-nous y réfléchir à deux fois avant de lui confier nos vies professionnelles ». Sommes-nous prêts par exemple à leur donner l’accès à notre carnet d’adresses, y compris personnel, comme nous y engage Academia depuis quelque temps ? Dans les faits, les discussions entre chercheurs semblent indiquer qu’ils ne seraient pas dérangés par davantage de publicités ou la vente de leurs données personnelles – c’est déjà le prix à payer pour profiter de la plupart des services en ligne et les réseaux sociaux académiques ne font pas exception. En outre, s’il reste assurément un grand travail de sensibilisation à faire auprès des chercheurs sur l’usage et les enjeux des nouvelles technologies notamment en ce qui concerna la visibilité de leurs travaux, l’étude de l’université Paris Sud montre cependant que les réseaux sociaux ne sont pas perçus comme un lieu d’archivage en soi « ce qui est heureux dans la mesure où ils n’apportent aucune garantie en la matière » : « La plus grande légitimité des RSR pour les chercheurs est la fonction de diffusion ».

 

Les métriques

Si le développement de nouvelles métriques par Academia et ResearchGate cette année a sans doute entraîné moins de débats dans les communautés scientifiques, il n’en est pas moins révélateur du souhait de leurs fondateurs, souvent d’anciens chercheurs, de profiter des évolutions en cours pour asseoir leur place et leur modèle économique au détriment éventuel des chercheurs. Car à côté de la question de l’open access, le nouveau marché de la visibilité est assurément l’un des points clés du paysage académique en devenir. A une époque où la science est de plus en plus concurrentielle, où les emplois à l’université sont de plus en plus précaires et où les chercheurs eux-mêmes prennent en main leur avancement, développer des services permettant d’évaluer et de classer quantitativement ces chercheurs peut s’avérer d’une importance commerciale stratégique. De fait, jouant sur la vanité des chercheurs, les métriques développées par ces réseaux étaient initialement présentées comme des outils d’autoévaluation et d’autoanalyse ; c’est d’ailleurs le but promis par l’offre Premium mise en place progressivement par Academia qui, outre des informations sur ses lecteurs, donne au chercheur un rapport d’impact et des statistiques détaillées. Mais on ne s’engage pas dans une course à la « metricisation » à outrance sans arrière-pensée marketing, néolibérale diront même certains. On sait que le développement de la production scientifique nécessite des outils de filtrage et de navigation, des outils de mesures de l’attention et enfin des outils d’audit et de veille stratégique pour les institutions et les financeurs. Multiplier des métriques non optionnelles en tout genre (nombre de vues, de téléchargements, de citations) et des scores (top, RG score), proposer des tableaux de bord (dashboards, timelines) voire des gadgets (trophée sur Academia, badges d’achievements sur ResearchGate) ne sont qu’un moyen de pousser les chercheurs à se créer un compte et obtenir toujours plus de public monétisable. Pour vendre son idée sur les recommandations payantes, le product manager d’Academia n’expliquait-il pas que l’article retenu dans ce cadre recevrait « une augmentation naturelle du nombre de vues et de téléchargements » ? Et puis, « pour une raison ou pour une autre, tandis que la plupart d’entre nous considère les métriques académiques comme sans grand sens, à chaque fois qu’elles s’appliquent à nous, nous les voyons soudain comme une preuve objective de notre « valeur » » (Kirsten Bell).

Mais il y a bien longtemps que ces métriques ne servent plus seulement à des buts d’autoévaluation, mais de classement et de comparaison entre chercheurs. Academia a ainsi introduit des centiles pour les documents comparant le nombre des vues à celui des autres chercheurs durant les 30 derniers jours. Or, comme le rappelle Phil Davis, ces réseaux ne sont pas des éditeurs, mais des compagnies de métriques et d’analyses  « dont l’offre de valeur est de générer des statistiques valides autour de l’impact de la recherche scientifique » – le fondateur d’Academia estimait d’ailleurs lui-même que les réseaux sociaux académiques sont des « reputation metrics startups ». On sait que ces services envisagent de monétiser les informations métriques recueillies, notamment à des compagnies de R&D, par exemple pour identifier les tendances ou les chercheurs qui émergent. D’où la mise en place d’une page Trending en temps réel sur ResearchGate. D’où le développement de métriques distinctives permettant de comparer les chercheurs, au niveau des usages sur le site lui-même et au niveau de la bibliométrie. Du côté de ResearchGate, cela fait bien longtemps qu’il mettait en valeur d’une part l’impact points, un cumul des facteurs d’impact des revues où les articles sont publiés[6] et d’autre part la métrique maison, le RG Score, qui calcule l’activité sur le réseau, indépendamment du nombre de publications, ce qui crée un biais en faveur des jeunes chercheurs. Néanmoins, les interrogations sur le mode de calcul du RG Score et son manque de reconnaissance ont sans doute poussé la société à évoluer ces derniers mois, avec d’une part, le développement d’une nouvelle métrique plus claire mais pas forcément plus parlante, les Reads qui cumulent le nombre de vues et de téléchargements, et d’autre part, l’insertion du h-index, métrique plus (re)connue par les communautés scientifiques, un h-index intéressant puisque l’on peut en retirer les autocitations. Avec ResearchGate, on voit bien la tension qui existe entre les données reconnues hors du réseau autour de la publication et les données produites par le réseau social lui-même. Fin 2015, c’est au tour d’Academia d’investir les métriques, avec la mise en place d’un AuthorRank et d’un PaperRank fondés sur les recommandations des autres chercheurs au sein du réseau. Le but est clair : il s’agit de repérer les « meilleurs » papers et les « meilleurs » chercheurs, tout cela en temps réel.

Assurément l’idée de prendre en compte l’impact de tout type de production, y compris les interactions au sein d’une communauté, va dans le bon sens, et ce développement des métriques est aussi un moyen de familiariser les chercheurs aux principes du partage. Mais les données d’usages ne sont pas une alternative aux données bibliométriques, et, au niveau individuel, les métriques fournies par Academia ou ResearchGate ont des corrélations modérées avec les métriques traditionnelles, disponibles sur Scopus ou Google Scholar par exemple ; en revanche, malgré les bémols précédents, les métriques fournies au niveau institutionnel sur ResearchGate correspondent assez bien aux autres classements institutionnels. Mais ces métriques sont-elles fiables ? Assurément non si l’on en croit ResearchGate lui-même qui indique sur certaines pages portant des métriques par exemple que « les données fournies le sont à des fins d’information uniquement. Bien que soigneusement collectées, leur exactitude ne peut être garantie » (exemple). C’est également l’avis de plusieurs études récentes. L’une d’entre elles va même jusqu’à considérer le RG Score comme « un bon exemple d’une mauvaise métrique ». De fait, le RG Score manque de transparence, d’ouverture et de robustesse (effet « boîte noire ») : peu d’indications sont ainsi fournies sur l’origine des données, les modes de calcul ou encore les changements opérés. ResearchGate est semblable à un « alchimiste » moderne « dans le sens où il produit ses propres mélanges, mais sans révéler à personne ses ingrédients et méthodes de préparation » (Alberto Martín-Martín et al.). L’ignorance des recommandations bibliométriques fondamentales et des erreurs basiques ôtent également toute valeur scientifique aux métriques concernées. Par exemple, le RG Score calcule l’implication personnelle sur le réseau en fonction des interactions avec les autres chercheurs mais aussi le facteur d’impact des revues, et l’on comprend assez mal les classements obtenus… De son côté le système d’AuthorRank/PaperRank d’Academia est totalement récursif, puisque l’un est calculé à partir de l’autre et réciproquement. Autre problème dans le mode de calcul : puisque l’accent est mis sur le profil du chercheur, les publications faites dans un organisme peuvent être attribuées à un autre organisme en cas de changement d’affiliation.

