Archives de catégorie : Edition scientifique

Éthique, évaluation, publication

La publication de l’article relatif au Boson de Higgs dans Physics Letters B suscite une nouvelle fois l’occasion de poser des questions cruciales sur l’éthique en matière de publication scientifique.

Le journal en question est publié par Elsevier dans un contexte de Golden O.A., dans le cadre des initiatives de SCOAP3, consortium monté par la communauté des chercheurs en Physique des Hautes énergies, pionnière en matière de libre accès. Agissant pour le compte de SCOAP3, le CERN a sélectionné 12 périodiques publiés par 7 éditeurs en vue de financer la publication d’articles. En 2011, étaient concernés 6600 articles. Sachant que le coût moyen nécessaire à la communauté pour payer le droit de publier dans ces revues se chiffre dans une fourchette allant de 1000 à 2000 $ par article, et que l’on souhaite épargner, autant que faire se peut, la contribution des laboratoires « auteurs », c’est au consortium qu’il appartient de régler la note, pour l’instant à hauteur d’environ 90 %. Idéalement, il faudrait financer le coût des 10 000 articles que cette communauté publie annuellement, chiffre à multiplier par le coût moyen que réclament les éditeurs à fort facteur d’impact pour chaque texte accepté.

On en revient toujours à l’implacabilité du système des facteurs d’Impact notamment dénoncé dès 2003 par Peter A.Lawrence et David Colquhoun dans Nature. Nul n’est d’ailleurs surpris outre mesure par le fait que ces critiques acerbes soient publiées dans un périodique qui, précisément, se distingue par son excellent I.F. Là comme ailleurs, la culture du paradoxe n’étonne plus.

Le groupe Nature  est représentatif du secteur biomédical dont on s’accorde à dire aujourd’hui qu’il est, sinon le seul, du moins le plus adapté à la structure du système d’évaluation fondé sur l’I.F. Les dérives dont pâtit la publication scientifique dans ce secteur sont connues depuis longtemps mais semblent s’accroître de façon significative ces dernières années. La compromission avec l’industrie pharmaceutique peut paraître anecdotique, mais elle est bien réelle et ses effets délétères ont déjà fait l’objet d’articles plus ou moins retentissants.

Ceux-ci relatent entre autres deux types de censure ; d’une part, celle que peut exercer la rédaction d’une revue sur les critiques émises par tel ou tel spécialiste à l’encontre d’articles susceptibles de vanter les mérites d’une molécule ou d’une méthode de thérapie chimique. D’autre part la censure exercée par défaut ou par omission lorsque les rapports émis négativement par la Food & Drug Administration à propos de telle molécule, sont passés sous silence ; non pas sur son éventuelle toxicité ou dangerosité aux doses prescrites, mais sur son inefficacité dans les essais cliniques par rapport à des placebos, par exemple. De même sur les effets secondaires, les rapports de la FDA peuvent être biaisés lors de la publication. Cet état de fait est assez grave, compte tenu de l’importance que l’on accorde aux Clinical Trials dans la recherche d’information médicale aujourd’hui.

Par ailleurs (mais certes, le secteur biomédical n’est pas le seul concerné), l’introduction grandissante de reviews dans les sommaires permet une augmentation « sournoise » des I.F. C’est le cas de la politique amorcée en la matière depuis quelque temps par The Lancet. On connaît bien cet épiphénomène de la course à l’I.F. que représente la diffusion et la très abondante citation des reviews. Il a néanmoins l’avantage de ne pas nuire à l’honnêteté intellectuelle et à la qualité de la recherche dans la mesure où ce type d’article ne sous-tend aucune réelle investigation élaborée en laboratoire.

Plus problématique est le phénomène de la vitesse contre lequel s’insurge le mouvement de la Slow Science. Car la nécessité de proposer rapidement de nouveaux résultats se traduit par des textes nombreux et parfois « risqués » dans leur contenus car n’ayant pas fait l’objet d’une contre-expertise suffisamment étoffée ou démultipliée, qui précisément implique du temps. Les études sur l’accroissement du phénomène de rétractation, i.e. de retrait d’articles (retraction  en anglais) sont nombreuses et s’accompagnent de constitution de bases de données ainsi que de blogs spécifiques.

