Archives de l’auteur : jeanpierrelardy

Dailymotion, vitrine de l’INA

Dailymotion et l’INA viennent de signer un accord de partenariat donnant l’accès à l’intégralité
 des
 journaux
 télévisés
 français
 de
 1971 à 2008,
 des
 programmes
 courts,
 des
 extraits
 de
 programmes
 (fiction, 
humour, 
jeux 
magazines, 
archives
 Ardisson…)
 
sur 
la chaîne
 INA. C’est un moyen pour l’INA d’élargir sa visibilité car malgré sa notoriété, le site de l’INA ne dépasse pas les 600 000 visiteurs uniques par mois contre plus de 8 millions pour Dailymotion.



voir le communiqué de presse :
http://press.dailymotion.com/fr/wp-content/uploads/CP-Dailymotion-INA-20.10.2010.pdf

JPL

Accord BNF-Microsoft

La BNF et Microsoft ont annoncé jeudi 7 octobre un accord concernant le référencement des textes de Gallica dans Bing, pour une durée reconductible d’un an. Microsoft ne participe pas à la numérisation, projet que la société a d’ailleurs abandonné il y a plus d’un an.

A priori Gallica a intérêt à être référencé par le maximum de moteurs et donc rendre son site visitable et indexable par tous les robots.
Alors quel est l’intérêt d’un tel accord (sans contrepartie financière) spécifique avec un moteur de recherche ?

Contrairement à ce qu’avance certain : « Les ouvrages proposés par Gallica sont en effet mal référencés et donc quasi-introuvables depuis les moteurs. » (JDN du 8 octobre 2010), Gallica est déjà bien visible comme le montrent les requêtes suivantes :
sahara site:gallica.bnf.fr
Google : 2 700 docs
Exalead : 405 docs
Bing : 277 docs

proust site:gallica.bnf.fr
Google : 2 200 docs
Exalead : 1 380 docs
Bing : 84 docs

magnétisme site:gallica.bnf.fr
Google : 688 docs
Exalead : 2 355 docs
Bing : 1 130 docs

On note une bonne tenue d’Exalead.
La BNF devrait donc travailler à un meilleur suivi des règles d’indexation des moteurs avec la fourniture de méta-données adéquates, en pensant aussi à des outils comme Zotero.

JPL

Pour Tim Berners, Hadopi est un « fléau » pour le web

Les 27 et 28 septembre a eu lieu à la Royal Society de Londres une conférence sur le futur du web (Where to now for the Web?). Tim Berners, co-fondateur du web avec Robert Cailliau, est intervenu sur le sujet.

Tim Berners est partisan d’un web ouvert, libre et neutre. Il a invité les experts réunis pour cette conférence à lutter contre l’encadrement du Web, créé au départ comme un lieu de liberté. C’est ce qui a d’ailleurs permis son développement mondial remarquable.

Les lois répressives du genre Hadopi sont avant tout des tentatives désespérées et sans doute inefficaces de sauvetage de l’industrie du disques ou du film.

JPL

Wikio et OverBlog se marient

Le premier agrégateur d’informations français et la seconde plateforme de blogs français fusionnent sous le nom de Wikio Group mais les deux marques continuent. Cette fusion est réalisée dans le but de réunir un réseau de blogs, un outil pour les promouvoir et une plateforme pour les monétiser (e-buzzing, la régie publicitaire de wikio).

Wikio est un moteur de recherche d’informations organisées par thème, issues des médias et des blogs.

Overblog, lancé en 2004, est la seconde plate-forme française de blogs derrière Skyblog mais devant celle de Google, Blogger. C’est plus d’1,5 million et demi de blogs et plus de 45 millions de billets.

JPL

Un physicien au pays du réseautage social

La société savante américaine de physique (AIP) a lancé il y a quelques mois un service en ligne gratuit de « social networking » à l’image de nombreux sites du web 2.0.

UniPHY permet aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques de se connecter directement à leurs contacts professionnels, de recenser et découvrir les chercheurs ayant l’expertise nécessaire pour de futures collaborations.