Faut-il craindre ce développement de telles métriques ? Oui, et ce pour quatre raisons. Premièrement, on l’a vu, ces services ne sont pas exhaustifs puisqu’ils ne sont pas utilisés par tous les chercheurs. Par ailleurs, les chercheurs n’y indiquent pas nécessairement l’ensemble de leur production, notamment dans le cas des publications sous embargo ; on le voit bien concernant le h-index indiqué sur ResearchGate. D’où le danger de privilégier les métriques d’un réseau plutôt qu’un autre – on rappellera en effet les différences disciplinaires entre Academia et ResearchGate. En outre, devant la multiplication des métriques avec des sens différents (popularité, activité, qualité, autorité, accessibilité), chacun peut prendre celles qui lui conviennent le mieux, créant ainsi « une véritable tour de Babel réputationnelle » diluant les mécanismes classiques de réputation (David Nicholas, David Clark et Eti Herman). Deuxièmement, ces métriques sont assez proches dans l’esprit du mouvement autour des métriques alternatives (altmetrics). Néanmoins, faute d’API, elles ne sont pas prises en compte dans les services ad hoc actuels (Altmetric, Impactstory, etc.) et ne sont pas mentionnées dans les réflexions de NISO (National Information Standards Organization) pour développer des normes et mieux encadrer ces métriques alternatives[7] ce qui ne leur donne une valeur qu’au sein même du service et risque de disséminer encore un peu plus les métriques au lieu de les centraliser. Troisièmement, il s’agit de métriques établies par des sociétés commerciales et à des fins de marketing. Certes, ce ne sont pas les premières métriques fournies par des sociétés commerciales – pensons au JCR de Thomson Reuters, mais sans doute sont-elles encore plus biaisées. Jouant sur la gamification de la présence en ligne[8], RG Score et AuthorRank servent surtout à apporter du trafic d’usagers actifs sur la plateforme, via le service de questions-réponses notamment, et à pousser au dépôt de nouveaux contenus. Ce faisant, ils poussent les usagers à rester dans ces jardins fermés (« walled gardens », Tim Berners-Lee) tout en leur donnant l’impression qu’ils sont la solution. Entre outre, véritables « entreprises de morale » imposant de nouvelles normes de partage à des fins commerciales, ils mettent également la pression sur des chercheurs de plus en plus soucieux de leur réputation, en les poussant à travailler plus pour faire progresser leurs métriques et en les incitant potentiellement à suivre les domaines à la mode. Kudos indique ainsi que son modèle repose sur « l’utilisation de métriques pour motiver les auteurs à participer plus activement au rayonnement de leur travail ». Tout cela paradoxalement sans contrainte (pour l’instant) d’en haut mais avec des risques d’anxiété accrus. Il est également facile d’imaginer un développement à deux vitesses, entre ceux qui peuvent payer pour des métriques détaillées et ceux qui ne le peuvent pas, bien loin des principes d’open access. Quatrièmement, les réflexions anglaises, sensibles notamment dans The Metric tide, illustrent combien on s’interroge de plus en plus sur la place à laisser aux nouvelles métriques dans l’évaluation des chercheurs, surtout si elles peuvent être soumises aux manipulations ou aux anomalies, et combien l’on peut craindre leur utilisation, en dépit de tous leurs biais, par des financeurs ou des institutions un peu trop pressés. Le RG Score notamment ne devrait pas être utilisé dans sa forme actuelle pour l’évaluation des chercheurs. De leur côté, près d’un chercheur sur deux estime que les métriques des média sociaux ne devraient pas être comptées dans la réputation du chercheur et ils jugent que les métriques actuelles ont toutes plus de valeur que les métriques des médias sociaux. Mais en les validant par leur usage même, ils donnent une raison de les utiliser aux évaluateurs et financeurs. Et le bruit court déjà d’un committee qui utilise le RG Score pour se prononcer sur des demandes d’emploi… Or, même si les métriques de ResearchGate présentent un intérêt plus grand que celles d’Academia pour calculer l’impact d’un chercheur, l’attention n’est pas l’impact et les métriques ne peuvent suffire pour évaluer la qualité d’une recherche…

 

 

Quelle place pour les réseaux sociaux académiques au sein de l’écosystème scientifique ?

Des outils de réputation et/ou de visibilité ?

L’un des derniers articles importants sur la question des réseaux sociaux académiques posait la question : « Do academic social networks share academics’ interests? ». Au vu des éléments précédents, la balance pencherait plutôt du côté sombre. Les débats de l’hiver dernier ont néanmoins sans cesse rappelé que la situation est loin d’être aussi simple… Comme le résume un jeune chercheur : « Je n’ai pas envie de les ignorer – je suis un chercheur en début de carrière, et j’ai besoin d’être visible ». Ce sont d’ailleurs les jeunes chercheurs qui s’intéressent le plus largement à la question de la réputation. Peut-on alors considérer que même si ces réseaux sociaux sont des parasites, « tous les parasites ne sont pas dangereux » ? Entre création d’un site personnel de remplacement (Kirsten Bell) ou prise de position exprimée directement sur le réseau (Thomas Arildsen), peu de chercheurs semblent cependant avoir réagi au projet de boycott. D’ailleurs les critiques exprimées durant l’hiver peuvent elles-mêmes sembler biaisées : Kathleen Fiztpatrick est fortement impliquée dans une alternative à Academia (MLA Commons) ; du côté francophone, Frédéric Clavert peut profiter de solutions institutionnelles solides ; et malgré leurs prises de position, Gary Hall et Scott Johnson disposent d’un profil Academia bien alimenté, pour des raisons qu’exprime très simplement Eric Verdeil. Cela semble bien aussi le cas de Stevan Harnad sur ResearchGate, farouche promoteur de l’open access… Ce que résume Guy Geltner : « Même certains de mes soutiens les plus sûrs […] ont exprimé leur intention de conserver leurs pages personnelles sur le portail, du moins jusqu’à ce qu’il commence à faire payer pour certains services ». De fait, à l’heure du « You’re the product » dans les moindres activités en ligne, pourquoi les chercheurs réagiraient-ils autrement dans le cadre professionnel qu’ils ne le font dans le cadre privé vis-à-vis de Google, Facebook ou Twitter ? Ils sont avant tout pragmatiques. Faute d’initiatives institutionnelles aussi attractives et efficaces, profitons de ce que le service a à offrir gratuitement, quelques soient les implications sur l’attention, les données personnelles ou même le développement d’un monopole ! Comme on a pu le rappeler, l’utilisation du service repose sur un contrat que chacun est libre d’accepter ou non, et le dépôt de contenu n’est nullement exclusif d’autres dépôts ailleurs, ce qui est sensiblement différent du modèle de l’édition scientifique…

Puisque la sécurité de l’emploi à l’université est moins assurée, que les institutions proposent de moins en moins d’outils de présence en ligne satisfaisants et que le système tend à favoriser les chercheurs déjà en place, au détriment des plus jeunes, c’est au chercheur de se prendre en main, de construire sa carrière et sa réputation d’une manière « individualistic, self-promoting, self-quantifying, self-marketing » (Gary Hall). C’est d’ailleurs le but affirmé de la plateforme Kudos qui vise à développer l’impact des articles publiés, et dont une étude montre que les profils sur les réseaux sociaux académiques ou les sites ad hoc sont le deuxième canal utilisé par le chercheur pour partager son travail, juste après les conférences. Certes, pour l’instant, les chercheurs utilisent les réseaux sociaux avant tout pour partager des documents, et très peu à des fins de réputation. Certes, les éléments valorisés dans les réseaux sociaux par les chercheurs reflètent les critères réputationnels traditionnels actuels en général, centrés sur la publication : on se concentre sur la recherche aux détriments des autres activités académiques ; on s’intéresse plus particulièrement à deux types de production (publications et conférences) et une seule métrique (citations) ; on se considère comme entre soi. Néanmoins, l’affaire est suffisamment importante pour que la Commission européenne ait lancé l’étude du JRC (Joint research centre) Analysis of emerging reputation mechanisms for scholars pour savoir si ce domaine peut bénéficier d’initiatives européennes. Bien référencés par les outils de recherche sur internet, accessibles largement et proposant des métriques dépassant les métriques scientifiques traditionnelles, les réseaux sociaux académiques sont bien placés comme « plateformes de réputation ». Dans les faits, conscients des enjeux positifs et négatifs de ces plateformes pour leur réputation, les chercheurs sont prudents et stratégiques. Et si tous les chercheurs ne les voient pas encore comme des pivots pour gérer leur réputation, même les plus sceptiques estiment que ces plateformes ont un potentiel, notamment en termes d’évaluation. Deux risques sont néanmoins relevés et appellent à une participation des chercheurs à la définition de ces nouveaux indicateurs : d’une part, l’accent mis, encore et toujours sur la recherche, à l’exclusion de l’enseignement, renforçant un mouvement général de l’enseignement supérieur somme toute assez logique puisque, pour les chercheurs, l’enseignement n’arrive qu’au 10e rang des moyens de réputation ; d’autre part, le risque de voir ces systèmes de réputation devenir trop puissants, sur le modèle des systèmes centrés sur la citation.

