Communication scientifique : un appel à contributions

Les appels à contributions se suivent et s’accumulent, ce qui témoigne d’une activité scientifique débordante dans le champ des Sciences de l’information et de la communication.
Voici donc un nouvel appel à articles,  diffusé sur ce blog avec un peu de retard (mais les semaines de cette rentrée passent très vite !).  Il s’agit du nouveau numéro des Cahiers du Numérique

Attention : le délai de remise des propositions est le 26 octobre (cf les modalités pratiques)

Enjeux actuels de la communication scientifique

Numéro thématique
coordonné par Joachim Schöpfel 

La communication scientifique
évolue au rythme des nouvelles technologies de l’information et de la communication, du marché de
l’information scientifique et des politiques de recherche nationales et
internationales. Son développement reflète les besoins des différentes
communautés scientifiques, notamment dans les domaines émergents ; en même
temps, elle façonne à sa manière le fonctionnement et la cohésion de ces
communautés. 

Depuis l’invention de la revue
scientifique par Henry Oldenburg et Marin Mersenne au 17e siècle, la
principale fonction de la communication scientifique a été l’enregistrement
d’une découverte ou idée pour protéger la propriété intellectuelle de son
auteur, puis la diffusion, l’évaluation par les pairs et l’archivage des
résultats de la recherche. Pendant trois siècles, la revue est restée le
vecteur central de la communication scientifique, avec une évolution formidable
à l’image de l’accélération de la recherche fondamentale et appliquée.

En parallèle et plus en marge, le
développement d’autres formes de l’information scientifique : livres,
bases de données, rapports, actes de colloques, thèses et mémoires etc. 

Depuis plus de dix ans,
technologies, marché et politiques bouleversent l’évolution de la communication
scientifique. Revues électroniques et e-books font partie du quotidien des
chercheurs, l’accès aux ressources numériques s’organise à travers les portails
des différents organismes et établissements, et Internet impacte d’une manière
significative les circuits de dissémination et circulation de la littérature
grise. 

Favorisés par la technologie,
poussés par les besoins d’investissement lourd, attirés par un marché en forte
expansion avec des gains considérables, des véritables empires de l’édition
scientifique se sont formés par le jeu des fusions et rachats avec le risque de
freiner l’innovation et la diffusion des savoirs et de maintenir des prix
(trop) élevés. 

Mais la communication
scientifique est également tributaire des politiques : modes de pilotage,
de financement et d’évaluation, choix des domaines prioritaires, modification
des structures et fonctionnement des organismes, investissement dans la
production, l’acquisition et diffusion de l’information et des résultats de la
recherche, tout cela a un impact direct et immédiat sur les modes de
communication scientifique. 

L’objectif de ce numéro est de
faire le point sur quelques enjeux majeurs de la communication scientifique
dans l’environnement numérique. Dégager les questions centrales dans le
contexte esquissé, rendre intelligibles les enjeux sans réduire leur
complexité, présenter les forces sous-jacentes, ouvrir des espaces
d’action : voilà le programme. Quelques suggestions :

  • Communication scientifique et évaluation des chercheurs, laboratoires, revues.
  • Les nouveaux modèles économiques de l’édition scientifique.
  • Le bouleversement des bibliothèques et métiers de l’information.
  • L’impact des archives ouvertes sur la diffusion et la valorisation de la production scientifique.
  • Liens entre communauté et communication scientifique
         (besoins, outils, usages).
  • L’évolution des contenus et services dans les revues scientifiques.
  • Comparaison entre outils collaboratifs du Web2.0 et moteurs de recherche algorithmiques par rapport à la découverte de l’information scientifique.
  • Nouvelles formes de communication scientifique et propriété intellectuelle.
  • L’analyse empirique de l’usage des ressources en ligne par les chercheurs.
  • Culture d’information et communication scientifique.
  • La place de la communication scientifique dans les nouveaux systèmes d’information de recherche (CRIS).
  • Communication scientifique, EScience, cyberinfrastructure.

Cette liste n’est ni exhaustive
ni limitative. L’appel s’adresse d’abord aux chercheurs en sciences de
l’information et de la communication mais des contributions d’autres
disciplines et des métiers de l’information sont bien-venues.

 

 

Modalités pratiques

 

 

 

 

 

Ø Envoi
  des propositions d’articles (6 000 caractères, espace non compris, plan et références
  bibliographiques non compris) : 26 octobre 2008 à l’adresse
  suivante

 

joachim.schopfel@univ-lille3.fr

 

Merci d’indiquer prénom et nom,
  institution d’attache, adresse électronique, titre de

 

l’article, 3 à 5 mots clefs. Les
  propositions soumises seront évaluées en double aveugle.

 

 

 

 

Ø Notification aux auteurs : 18 décembre
  2008.

 

 

 

 

Ø Remise
  des textes (30 000 signes espaces compris) : 29 mars 2009.

 

 

 

 

 

Composition du comité scientifique

 

Chérifa
Boukacem-Zeghmouri (Université Lille 3), Hervé Colinmaire (Bibliothèque
Nationale de France), Viviane Couzinet (Université Toulouse 3), Anne
Gentil-Beccot (CERN), Marc Guichard (INIST-CNRS), François Heinderyckx
(Université Libre de Bruxelles), Simone Jérôme (ABD-BVD), Brigitte Jörg (DFKI
Saarbrücken), Sylvie Lainé (Université Lyon 3), Claude Poissenot
(Université Nancy 2), Régis Saint-Paul (CREATE-NET), Alexis Walckiers
(Université Libre de Bruxelles).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.