Nous avons fait un billet récemment sur 4 services de « social bookmarking » (2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea) avec une conclusion assez mitigée.

Cependant UniPHY se différencie des autres sur de nombreux points qui le rendent assez attractif :

– Le public visé est celui des chercheurs en physique, public très actif sur le web. La communauté nombreuse de par le monde est habituée a collaborer numériquement (sans jamais parler de virtuel), à monter des expériences énormes, à partager des ressources informatiques. N’oublions pas que le web a été conçu il y a 20 ans au CERN justement pour faciliter la publication et l’échange en ligne.
– UniPHY n’attend pas la bonne volonté de ses utilisateurs pour  alimenter le site : il est pré-rempli avec les profils de centaines de milliers de scientifiques de plus de 100 pays, tous reliés entre eux grâce à leurs publications.
– Uniphy s’appuie sur la  base de données de publications SPIN (Searchable Physics Information Notices) analysée par Collexis, technologie propriétaire d’exploitation sémantique acheté par Elsevier.
Pas de folksonomie (indexation des documents par les utilisateurs eux-mêmes) non plus, c’est un bon vieux thésaurus qui est utilisé : la classification hiérarchique PACS (Physics and Astronomy Classification Scheme) développée par l’AIP et mise à jour tous les 2 ans. Le thésaurus garantit une bonne interprétation du vocabulaire.
– Il faut s’inscrire pour bénéficier de UniPHY mais il n’y a pas d’obstacle particulier (genre invitation) et ce service peut donc être utile aux services de veille.
– Une fois inscrit, chacun peut compléter son profil professionnel, mettre à jour et compléter sa liste de publications.
– Il faut ensuite constituer son groupe grâce au module de recherche de chercheurs par nom, mots-clés et lieu de travail.
– UniPHY permet de dépasser les communautés établie : les chercheurs travaillant sur les mêmes thématiques se connaissent grâce aux publications mais ont tendance à rester dans leur groupe. Or la science avance plus vite dans l’interdisciplinaire dans la mise en commun d’approches différentes.

Les résultats de l’exploration de UniPHY sont données sous forme graphique :

Réseau de recherche
Un auteur et ses collaborations

Collaboration géographique
Collaboration géographique

C’est donc un mélange de techniques anciennes et solides au service des évolutions du web et des pratiques.


– Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ? http://urfistinfo.hypotheses.org/1565
– Collexis http://www.collexis.com
– PACS http://www.aip.org/pacs/

Ressource pédagogique CiteUlike, Connotea, BibSonomy et 2collab

JPL

Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ?

Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ?

2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea sont des services du web 2.0 d’aide à la gestion de collections de références bibliographiques. Gratuits, ils s’adressent à la  communauté de la recherche et des universités. Basés sur le principe du « social bookmarking » dont le modèle le plus connu est Delicious, ils aident les chercheurs à conserver et partager leurs références bibliographiques et pour certains leurs signets de ressources du web.

Ces services ne gèrent pas le texte intégral des articles et ne sont pas interfacés avec les logiciels de traitement de texte.

D’autre part, contrairement aux nombreux services qui ne vivent que de la publicité, ceux-ci sont proposés par des éditeurs scientifiques et une université :

Nom Origine Lancement URL
2collab Elsevier Nov 2007 http://www.2collab.com
BibSonomy Université de Kassel Jan 2006 http://www.bibsonomy.org
CiteULike Oversity Ltd Springer Nov 2004 http://www.citeulike.org
Connotea Nature Publishing Déc 2004 http://www.connotea.org

Le principal intérêt de ces logiciels est de permettre l’importation directe depuis les ressources documentaires électroniques  (catalogues, bases de données bibliographiques, plateformes de périodiques). Il n’existe aucune norme en la matière mais 2 standards de formats de fichier se sont imposés :

  • bibTeX (origine LateX)
  • RIS (origine endnote propriétaire)

De plus en plus de plateformes de journaux électroniques proposent des boutons pour récupérer les références d’articles. Les formats issus des bibliothèques sont ignorés.

