Un book sprint pour booster vos projets de rédaction collaborative. Interview d’Elisa de Castro Guerra (FlossManuals francophone)

Le contexte

L’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux a organisé du 15 au 19 avril 2019 un book sprint sur la reproductibilité de la recherche. En savoir plus sur les auteurs. Les chercheurs, issus de différentes disciplines, ont rédigé tous les contenus et conçu la table des matières ex nihilo. L’équipe d’auteurs a été constituée spécialement pour le book sprint.
Début de la rédaction : lundi après-midi. Fin de la rédaction : jeudi soir. En savoir + sur le projet

Le livre issu du book sprint est disponible en accès libre.

Vous pouvez faire des propositions de contenus en créant une “issue” sur GitHub.

A l’origine, les book sprints ont été conçus pour documenter les logiciels libres : il s’agit d’une adaptation des code sprints des développeurs. L’accent est mis sur le travail collaboratif entre participants aux compétences diversifiées. Il s’agit d’une pratique d’écriture collaborative, pas seulement collective. Tout est écrit durant le sprint. La post-production (correction des coquilles, mise en page, intégration des références biblios, etc.) en revanche peut nécessiter plusieurs semaines de travail une fois le sprint passé. Sur une durée de 3 à 5 jours, le travail est effectué sous la houlette d’un facilitateur, dont le rôle est d’organiser les échanges.

Pour éclairer le rôle fondamental du facilitateur dans ce type de projet et la méthode du book sprint, l’Urfist de Bordeaux a posé quelques questions à Elisa de Castro Guerra qui a facilité le book sprint sur la reproductibilité de la recherche. Propos recueillis par Sabrina Granger, chef de projet.

Elisa, pourrais-tu te présenter en quelques mots? Quel est ton parcours, quels sont tes centres d’intérêt actuels?

Je suis psychologue et ethnologue de formation. Par curiosité et par goût, j’ai rejoint diverses communautés virtuelles autour du logiciel libre. Je me suis prise au jeu et je travaille aujourd’hui avec ces outils. Par un principe de retour à la communauté, je participe, à la hauteur de mes compétences, à ces logiciels, plus précisément aux logiciels libres graphiques avec une approche en UX design et sur de la documentation, sur de la formation. J’ai co-fondé plusieurs associations dont une a pour objectif de documenter avec un point de vue pédagogique l’utilisation de ces logiciels (Floss Manuals Francophone). Participer à ces logiciels et cet univers m’ont ouvert à d’autres compétences. Professionnellement j’ai pu en tirer avantage et cela m’arrive maintenant de faciliter des book sprints depuis 2011 sur des projets variés.

Qu’est-ce qu’un book sprint peut apporter à un service universitaire, un laboratoire de recherche ?

Le book sprint est une méthode pour écrire rapidement à plusieurs. Le groupe co-construit une bulle temporelle et crée un environnement favorable à la création et l’intelligence collective. Le temps est compté car l’objectif est bien identifié (produire un livre en quelques jours). Les différentes tâches sont identifiées aussi bien dans leur nature que leur durée.

Je ne connais pas précisément le travail spécifique du laboratoire de recherche, mais suite à l’expérience que nous avons vécu [NDLR : Elisa fait référence au book sprint organisé par l’Urfist de Bordeaux], j’ai l’impression que ce book sprint a permis :

  • de découvrir une nouvelle façon de collaborer
  • de découvrir une autre façon d’écrire vite et bien
  • de fédérer des chercheurs issus de disciplines différentes mais pourtant bousculés par des problématiques communes
  • d’enrichir sa pensée
  • de vivre une expérience humaine passionnante

Quels sont les 3 facteurs clés de réussite pour un book sprint selon toi? Et quels sont les 3 écueils principaux à éviter?

L’idéal est de réunir des personnes qui ont envie de participer à ce type d’expérience. Ces participants doivent avoir des points de vue (une expérience) différents des uns des autres, et des niveaux sur la question également différents.

Le sujet abordé doit être innovant, inutile de refaire ce qui existe déjà.

Il faut éviter d’organiser un book sprint dans le milieu naturel du participant, sinon il ne sera pas complètement disponible pour participer à cet événement. Il faut également éviter qu’un nouveau participant arrive en fin de book sprint, le risque est alors trop grand de déconstruire le travail déjà réalisé et de démotiver les participants présents depuis le début.

L’équipe réunie doit absolument être présente sur la totalité de l’événement, si c’est difficile, il faut alors plutôt accepter des participants quittant avant la fin plutôt que l’inverse.

Cite-moi 3 idées reçues (fausses)  que l’on pourrait avoir sur les book sprints? en termes d’organisation, de durée, de profils d’auteurs, de compétences mobilisées, etc.

Il est nécessaire d’avoir un facilitateur, réunir des participants ne suffit pas, même de bonne volonté. Et c’est difficile d’être à la fois auteur et facilitateur !

La durée du book sprint doit rester courte (pas plus de 5 jours) et être regroupée dans le temps (l’idéal est de proposer un book sprint sur 3 à 5 jours consécutif).

Les auteurs doivent déjà avoir eu une expérience positive avec l’écriture, être prêts à collaborer (écrire et accepter que quelqu’un modifie votre paragraphe) et à discuter.

Selon le sujet, il est essentiel de réunir des compétences diversifiées pour une approche plurielle et des expériences à des niveaux différents (débutant, intermédiaire, expert).

Quel est le rôle du facilitateur? Et comment bien faciliter un book sprint?

Le facilitateur a une vue globale sur la co-création alors que les participants sont dans la création de leur plus petite partie. Le facilitateur sait ce qui a été fait et ce qui reste à faire et met en place une lisibilité de ce qui reste à faire pour que chacun se responsabilise et s’organise afin de gérer son apport au regard du temps disponible.

Le facilitateur ressent l’humeur du groupe, il prend soin du groupe, et est attentif à ce que chacun reste dans sa zone de confort et a les moyens de donner le meilleur de soi-même.

Le facilitateur organise les discussions pour que les doutes soient levés et que le résultat de la co-création soit le reflet satisfaisant du groupe.

Je ne sais comment expliquer la facilitation d’un book sprint en peu de mots, participez à mes formations pour en apprendre davantage !

Quels sont les autres rôles que l’on peut prévoir quand on organise un book sprint?

Souvent en relation avec l’objet final, au cours de mon expérience de divers book sprints, nous avons pu faire appel à :

  • un développeur pour qu’il corrige les bugs constatés lors de l’événement
  • un traducteur pour qu’il contribue et améliore la localisation française
  • un débutant correspondant à la cible de la co-création afin de tester immédiatement (et corriger le cas échéant) l’efficacité de notre action
  • un graphiste pour la réalisation de schémas ou illustrations à insérer dans l’ouvrage
  • un coordinateur de projet pour identifier les auteurs et le lieu
  • un relecteur pour qu’il fasse une repasse sur la totalité de l’ouvrage terminé pour chasser les erreurs typographiques et de style inévitables
  • un bibliothécaire pour prendre soin de la bibliographie et des références bibliographiques
  • voire … un cuisinier pour nous préparer de bon petits plats le midi et le soir afin de créer des moments positif de vie du groupe autrement que par le travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.