Archives de l’auteur : sabrinagranger

Valoriser le travail des reviewers. Retours d’expérience de chercheurs sur le peer review, Publons

Dans le cadre de la journée d’étude du 27 mars 2018 « Le peer review à l’ère de l’open science : enjeux et évolutions » (consulter les supports ; consulter les tweets) organisée par l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux, une table-ronde a été dédiée à la question de la reconnaissance et de la valorisation de l’activité des reviewers.  La manifestation a été organisée en partenariat avec le centre Bordeaux Sud-Ouest de l’Inria, la délégation Aquitaine du CNRS, le pôle ressources humaines et développement social de l’Université de Bordeaux.

Hervé Maisonneuve, médecin et rédacteur du blog « Rédaction médicale et scientifique », a animé les échanges entre les participants et les chercheurs invités à témoigner : Florence Débarre (CNRS ; Centre Interdisciplinaire de Recherche en Biologie, Collège de France) ; Fabien Lotte (équipe Potioc, Inria) ; Nicolas Rougier (équipe Mnemosyne, Inria) ; Olivier Sandre (Laboratoire de Chimie des Polymères Organiques, CNRS).

Focus sur les retours d’expérience de 2 chercheurs, Florence Débarre et Fabien Lotte, qui se sont prêtés à une interview croisée. Les 2 chercheurs évoquent : leurs activités de reviewers ; les enjeux dans leurs disciplines ; leurs besoins ; leur utilisation de Publons et notamment la question de son rachat par Clarivate analytics, les forces et faiblesses de la plateforme du point de vue d’utilisateurs réguliers, etc.

Propos recueillis par H. Maisonneuve et S. Granger

Présentation de Florence Débarre : « Florence Débarre est théoricienne en écologie de l’évolution. Chercheuse au CNRS, elle travaille au Centre Interdisciplinaire de Recherche en Biologie (CIRB), à Paris. Elle est membre du groupe SMILE (Stochastic Models for the Inference of Life Evolution). »  Source : site personnel de Florence Débarre, trad. S. Granger

Présentation de Fabien Lotte : « Le pain quotidien de Fabien Lotte, c’est le traitement des signaux électro-encéphalographiques (EEG) qui sont une mesure de l’activité cérébrale de tout être humain. D’emblée, il l’indique que, si ses recherches sont tendues vers la reconnaissance des signaux les plus distinctifs pour savoir ce qui se passe dans le cerveau, il ne peut toutefois pas savoir ce que vous pensez ! Traquer et scruter les courbes dessinées par l’activité cérébrale est utile pour améliorer le pilotage des BCI (Brain Computer Interface). Fabien traite les signaux et conçoit des types d’interfaces homme-machine appelées  interfaces cerveau-ordinateur. » Source : site web Inria

Qu’est-ce que Publons ? Comment avez-vous connu Publons ?

[FD] « Publons est un site web qui recense les reviews faites par les chercheurs, agglomère les données liées à ces reviews ; le site permet aussi de partager publiquement les reviews (ce que je n’ai jamais fait), mais aussi de suivre le devenir d’un papier (par exemple qui a été accepté ensuite dans un autre journal).

Je crois que j’ai connu Publons via un email sur la liste de diffusion « evoldir » (liste de diffusion internationale pour la communauté en biologie de l’évolution), puis via Twitter. Je me suis inscrite en 2016. Avant je suivais mes reviews faites sur un tableur, mais j’ai apprécié d’avoir un système me permettant d’authentifier les reviews que j’avais faites. »

[FL] « J’ai connu Publons via le journal Journal of Neural Engineering, qui est un journal majeur dans ma communauté de recherche, et dont je suis un relecteur régulier et un membre du bureau éditorial.

En terminant une évaluation (review) d’article pour ce journal, le système informatique de celui-ci me demande si je veux que mon évaluation soit officiellement reconnue via leur partenaire Publons.