En revanche, si l’intérêt de ces plateformes reste encore à démontrer pour le chercheur en termes de réputation et d’impact, l’intérêt en termes de visibilité n’est plus à mettre à doute. Difficile de nier cette injonction à la visibilité : comme le rappellent les débats sur la néolibéralisation de la recherche, après l’ère du « Publish or perish », bienvenue dans l’ère du « Be visible or vanish » (Zen Faulkes) ! Certes, l’étude d’Academia appuyant l’idée que cette visibilité y est même plus importante que sur un site personnel ou de département a fait un peu long feu. De manière assez amusante, après un article assez critique paru dans The scholarly kitchen, les chiffres présentés sur la page d’accueil du site affirment, dans un premier temps, qu’un papier téléchargé sur le site recevrait 83 % de citations de plus sur 5 ans que s’il n’était pas accessible en ligne, chiffre passé depuis à 73% puis à 69 %… Mais dans les faits, on peut bien se douter que, à l’instar des archives ouvertes, les réseaux sociaux accroissent la visibilité, l’accès et donc la citation des articles. Par ailleurs, on peut y voir « une activité libératrice et émancipatrice » (Björn Hammarfelt, Sarah de Rijcke et Alexander D. Rushforth) dans la mesure où ils pourraient proposer de vraies mesures alternatives d’impact et de productivité auprès des pairs, larges, flexibles et interactives, d’une manière que les mesures actuelles ne permettent pas ; ce pourrait être un moyen également de contester et diminuer les évaluations réalisées par d’autres, en mettant en valeur les indicateurs que l’on souhaite. En outre, cette visibilité favoriserait des liens plus directs avec les différents types de publics, académiques ou non, et permettrait d’en savoir plus sur l’impact des productions. C’est le but notamment de la toute récente fonctionnalité « Reasons for downloading » d’Academia. Un autre élément qui n’est pas à négliger, c’est que la masse critique atteinte par les deux services leur assurent « une forme de respectabilité » auprès des gens de terrain ou des journalistes : « Academia a su se positionner comme le Linkedin de la recherche, ce qui la rend importante dans l’articulation du champ SHS avec le reste du monde » (Jonathan Chibois). Reste cependant que cette visibilité en temps réel a son revers : comme le rappellent plusieurs témoignages de l’étude JRC, elle peut très vite être négative faute d’activité sur la plateforme et en comparaison avec la visibilité des autres chercheurs. Or, on connaît la réticence des chercheurs à maintenir de multiples profils, et leur intérêt pour les services qui demandent le moins d’efforts de mise à jour. Multiplication des outils mais absence d’interopérabilité entre eux, le risque est bien de voir les chercheurs devoir se transformer en « superhéros » !

 

Un rôle de prescripteur ?

Cette captation de valeur de la part des réseaux sociaux académiques ne s’exprime cependant pas uniquement du côté du chercheur, mais bien aussi du côté des éditeurs. D’abord, en ce temps de restrictions budgétaires, de recherche mondialisée, de dissémination de la production scientifique et d’outils centrés sur la découverte, les chercheurs sont de plus en plus sensibles à la possibilité d’accéder librement et gratuitement à l’information, y compris via des canaux non officiels et sans préoccupation du fournisseur initial. Nombreux sont les chercheurs pourtant favorables aux archives ouvertes ou à des modes de publication ouverts (Terry McGlynn, Michael Oman-Reagan) et les jeunes chercheurs sans affiliation (Tim Markey, David Mennear) qui ne manquent pas de souligner l’intérêt de ces réseaux au niveau international non seulement en terme de visibilité, mais surtout comme un moyen de circonvenir les paywalls notamment pour les pays émergents et les chercheurs hors institutions. 60 % du trafic d’Academia proviendrait ainsi d’Asie. Ce qui dérange les chercheurs, ce n’est pas qui gagne de l’argent dans ce système mais les paywalls et autres souscriptions qui les empêche de faire leurs recherches ; les réseaux sociaux ne sont qu’un moyen de faciliter leur travail.

Mais alors que le nombre général de publications augmente au niveau mondial d’une part (2 millions d’articles par an et 30 000 revues à comité de lecture ?), et sur les réseaux sociaux d’autre part, comment découvrir ce qui est le plus pertinent ? Deux axes sont possibles pour cette intermédiation : le filtrage humain et le filtrage algorithmique. Du côté du filtrage humain, les réseaux sociaux ne proposaient jusque-là pas grand-chose laissant le travail de tags ou de recherche d’information directement aux chercheurs. Néanmoins, courant 2015, Academia a mis en place un editor progam, composé dans un premier temps d’environ 2 000 chercheurs sélectionnés en fonction de certains critères par Academia, dont la popularité sur le réseau, et chargés de recommander des contenus aux personnes partageant les mêmes centres d’intérêt. C’est ce programme qui est la base du service de AuthorRank / PaperRank. Afin d’assurer un certain degré de légitimité scientifique, les chercheurs doivent avoir fait la preuve de leur implication dans la recherche (doctorat ou professorat, publications, peer review). Tout intéressant qu’il soit, ce service associant confiance, réputation et recommandations est cependant biaisé. Derrière des déclarations en faveur de la transparence, il joue sur l’ego des chercheurs (le nom du recommandeur doit être associé au travail recommandé). Et puis, si, contrairement au Like de Facebook, il semble possible de commenter le travail recommandé ou d’y apporter des avis négatifs, la qualité scientifique ne semble pas toujours à la hauteur. Dès lors, il faut s’interroger sur son élargissement annoncé à tous les membres du réseau répondant aux critères de sélection. L’exemple de Facebook rappelle que curation à grande échelle n’équivaut pas à évaluation de qualité.

L’autre filtrage est le filtrage algorithmique, seul à même pour l’instant de traiter l’ensemble des contenus disponibles sur les réseaux. Mais, c’est un cercle vicieux qui n’est pas sans rappeler ce qui existe avec le facteur d’impact des revues ou le classement des résultats sur Google : si tous les chercheurs développent leur visibilité via les mêmes outils commerciaux, alors cela nécessitera de développer les métriques et outils de recommandations pour pouvoir les distinguer et les comparer, profitant sans doute aux personnes et aux travaux déjà les plus en vue et risquant de « miner l’intégrité des chercheurs » (Jean-Christophe Plantin)… On a signalé plus haut la mise en place de recommandations « à la Amazon » sur ResearchGate, fondées sur la pratique des utilisateurs du réseau, qui ne peuvent que mettre en valeur les articles déjà vus. Sans doute faut-il alors s’inquiéter de ce développement à outrance des algorithmes dans le domaine académique car il appartient progressivement à des sociétés for-profit de décider qui peut être le plus facilement trouvé et le plus facilement vu. Avec les réseaux sociaux académiques, on est bien sur le modèle des grandes sociétés internet de type Facebook, Google ou encore Twitter, basées sur du contenu obtenu gratuitement, mais assurant leur modèle économique sur le « capitalisme de la donnée ». « Dans ce monde, qui garde l’accès (et peut donc en extraire le plus de valeur possible) au contenu est moins important, parce que cet accès est gratuit, que qui garde (et peut donc en extraire le plus de valeur possible) les données générées autour de l’usage fait de ce contenu » (Gary Hall). L’ancien président d’Elsevier, John J. Regazzi, parle lui de passage d’une période où le contenu était roi à une période où le contenu est faiseur de roi. Or, on sait que, faute d’alternative, tout cela est bien opaque. Qui peut surveiller ces plateformes ? Comment connaître leur mode de fonctionnement ? Comment fonctionnent les algorithmes ? Que deviennent les données ? Ne reste-il alors qu’à leur faire confiance ? Dans ce contexte, si elles veulent réussir, les sociétés doivent obtenir le plus de contenus possibles, notamment des PDF d’articles, mais aussi le plus d’informations personnelles pour obtenir les données les plus complètes et donc les statistiques les plus crédibles – c’est en effet cela que l’on monétise auprès d’annonceurs ou d’institutions. Gary Hall rappelle ainsi l’exemple de Google dont la position hégémonique tient avant tout à la masse critique de données qu’il traite. On comprend dès lors mieux l’incitation de ResearchGate à faire déposer sur la plateforme des publications déjà en accès ouvert ailleurs afin de se les approprier et les contrôler.

