Archives de catégorie : Formations

Former à l’intégrité scientifique en LSH : retour d’expérience de l’Urfist de Bordeaux

Historique du projet

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêté du 25 mai 2016[1] fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, l’école doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne) a sollicité l’Urfist de Bordeaux pour concevoir une offre de formation dédiée à l’intégrité scientifique. En effet, l’article 3 de l’arrêté indique que les écoles doctorales doivent désormais veiller à ce que chaque doctorant « reçoive une formation à l’éthique et à l’intégrité de la recherche[2] ».

Si l’arrêté du 25 mai 2016 constitue le point de départ du projet, la lettre de mission émanant de Sandro Landi, directeur de l’école doctorale Montaigne Humanités, étend le public cible du dispositif aux enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels d’appui à la recherche. Il s’agit d’appréhender l’intégrité scientifique comme un enjeu d’établissement. Michel Pernot, délégué à l’intégrité scientifique et Frédéric Boutoulle, vice-président recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, ont également été partie prenante du projet.

Entre péchés capitaux de la recherche et petits arrangements du quotidien

Ainsi que le rappellent P. Corvol et R. Gicquel, « il faut bien distinguer l’intégrité scientifique, c’est-à-dire les règles qui gouvernent la pratique de la recherche, de l’éthique de la recherche qui aborde de façon plus large les grandes questions que posent les progrès de la science et leurs répercussions sociétales[3] ». On peut également citer la définition de la commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique de l’Alliance des sciences et technologies du numérique (Allistene) : « L’intégrité scientifique passe par les bonnes pratiques, les comportements à adopter dans la recherche et à promouvoir dans les laboratoires[4] ». En d’autres termes, l’intégrité scientifique se situe essentiellement sur le terrain de la praxis.

L’expression « intégrité scientifique » est spontanément associée à la lutte contre les péchés capitaux de la recherche que sont la fraude, la falsification et le plagiat[5]. Certes, ainsi que le soulignent M. Bergadaà[6], P. Corvol et R. Giquel, il s’avère difficile de mesurer précisément l’ampleur du phénomène et son évolution, faute d’accès à des données détaillées. R. Gicquel et P. Corvol évoquent entre autres raisons le fait qu’il existe « une régulation non explicite[7] » par la communauté scientifique. Mais lorsqu’elles deviennent publiques, les affaires de plagiat ou de conflits d’intérêt font l’objet d’une très forte médiatisation. On peut citer par exemple l’affaire des plagiats du physicien Etienne Klein relayée par de nombreux médias généralistes en avril 2017.

Les piliers de la méconduite scientifique (fraude, falsification, plagiat) focalisent l’attention, mais L. M. Bouter et ses co-auteurs alertent sur la nécessité d’élargir le périmètre de la prévention à ce qu’ils nomment les « everyday research dilemma[8] ». En effet, selon l’étude, les pratiques de recherche douteuses menacent tout autant la recherche et la confiance entre chercheurs que la tricherie caractérisée :

In short, research misconduct as well as sloppy science threaten the validity of scientific knowledge and may also inflict damage to the trust between scientists and, if revealed in the media, may also damage public confidence in science[9].

Comment définir ces pratiques douteuses à l’origine de ce que L. M. Bouter et ses co-auteurs nomment la « sloppy science [10]» ? Ces écarts peuvent être volontaires ou non. Il s’agit par exemple de se livrer à un état de l’art sélectif. On ne se situe pas au cœur de la fraude, mais dans une zone intermédiaire. Toutefois, par leur fréquence et la gravité de leurs impacts, les pratiques douteuses ne représenteraient-elles finalement pas le cœur du problème plutôt que sa périphérie, ainsi que le suggèrent L. M. Bouter et ses co-auteurs ?

Our ranking results seem to suggest that selective reporting, selective citing, and flaws in quality assurance and mentoring are the major evils of modern research[11].

Si une offre de formation à l’intégrité scientifique peut difficilement faire l’économie d’une sensibilisation à la lutte contre le plagiat, la fraude et la falsification, elle ne devrait pas s’y résumer.

Ancrer l’intégrité scientifique dans les pratiques quotidiennes

Plutôt que de faire de l’intégrité scientifique un sujet de formation en soi, le parti a été pris de décliner une série de 5 modules traitant de problématiques particulièrement sensibles dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales :

– « Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation ».

