Archives de l’auteur : Alexandre Serres

À propos Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

Trois « méta-études » sur les comportements informationnels des usagers

Les enquêtes et études sur les comportements informationnels des usagers, notamment universitaires, n’ont jamais été si nombreuses et si riches. Et il devient très difficile, sinon impossible, d’en faire un suivi exhaustif. Aussi faut-il saluer particulièrement les « méta-études », fondées sur des états de l’art de la littérature et des synthèses de travaux.

En voici trois, découvertes ces dernières semaines, toutes trois évidemment anglo-saxonnes (l’analyse d’un grand nombre de travaux de recherche sur les usagers et les pratiques informationnelles confirme l’écrasante supériorité des Anglais et des Américains dans ce domaine ; mais ceci est un autre sujet !), de grande ampleur et produites par l’incontournable JISC.

La première est déjà vieille de deux ans et avait été commentée lors de sa sortie, en 2008 : il s’agit de l’étude des chercheurs de l’UCL (University College London) et du JISC (Joint Information Systems Committee), « Information behaviour of the researcher of the future ». La nouveauté à saluer aujourd’hui est l’heureuse initiative d’Isabelle Estève-Bouvet, qui a traduit le document de synthèse, et de SavoirsCDI qui l’a mis en ligne :  “Comportement informationnel du chercheur du futur“.

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Parution de “L’Education à la culture informationnelle”

Il est enfin paru !
Avec quelques mois de retard sur le calendrier initial, l’ouvrage collectif de l’ERTé, “L’éducation à la culture informationnelle”,  vient donc de sortir aux  Presses de l’enssib et nous sommes particulièrement heureux d’annoncer ici cette parution.
L’ouvrage, dirigé par Françoise Chapron et Eric Delamotte, est l’édition des actes du Colloque international de Lille, d’octobre 2008, édition doublement enrichie : d’une part, les textes du colloque, qui ont été sélectionnés, ont été repris et améliorés par rapport à leur version d’origine (rappelons que toutes les communications du colloque sont accessibles, depuis janvier 2009, sur ArchiveSic dans la collection ERTé), d’autre part plusieurs nouveaux textes, rédigés par les membres de l’ERTé, viennent structurer et introduire les différentes parties de l’ouvrage.

Signalons enfin que cet ouvrage inaugure la nouvelle série, lancée par les Presses de l’enssib dans la collection “Papiers“, la série “Culture(s) de l’information“, co-animée par Claire Denecker et moi-même.

Voici la présentation et le sommaire :

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les étudiants et Wikipedia (suite et fin)

Les variables d’utilisation de Wikipedia

Comment les niveaux d’étude, notamment les cursus en deux ou quatre ans, interviennent-ils dans l’utilisation de Wikipedia ? Quelles sont les disciplines les plus utilisatrices ? Et quels sont les liens avec les autres pratiques documentaires ? La troisième partie de l’enquête américaine tente de répondre à ces questions en croisant les données et en établissant des corrélations statistiques : onze variables (cf le tableau ci-dessous) ont ainsi été déterminées, dont l’objet est de mesurer la plus ou moins grande probabilité d’utilisation de Wikipedia.

De ces onze  variables ont émergé trois ensembles significatifs :
– les cursus universitaires de deux ans (essentiellement les Community Colleges[1] , qui correspondraient ici aux anciens DEUG, aux IUT, aux BTS, etc. ;
– les disciplines ;
– certains types d’usages des ressources documentaires.

Sur ces onze variables, cinq sont jugées particulièrement significatives par Head et Eisenberg, dans leur effet sur la probabilité d’utilisation de Wikipedia.

La première corrélation concerne, une fois de plus, l’usage de Google et indique que les étudiants qui utilisent couramment Google ont 90,92 % de probabilités d’utiliser Wikipedia. Ce chiffre, qui n’est pas une surprise, est une nouvelle preuve statistique du « couple Google/Wikipedia », qui peut se traduire, d’après cette enquête américaine, par l’adjonction de ces deux chiffres : 95 % des étudiants qui commencent leur recherche documentaire sur Wikipedia la poursuivent sur Google et, à l’inverse, ceux qui utilisent Google ont près de 91 % de probabilités de consulter aussi Wikipedia.

Continuer la lecture

  1. Voir http://www.fulbright-france.org/htm/page.php?id=151 []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les étudiants et Wikipedia (suite)

Comment Wikipedia s’intègre dans le processus de recherche documentaire

L’importance des fonctions de « recherche documentaire », évoquée dans le précédent billet, est soulignée par le second ensemble de données de l’étude de Head et Eisenberg, sur les moments d’utilisation de Wikipedia au cours d’un processus de recherche.