 

Un glissement vers le modèle éditorial ?

Certaines initiatives autour de fonctionnalités de questions-réponses, de projets, illustrent depuis quelques années le souhait des réseaux sociaux de favoriser une concentration verticale de l’activité de production et de publication du chercheur. Pour asseoir leur modèle économique, il ne leur suffit plus d’être des intermédiaires de plus en plus importants entre les chercheurs et les éditeurs, il faut profiter de la désintermédiation croissante qui se développe autour de la communication scientifique au détriment des acteurs historiques. C’est ainsi que ResearchGate essaye de proposer un modèle de format bureautique dépassant le PDF (RG Format) ; si certaines fonctionnalités de lecture ou d’annotation existent déjà depuis longtemps sur d’autres plateformes web, l’idée est bien de proposer de nouveaux services utiles dans le workflow du chercheur. Mais c’est surtout du côté des fonctions d’édition que les réseaux sociaux tournent leurs efforts. On vient de voir en effet comment les réseaux sociaux se positionnent progressivement « en écartant les éditeurs comme premiers fournisseurs de réputation et, le plus polémique, en leur enlevant leurs fonctions de gestionnaires et d’entrepôts de publications » (David Nicholas, David Clark et Eti Herman). Dernière étape possible : se positionner dans le créneau lucratif de l’édition scientifique afin de diversifier les revenus. Le premier exemple est l’ouverture à l’ensemble des membres d’Academia du système de review (les Sessions). Mais contrairement à l’open review de ResearchGate, son concurrent, davantage orienté sur la reproductibilité des résultats, le système de review d’Academia est davantage basé sur un système d’échanges. Et contrairement à ResearchGate qui se place plutôt dans le domaine du post peer review, la proposition d’Academia se situe plutôt en amont, un peer review prépublication. Limité en nombre d’accès, de participants et de durée (20 jours), le modèle avancé est celui de discussions ayant lieu lors de conférences ou de webinars. Mais dans les faits, il s’agit surtout d’établir une sorte d’urgence pour les contributeurs, afin d’accélérer le processus de peer review traditionnel, dont le fondateur Richard Price a toujours souligné les lenteurs : « Notre grande vision pour l’expérience de publication est qu’un chercheur puisse voir la publication sous 24 heures d’un article déjà peer reviewé par deux personnes » (Richard Price). Dans un premier temps cependant, il reconnaît qu’il ne s’agit pas encore à proprement parler d’un vrai peer review : « Il n’y a pas la médiation d’un rédacteur en chef ou d’une revue. Il y a une médiation par un réseau ». Une question apparaît alors : Academia n’est composé qu’à moitié de chercheurs, « est-il approprié que des personnes hors du monde de la recherche reviewent des publications scientifiques » (Richard Ponyder) ? ; quelle place laissée aux experts ? Néanmoins, R. Price lance la question de la valeur d’un peer review qui ne serait pas restreint à deux reviewers. Cette notion de peer-to-peer review rejoint celle de « qualification » du document COMETS qui peut se faire au sein de comités de rédaction comme d’échanges plus informels. Reste à savoir si ces nouveaux services trouveront leur public alors que les réseaux sociaux académiques sont jusque-là  utilisés avant tout de manière passive et rarement à des fins collaboratives et que la qualité de la recherche ne se résume pas à la vitesse de publications des articles.

Si l’on en croit Richard Price, le fondateur d’Academia, la proposition de payer pour recommander une publication est en fait inspirée du modèle auteur-payeur du gold open access, dans lequel « l’accès au document est libre pour le lecteur mais l’auteur (son institution) paye des frais appelés Article processing charges (APC) pour financer la publication » (Couperin). Il s’agissait de réfléchir à un modèle d’APC « super-low cost » (Richard Price), d’environ 50$ spécifiquement pour des papers en sciences humaines, partant du constat d’une part que les sciences humaines sont généralement moins subventionnées que les sciences dures et peuvent difficilement payer des APC trop élevés, et d’autre part que le modèle classique de plateformes d’éditeurs avec paywalls est fortement remis en cause. Malheureusement comme souvent avec Academia, on joue un peu sur les définitions car il y a une différence entre les APC tels qu’ils existent, qui sont généralement payés une fois que l’article a été accepté à la publication après un processus éditorial, et le modèle proposé par Academia qui demande cette subvention suite à une simple recommandation de membres du comité de rédaction. En outre, on pourrait avoir l’impression que c’est à l’auteur de payer et non à son institution, entraînant dans tous les cas une discrimination entre les chercheurs qui pourraient payer pour être recommandés et ceux qui ne le peuvent pas… Dans cette logique, on se rapproche plus du modèle de Google ou des réseaux sociaux classiques avec leurs contenus sponsorisés et leurs publicités placées et, du côté de l’édition, du modèle hybride du gold open access – paye qui veut ou, plutôt, qui peut voire même des éditeurs prédateurs – on paye sans véritable travail éditorial – que d’une vraie adhésion aux principes du libre accès. Pas très étonnant alors que le coût envisagé soit si bas[9]. Comme pour nombre d’éditeurs traditionnels, ce principe d’APC n’est qu’« une des options » pour développer les revenus de la société, alors que « les lignes entre les plateformes de médias sociaux et les éditeurs sont de plus en plus floues » (R. Price) et surtout alors que les revues traditionnelles n’arrivent plus à absorber une production scientifique mondiale en pleine expansion. Or selon son fondateur, Academia souhaite devenir « un éditeur scientifique à part entière » et une telle proposition pourrait se rapprocher du modèle des méga-revues multidisciplinaires de type PLOS ONE qui, outre une publication plus rapide et plus large des articles, assure un système d’open peer-reviewing et contribue à la réflexion sur les infrastructures de publications actuelles. A l’instar des dernières méga-revues lancées comme Heliyon chez Elsevier, on dépasserait ainsi le format même de la revue à parution périodique au profit d’une plateforme de contenus disposant d’une marque commerciale, et le processus éditorial serait réduit à sa plus simple expression. Certains commentateurs ici, ici ou soulignaient la difficulté de faire cohabiter financièrement des frais de gestion d’une telle infrastructure répondant au minimum requis en termes d’édition (travail rédactionnel et éditorial, peer-review, indexation, archivage, médias sociaux d’accompagnement, maintenance et développement) et les frais de fonctionnement d’un réseau social lui-même en développement… Dans le cas d’Academia, la situation est néanmoins encore plus extrême que pour les méga-revues des grands éditeurs, car il s’agit simplement de mettre en valeur des articles, et non pas une évaluation de fond ou un screening formel, impossible à envisager avec un tel montant d’APC. Le véritable travail de reviewing qualitatif reviendrait, une nouvelle fois, aux membres du réseau, profitant du système maison des Sessions qui pourrait être ouvert à une évaluation post-publication. Il n’y a donc pas trop à s’inquiéter pour le modèle financier puisque les infrastructures cœur sont déjà en place, centrées autour du travail gratuit de la part des editors et des membres du réseau. Du point de vue scientifique strict, en revanche, on comprend les prises de position fermes des chercheurs, hostiles à ce principe de recommandations payantes au nom de l’intégrité scientifique et d’une certaine neutralité des résultats.

 

Et les éditeurs ?