Formateur : Pierre Gravier, conservateur des bibliothèques, direction de la documentation, Université de Bordeaux.

L’objectif principal de la formation est de permettre aux participants d’acquérir ou de consolider une méthodologie ad hoc en matière de traçabilité des sources. S’il existe des outils permettant d’automatiser la gestion des références bibliographiques, il n’en demeure pas moins que l’acquisition d’une méthode rigoureuse de citation demeure une étape incontournable.

– « Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS ».

Formateur : Michel Jacobson, ingénieur en informatique spécialisé dans la gestion de corpus numériques et l’archivage numérique, Laboratoire ligérien de linguistiques (UMR LLL). Formation organisée en partenariat avec la délégation régionale du CNRS.

Ce module s’adresse à des non spécialistes en informatique. Ce stage n’est pas une formation au data management plan ; il s’inscrit dans une perspective plus généraliste et traite des questions d’archivage, de normes, d’organisation des données, d’authentification, de description des données. Le formateur explique les enjeux inhérents au cycle de vie des données.

L’enjeu de la formation est double. Il s’agit d’une part de sensibiliser les participants au fait que la gestion des données sources ne relève pas d’un plan uniquement technique, mais scientifique ; et d’autre part, de démontrer qu’il est possible d’adopter  au quotidien de bonnes pratiques de gestion, sans être un spécialiste du numérique.

Programmer une formation dédiée à la gestion des données de recherche est apparu comme une priorité dans le cadre d’un cycle dédié à l’intégrité scientifique. En effet, la mise à disposition des données contribue notamment à une plus grande transparence de la recherche et constitue également un enjeu clé dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales.

– « Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur »

Formatrice : Emilie Masson, juriste, service informatique et libertés du CNRS

– « La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en LSH » Formatrice : Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Institut de recherche en droit des affaires et du patrimoine (Irdap)

 « De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Formatrices : Sabrina Granger, conservateur des bibliothèques, Urfist de Bordeaux ; Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap

Le choix des thématiques suit l’une des préconisations du rapport Corvol et Gicquel rappelant que « l’approche et la sensibilité sur les questions d’intégrité sont différentes selon les disciplines, même s’il existe une base commune d’éthique[12] ».

Le cycle s’achève sur un atelier intitulé « L’intégrité scientifique en action », animé par 3 intervenants aux profils complémentaires : Olivier Le Deuff, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication (IUT Bordeaux Montaigne ; unité de recherche « Médiations, Informations, Communication, Arts » Mica), Julien Baudry (conservateur des bibliothèques, service commun de la documentation, Bordeaux Montaigne) et Hélène Skrzypniak (enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap). Les thèmes sont choisis par les inscrits. A la différence des formations, l’accent est essentiellement mis sur les échanges entre participants et animateurs : les participants deviennent co-responsables des contenus abordés. L’objectif est de permettre aux participants d’échanger sur leurs pratiques de manière plus informelle que dans le cadre d’une formation.

Ainsi que le souligne la présentation des formations conçues par l’Urfist pour l’école doctorale Montaigne Humanités, « l’objectif [des formations] est de mobiliser les doctorants par la pratique en leur démontrant que le respect de l’intégrité scientifique n’est pas une question exogène, mais qu’il s’inscrit dans leur quotidien et que des solutions concrètes peuvent être mises en œuvre[13] ». Tous types d’actions confondus, le cycle représente 48 heures de formation. Hormis l’atelier de clôture, chaque session dure entre 6 et 9h. Les modules sont indépendants les uns des autres afin de laisser toute latitude aux inscrits de construire leur parcours de formation personnalisé.

Adopter une approche non restrictive de l’intégrité scientifique

Le thème de l’intégrité scientifique est abordé à travers une pluralité de contextes. Il s’agit donc bel et bien de mettre l’accent sur les « everyday research dilemma » analysés par L. M. Bouter et ses co-auteurs. Les questions juridiques constituent un élément incontournable du cycle de formation. Toutefois, tout comme elle ne se réduit pas à la lutte contre le plagiat, l’intégrité scientifique excède également le seul périmètre juridique. Le souhait de l’école doctorale Montaigne Humanités était en effet d’adopter l’approche la moins restrictive possible.

C’est pourquoi une attention particulière a été portée d’une part à la traçabilité des sources et aux bonnes pratiques de citation. Il s’agit de donner aux participants des clés pour citer correctement une référence et ne pas devenir plagiaire malgré eux. Les formations traitent également des zones grises de la citation (citations de complaisance, citations de seconde main, auto-plagiat) ainsi que leurs conséquences sur la qualité des travaux scientifiques.