Je ne connaissais pas Publons, mais j’ai regardé rapidement et j’ai trouvé l’idée intéressante donc je me suis créé un compte et cette relecture a donc été officialisée. C’était donc ma première.

J’ai ensuite vu qu’on pouvait transmettre à Publons les e-mails officiels de remerciement qu’on avait reçu pour les relectures qu’on avait faites auparavant, de façon à ce qu’elles soient également officialisées.

J’ai donc fouillé dans ma boite e-mail pour retrouver ces e-mails (en tout cas ceux que j’avais, car il m’en manquait) et les transmettre à Publons. »

Pourquoi utiliser Publons ? L’utilisation de Publons vous a-t-elle conduit à modifier certaines de vos pratiques?

[FD] « J’utilise Publons pour chacune des reviews que je fais ; je liste désormais l’URL de mon profil Publons dans mon CV, et je l’ai mentionné dans ma dernière demande de financements. Publons me permet aussi de mieux suivre les reviews que je fais, en particulier leur nombre (et me permet d’en refuser plus rapidement si j’ai atteint mon quota mensuel!). Dans ma discipline, une review prend du temps (c’est au moins une journée pleine de travail, souvent plus). » [FL] « Ma motivation à utiliser Publons vient du fait que la relecture d’articles scientifiques est une activité essentielle et majeure d’un métier de chercheur, qui assure la publication d’articles scientifiques de qualité (ou en tout cas limite la publication d’articles à la qualité douteuse), et qui est très chronophage. Par exemple, de mon côté, ces dernières années j’ai évalué entre 40 et 70 articles par an (à la fois de journaux et conférences), et l’évaluation de chaque article peut prendre plusieurs heures, voire même une demie journée pour les articles de journaux longs.

Cette activité est malgré tout peu reconnue et valorisée, et n’a que très peu de poids dans nos dossiers, par exemple lors que l’on demande des financements, une promotion ou pour nos évaluations régulières. Ainsi, alors que cette activité est essentielle pour la recherche, il y a très peu d’incitations à la faire de la part des institutions.

Les statistiques de Publons le montre d’ailleurs, la majorité des relectures est faite par une minorité de relecteurs (dont je fais partie). Il est en effet beaucoup plus valorisant pour sa carrière de passer du temps à écrire des articles ou des projets de recherche plutôt qu’à en évaluer. Mais l’un ne peut pas fonctionner sans l’autre. Publons change donc la donne en reconnaissant officiellement ce travail de relecture, et en permettant aux chercheurs de le valoriser.

De mon côté, j’ai par exemple obtenu 2 prix de relecteur par Publons (« Publons peer review award 2017 »), pour être dans les 1% de relecteurs (enregistrés chez Publons) ayant effectué le plus grand nombre de relectures en 2017, à la fois dans les disciplines d’ingénierie et de neurosciences (mon domaine de recherche étant à la croisée des deux disciplines). C’est donc un prix scientifique que je peux mettre en avant et valoriser sur mon CV. Je candidate cette année pour être directeur de recherche Inria, ce prix est donc bienvenu !

Mes pratiques n’ont pas spécialement évolué, à part que maintenant je transmets chaque e-mail de remerciement d’évaluation d’articles à Publons immédiatement !»

Selon vous, quelles sont les forces et les faiblesses de Publons ? Quel est votre avis sur son rachat par Clarivate analytics ?

[FD]

« Forces :

Intégration avec des journaux, en particulier ceux qui utilisent ScholarOne (qui appartient aussi à Clarivate Analytics), qui facilite le décompte des reviews ;

Force de frappe de Clarivate Analytics

Statistiques sur le contenu des reviews, comparaisons avec d’autres reviewers du domaine (par exemple longueur des reviews, jours de la semaine auquel les reviews sont envoyées)

L’intégration avec ORCID qui permet de centraliser et bien identifier les données

Faiblesses :

Détenu par Clarivate Analytics ; je crains la concentration des pouvoirs dans les mains d’une seule entreprise privée (Web of Science, Scholar One), qui détient beaucoup de données sur les chercheurs ; cf un de mes Tweets (1er juin 2017) lorsque j’ai appris le rachat

A l’époque, j’ai réfléchi à supprimer mon compte, mais Publons est quand même bien utile… Cependant, le fait que Clarivate Analytics ait récemment racheté beaucoup de petites startups comme Publons (par exemple Impact Story, que j’appréciais aussi), m’inquiète.