Commencer la recherche par Wikipedia…

Comme le montre le schéma ci-dessous, les étudiants américains ont massivement (à 70 %) recours à Wikipedia au début de leurs recherches : 40 % commencent même directement leurs recherches par l’encyclopédie et 30 % la consultent très vite. A l’inverse, si 18 % ne l’utilisent à aucun moment (par choix ou par ignorance), seulement 10 % y ont recours au milieu des recherches, et 2 % vers la fin. Le « réflexe Wikipedia »,  ce recours systématique et immédiat à l’encyclopédie pour tout sujet de recherche, est attesté une fois de plus par cette étude.

Utilisation de Wikipedia aux différentes étapes du processus de recherche

Mais l’étude américaine nous en dit un peu plus et montre une fonction sous-estimée de Wikipedia, qu’ils définissent par l’expression de « presearch tool », que l’on peut traduire par « outil de pré-recherche »[1] . Wikipedia est perçue par les étudiants comme une première étape, permettant de remplir des fonctions cognitives classiques, mises en évidence par les spécialistes de la recherche d’information : réduire l’incertitude, stabiliser ses connaissances sur un sujet, se constituer une première base de connaissances, avant les recherches plus sérieuses et plus difficiles[2]  Loin de remplacer toutes les autres ressources et de monopoliser le processus de recherche d’information, Wikipedia remplirait plutôt une fonction d’appui, d’aide et de point de départ pour la recherche documentaire.

Un autre résultat de cette étude est particulièrement intéressant et concerne le rapport des étudiants avec leurs enseignants : les étudiants déclarent utiliser Wikipedia contre l’avis de leurs professeurs et mettent en place des stratégies de contournement, soit en n’avouant pas leur recours à l’encyclopédie, soit en ne faisant pas de citations. Ces usages non avoués, un peu cachés[3], d’une encyclopédie encore mal vue à l’université, seraient plus fréquents chez les étudiants avancés. Ils donnent matière à réflexion, à la fois sur les écarts culturels entre enseignants et étudiants face à Internet et sur les perspectives, largement ouvertes, d’une véritable intégration maîtrisée de Wikipedia dans les pratiques de recherche documentaire légitimées.

Continuer la lecture

  1. “Another focus group participant called Wikipedia “my presearch tool.” Presearch, as the participant defined it, was the stage of research where students initially figure out a topic, find out about it, and delineate it.” []
  2. “As one student put it, Wikipedia is ideal for big–picture background “in good English” and “putting me in my comfort zone” before moving on to more serious research (i.e., scholarly research databases and to a lesser degree, library books).” []
  3. “Most students also said they do not tell their professors they use Wikipedia;  they simply avoid citing it in their reports. This was particularly true in the case  of students in our sample enrolled in four–year institutions, who more likely to use  Wikipedia than students in two–year institutions.” []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les étudiants et Wikipedia : à propos de l’étude de Head et Eisenberg

Comment les étudiants (américains) utilisent-ils Wikipedia ?

Une étude très intéressante vient d’être publiée dans la revue First Monday de mars 2010 :  « How today’s college students use Wikipedia for course–related research »[1]
Avant d’en présenter les résultats, deux mots sur la méthodologie. Menée dans le cadre du Project Information Literacy (PIL), cette importante enquête a été conduite par Alison J. Head et Michael Eisenberg, chercheurs à l’Université de Washington et co-directeurs du PIL. Elle s’est déroulée en deux phases distinctes :
– une première étude qualitative a d’abord porté sur 11 « groupes-cibles », composés d’étudiants de sept universités américaines : fondée sur des entretiens d’une heure avec les groupes d’étudiants, cette première phase a touché, en octobre-décembre 2008, 86 étudiants au total, dont une très nette majorité d’étudiantes (70 %), majoritairement en Sciences humaines et sociales.
– la deuxième phase, quantitative, s’est déroulée au printemps 2009, sous la forme d’un questionnaire en ligne de 32 questions, envoyé à plus de 27 000 étudiants de 6 universités. 2318 réponses exactement ont été recueillies, soit un taux de réponse de 8 %. Cet échantillon était composé de 65 % de filles et 35 % de garçons, de toutes disciplines.
L’étude a été structurée autour des cinq objectifs suivants :
–    connaître le nombre d’utilisateurs de Wikipedia chez les étudiants ;
–    mieux cerner les différentes raisons de son utilisation ;
–    savoir à quels moments de la recherche documentaire, menée pour les études, est utilisée l’encyclopédie collaborative ;
–    observer comment Wikipedia est utilisée en relation avec les autres sources documentaires ;
–    établir des corrélations entre les profils d’étudiants et l’utilisation de Wikipedia.