Cependant les méta-données récupérées sont souvent peu nombreuses et il faut compléter les références.

fonctionnalités 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea Zotero
Importation RIS, BibTeX Parsing des pages de résultats
Exportation
Liaison avec Traitement de texte Non Oui
Génération de bibliographie Oui pour 2 Oui
Financement Editeurs scientifiques + Université Université
Partage au sein d’un groupe Oui Oui
Gestion privée des références Oui Oui
Mise en ligne publique Oui Oui
Fils RSS Oui Oui

Ces services sont loin d’offrir les performances de Zotero en matière d’importation.

Si les ressources de journaux électroniques sont bien pris en compte et même font l’effort de proposer des boutons (voir edpSciences), il n’en est pas de même pour les catalogues de bibliothèques. Seuls ceux qui permettent d’exporter un fichier de notices au format RIS comme WorldCat pourront être utilisés. Par contre, depuis Amazon.con ou .fr, la description est automatiquement importée.

Tout ne peut pas venir de ces services et logiciels. Les producteurs de données doivent s’adapter et incorporer les méta-données adéquates pour être reconnus.

En conclusion

Je recommanderai l’utilisation de ces services pour :

  • augmenter son audience et en retour son indice de citation. Utilisez ces 4 services indexés par les moteurs de recherche et vous augmentez la visibilité de votre travail.
  • un projet de groupe et ainsi suivre ce que les collègues lisent, coopérer, créer des collections de références communes.

Mais ils présentent un intérêt réduit pour faire de la veille ou pour une utilisation personnelle.

Zotero 2 en la matière est plus complet.

11es RMLL – Logiciel Libre

Les 11es Rencontres Mondiales du Logiciel Libre ont lieu à Bordeaux du 6 au 11 juillet 2010.

Le logiciel libre a démarré dans les années 80 avec la volonté de sortir des solutions propriètaires

puisque le source du programme est rendu public. C’est aussi la participation des utilisateurs à la définition de leurs besoins.

Toutes les gammes de logiciels sont couvertes par ces licences.

Le logiciel libre a été une source d’inspiration pour les pionniers du mouvement pour le Libre Accès à l’information scientifique.

Voir le programme http://2010.rmll.info

Exalead racheté par Dassault Systèmes

Dassault Systèmes est la branche logiciel de l’avioneur. C’est l’éditeur du célèbre logiciel de CAO CATIA et de logiciel de gestion du cycle de vie des produits.

Exalead va bénéficier de la puissance du groupe pour promouvoir ses technologies. Actuellement orienté vers le marché des solutions d’entreprises, Exalead offre avec son moteur en ligne des solutions originales pour interroger de manière plus évoluée le web.

Exalead n’a pas à rougir au niveau technologique :

– 1er moteur à implémenter le repérage de visage dans un lot de photographies, suivi un mois plus tard par Google

– 1er moteur avec Voxalead offrant la recherche par mots-clés sur du contenu vidéo illustré sur le site de l’Elysées. Google vient de mettre en ligne sa propre technologie.

Espérons que le moteur pour le grand public continuera son chemin.

Zotero standalone – was ist das ?

Les développeurs de Zotero annoncent sur leur blog la mis en chantier d’une version « standalone » de leur logiciel.
Il s’agira donc d’un logiciel à part entière indépendant du navigateur mais capable d’interagir avec des navigateurs autres que Firefox.
L’idée est de ne pas réserver Zotero au seul navigateur Firefox. Il s’agit aussi de s’adapter aux marchés des navigateurs qui évolue rapidement grâce à la concurrence et aux derniers développements de HTML.
Si Internet Explorer fléchit, Firefox continue à progresser et Chrome a réussi en une année à occuper une place importante. Seul Opera ne décolle pas.

On peut penser aussi que de nouvelles fonctionnalités viendront l’enrichir.

JPL