On peut potentiellement identifier un reviewer si on soupçonne quelqu’un et qu’on voit apparaître sur son profil Publons le nom du journal dans lequel on a soumis son article…

Publons n’est pas encore trop efficace pour les articles édités ; je suis Editrice Associée du journal Evolution, mes évaluations sont détaillées, quasiment comme des reviews, et j’aimerais que Publons les comptabilise aussi correctement (il n’y a aussi pas d’intégration automatique via Scholar One des articles édités)

J’ai appris via les fondateurs de Peer Community In (consulter le support de présentation Peer Community In) qu’être sur Publons est payant pour les journaux»

[FL] « Au-delà des apports que j’ai mentionnés ci-dessus, les limites actuelles que je vois à Publons pour l’instant, dans ma discipline (je suis informaticien), est que Publons ne reconnait pour l’instant que, ou quasi que les relectures d’articles de journaux. Or, dans la communauté informatique (au contraire de beaucoup d’autres communautés comme les neurosciences par exemple), on publie beaucoup d’articles de conférences, ceux-ci pouvant présenter des résultats aussi aboutis et aussi détaillés que ceux présentés dans des journaux informatiques. Par exemple, en Interaction Homme Machine ou en Machine Learning, les publications dans les grosses conférences du domaine (ACM CHI, NIPS, ICML, etc.) sont tout aussi voire plus reconnues et sélectives que celles dans les meilleurs journaux du domaine.

En tant qu’informaticiens nous effectuons donc de nombreuses relectures d’articles de conférences (qui sont souvent à peu près aussi longs que certains journaux informatiques). Celles-ci ne sont généralement pas reconnues par Publons pour une raison pratique toute bête : nous ne recevons pas d’e-mail officiel de remerciement pour chaque article de conférence évalué, le tout se passant sur des sites internet dédiés, auxquels Publons n’a pas accès.

Dans l’avenir, il me parait donc essentiel que Publons puisse aussi reconnaitre les relectures d’articles de conférences, qui sont essentiels en informatique. »

Concernant le rachat de Publons par Clarivate analytics : « Je n’ai pas spécialement d’avis, je ne connais pas bien les enjeux politiques ou commerciaux derrière. J’espère seulement que cela permettra à Publons d’aller plus loin dans son travail, tout en restant scientifiquement neutre et objectif, sans être influencé par des biais commerciaux. »

Dans quelle mesure, ce type d’outils peut-il être pertinent également pour des chercheurs en début de carrière?

[FD] « Je recommande Publons en début de carrière, comme preuve de l’activité de reviewing ; je ne recommande cependant pas forcément les reviews publiques. » [FL] « En début de carrière, être invité à faire des relectures d’articles est un signe de visibilité et de reconnaissance dans l’expertise des chercheurs invités pour la relecture. On n’invite en effet a priori que des gens qui maitrisent leur sujet et dont on sait qu’ils travaillent sur le sujet. Ainsi, Publons permet aux chercheurs en début de carrière de valoriser ces travaux de relectures et de mettre en avant la visibilité scientifique qu’ils ont acquise en officialisant les relectures qu’ils effectuent. Lorsqu’en suite ils vont candidater pour un poste permanent, ils pourront ainsi prouver ce travail sur leur CV. »

Quel avenir pour ce type de plateforme ? Connaissez-vous d’autres moyens, d’autres plateformes ou systèmes apportant pour valoriser le travail des relecteurs ?