Et pendant ce temps que se passe-t-il du côté des éditeurs ? D’une certaine manière, les éditeurs se montrent un peu inquiets de cette nouvelle concurrence, d’autant qu’elle se porte sur les deux composantes historiques des maisons d’édition : la production et circulation de contenus éditoriaux d’une part, et la construction de la réputation académique d’autre part. La présentation de Thomas Parisot (Cairn) lors du forum du GFII de décembre 2015 est symptomatique de cette inquiétude ; il y comparait en effet ces réseaux à des « prédateurs » et des « passagers clandestins » ne participant pas au modèle éditorial actuel. La question est d’importance pour les éditeurs, car si les manuscrits d’auteur acceptés et les preprints sont proportionnellement peu déposés sur les réseaux sociaux par rapport aux autres lieux d’hébergement comme les archives ouvertes, la situation s’inverse pour les versions éditeur : selon l’étude du RIN, Monitoring the transition to open access, au niveau mondial, le dépôt de la version éditeur sur les réseaux sociaux représenterait 55 % des dépôts en ligne, contre 33% si l’on combine pages institutionnelles, archives ouvertes institutionnelles et thématiques[10]. Nous parlions l’an dernier de l’initiative des principaux éditeurs STM pour proposer des recommandations communes de partage sur les réseaux académiques à l’heure du partage généralisé des publications. Cette initiative a débouché sur deux productions complémentaires : la version finale du texte Voluntary principles for article sharing on scholarly collaboration networks (version française) et le site grand public, encore en version bêta, How can I share it ? Se voulant un outil complémentaire au mouvement open access, le texte rappelle que les éditeurs ont des responsabilités vis-à-vis de la visibilité des productions scientifiques. Il rappelle également que les « organisations commerciales » sortent du périmètre de ces principes à l’exclusion de celles qui ont signé lesdits principes (cas de Figshare, Mendeley, SSRN notamment). Si ResearchGate ou Academia ne souhaitent pas collaborer, va-t-on voir un renouvellement des demandes de retrait de la part des éditeurs, voire des actions en justice, ou bien peut-on envisager un règlement à l’amiable à la YouTube ? Néanmoins, à y regarder de plus près, il semble que ce n’est pas le partage lui-même qui dérange le plus les éditeurs : hormis la question de groupes de recherche privés, aucune indication générale n’est donnée, chaque éditeur restant libre de sa politique. Non, il semble que c’est surtout la question de l’usage des articles et la mesure de cet usage qui les dérange le plus, alors que de plus en plus de données de trafic sont éclatées et échappent tant aux éditeurs qu’aux bibliothèques. Les Voluntary principles en appellent spécifiquement à un respect des normes, et notamment COUNTER. En partenariat avec CrossRef et NISO, le projet actuel autour de How can I share it ? doit développer un outil permettant de reconnaître automatiquement les différentes versions d’un article et les permissions de partage associées à chacune, tandis que le site How can I share it ? permettra de vérifier ces permissions au niveau de l’article. Néanmoins, il faudra d’importants changements d’attitude des différentes parties prenantes pour que les Voluntary principles les amène à travailler ensemble, sans oublier les bibliothèques.

Mais au-delà de cet aspect plutôt normatif, quelle solution pour les éditeurs ? A l’exception notable d’Elsevier, les éditeurs sont restés assez longtemps passifs vis-à-vis des réseaux sociaux académiques, mais les incertitudes économiques liées au modèle de l’open access autant que la concurrence accrue dans le secteur les poussent progressivement à changer de stratégie. En fonction du modèle économique et de son initiateur, on a vu jusque-là trois stratégies de rapprochement avec les réseaux sociaux : le rachat pur et simple (Mendeley par Elsevier en 2013), des partenariats commerciaux autour de la mise en valeur et la fourniture de documents (MyScienceWork) et des services ad hoc de la part des réseaux pour les éditeurs (Kudos). Bien sûr, c’est un moyen d’élargir la communauté des utilisateurs, par exemple en ouvrant davantage aux PME et aux particuliers qui ne peuvent accéder aux ressources fournies par des institutions ; c’est ainsi le principal argument du récent partenariat entre MyScienceWork et le fournisseur d’articles scientifiques DeepDyve. Mais surtout, derrière le renforcement des réseaux sociaux comme intermédiaires, il s’agit bien pour les éditeurs, comme le rappelle Kudos, de profiter de nouvelles possibilités de visibilité et de nouvelles mesures d’usages sur des plateformes qui jusque-là passaient entre les mailles du filet. Du côté de Kudos justement, ce ne sont pas moins de 65 éditeurs dont Wiley, Taylor & Francis ou Cambridge University Press qui sont désormais clients du service. De fait, quand les chercheurs expliquent et partagent leurs travaux – ce que permet une plateforme comme Kudos –, les téléchargements de texte intégral sur le site de l’éditeur augmenteraient de 23 %. On comprend mieux alors le projet pilote de Kudos et Thomson Reuters d’insérer à partir du workflow de soumission ScholarOne des résumés grand public favorisant l’intérêt pour de non-spécialistes. Tout autant que les chercheurs, les éditeurs espèrent une plus grande visibilité et les nouveaux médias sociaux académiques peuvent les y aider. Certains éditeurs l’ont déjà bien compris, directement sur des réseaux comme ResearchGate ou via des services ad hoc fournis par des réseaux comme MyScienceWork. Signe des temps d’ailleurs, certains éditeurs prédateurs savent bien profiter de la pseudo-légitimité qu’ils peuvent obtenir via Academia ou ResearchGate.

A côté de ces partenariats, les derniers événements autour d’Elsevier-SSRN et de Microsoft-LinkedIn montrent cependant que l’on est monté d’un cran dans le rapprochement entre les sociétés industrielles historiques et les réseaux sociaux au succès bâti à l’ère d’internet. Fin mai, Elsevier annonce l’achat du réseau social SSRN, premier réseau commercial de partage de preprints en SHS fort de 2 millions d’usagers et de 600 000 preprints. Au-delà des nombreuses critiques émises à cette occasion et de l’intérêt pour le positionnement disciplinaire d’Elsevier, ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, c’est la stratégie que résume parfaitement Michel Vajou : développement de services aux chercheurs, recueil de données d’usages, encadrement de pratiques collaboratives, contrôle de la chaîne de publication, bref tous éléments sur lesquels les éditeurs, y compris Elsevier, se sont fait distancer ces dernières années par les réseaux sociaux académiques. Et tout cela dans un rapport toujours plus direct avec le chercheur, à l’écart des bibliothèques. Après Elsevier, début juin, c’est au tour de Microsoft d’annoncer l’acquisition du réseau social LinkedIn. Si, bien sûr, cette acquisition s’explique par la place des deux sociétés dans le monde de l’entreprise, les motivations ne sont guère différentes du rachat de SSRN. Selon les mots du PDG de Microsoft, « la productivité pour nous va bien au-delà des documents, feuilles de calcul et slides. Nous allons réinventer la productivité pour les individus évoluant dans un océan croissant de terminaux, d’applications, de données et de réseaux sociaux ». Là encore, une société historique qui a loupé le tournant réseaux sociaux et qui, au lieu de partir de zéro, acquiert un service complémentaire combinant déjà large base d’usagers, données produites gratuitement et infrastructure sociale. Ce faisant, les réseaux sociaux servent à renforcer purement et simplement la domination des acteurs les plus importants de leur secteur.

Qu’en est-il maintenant spécifiquement des réseaux sociaux académiques ? De fait, comme le rappelle justement Marlène Delhaye, « après les sociétés savantes, et les outils de gestion bibliographique (Mendeley), les infrastructures de l’OA deviennent un enjeu majeur du développement des éditeurs – et on peut légitiment penser qu’Academia et ResearchGate sont les prochains sur la liste ». On a vu qu’il existe plusieurs possibilités de revenus déjà plus ou moins expérimentées : levée de nouveaux capitaux, abonnements, publicité, partenariats commerciaux, voire introduction en bourse. Reste enfin la possibilité d’un achat par un concurrent plus important, qu’il soit éditeur ou non, cherchant un positionnement stratégique ou une plus-value financière. Dans le cas de SSRN, l’entreprise était à vendre et ses fondateurs cherchaient assurément une prise de bénéfices après 13 ans, et ce pourrait très bien devenir le cas des réseaux sociaux académiques. De tous les racheteurs potentiels, les éditeurs semblent les plus évidents. Ils sont encore peu nombreux à proposer une offre qui dépasse le cœur de métier historique au profit de services aux chercheurs, aux institutions et aux financeurs, et il serait temps qu’ils comprennent que « la publication n’est qu’une petite part du travail des chercheurs » (Charlie Rapple). L’achat d’Academia et de ResearchGate serait d’autant plus intéressant commercialement que sur les réseaux sociaux académiques, on ne trouve pas seulement des papers, mais, on l’a vu, bon nombre de documents de travail, des données personnelles et des métriques ciblées et originales. Dans la mesure où un dépôt de document sur Academia par exemple s’accompagne nécessairement de la cession d’une licence de réexploitation large, on imagine assez bien leur réutilisation à des fins commerciales. A l’heure des big data et du web sémantique intelligent, ceci permettrait d’avoir une excellente vue granulaire de la recherche en train de se faire et de jouir d’un avantage stratégique important, les données permettant d’établir des index sur lesquels développer outils d’analyse et de comparaison[11]. Elsevier ne se décrit-t-il pas désormais « plus comme une société de données qu’une société d’édition » ? Lors du colloque CNRS de Meudon 2015, Olivier Dumon (Elsevier) a d’ailleurs montré comment, en se basant sur les données des chercheurs au sein de réseaux, on pouvait envisager la création de nouveaux (épi)journaux maison. Du côté des non-éditeurs, la récente annonce de la vente du Web of science par Thomson Reuters à deux fonds d’investissement privés dont on attend ensuite une revente, éventuellement en morceaux, est tout aussi significative du danger qui peut peser sur des sociétés comme Academia ou ResearchGate. Ce qui n’est pas sans soulever un certain nombre d’inquiétudes. Parmi d’autres, le comité COMETS estime que les réseaux intéressent la science, les maisons d’édition et les institutions de recherche pour « établir la valeur des publications, mais aussi [pour] élaborer des graphes de métaconnaissances décrivant les réseaux de chercheurs, leurs liens et les recherches qu’ils entreprennent » et donc que « les institutions ne devraient pas en laisser la maîtrise aux grands acteurs privés de l’édition et de l’Internet ». A l’instar d’appels à acheter le Web of science par la communauté académique, certains envisagent alors l’achat d’un réseau social existant par un consortium d’établissements ou encore la transformation des réseaux sociaux académiques en sociétés savantes not-for-profit subventionnées par des fondations, des abonnements institutionnels, voire des ressources additionnelles issues d’un financement mêlant sur le modèle d’arXiv donations institutionnelles et contributions participatives, afin de disposer d’outils académiques autonomes, neutres et sans but commercial. C’est bien dans cette direction que se situe le futur site not-for-profit et open source Humanities Commons, initiative conjointe à plusieurs associations académiques et soutenue par la fondation Andrew W. Mellon.