Trois leçons, que nous détaillerons par la suite, ressortent de l’étude.

Continuer la lecture

  1. HEAD, Alison J., EISENBERG, Michael B. « How today’s college students use Wikipedia for course–related research ». First Monday [En ligne]. 1 Mars 2010, Vol. 15, n° 3. [consulté le 23 mars 2010]. Disponible sur : < http://www.uic.edu/htbin/cgiwrap/bin/ojs/index.php/fm/article/view/2830/2476 > []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Il est encore possible de proposer une contribution aux Journées d’étude “Les doctorants et l’information scientifique”

Compte tenu de la brièveté initiale des délais, le Comité d’organisation des Journées d’étude des 3 et 4 juin a décidé de repousser au 22 mars la date limite de proposition d’une contribution d’atelier.

Nous rappelons les modalités de proposition, légèrement modifiées :

Pour cet appel à contribution sont recherchés plus précisément :

* des communications traitant des pratiques des enseignants-chercheurs dans le suivi des doctorants
* des retours d’expériences de coopération entre chercheurs et professionnels de l’information autour de la formation des doctorants.

Forme des propositions :

* titre de la contribution, mots clés
* présentation de la communication en français (environ 1200 signes, espaces compris, format Word ou ODT)
* coordonnées de l’auteur (nom, adresse électronique, appartenance institutionnelle, téléphone)

Les propositions seront remises avant le 22 mars 2010 à l’adresse suivante : doctis@enssib.fr
L’acceptation ou le refus des propositions sera notifié aux auteurs avant le 2 avril 2010.

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le livre et le document à l’ère du numérique

La FADBEN (Fédération des enseignants-documentalistes de l’Education Nationale) lance un appel à contributions pour le prochain numéro de sa revue, Médiadoc, sur un thème, aussi classique qu’essentiel : “Le livre et le document à l’ère du numérique”.

Réflexions théoriques, mais aussi didactiques  sont attendues :

Ces thématiques pouvant être abordées selon deux angles d’approche :

‣ l’une plus théorique visant à approfondir les connaissances professionnelles des professeurs documentalistes sur ces objets d’enseignement : quelle approche conceptuelle, quelle histoire, quelles évolutions, quels enjeux ?

‣ l’autre plus didactique visant une appropriation et une mise en œuvre pédagogique de ces objets d’enseignement : quels sont les savoirs scolaires et quelles problématiques informationnelles développer avec les élèves ? Quels enseignements mettre en place pour appréhender ces notions dans une perspective d’ouverture des élèves à la culture de l’information ?”

Le texte complet de l’appel à contributions est disponible sur le site de la Fadben.

Attention aux délais : ils sont courts !

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Journées d’études « Les doctorants et l’information scientifique »

10èmes rencontres FORMIST – 3ème journée d’étude du réseau des URFIST

Jeudi 3 et vendredi 4 juin 2010, Campus de La Doua – Lyon, Villeurbanne

Version PDF de l’appel à communications

À l’occasion des 10èmes Rencontres FORMIST et de la 3ème journée d’étude des URFIST, l’enssib et le réseau des URFIST organisent en partenariat un événement commun autour de la thématique :

« Les doctorants et l’information scientifique »

Organisées sous forme de conférences et d’ateliers, ces journées visent à réunir les différents acteurs de la formation à l’information scientifique et à favoriser la mutualisation du travail entre enseignants-chercheurs, Services communs de la documentation et doctorants.

Problématique des journées

L’information scientifique et technique (IST) désigne l’ensemble des données et publications sur lesquelles se nourrit, s’appuie et se prolonge un travail de recherche.

La maîtrise de l’IST implique la compréhension des principes généraux de la communication scientifique et de l’ évaluation de la science et la connaissance de notions fondamentales de la documentation et de l’information. Elle nécessite également la mise en œuvre d’opérations cognitives (sélectionner, par exemple) ainsi que l’utilisation d’outils spécifiques.

La sensibilisation des doctorants aux problématiques de l’IST est probablement l’un des éléments qui permet au jeune chercheur d’approcher et de comprendre les arcanes du monde de la recherche.

Le déploiement d’un travail de thèse est aussi le temps où se met en œuvre une maîtrise de l’information spécialisée. Savoir chercher, assimiler et exploiter, puis produire à son tour des données de la science permet de réaliser l’une des boucles qui régit les règles de la communication scientifique. Ainsi, le doctorant expérimente une manière de comprendre en devenant lui-même acteur.