« Depuis 2001, tandis que le nombre d’articles publiés dans les périodiques de recherche a cru de 44 %, le nombre de papiers ayant fait l’objet de rétractation s’est multiplié par 15, selon une enquête diligentée par Thomson Reuters pour le compte du Wall Street Journal. On ne relevait que 22 retraits en 2001, mais 139 en 2006 et 339 en 2010. De janvier à juillet 2011, le Web of Science en a compté 210. », rapporte Gautam Naik dans le WSJ (10 août 2011). Nature, Science et Cell sont des vedettes du genre.

 

Les Sciences humaines semblent être plus raisonnablement à l’abri de ces phénomènes de vitesse.  L’évaluation dans le domaine SHS représente à elle seule un vaste chantier, un sujet d’une importance capitale qui doit sortir de la gangue du silence ou de l’ombre portée par les méthodes appliquées dans le domaine STM. Les initiatives inspirées par l’IN-SHS du CNRS, comme JournalBase ou RIBAC, ou bien celles que suscite la Conférence des Publications en Psychologie de Langue Française (CPPLF) vis-à-vis de l’AERES et des éditeurs, constituent des avancées considérables que doit encourager la communauté. Les préconisations souvent timides du rapport du CDHSS d’octobre 2010 (pages 77 à 94) ont en effet pour caractéristique d’être perfectibles.

 

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Présentation de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) à l’ENS Cachan le 4 juillet

Un communiqué du Comité de Pilotage Renatis:

Le réseau national des professionnels de l’Information scientifique et technique (IST) RENATIS du CNRS, soutenu par la MRCT avec le soutien du département de la coordination et des politiques transversales du MESR, organise une journée de communication sur le projet français de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN) après trois ans de travaux des différents acteurs impliqués.

La manifestation se déroulera le mercredi 4 juillet 2012 de 9h30 à 17h à l’Amphithéâtre Marie Curie de l’Ecole Normale Supérieure de Cachan.

L’inscription est gratuite et obligatoire , dans la limite des places disponibles. Toutes les informations sont en ligne.

Inscription en ligne : http://tinyurl.com/Renatis-BSN

Programme à près le saut…

Continuer la lecture

La Conférence des Publications en Psychologie de Langue française (C.P.P.L.F.)

La Conférence des publications de psychologie en langue française « a pour objectif de promouvoir des concertations, en vue de définir les meilleures conditions de garantie d’existence et de qualité scientifique des publications, dans le respect des règles déontologiques et des principes éthiques. À cette fin, elle rassemble des acteurs et instances qui concourent à la publication, à la diffusion, à la conservation et à la valorisation des travaux de psychologie, par l’édition de revues, d’ouvrages, imprimés ou numériques. » (art. 2 des statuts).

 

La C.P.P.L.F. est un exemple remarquable de réflexion et d’action collectives se donnant pour objectif d’optimiser les conditions d’évaluation et de caractérisation des disciplines SHS en général et plus spécialement de la Psychologie. Enseignants-chercheurs, praticiens, éditeurs aux sens scientifique et diffuseurs, agrégateurs, sont réunis dans cette association dédiée aux publications de psychologie, qui œuvre dans le sens d’un dialogue constructif avec les instances d’évaluation : il s’agit de modifier de manière significative un certain nombre de principes dont l’inadéquation n’est plus à démontrer dans le domaine SHS ; la Psychologie constitue à cet égard une base de travail fort intéressante. La C.P.P.L.F. a bien voulu inviter l’URFIST de Paris à participer à ses travaux.

Voir le compte-rendu de son A.G. initiale sur le site  de cette Unité.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Dépôts en libre accès et politiques des éditeurs : Héloïse, un site français

« Afin de mieux communiquer auprès des chercheurs sur les autorisations en matière de dépôt, une plateforme d’information nommée Héloïse a été mise en place à l’adresse : http://heloise.ccsd.cnrs.fr. Elle résulte d’un partenariat entre le CCSD (Centre pour la communication scientifique directe), une unité du CNRS dédiée à la réalisation d’archives ouvertes, le SPCS (Syndicat de la presse culturelle et scientifique) et le SNE (Syndicat national du livre). Elle fait suite à plusieurs années de réflexion menée par le groupe de travail sur le libre accès du GFII (Groupement français de l’industrie de l’information).
Cette plateforme est la réponse aux attentes des auteurs au sujet de la transparence des règles fixées par les éditeurs français en matière de dépôt des articles de revues. Elle a pour but de recenser les politiques des éditeurs pour la mise en libre accès des articles des revues qu’ils publient et ce sont les éditeurs eux-mêmes qui déclarent leur politique. »

Les éditeurs sont encouragés à s’inscrire et à enregistrer leur politique de dépôt sur le site http://heloise.ccsd.cnrs.fr ou à prendre contact avec le CCSD (présentation d’Héloïse sur le site du SNE).

A la différence de l’initiative Sherpa/Romeo, les informations sur Héloïse sont enregistrées et certifiées par les éditeurs eux-mêmes. Il existe aussi un site équivalent pour les éditeurs espagnols : Dulcinéa.

Comment bloguent-ils?

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 :  signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche.

« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’URFIST de Lyon, l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo).

Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture

IST, humanités, francité

L’AUF (Association des Universités Francophones), qui succède à l’AUPELF (Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française), a tenu le 22 septembre 2011 un colloque à Montréal sur « Le français, langue de l’innovation », à l’occasion du Jubilé de l’Association.

Le lien donnant accès aux Vidéos du colloque permet de visualiser, entre autres, trois sessions intéressantes.

http://www.auf.org/communication-information/actualites/colloque-2011-6436.html

1)    Celle qui est intitulée « Desmonstrations » [sic] développe le projet IDEFICS (Indexation, Développement et Evaluation [de la recherche] Francophone pour l’Innovation et la Communication Scientifique) – rien à voir avec l’acronyme homonyme Identification and prevention of Dietary- and lifestyle-induced health EFfects In Children and infantS communément trouvé sur Google… – projet associé à Erudit mais aussi à d’autres répertoires comme Persée par exemple. Il s’agit de mettre en œuvre, tout spécialement dans le domaine des SHS, un index de citations francophones.

2)    La vidéo intitulée « Axe Recherche » associe deux chercheurs SHS : Bernard SERGENT (CNRS) et Jean-Guy MEUNIER (UQAM). Ce dernier développe le thème des Digital Humanities.

3)    Une troisième vidéo, intitulée « Axe Évaluation » fait intervenir conjointement deux ténors de cette thématique en lien avec les Archives ouvertes : Yves GINGRAS (OST canadien + UQAM) et Stevan HARNAD (Univ. Southampton, U.K.) qu’on ne présente plus…

Bonne visu !

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Identification codifiée des chercheurs : l’évolution du projet ORCID

Parmi les problèmes rencontrés lors des opérations visant à caractériser et évaluer les unités de recherche, celui de l’identification des chercheurs est, on le sait, de première importance.
Thomson-Reuters avait déjà pris l’initiative de créer le Researcher-ID. Depuis peu, un consortium étendu, dénommé ORCID (Open Researchers and Contributor ID), prend le relais. ORCID réunit des partenaires publics et privés. Son « Board of Directors » est composé des entités suivantes : Wellcome Trust, Wiley-Blackwell, OCLC, le CERN, Nature Pub. Grp, Elsevier, Nat. Inst. Informatics (Japon), Harvard, Fac. Méd. Hanovre, Thomson, CrossRef, ACM, MIT et Cornell.
Amanda Regolini, responsable des indicateurs bibliométriques au Cemagref, nous a fait part des avancées du projet ORCID, présentées au CERN à Genève le 16 septembre. Chercheurs et publishers ont coopéré ce jour-là de manière particulièrement efficace afin d’élargir et d’ouvrir au mieux la démarche initiée par un prestataire privé dans le cadre d’une base de données propriétaire (le WoS).
Les présentations correspondantes sont visibles sur le site ORCID.
Cette expérience, qui en est encore au stade prototypique,  récupère les profils d’auteurs  de Thomson Reuters, REPEC, Scopus, Scholar Universe et CrossRef.
D’après Thomson, plus de 3400 chercheurs français ont maintenant un ID. La France serait, au niveau de ces immatriculations Researcher-ID, le 2ème pays européen le mieux renseigné après l’UK.
Qui va payer ? D’abord la technologie est concédée (provided) par Thomson. Le processus s’exécutera en différentes étapes. En premier lieu, ce sont les éditeurs qui financeront, car ils sont les premiers intéressés. En effet, ce processus d’identification facilite leur tâche dans le cadre de la soumission d’articles. Et normalement, dans deux ans, ce seront les Universités et les Organismes de recherche dans leur ensemble qui devront « contribuer ».
Voir en complément le billet de Pascal Aventurier, daté du 19 septembre 2011.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

PKP- Scholarly Publishing Conference à Berlin, sur Twitter now !

La 3e conférence du Public Knowledge Project (PKP) se tient actuellement à Berlin jusqu’à mercredi prochain. Les deux premières conférences s’étaient déroulées en 2007 puis en 2009 à la Simon Fraser University à Vancouver, Canada.

Le PKP a été initié en 1998 par John Willinsky, actuellement professeur à la Stanford University School of Education, ainsi qu’à l’University of British Columbia. Ce projet a pour objectif général d’explorer les moyens d’utiliser les nouvelles technologies pour améliorer la valeur professionnelle et publique de la recherche : « son programme de recherche étudie les problématiques sociales, économiques et techniques impliquées dans l’utilisation des infrastructures en ligne et des stratégies de gestion de la connaissance afin d’améliorer à la fois la qualité scientifique, l’accessibilité publique et la cohérence de ce corpus de connaissance dans une forme viable et accessible au monde entier ». D’où son intérêt particulier pour les questions liées au libre accès. Parmi ses réalisations, on compte l’Open Journal Systems (OJS- qui compte une liste impressionnante de revues; la plateforme Manuscrits du Cléo utilise ce logiciel pour la gestion électronique des soumissions d’articles), l’Open Conference Systems (avec une liste non exhaustive de conférences) et l’Open Harvester Systems (permettant de créer des index de métadonnées OAI). Et en cours de développement, l’Open Monograph Press.

Parmi les multiples interventions de la conférence, on notera celle de Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo, qui présentera (demain) le nouveau modèle économique Freemium développé pour la plateforme OpenEdition (qui regroupe Revues.org, Hypothèses et Calenda).

Et pour ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller faire un tour à Berlin cette semaine, la conférence peut être suivie sur Twitter (#pkp2011). Merci à Pierre, entre autres, de nous en faire profiter !

 

Dernier jour : consultation publique sur l’information scientifique à l’ère numérique

Le 9 septembre est la date limite pour répondre à la consultation publique mise en place par la Commission européenne sur l’information scientifique à l’ère numérique.

Il est possible d’y répondre au nom d’une organisation, d’une autorité publique ou en tant qu’individu citoyen et/ou chercheur.

Le questionnaire est en anglais et peut être consulté en ligne (pdf) dans son intégralité avant de répondre aux questions qui portent sur l’accès à et la conservation de l’information scientifique, les barrières actuelles, la place du libre accès aux publications et aux données de la recherche, le rôle que l’Europe et les institutions publiques peuvent jouer dans ce contexte.

Evaluation post-publication et Twitter: l’affaire #arseniclife

A lire sur Slate aujourd’hui: « Comment Twitter a changé la science: L’annonce en novembre dernier par la Nasa d’une découverte qui allait changer la recherche de vie extraterrestre et les débats en ligne entre scientifiques qui ont suivi marquent une révolution dans l’évaluation des études scientifiques. »

Extrait:

L’évaluation par les pairs post-publication —et la science «ouverte» en général— fait de plus en plus d’adeptes dans la communauté scientifique. Toutefois, certains affirment qu’elle est plus efficace en théorie qu’en pratique. L’affaire #arseniclife constitue le premier cas d’article prestigieux à avoir été ouvertement rejeté par la communauté scientifique, influençant la manière dont le grand public l’avait perçu.

C’est l’occasion de jeter un coup d’oeil sur la rubrique « Science Express » du site de Science. Elle y est définie ainsi: « Science Express provides electronic publication of selected Science papers in advance of print. Some editorial changes may occur between the online version and the final printed version. ». La différence avec un site de preprints / pré-publication serait que les articles mis en ligne ici sont déjà validés (et l’article dont il est question ici a son DOI et toutes les caractéristiques d’un article publié). L’affaire #arseniclife montre une inflexion du côté des preprints puisqu’il semble que l’article ne sera finalement publié dans la version papier de Science (ou plus exactement dans sa version « périodique »). Cela fait de « Science Express » un espace intermédiaire entre la prépublication et la publication, qui du coup présente deux degrés de validation: la validation classique, par les pairs sollicités, et la validation post-publication par les pairs volontaires, en quelque sorte.