Un dernier point peut opposer ou au contraire rapprocher les éditeurs et les réseaux sociaux académiques, celui de la fourniture de services aux institutions et aux financeurs autour des mesures d’impact utilisées dans le pilotage et l’évaluation de la recherche. Les connexions attendues entre les différents produits Elsevier (Mendeley, SSRN, Scopus, ScienceDirect) doivent certes fournir de nouvelles métriques aux chercheurs, mais surtout, et assurément plus rentable, fournir aux institutions et financeurs des mesures d’impact contre monnaie sonnante et trébuchante. Or, certains réseaux sociaux se sont engagés sur le même créneau. C’est sans doute le réseau social MyScienceWork qui, de toute la concurrence, est le plus avancé dans cette direction, puisqu’il établit progressivement son business model autour de son offre de « plateformes de valorisation de la recherche » Polaris, ouverte à toute institution impliquée dans la recherche (enseignement supérieur, fondation, etc.). Outre des fonctions de visibilité et de réseau, Polaris doit fournir des outils d’analyse et de métriques dans une démarche évidente, selon les termes de la société, de « pilotage » et de « suivi de la performance ». Or, ces réseaux sociaux, même s’ils brassent des millions d’euros, sont toujours dans la logique start-ups[12], pouvant fonctionner de manière agile, mais sans garantie de projet clair à long terme. Au vu du goût de plus en plus marqué des éditeurs et des fournisseurs de contenus pour les start-ups pour diversifier leur activité et gagner en visibilité (partenariat entre Wiley et la plateforme de dépôt de données Figshare, investissement mineur de Sage dans la société de peer review Publons, partenariat Ingenta Connect et Kudos), on se dit que ce serait encore une autre piste de consolidation pour les réseaux sociaux académiques comme MyScienceWork leur permettant de se concentrer sur leurs développements plutôt que de rechercher des financements ; MyScienceWork recherchait au printemps 2 millions d’euros complémentaires via une nouvelle levée de fonds. De fait, en se concentrant sur la fourniture plutôt que la production de contenus, les réseaux sociaux peuvent sans doute plus facilement que les éditeurs se concentrer sur l’expérience utilisateur.

 

Et les institutions ?

A l’heure où les réseaux sociaux académiques sont de plus en plus des intermédiaires de l’information, au détriment des acteurs traditionnels, que peuvent les institutions ? Faut-il avoir peur de ces réseaux pour une science aussi autonome, ouverte et égalitaire que possible ? De fait, ils semblent faire peser de nombreuses menaces : part toujours plus grande de sociétés capitalistes dans l’université[13] et nouvelles formes de captation de la valeur, remise en cause des systèmes de fourniture de documents et risques potentiels pour les archives ouvertes, dérives métriques et accentuation de la course à la performance… En fonction du profil de l’émetteur, les critiques, aussi nombreuses que variées, tournent bien souvent plus sur des principes idéologiques et politiques que sur des considérations pragmatiques, voire opportunistes. Les évolutions des éditeurs en lien avec les réseaux sociaux académiques ne montrent-elles pas cependant un modus vivendi possible, ou en tout cas des pistes pour envisager ce que l’Université dans son ensemble peut attendre et faire de ce paysage en mutation dont les réseaux sociaux ne sont qu’une manifestation ? De fait, certains ont déjà passé le cap de la critique, parfois un peu stérile, pour aller de l’avant. En Finlande, par exemple, où l’open science est une des priorités de la politique scientifique, l’Académie de Finlande (l’agence nationale locale de financement de la recherche) encourage les chercheurs à déposer leurs publications en green open access dans des archives ouvertes et s’il n’y en a pas, à les déposer sur des réseaux sociaux académiques. Dans le même sens, le service Polaris de MyScienceWork vient de se voir attribuer un financement dans le cadre du programme SME Instruments d’Horizon 2020 au motif de faciliter la dissémination de l’open access – ce programme de la Commission européenne destiné aux PME innovantes vise à « bousculer (« disrupt ») les réseaux de valeur et les marchés établis » et Polaris serait ainsi considéré comme un outil institutionnel. Doit-on s’en offusquer par exemple par rapport aux archives institutionnelles ? D’un point de vue idéologique évidemment car, répétons-le, ces start-ups ont des objectifs commerciaux à moyen terme et minent les définitions mêmes d’open acess et d’open science. D’un point de vue plus terre-à-terre, il faut se rendre à la réalité. Faute de moyens financiers, techniques et humains comparables, la comparaison entre archives ouvertes et réseaux sociaux académiques ne joue pas en faveur des premières. Tout comme il est parfaitement illusoire de mélanger les logiques et les buts des deux, d’un côté la publication, de l’autre le partage. A ce titre, on pourrait sans doute comparer les archives institutionnelles aux aux éditeurs dans leur rapport aux réseaux sociaux académiques. Là où bibliothèques et éditeurs se doivent de défendre leur cœur de métier, les réseaux peuvent apporter de véritables innovations. Or, comme le rappelle le fondateur d’Academia, les « expérimentations » requises pour perfectionner un réseau social reviennent cher et c’est du côté du privé qu’il y a le plus de capitaux disponibles. Les archives ouvertes ne sont pas assimilables aux réseaux sociaux ; chaque outil a ses particularités et ses buts. Contrairement à ces derniers, c’est le contenu qui est le centre de l’offre, pas le chercheur. C’est le contenu qui doit faire la valeur des archives ouvertes, un contenu vérifié, riche en métadonnées et interopérable avec les autres briques qui se développent comme les identifiants chercheurs, les bases de données bibliographiques ou encore les CRIS. Et ce sont les fonctionnalités liées au contenu qu’il convient de maintenir et de développer en priorité, quitte à s’inspirer des expérimentations réussies des start-ups en général, et pas seulement des réseaux sociaux académiques… On en retrouve l’écho du côté du JISC. Les dernières évolutions de l’archive ouverte HAL vont aussi dans le bon sens qui proposent désormais des fonctionnalités inspirées des réseaux sociaux (CV Hal bilingue, bouton « Tiré à part » sur certains portails institutionnels reprenant le modèle du « Request full-text » de ResearchGate), tout en dépassant certaines limites de ces réseaux (statistiques fines, nettoyées et incluant le cas échéant des altmetrics). Restent encore en projet les signalements automatiques des nouvelles publications pour faciliter la mise à jour, et des recommandations personnalisées. De fait, ce qui fait la force de HAL par rapport aux réseaux sociaux, par exemple, c’est certes le contenu et la pérennité, mais surtout les métadonnées sur ce contenu et l’interopérabilité du service, et c’est cela qui doit être maintenu et renforcé. Quitte à déployer d’autres services sur HAL comme à l’INRIA (fouille de données, recherches de partenariats) ; ce ne sont pas les idées de nouveaux services aux chercheurs basés sur les données qui manquent. Dans les faits, les utilisateurs d’archives ouvertes se montrent prudents : si certains utilisateurs de l’enquête faite par arXiv auprès de ses utilisateurs suggèrent des fonctionnalités supplémentaires autour de la publication ou de l’évaluation tournées vers l’open science (classement, peer review, épirevues…), la majorité s’accorde néanmoins sur l’importance de se focaliser sur la mission première de dépôt d’articles et non pas de transformer arXiv en un média social. De la même manière, l’étude de Paris Sud montre qu’une fonctionnalité de peer review par exemple arrive « bonne dernière des fonctionnalités attendues ». Dans tous les cas, les réseaux sociaux poussent les archives ouvertes à sortir de leur tour d’ivoire pour offrir un service aux chercheurs plus simple et plus ergonomique, sous peine de démotivation même des plus farouches partisans des archives ouvertes et de situation intenable tant pour les institutions que pour HAL. « Si le but n’est pas de faire de HAL la copie d’un service numérique privé déjà installé dans le paysage scientifique international, nous devrions particulièrement travailler sur les notions de proximité et d’expérience utilisateur pour faire de nos portails et collections d’archives ouvertes des outils orientés chercheurs » (Nicolas Alarcon), par exemple sur les questions des affiliations, des co-auteurs ou de signalements automatiques par moissonnage. Reste à savoir si le piratage du droit d’éditeur auquel appellent notamment Eric Verdeil et Laurent Romary serait un moyen de favoriser les archives ouvertes au détriment des réseaux sociaux académiques en dépassant le problème du dépôt de la version éditeur d’un article. Plus de trois universitaires sur quatre préfèrent en effet partager la version éditeur de leurs publications, et c’est aussi une des raisons du succès des réseaux sociaux qui ne vérifient pas la légalité du dépôt.

Le danger ou l’intérêt, selon le point de vue, pour les institutions est bien réel ; c’est en effet sur ce créneau que se situe le service Polaris, qui l’exprime sans détour : « Réinventons ensemble le concept d’archives institutionnelles ». Que propose ce service commercial sinon des fonctionnalités d’archives ouvertes (sauvegarde de la production scientifique, suivi de la performance), tout cela interconnecté, personnalisé et pré-rempli, mais surtout complété des dernières fonctionnalités qui se développent autour des réseaux et des médias sociaux pour les chercheurs : visibilité (offre de vulgarisation scientifique, liens vers les réseaux sociaux), réseautage et collaboration (suggestions personnalisées, outils de partage) ? Avec ses différentes briques et sa personnalisation possible, le service Polaris se veut un outil sur mesure, en fonction des objectifs des clients. Or, l’on sait bien qu’archives institutionnelles ne riment pas systématiquement avec archives ouvertes et que les institutions sont bien souvent plus intéressées par des outils de gestion et d’évaluation que par les questions d’open access. Dans la lignée des nombreux CRIS commerciaux, ce qui compte au premier chef, c’est d’avoir une agrégation et un suivi de sa propre production scientifique au moins au niveau métrique, sans nécessairement favoriser l’accès au texte intégral via l’autoarchivage par exemple. Par conséquent, on voit bien le nouveau marché qui s’ouvre pour les acteurs commerciaux de la communication scientifique, à côté de la visibilité du chercheur : celui des archives institutionnelles. C’est déjà le cas avec du côté des éditeurs comme l’illustre le rapprochement entre des archives institutionnelles et Elsevier, à commencer par l’université de Floride ; cela peut être le cas aussi des réseaux sociaux académiques. Notons par exemple que Polaris est déjà déployé pour des instituts français comme l’IRI ou l’Institut Henri Poincaré ; et ce n’est pas un hasard si leurs locaux français sont désormais implantés sur le campus d’Orsay. Au vu des publications déposées et des profils vraiment complétés, on aimerait cependant connaître l’appropriation de cet outil institutionnel par les chercheurs.

C’est là que les bibliothèques ont un vrai rôle pédagogique à jouer, tant par rapport à l’open access que par rapport à la visibilité du chercheur car, comme le dit un chercheur : « L’open access ne fait rien automatiquement. On a toujours à promouvoir sa recherche, à la présenter sous d’autres formes qu’un article de revue » afin de la faire connaître (Tobias Denskus). On soulignait déjà l’an dernier le rôle des bibliothécaires et des documentalistes sur ces sujets. A l’heure où la désintermédiation se développe avec les réseaux sociaux académiques et Sci-Hub et où les bibliothèques perdent du terrain dans le domaine de la recherche d’informations et de fournitures de documents, il est toujours aussi nécessaire et important de développer une vraie offre de services à destination des chercheurs autour de ces questions, permettant ainsi de situer les bibliothèques de recherche comme des hubs au plus près des pratiques des chercheurs. D’une part, parce que les chercheurs sont en attente de formations sur ces questions. D’autre part, parce que ces éléments de la recherche publique passent de plus en plus du côté d’entrepreneurs privés. La question de la vie privée notamment préoccupe de plus en plus les chercheurs, tout comme celle de l’identité numérique professionnelle. Or, force est de constater que, selon l’étude Dialogu’IST, c’est loin d’être une priorité dans l’information aux auteurs par rapport aux archives ouvertes, au droit d’auteur ou encore à la politique des éditeurs scientifiques, alors même qu’il s’agit d’un excellent produit d’appel pour aborder en retour ces questions sensibles. Si l’étude du JRC souligne le manque d’engagement des bibliothécaires français sur les réseaux sociaux académiques, elle met surtout en lumière les compétences attendues de la part des chercheurs français sur ces mêmes plateformes : maîtrise de l’anglais, connaissance et compréhension des éléments constitutifs de la réputation académique et de l’aspect « social », bonne gestion de son temps. De son côté, le bilan du projet FOSTER rappelle l’importance de développer des formations à l’open science dans les écoles doctorales. Mais pour être efficace, l’action pédagogique des bibliothèques doit être multiforme, à la fois par ses orientations (politique, documentaire et technique) et par sa forme (formations en présentiel, boîte à outils et conseils personnalisés aux chercheurs). Et, d’une manière générale, c’est l’occasion de rappeler « l’importance de la prise en compte de l’observation des pratiques des communautés de chercheurs dont la dynamique donne les tendances vers lesquelles s’orientent les nouvelles valeurs » (Chérifa Boukacem-Zeghmouri).

 

Conclusion 2016

Alors, #DeleteAcademicSocialNetworks ? Après les premières années d’existence, l’année 2015-2016 est une année de consolidation pour les réseaux sociaux académiques. Alors que leur succès auprès des chercheurs et leur reconnaissance institutionnelle n’ont jamais été aussi importants, de leur côté, leur vrai souci est la pérennité de leur modèle économique – et ce n’est pas un hasard si ce sont les réseaux les moins dotés initialement, Academia et MyScienceWork, qui les premiers testent de nouveaux services payants. Tout comme pour la question de l’open access et des APC, il est donc crucial que les chercheurs comprennent les modèles économiques en cours dans le domaine de la communication scientifique. Mais critiquer à outrance ces réseaux, c’est se tromper de cibles, oublier que la plupart des infrastructures numériques de la publication scientifique appartiennent déjà à des acteurs commerciaux comme les éditeurs et que la commercialisation du savoir ne relève plus depuis longtemps déjà des seules institutions publiques. C’est aussi oublier le rôle que ces réseaux en sont venus à jouer, pour nombre de chercheurs, dans l’accès à l’information scientifique et leur visibilité dans les communautés de chercheurs et au dehors. A plusieurs reprises lors des débats de l’hiver 2015-2016, on a rappelé que les réseaux sociaux sont en fait les simples symptômes d’un modèle scientifique cassé (« broken »), tant du côté économique avec les éditeurs que du côté institutionnel avec une injection au productivisme. Tous les partenaires (chercheurs, éditeurs, institutions) ont leur part de responsabilité dans cette situation et les réseaux sociaux ne font qu’en profiter.