Au cours de la thèse, divers protagonistes interviennent auprès du doctorant pour l’informer ou le guider. Les approches sont multiples et rarement concertées : l’encadrement assuré par le directeur de thèse, les consignes pour le dépôt de la thèse électronique, les séances proposées par les bibliothèques, les stages de formation documentaire animés par des organismes comme les URFIST ou les CIES, les dispositifs pédagogiques organisés par les Écoles doctorales, les échanges informels au sein de l’équipe de recherche … Tous ces éléments contribuent à l’apprentissage du thésard. Mais comment le doctorant agrège-t-il ces diverses expériences et comment peut-il s’approprier et gérer les spécificités de l’IST ?  Et ce, dans la perspective d’une activité professionnelle pouvant aussi bien se situer dans un milieu de recherche universitaire que dans une structure à caractère économique ou industriel.

Enfin, dans un contexte d’évolution rapide, la maîtrise de l’information est affectée par l’évolution accélérée des technologies de l’information, qui se fait sentir aussi bien sur l’investigation, que sur la production ou la diffusion.

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Une société sous surveillance

Un événement à signaler :
la Conférence internationale  à l’occasion des 20 ans de la Cellule Interdisciplinaire de Technology Assessment (CITA), à Namur (Belgique), les 25 et 26 février 2010, sur le thème “La société de surveillance”.

Extraits :

L’installation de caméras , la reconnaissance faciale des émotions, le body tracking,  la biométrie sous toutes ses formes,  les réseaux sociaux, le screening et le profilage statistiques, etc., posent d’importantes questions quant à l’autonomie des individus et au respect de leurs libertés fondamentales, mais aussi quant à la gestion de plus en plus privée et opaque de nos espaces publics,  de notre vivre ensemble comme de notre vie privée .”

Toutes les informations sur le site de la Cellule Interdisciplinaire de Technology Assessment, notamment le programme.

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Zemblanité vs serendipité

On connaissait la serendipité (voir notamment cet ancien  billet), terme littéraire forgé par l’écrivain anglais du 18ème siècle Walpole, à partir de l’île imaginaire de Serendip : on connait moins la zemblanité, terme également d’origine littéraire, forgé par un autre écrivain anglais, mais contemporain, William Boyd, dans son roman Armadillo, paru en 1999.

Il faut saluer (même à retardement !) le talent littéraire et conceptuel de Boyd, qui a réussi à forger un nouveau terme et un nouveau concept, doublement symétrique par rapport à la serendipité : si celle-ci est, selon les définitions courantes (listées ici), « l’art de faire des trouvailles » (Pek Van Andel), « l’art de faire des découvertes heureuses, inattendues et utiles par hasard » (Mark Raison), etc.,  la zemblanité est son exact contraire, puisqu’elle désigne  « la faculté de faire de façon systématique des découvertes malheureuses, malchanceuses, attendues et n’apportant rien de nouveau » (“the faculty of making unhappy,
unlucky and expected discoveries by design
“) (voir le blog d’Automates Intelligents).

Cette opposition de sens s’incarne dans une symétrie géographique parfaite, puisque William Boyd est allé aux antipodes de Ceylan (considérée comme l’île du roi de
Serendip) trouver la Nouvelle Zemble, grande île quasi-désertique au nord de la Sibérie, pour en faire la racine de son néologisme. Serions-nous là face à une nouvelle fracture Nord-Sud, assez inattendue ?   ;)

En tout cas, les ressources de la géographie sont inépuisables pour forger de nouveaux concepts et il faudrait continuer sur cette voie : pourquoi pas, par exemple, créer la « micronésité » (de l’archipel de Micronésie), pour désigner l’éparpillement et la dispersion des parcours sur le web ?

Si le concept de zemblanité est intéressant à étudier du point de vue de la recherche d’information, il décrit une réalité assez quotidienne et nous avons tous, à un moment ou un autre, fait de la zemblanité sans le savoir.
Le nouveau défi posé aux formateurs de la culture informationnelle sera donc celui-ci : comment aider les élèves et étudiants, dans leurs parcours de recherche, à éviter les terres arides et glacées de la zemblanité pour s’épanouir et s’ébattre dans les vertes prairies
de la serendipité ?

AS

PS : merci à cette étudiante en Documentation de l’IUFM de Rennes, à qui je dois cette découverte « serendipitesque » ; un rapide sondage autour de moi m’a d’ailleurs permis de voir que mon ignorance était largement partagée : l’honneur est donc sauf ! ;)

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter