Archives de l’auteur : urfistinfo

Appel à articles pour les Cahiers du Numérique

Les Cahiers du Numérique
Organisation des connaissances 2.0 : de l’organisation hiérarchique centralisée à l’organisation sociale distribuée

Numéro thématique coordonné par Widad Mustafa El Hadi et Michèle Hudon

Description et objectifs

De tout temps, l’homme a voulu organiser  son environnement, condition essentielle à ses apprentissages et à son évolution, sinon à sa survie. D’abord limité à l’organisation d’objets et de  phénomènes physiques, le processus, sous forme de catégorisation et de classification, est rapidement devenu essentiel également dans le monde des idées et des connaissances. Les systèmes  philosophiques d’organisation des connaissances ont à leur tour inspiré des structures de classification bibliographique pour organiser l’information et les documents générés par la réflexion et la recherche.

Continuer la lecture

Le Collège de France sur Dailymotion

Le Collège de France sur Dailymotion

Dans le cadre de sa mission de promotion de la diffusion des connaissances au niveau national et international, le Collège de France est sur Dailymotion pour y diffuser des centaines d’heures de cours :
https://www.dailymotion.com/College-de-France
Ces cours sont aussi diffuser sous forme textuelle :
http://www.college-de-france.fr

On regrettera l’absence d’index pour s’orienter.

JPL

L.O. sur Arpanet

L'histoire de la première (tentative de) connexion sur Arpanet est connue depuis longtemps et circule sur de nombreux sites. Le 29 octobre 1969, Charles Kline, étudiant à UCLA, cherche à se connecter à l'ordinateur du SRI, à Stanford, via les IMP, ces premiers "noeuds" du réseau. Il double la connexion informatique d'une communication téléphonique avec son collègue du SRI et commence à lancer la célèbre procédure de connexion : LOGIN. Tout en expliquant au téléphone ce qu'il fait : "Avez-vous le L ? J'ai eu un 1-4, répond le chercheur du SRI. Il lisait l'information codée en octal, avec des nombres exprimés en base 8". " Avez-vous le O…? J'ai eu un 1-7" Avez-vous le G ? "L'ordinateur vient de s'arrêter !" dit la voix au bout du fil" (d'après "Les sorciers du net").

La toute première connexion sur Arpanet n'est pas allée très loin ! Mais ça s'est rapidement arrangé par la suite…

Pour comprendre cette savoureuse histoire et replonger dans ces "temps héroïques" de l'interconnexion, rien ne vaut la vidéo de Leonard Kleinrock, pionnier de la théorie de la transmission par paquets, et responsable à UCLA de la première connexion Arpanet. Avec un schéma très simple, il explique les quatre premières connexions de l'automne 69, il y a juste 40 ans, qui virent la naissance de l'ancêtre d'Internet. La vidéo est sur YouTube .

Profitons de cet anniversaire pour tordre le coup à la légende militaire des origines d'Arpanet, qui n'en finit pas de circuler sur le web (voir par exemple cette autre vidéo de EasyNet Connect sur l'histoire d'Internet, particulièrement "linéaire" et sans beaucoup d'intérêt) : non, Arpanet n'est pas "né de la guerre froide" pour équiper les  USA d'un réseau indestructible… 

Il faut lire ou relire "Les sorciers du net", de Katie Hafner et Matthew Lyon, chez Calmann-Lévy. On peut aussi suivre la "chronologie hétérogène" des événements sur le site de l'Urfist de Rennes :  Histoire d'Internet.

AS

à suivre: HathiTrust

L'éléphant (dont nous célébrions la naissance ici il y a tout juste un an) a grandi: John Wilkin annonce le lancement à la mi-novembre prochain de la bibliothèque numérique full-text d'HathiTrust.

On sait que le trust s'est bâti sur le fonds des livres numérisés dans le cadre des accords de bibliothèques universitaires américaines avec Google Books, avec le souci d'assurer aux livres numérisés un traitement plus compatibles avec les standards documentaires et académiques (en termes de conservation et de description) . Ce qui n'était déjà pas mal.

Aujourd'hui HT va plus loin en proposant sa propre bibliothèque numérique. Ses sources de contenu ne devraient pas se limiter aux copies de numérisations acquises dans le cadre des accords avec Google mais inclure, en particulier des collections numériques de presses universitaires partenaires.

Selon John Wilkin, bibliothécaire à l'Université du Michigan et executive director d'HathiTrust, les développements futurs devraient inclure un service d'impression à la demande (POD) et faire ainsi de l'inteface du trust un service de librairie en ligne spécialisée.

Ce sont 1 milliard et demi de pages soit 4,3 millions de volumes qui vont pouvoir être interrogés en plein texte.

<insider tip>Pour ceux qui ne pourraient pas attendre jusqu'à l'ouverture officielle, la page expérimentale, officiellement limitée à 500 000 volumes, donne d'ores et déjà accès à toute la collections.</insider tip>

(Source: HathiTrust Launching Full-Text Library of Books / Barbara Quint, Information Today, 22 octobre 2009)

MR

Le mois de l’information literacy

Qui a dit : 

"Rather  than merely  possessing  data, we must  also  learn  the  skills  necessary  to acquire, collate, and evaluate information for any situation. This new type of literacy also requires competency with communication technologies, including computers and mobile devices  that  can help  in our day-to-day decisionmaking." ?

L'IFLA ou une autre association de bibliothécaires ? L'UNESCO, la Commission Européenne ?

Et bien non : c'est Barack Obama himself, qui a déclaré le mois d'octobre  "National  Information  Literacy Awareness Month".

En France, on a la Semaine de la presse et des médias, mais on n'a pas encore un "Mois de la maîtrise de l'information", soutenu à un tel niveau…

C'est un appui politique de taille que vient de recevoir le mouvement pour "l'information literacy", dont il faut aussi souligner le caractère inédit (je n'ai pas le souvenir d'un précédent président américain qui se serait engagé ainsi dans ce domaine).  On savait que Barack Obama avait parfaitement compris et intégré Internet dans ses campagnes et ses pratiques politiques (cf ses comptes Twitter, Facebook, etc.), qu'il avait incité les jeunes Américains à se méfier de Facebook ; c'est une bonne nouvelle de voir qu'il a également bien mesuré les enjeux éducatifs de la formation à l'information (notamment à l'évaluation de l'information).

Ne résistons pas au plaisir d' une dernière citation : "I  encourage  educational  and community institutions across the country to help Americans fnd and evaluate the information they seek, in all its forms."

A quand un encouragement politique équivalent, européen et français ? 

AS

The Depot (suite)

A l’occasion de la semaine de l’Open Access, EDINA (fondation du
JISC britannique) ouvre THE DEPOT (dont nous avions noté en
avril 2007 la création)
à la communauté scientifique internationale.

Voir l’annonce sur le site (www.depot.edina.ac.uk).

Il est à
remarquer que le service est conçu comme une archive ouverte pour ceux
qui ne disposent pas déjà d’une archive de référence, institutionnelle
en particulier. Au moment de la soumission d’un article, THE DEPOT va
d’abord chercher s’il ne peut conseiller au chercheur déposant une
archive de référence qui lui soit adaptée.

MR (via Peter Suber)

STM report : an overview of scientific and scholarly journal publishing

L’International Association of Scientific, Technical, and Medical Publishers (STM) vient de publier un nouveau rapport : “The STM report : an overview of scientific and scholarly journal publishing” (pdf), suite du rapport de 2006, “Scientific publishing in transition : an overview of current developments” (pdf).

Le rapport indique notamment que les communications scientifiques subissent de profonds changements liés à des facteurs technologiques et économiques alors que les motivations majeures des auteurs à publier restent stables.
Les revenus annuels générés par la publication de revues STM anglophones sont estimés à $8 milliards en 2008, en croissance de 6 à 7% par rapport à 2007, au sein d’un marché de l’édition STM plus large d’une valeur de $16 milliards. Environ 55% des revenus STM mondiaux (y compris les produits STM autres que les revues) proviennent des Etats-Unis, 30% d’Europe, 10% d’Asie/Pacifique et 5% du reste du monde.
La croissance continue de la production, en particulier de la Chine et de l’Asie de l’Est vont continuer à mettre de la pression sur le système, notamment lorsque cela se combine avec la volonté des financeurs d’un plus grand retour sur leurs investissements dans la recherche et les pressions sur les chercheurs pour accélérer le cycle de la recherche.

Il existe environ 2000 éditeurs de revues dans le monde, et les principales entreprises et associations professionnelles anglophones comprennent 657 éditeurs produisant environ 11 500 revues – environ 50% de la production totale des revues par titre. Parmi ceux-ci, 477 éditeurs (73%) et 2334 revues (20%) sont à but non lucratif.
Début 2009, on recense environ 25 400 revues savantes à comité de lecture actives, publiant collectivement environ 1,5 million d’articles par an. Le nombre d’articles publiés chaque année et le nombre de revues ont tous les deux augmenté régulièrement depuis plus de deux siècles, de 3% et 3,5% par an respectivement. Cela s’explique par la croissance tout aussi durable du nombre de chercheurs, qui a aussi augmenté d’environ 3% chaque année et se situe maintenant entre 5,5 et 10 millions, selon la définition, quoique environ seulement 20% représentent des auteurs réguliers.

Le rapport montre aussi que le débat concernant les modèles économiques et d’accès à l’information à lieu, de manière paradoxale, à un moment où l’accès à la littérature n’a jamais été aussi large ni les coûts par téléchargement aussi bas. Dans ce débat en plein développement, l’intérêt reste croissant pour une approche basée sur les preuves de ces différents modèles économiques.

Ce rapport sera mis à jour et diffusé tous les 3 ans.

AM
[traduction d'extraits du communiqué de presse du 13 octobre 2009]

Comparatif de six encyclopédies en ligne

Comparatif de six encyclopédies en ligne

Le site CLUBIC propose un article comparant les encyclopédies électroniques suivantes :
Larousse, Hachette Multimedia, Quid, Encyclopédie Universalis, Knol de Google et Wikipédia.

http://www.clubic.com/article-303120-1-comparatif-encyclopedies-ligne.html

« Deux philosophies s’affrontent : celle de Wikipedia, adoptée par Knol, qui préconise le tout participatif, et celle de l’Encyclopédie Universalis, qui ne fait appel qu’à des érudits dans chaque domaine. »

JPL