STM report : an overview of scientific and scholarly journal publishing

L’International Association of Scientific, Technical, and Medical Publishers (STM) vient de publier un nouveau rapport : “The STM report : an overview of scientific and scholarly journal publishing” (pdf), suite du rapport de 2006, “Scientific publishing in transition : an overview of current developments” (pdf).

Le rapport indique notamment que les communications scientifiques subissent de profonds changements liés à des facteurs technologiques et économiques alors que les motivations majeures des auteurs à publier restent stables.
Les revenus annuels générés par la publication de revues STM anglophones sont estimés à $8 milliards en 2008, en croissance de 6 à 7% par rapport à 2007, au sein d’un marché de l’édition STM plus large d’une valeur de $16 milliards. Environ 55% des revenus STM mondiaux (y compris les produits STM autres que les revues) proviennent des Etats-Unis, 30% d’Europe, 10% d’Asie/Pacifique et 5% du reste du monde.
La croissance continue de la production, en particulier de la Chine et de l’Asie de l’Est vont continuer à mettre de la pression sur le système, notamment lorsque cela se combine avec la volonté des financeurs d’un plus grand retour sur leurs investissements dans la recherche et les pressions sur les chercheurs pour accélérer le cycle de la recherche.

Il existe environ 2000 éditeurs de revues dans le monde, et les principales entreprises et associations professionnelles anglophones comprennent 657 éditeurs produisant environ 11 500 revues – environ 50% de la production totale des revues par titre. Parmi ceux-ci, 477 éditeurs (73%) et 2334 revues (20%) sont à but non lucratif.
Début 2009, on recense environ 25 400 revues savantes à comité de lecture actives, publiant collectivement environ 1,5 million d’articles par an. Le nombre d’articles publiés chaque année et le nombre de revues ont tous les deux augmenté régulièrement depuis plus de deux siècles, de 3% et 3,5% par an respectivement. Cela s’explique par la croissance tout aussi durable du nombre de chercheurs, qui a aussi augmenté d’environ 3% chaque année et se situe maintenant entre 5,5 et 10 millions, selon la définition, quoique environ seulement 20% représentent des auteurs réguliers.

Le rapport montre aussi que le débat concernant les modèles économiques et d’accès à l’information à lieu, de manière paradoxale, à un moment où l’accès à la littérature n’a jamais été aussi large ni les coûts par téléchargement aussi bas. Dans ce débat en plein développement, l’intérêt reste croissant pour une approche basée sur les preuves de ces différents modèles économiques.

Ce rapport sera mis à jour et diffusé tous les 3 ans.

AM
[traduction d'extraits du communiqué de presse du 13 octobre 2009]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.