[FD] « Elsevier reviewer credits (des sortes de médailles affichées sur le profil consolidé Elsevier) ; les listes de reviewers publiées annuellement par les journaux (par exemple PNAS ou Proceedings of the Royal Society B). Nature permet aussi d’exporter un certificat de reviews faites ; j’ai reçu des emails pour Reviewers Credits, mais je n’ai jamais utilisé la plateforme. »

[Note Urfist Bordeaux] : En savoir + sur les métriques alternatives déployées dans le cadre du projet Open Peer Review Module du Spanish National Research Council, cf. présentation d’I. Bernal (reputation scores for authors in Open peer review in DIGITAL.CSIC : analyzing potential roles of institutional repositories in the future of scholarly communication) + Osman, N., & Sierra, C. (2016). Reputation in the Academic World. http://dx.doi.org/10.13039/501100000780

On peut également citer Peer Community In (PCI), plateforme gratuite et non commerciale de recommandation de preprints. PCI n’est pas un outil visant à faciliter le suivi des activités des reviewers, mais PCI contribue à valoriser l’activité des reviewers dans la mesure où les reviews sont publiées dès lors que le preprint est validé. L’auteur du preprint reste libre de publier son article dans la revue de son choix ou de le déposer dans une archive ouverte.

Former à l’intégrité scientifique en LSH : retour d’expérience de l’Urfist de Bordeaux

Historique du projet

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêté du 25 mai 2016[1] fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, l’école doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne) a sollicité l’Urfist de Bordeaux pour concevoir une offre de formation dédiée à l’intégrité scientifique. En effet, l’article 3 de l’arrêté indique que les écoles doctorales doivent désormais veiller à ce que chaque doctorant « reçoive une formation à l’éthique et à l’intégrité de la recherche[2] ».

Si l’arrêté du 25 mai 2016 constitue le point de départ du projet, la lettre de mission émanant de Sandro Landi, directeur de l’école doctorale Montaigne Humanités, étend le public cible du dispositif aux enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels d’appui à la recherche. Il s’agit d’appréhender l’intégrité scientifique comme un enjeu d’établissement. Michel Pernot, délégué à l’intégrité scientifique et Frédéric Boutoulle, vice-président recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, ont également été partie prenante du projet.

Entre péchés capitaux de la recherche et petits arrangements du quotidien

Ainsi que le rappellent P. Corvol et R. Gicquel, « il faut bien distinguer l’intégrité scientifique, c’est-à-dire les règles qui gouvernent la pratique de la recherche, de l’éthique de la recherche qui aborde de façon plus large les grandes questions que posent les progrès de la science et leurs répercussions sociétales[3] ». On peut également citer la définition de la commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique de l’Alliance des sciences et technologies du numérique (Allistene) : « L’intégrité scientifique passe par les bonnes pratiques, les comportements à adopter dans la recherche et à promouvoir dans les laboratoires[4] ». En d’autres termes, l’intégrité scientifique se situe essentiellement sur le terrain de la praxis.

L’expression « intégrité scientifique » est spontanément associée à la lutte contre les péchés capitaux de la recherche que sont la fraude, la falsification et le plagiat[5]. Certes, ainsi que le soulignent M. Bergadaà[6], P. Corvol et R. Giquel, il s’avère difficile de mesurer précisément l’ampleur du phénomène et son évolution, faute d’accès à des données détaillées. R. Gicquel et P. Corvol évoquent entre autres raisons le fait qu’il existe « une régulation non explicite[7] » par la communauté scientifique. Mais lorsqu’elles deviennent publiques, les affaires de plagiat ou de conflits d’intérêt font l’objet d’une très forte médiatisation. On peut citer par exemple l’affaire des plagiats du physicien Etienne Klein relayée par de nombreux médias généralistes en avril 2017.

Les piliers de la méconduite scientifique (fraude, falsification, plagiat) focalisent l’attention, mais L. M. Bouter et ses co-auteurs alertent sur la nécessité d’élargir le périmètre de la prévention à ce qu’ils nomment les « everyday research dilemma[8] ». En effet, selon l’étude, les pratiques de recherche douteuses menacent tout autant la recherche et la confiance entre chercheurs que la tricherie caractérisée :

In short, research misconduct as well as sloppy science threaten the validity of scientific knowledge and may also inflict damage to the trust between scientists and, if revealed in the media, may also damage public confidence in science[9].

Comment définir ces pratiques douteuses à l’origine de ce que L. M. Bouter et ses co-auteurs nomment la « sloppy science [10]» ? Ces écarts peuvent être volontaires ou non. Il s’agit par exemple de se livrer à un état de l’art sélectif. On ne se situe pas au cœur de la fraude, mais dans une zone intermédiaire. Toutefois, par leur fréquence et la gravité de leurs impacts, les pratiques douteuses ne représenteraient-elles finalement pas le cœur du problème plutôt que sa périphérie, ainsi que le suggèrent L. M. Bouter et ses co-auteurs ?

Our ranking results seem to suggest that selective reporting, selective citing, and flaws in quality assurance and mentoring are the major evils of modern research[11].

Si une offre de formation à l’intégrité scientifique peut difficilement faire l’économie d’une sensibilisation à la lutte contre le plagiat, la fraude et la falsification, elle ne devrait pas s’y résumer.

Ancrer l’intégrité scientifique dans les pratiques quotidiennes

Plutôt que de faire de l’intégrité scientifique un sujet de formation en soi, le parti a été pris de décliner une série de 5 modules traitant de problématiques particulièrement sensibles dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales :

– « Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation ».

Formateur : Pierre Gravier, conservateur des bibliothèques, direction de la documentation, Université de Bordeaux.

L’objectif principal de la formation est de permettre aux participants d’acquérir ou de consolider une méthodologie ad hoc en matière de traçabilité des sources. S’il existe des outils permettant d’automatiser la gestion des références bibliographiques, il n’en demeure pas moins que l’acquisition d’une méthode rigoureuse de citation demeure une étape incontournable.

– « Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS ».

Formateur : Michel Jacobson, ingénieur en informatique spécialisé dans la gestion de corpus numériques et l’archivage numérique, Laboratoire ligérien de linguistiques (UMR LLL). Formation organisée en partenariat avec la délégation régionale du CNRS.

Ce module s’adresse à des non spécialistes en informatique. Ce stage n’est pas une formation au data management plan ; il s’inscrit dans une perspective plus généraliste et traite des questions d’archivage, de normes, d’organisation des données, d’authentification, de description des données. Le formateur explique les enjeux inhérents au cycle de vie des données.

L’enjeu de la formation est double. Il s’agit d’une part de sensibiliser les participants au fait que la gestion des données sources ne relève pas d’un plan uniquement technique, mais scientifique ; et d’autre part, de démontrer qu’il est possible d’adopter  au quotidien de bonnes pratiques de gestion, sans être un spécialiste du numérique.

Programmer une formation dédiée à la gestion des données de recherche est apparu comme une priorité dans le cadre d’un cycle dédié à l’intégrité scientifique. En effet, la mise à disposition des données contribue notamment à une plus grande transparence de la recherche et constitue également un enjeu clé dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales.

– « Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur »

Formatrice : Emilie Masson, juriste, service informatique et libertés du CNRS

– « La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en LSH » Formatrice : Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Institut de recherche en droit des affaires et du patrimoine (Irdap)

 « De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Formatrices : Sabrina Granger, conservateur des bibliothèques, Urfist de Bordeaux ; Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap

Le choix des thématiques suit l’une des préconisations du rapport Corvol et Gicquel rappelant que « l’approche et la sensibilité sur les questions d’intégrité sont différentes selon les disciplines, même s’il existe une base commune d’éthique[12] ».