Mais une fois le diagnostic posé, que faire ? Bien sûr, comme le rappelle l’étude JRC, la question est à aborder au niveau général, et non pas au niveau des seuls réseaux ; l’étude liste ainsi cinq facteurs de changement : a) l’inégalité et l’injustice du système existant ; b) l’inévitabilité du numérique ; c) une pression croissante de l’usager (étudiant, parent, employeur) pour mettre en valeur les activités d’enseignement et non de recherche ; d) la facilité d’accès et la disponibilité de l’information ; e) les directives politiques de la Commission européenne, des gouvernements et des financeurs. Bref, ni plus ni moins qu’une refondation de la science actuelle… D’une manière plus pragmatique, c’est aux institutions et aux communautés scientifiques d’être vigilants en surveillant attentivement les évolutions en cours de ces réseaux autour de la publication et des métriques. Souhaitons-nous voir par exemple les métriques de ces réseaux prendre place dans l’évaluation du chercheur ? Alors que l’on parle de plus en plus des « communs » de la science, souhaitons-nous voir ces start-ups continuer à capter la valeur de la recherche, y compris via de nouveaux services ? Et si non, à quel coût ? Bien sûr, dans l’idéal, ce serait aux institutions et communautés scientifiques de proposer de vraies alternatives crédibles et pérennes, mais dans l’immédiat, faute de financements adéquats et pour des questions de fréquentation, il semble illusoire d’envisager des outsiders publics ou not-for-profit apportant les mêmes services gratuits qu’Academia et ResearchGate et à de telles échelles géographiques et disciplinaires – il suffit de penser à Facebook pour voir qu’une fois que la place est prise et le quasi-monopole assuré, les utilisateurs ne se déportent pas sur les solutions alternatives. Et c’est donc au niveau local que la réponse doit se trouver autour de services non pas similaires mais différents et complémentaires, comme les services de profils open source et les archives ouvertes, ou, à tout le moins, avec un vrai accompagnement des chercheurs à la publication et à la diffusion sur internet.

Du point de vue du chercheur enfin, deux points de vue s’affrontent : le libre arbitre et l’éthique de la science. D’un côté, selon les termes de Paolo Mangiafio, « si vous êtes à l’aise avec les compromis et les risques, et souhaitez les échanger contre le service fourni, alors ne supprimez pas votre compte Academia ». De l’autre, selon les termes de Guy Geltner, « on ne peut attendre de l’enseignement supérieur qu’il répare toutes les injustices dont il hérite, néanmoins, il devrait éviter de les exacerber. A chaque intervention ou article financé par de l’argent public que nous donnons à ceux qui finiront par le vendre (ou qui s’en serviront pour en tirer profit), nous contribuons à la subordination de la science aux caprices d’élites financières ou politiques ». Réjouissons-nous, en tout cas, qu’à l’instar des débats actuels autour de l’open access et de l’open science, les réseaux sociaux soient aussi l’occasion de repenser, au niveau individuel comme au  niveau supérieur, ce que l’on attend de la science et de faire des choix informés à ce sujet.

 

[1] On a ainsi parlé spécifiquement des réseaux sociaux lors des journées d’étude Réseaux sociaux et recherche : impacts, enjeux, identités, co-organisée par l’Université de Limoges et l’URFIST de Bordeaux (04/02/2016) ; plus particulièrement sous l’angle de l’open access lors des 6es journées open access Couperin, La science ouverte en marche. Les chercheurs, acteurs des mutations de l’édition scientifique à l’ère de l’open access (12-14/10/2015) ou les 10 ans de HAL-SHS, Vers une culture de la diffusion en sciences humaines et sociales : les 10 ans de HAL-SHS (18/12/2015) et de la journée E-researcher : social medias – open access – copyright – libraries de l’université de Louvain (2/06/2016), ou encore sous l’angle des nouveaux modes de communication scientifique, comme lors de l’atelier « Les nouveaux modes de communication scientifique » du colloque CNRS Publication scientifique, innovation et services à la recherche (9/11/2015) ou la table ronde Les nouvelles pratiques des chercheurs et leurs conséquences sur la communication scientifique du dernier forum du GFII (8/12/2015). L’offre de formation continue également à s’étoffer, avec des supports de formation en présentiel sur les enjeux des réseaux en général ou sous l’axe plus particulièrement open access (P. Aventurier [INRA], A. Bellier [université de Genève], en anglais), D. Benoist et M. Le Gall [université Paris Descartes], A. Bouchard [URFIST de Paris], D. Bourrion [université d’Angers], V. Durieux [université libre de Bruxelles], F. Flamerie [université Pierre et Marie Curie]…), quand ce ne sont pas des groupes de discussion (Villanova University, Wageningen UR). Parmi les documents de communication, citons en priorité d’une part les très bonnes ressources suivantes : l’article « A social networking site is not an open access repository » par l’Office of scholarly communication de l’université de Californie ; la FAQ de l’université de Liège, la fiche Connaître les conditions d’utilisation des réseaux sociaux pour diffuser ses publications du CIRAD. (retour)

[2] Rappelons que selon le Petit Robert 2017, le terme « uberiser » signifie « déstabiliser et transformer [un secteur d’activité] avec un modèle économique innovant tirant parti des nouvelles technologies », mais le terme relève néanmoins du fourre-tout pouvant mêler réduction des intermédiaires et des coûts, économie du partage, business model, innovation, etc. (retour)

[3] D’abord publié sur son blog sous le titre « Does Academia.edu mean open access is becoming irrelevant? » (18/10), son billet est ensuite repris sur le LSE blog sous le titre « What does Academia_edu’s success mean for open access ? The data-driven world of search engines and social networking » (22/10) et publié sur Academia même sous le titre « Should this be the last thing you read on Academia.edu ? ». Il a été résumé en français sous le titre « Des milliards de données et moi, et moi et moi ? » (3/11). (retour)

[4] Richard Price, le fondateur d’Academia, va ainsi jusqu’à écrire : « From the perspective of open access, it may seem that it’s better for open access if a paper can be downloaded without requiring sign-up. However, we have found that 90% of the 5.5 million papers uploaded to Academia.edu have come from people who signed up to download a paper, and then later decided to upload their own papers to their Academia.edu profile. We think that people signing up when downloading a paper has led to a few million more papers online than there otherwise would be ». (retour)

[5] La nouvelle version des Guidelines on Open Access to Scientific Publications and Research Data in Horizon 2020, Version 2.1, 15 February 2016, European Commission, Directorate General for Research and Innovationuidelines indique « A repository for scientific publications is an online archive. Institutional, subject-based and centralised repositories are all acceptable choices; repositories that claim rights over deposited publications and preclude access are not ». On se méfiera de la traduction française qui porte, elle, « En revanche, les archives qui revendiquent des droits sur les publications déposés et en entravent l’accès sont à éviter » qui confond « repository » et « archive » et qui est moins exclusive. (retour)

[6] L’impact points semble avoir été supprimé des profils depuis le printemps. (retour)

[7] Ce qui n’empêche pas l’apparition d’une nouvelle catégorie « Social » dans le Ranking web of repositories avec un indicateur de visibilité prenant en compte notamment Academia et ResearchGate. (retour)

[8] Parlant du système de peer review mis en place, le fondateur d’Academia affirme que le système « rend fun les échanges intellectuels d’une manière que le peer review n’est pas ». (retour)

[9] A titre de comparaison les tarifs pratiqués par les grands éditeurs sont généralement plus élevés. Le rapport Finch (2012) avait d’ailleurs estimé un montant moyen de 1 700 £. Les APC pour publier dans la mégarevue en SHS de Sage sont de 90 $. (retour)

[10] Eric Verdeil rappelle d’ailleurs bien les causes pouvant justifier cette situation : attachement des chercheurs à la version éditeur dans le travail du chercheur et modération des archives ouvertes en fonction du droit de l’éditeur. (retour)

[11] A ce sujet, on pourra également se reporter au rapport du GFII De la veille à l’analytics. Impact des big data sur les activités et le marché de la veille, 05/2015. Cf. le site. (retour)

[12] MyScienceWork a d’ailleurs été sélectionné parmi les 30 start-ups internationales d’après l’édition 2016 du magazine Challenges 100 start-up où investir. Notons que la sélection s’est faite après dépôt de dossiers de candidature par des start-ups prévoyant de lever des fonds en 2016. (retour)

[13] Du côté des réseaux sociaux professionnels, profitant des données de sa base d’usagers (400 millions d’inscrits) LinkedIn a ainsi mis en place durant l’hiver un classement des universités basé sur l’orientation professionnelle de leurs étudiants et qui se veut une alternative crédible aux classements actuels de type Shanghai ou Times higher education (retour).


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
A. Bouchard (30 août 2016). #DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016. UrfistInfo. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v4gk