Digital natives et (in)-compétences informationnelles

Recherche d’information : 7,67 sur 20 !
C’est la
note moyenne en recherche d’information, établie pour les 1865 étudiants belges
ayant répondu à l’importante l’enquête menée par le Groupe Edudoc et le Conseil
Inter-Universitaire Francophone (CIUF). Les résultats de cette nouvelle enquête
sur « L’évaluation
des compétences documentaires des primo-arrivants
», menée auprès de
35 établissements d’enseignement supérieur de Belgique, ont été présentés lors
de la journée d’étude du
20 mai
.
On trouvera un premier écho des résultats sur le blog
Enseignons.be, qui les résume ainsi : « Les
jeunes incapables de s’informer sur le Net
».

Conclusion certes brutale, mais qui ne surprendra nullement les
formateurs en maîtrise de l’information, qui constatent tous les jours que
familiarisation technique sur internet n’égale pas, comme par miracle,
compétence informationnelle.

En revanche, étonnés par les compétences techniques des
« digital natives » (pourtant loin d’être aussi développées), de
nombreux enseignants et responsables éducatifs (du secondaire comme du
supérieur) font encore l’impasse sur les compétences informationnelles,
persuadés que les élèves et les étudiants savent désormais chercher seuls
l’information, à partir du moment où ils interrogent le couple
Google-Wikipedia. Cette enquête est donc une nouvelle pierre dans le jardin de
ce que j’appelle « l’illusion spontanéiste », consistant à croire que
les étudiants seraient spontanément acculturés à Internet, à la recherche et à
l’évaluation de l’information, et qu’il n’y a donc aucun besoin de formation
documentaire systématique. Illusion toujours très répandue sur les
campus !

 
La faiblesse des compétences informationnelles ne concerne pas
que les étudiants de 1ère année, visés par l’enquête du CIUF. Elle
se constate aussi, évidemment sous d’autres formes, chez les doctorants, comme le montre l’enquête que les SCD de
Bretagne et l’URFIST de Rennes ont menée sur les besoins de formation des
doctorants à l’information scientifique.

Nous en présenterons bientôt tous les résultats, en cours
d’analyse et de synthèse. D’ores et déjà, ils montrent clairement que la
« googlisation » est également à l’œuvre en doctorat : les
moteurs de recherche sont devenus les principales et premières ressources
utilisées pour la recherche d’information (par 96 % des doctorants), et parmi
les moteurs, Google est bien sûr largement en tête (à 60 %). Quant aux
ressources documentaires traditionnelles (catalogues, bases de données) ou
nouvelles (archives ouvertes, blogs), elles sont très largement sous-utilisées,
voire purement ignorées et méconnues d’une grande majorité de doctorants.

 Cette enquête, portant sur un échantillon de 519 réponses
(sur un total de 2218 doctorants), confirme donc également que la formation à la maîtrise de l’information,
notamment de l’information scientifique en doctorat, reste plus que jamais une
nécessité.

Et nous ne pouvons qu’appuyer la démarche des responsables d’Edudoc,
Paul Thirion et Bernard Pochet, quand ils déclarent : « Nous plaiderons pour le renforcement des
cours de recherche documentaire dans l’enseignement supérieur alors que nous ne
sommes pas sûrs, actuellement, qu’ils soient maintenus. Nous souhaitons la
généralisation des formations à la recherche documentaire dans l’enseignement
secondaire
. » (cf blog Enseignons.be)

 
Les deux enquêtes seront présentées en détail lors des
prochaines Rencontres
Formist
. .

 
AS



Citer ce billet
urfistinfo (2008, 31 mai). Digital natives et (in)-compétences informationnelles. UrfistInfo. Consulté le 26 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v3ml

2 réflexions sur « Digital natives et (in)-compétences informationnelles »

  1. Cécile

    A lire pour pondérer ces résultats
    “Regard croisé sur les pratiques de recherche bibliographique en SHS” qui révèle des résultats étonnants :
    “Les résultats montrent que, pour commencer une recherche, les étudiants s’appuient surtout sur leurs cours (40%) et sur les ressources de la bibliothèque (23% pour les collections électroniques). Dans cette démarche initiale, l’usage des moteurs de recherche tels que Google et Yahoo atteint 13% et Wikipédia 3%.”
    la suite :
    http://www.inrp.fr/blogs/vst/index.php/2007/09/04/p260#more260

    Répondre
  2. Bruno Devauchelle

    Bonjour

    La conclusion propose “le renforcement des cours de recherche documentaire dans l’enseignement supérieur”. Je me permets d’ajouter que comme dans l’enseignement secondaire cela est insuffisant. EN effet s’il n’y a pas de mise en oeuvre en contexte ces cours seront vites oubliés et rangés sur l’étagère de l’oubli…
    Trop se savoirs enseignés de manière spécifique en contexte scolaire ou universitaire ne sont jamais repris dans l’ensemble de l’enseignement et des pratiques d’apprentissage (combien d’étudiants poursuivent jusqu’en thèse ?)
    Les enquêtes menées auprès des jeunes scolarisés montrent toutes un large déficit de demandes et de pratiques contextualisées. Promouvoir seulement des cours ne suffira jamais… qu’à apprendre, mais pas à s’approprier…

    Bruno Devauchelle

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.