Le cycle s’achève sur un atelier intitulé « L’intégrité scientifique en action », animé par 3 intervenants aux profils complémentaires : Olivier Le Deuff, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication (IUT Bordeaux Montaigne ; unité de recherche « Médiations, Informations, Communication, Arts » Mica), Julien Baudry (conservateur des bibliothèques, service commun de la documentation, Bordeaux Montaigne) et Hélène Skrzypniak (enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap). Les thèmes sont choisis par les inscrits. A la différence des formations, l’accent est essentiellement mis sur les échanges entre participants et animateurs : les participants deviennent co-responsables des contenus abordés. L’objectif est de permettre aux participants d’échanger sur leurs pratiques de manière plus informelle que dans le cadre d’une formation.

Ainsi que le souligne la présentation des formations conçues par l’Urfist pour l’école doctorale Montaigne Humanités, « l’objectif [des formations] est de mobiliser les doctorants par la pratique en leur démontrant que le respect de l’intégrité scientifique n’est pas une question exogène, mais qu’il s’inscrit dans leur quotidien et que des solutions concrètes peuvent être mises en œuvre[13] ». Tous types d’actions confondus, le cycle représente 48 heures de formation. Hormis l’atelier de clôture, chaque session dure entre 6 et 9h. Les modules sont indépendants les uns des autres afin de laisser toute latitude aux inscrits de construire leur parcours de formation personnalisé.

Adopter une approche non restrictive de l’intégrité scientifique

Le thème de l’intégrité scientifique est abordé à travers une pluralité de contextes. Il s’agit donc bel et bien de mettre l’accent sur les « everyday research dilemma » analysés par L. M. Bouter et ses co-auteurs. Les questions juridiques constituent un élément incontournable du cycle de formation. Toutefois, tout comme elle ne se réduit pas à la lutte contre le plagiat, l’intégrité scientifique excède également le seul périmètre juridique. Le souhait de l’école doctorale Montaigne Humanités était en effet d’adopter l’approche la moins restrictive possible.

C’est pourquoi une attention particulière a été portée d’une part à la traçabilité des sources et aux bonnes pratiques de citation. Il s’agit de donner aux participants des clés pour citer correctement une référence et ne pas devenir plagiaire malgré eux. Les formations traitent également des zones grises de la citation (citations de complaisance, citations de seconde main, auto-plagiat) ainsi que leurs conséquences sur la qualité des travaux scientifiques.

D’autre part, la gestion et de la fiabilisation des données sources constituent également des thèmes étroitement articulés à celui de l’intégrité scientifique : comment mettre à disposition de ses pairs des données à des fins de partage, ou de validation si ces informations ne sont ni correctement structurées, ni référencées de manière satisfaisante ? L’objectif de cette formation animée par un spécialiste de la gestion de corpus numériques est de sensibiliser des non informaticiens aux prérequis pour une science plus ouverte et plus transparente. Ainsi, les thématiques des données de la recherche et de l’open science résident au cœur de l’offre de formation à l’intégrité scientifique.

En guise de bilan d’étape

Les plus : une très forte adéquation entre contenus et besoins. Les questionnaires de satisfaction complétés par les participants à l’issue de chaque formation font état d’un niveau de satisfaction élevé. Le format d’une journée ou d’une journée et demie n’a pas été jugé trop long par les participants, dans la mesure où l’accent était mis sur la pratique dans les stages organisés sous forme de TD.

Si le cycle de formations a pour objet l’intégrité scientifique plus que l’éthique, les questionnaires d’évaluation ainsi que les retours directs des participants mettent en lumière le fait que les formations représentent autant d’occasion d’adopter un regard plus réflexif sur leurs pratiques et leur rapport à l’activité même de recherche. Ainsi, la consolidation ou l’acquisition de méthodes ouvre des questionnements de nature épistémologique. Dans le cadre de la formation sur le plagiat, la séquence dédiée à la paraphrase et aux pratiques douteuses de citation donne par exemple lieu à des échanges nourris entre participants, allant bien au-delà des seules questions formelles.

Les marges de progression : un hiatus entre besoins et attentes. Les questionnaires d’évaluation témoignent d’une prise de conscience de l’étendue des besoins réels à l’occasion de la formation. Le travail sur la médiatisation de ces formations à l’intégrité scientifique constitue un enjeu majeur pour la prochaine édition du cycle.

Sources

« Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat »

BERGADAÀ, Michelle, Le Plagiat académique : comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

BOUTER, Lex M., TIJDINK, Joeri, AXELSEN, Nils[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17.

COMMISSION DE RÉFLEXION SUR L’ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU NUMÉRIQUE D’ALLISTENE, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016.

CORVOL, Pierre et GICQUEL, Rémy, « Bilan et propositions de mise en oeuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016.

SMALDINO, Paul E. et MCELREATH, Richard, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016, [En ligne : http://arxiv.org/abs/1605.09511].

UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

Descriptifs détaillés des formations

Intitulé Objectifs Publics cibles
« Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation » Appliquer correctement des normes de citations, connaître les usages en termes d’abréviations et de locutions latines

Identifier les pratiques de citation potentiellement problématiques pour ne pas devenir plagiaire malgré soi

 

En complément : « Publication scientifique, communication », in Pratiquer une recherche intègre et responsable. Un guide, CNRS, CPU, mars 2017

Doctorants
« De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Identifier les pratiques douteuses de citation

Rappel des bonnes pratiques : citations directes, paraphraser dans le respect du droit d’auteur, définir un auteur

Caractériser le plagiat d’un point de vue juridique

Comprendre le plagiat comme système d’écriture : jeu de rôle plagiaire et détracteur de plagiat. Les participants sont répartis en 2 groupes. Ils sont amenés à tour de rôle à produire un plagiat à partir d’une sélection de sources et de consignes d’écriture. Cette fabrique du plagiat est documentée via un journal de bord du plagiaire. Puis, dans un second temps, les groupes échangent leurs productions et doivent détecter les distorsions apportées aux sources. La restitution permet de faire dialoguer détracteurs de plagiat et plagiaires sur les techniques utilisées, les éléments identifiés ou non.

Doctorants
« Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS » Mettre en œuvre une méthodologie de gestion de ses données sources

Identifier les cas critiques et sécuriser ses données

Tous publics enseignement et recherche
« La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales » Connaître les droits et les devoirs des chercheurs Tous publics enseignement et recherche
« Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur » Identifier les données appelant un traitement spécifique : qu’est-ce qu’une donnée personnelle, une donnée sensible ?

Identifier les enjeux juridiques liés à la collecte de données sensibles

Acquérir une méthode pour gérer les questions d’anonymat, de diffusion.

Tous publics enseignement et recherche
« Ateliers « L’intégrité scientifique en action » Identifier les mécanismes qui conduisent à la fraude pour s’en prémunir : ex. crise de l’édition et de ses modèles économiques ; dangers et dérives d’une évaluation centrée sur des indicateurs inadaptés, les conflits d’intérêts, etc.

Comprendre le processus de recherche et positionner sa démarche dans un environnement scientifique

Tous publics enseignement et recherche

[1] « Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat ».

[2] Ibidem.

[3] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, « Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016, p. 24.

[4] Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016, p. 9.

[5] « Most researchers, when asked to give examples of breaches of research integrity will mention fabrication, falsification, and plagiarism, whereas only few can mention more than some [questionable research practices] items. », in Lex M. Bouter, Joeri Tijdink, Nils Axelsen[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17, p. 2.

[6] Michelle Bergadaà, Le Plagiat académique: comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

[7] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 35.

[8] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[9] Ibidem, p. 2.

[10] Sur le thème de la crise de la qualité de la recherche, cf. Paul E. Smaldino et Richard McElreath, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016.

[11] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[12] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 38.

[13] Université Bordeaux Montaigne, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.