D’autre part, la gestion et de la fiabilisation des données sources constituent également des thèmes étroitement articulés à celui de l’intégrité scientifique : comment mettre à disposition de ses pairs des données à des fins de partage, ou de validation si ces informations ne sont ni correctement structurées, ni référencées de manière satisfaisante ? L’objectif de cette formation animée par un spécialiste de la gestion de corpus numériques est de sensibiliser des non informaticiens aux prérequis pour une science plus ouverte et plus transparente. Ainsi, les thématiques des données de la recherche et de l’open science résident au cœur de l’offre de formation à l’intégrité scientifique.

En guise de bilan d’étape

Les plus : une très forte adéquation entre contenus et besoins. Les questionnaires de satisfaction complétés par les participants à l’issue de chaque formation font état d’un niveau de satisfaction élevé. Le format d’une journée ou d’une journée et demie n’a pas été jugé trop long par les participants, dans la mesure où l’accent était mis sur la pratique dans les stages organisés sous forme de TD.

Si le cycle de formations a pour objet l’intégrité scientifique plus que l’éthique, les questionnaires d’évaluation ainsi que les retours directs des participants mettent en lumière le fait que les formations représentent autant d’occasion d’adopter un regard plus réflexif sur leurs pratiques et leur rapport à l’activité même de recherche. Ainsi, la consolidation ou l’acquisition de méthodes ouvre des questionnements de nature épistémologique. Dans le cadre de la formation sur le plagiat, la séquence dédiée à la paraphrase et aux pratiques douteuses de citation donne par exemple lieu à des échanges nourris entre participants, allant bien au-delà des seules questions formelles.

Les marges de progression : un hiatus entre besoins et attentes. Les questionnaires d’évaluation témoignent d’une prise de conscience de l’étendue des besoins réels à l’occasion de la formation. Le travail sur la médiatisation de ces formations à l’intégrité scientifique constitue un enjeu majeur pour la prochaine édition du cycle.

Sources

« Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat »

BERGADAÀ, Michelle, Le Plagiat académique : comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

BOUTER, Lex M., TIJDINK, Joeri, AXELSEN, Nils[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17.

COMMISSION DE RÉFLEXION SUR L’ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU NUMÉRIQUE D’ALLISTENE, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016.

CORVOL, Pierre et GICQUEL, Rémy, « Bilan et propositions de mise en oeuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016.

SMALDINO, Paul E. et MCELREATH, Richard, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016, [En ligne : http://arxiv.org/abs/1605.09511].

UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

Descriptifs détaillés des formations

Intitulé Objectifs Publics cibles
« Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation » Appliquer correctement des normes de citations, connaître les usages en termes d’abréviations et de locutions latines

Identifier les pratiques de citation potentiellement problématiques pour ne pas devenir plagiaire malgré soi

 

En complément : « Publication scientifique, communication », in Pratiquer une recherche intègre et responsable. Un guide, CNRS, CPU, mars 2017

Doctorants
« De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Identifier les pratiques douteuses de citation

Rappel des bonnes pratiques : citations directes, paraphraser dans le respect du droit d’auteur, définir un auteur

Caractériser le plagiat d’un point de vue juridique

Comprendre le plagiat comme système d’écriture : jeu de rôle plagiaire et détracteur de plagiat. Les participants sont répartis en 2 groupes. Ils sont amenés à tour de rôle à produire un plagiat à partir d’une sélection de sources et de consignes d’écriture. Cette fabrique du plagiat est documentée via un journal de bord du plagiaire. Puis, dans un second temps, les groupes échangent leurs productions et doivent détecter les distorsions apportées aux sources. La restitution permet de faire dialoguer détracteurs de plagiat et plagiaires sur les techniques utilisées, les éléments identifiés ou non.

Doctorants
« Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS » Mettre en œuvre une méthodologie de gestion de ses données sources

Identifier les cas critiques et sécuriser ses données

Tous publics enseignement et recherche
« La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales » Connaître les droits et les devoirs des chercheurs Tous publics enseignement et recherche
« Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur » Identifier les données appelant un traitement spécifique : qu’est-ce qu’une donnée personnelle, une donnée sensible ?

Identifier les enjeux juridiques liés à la collecte de données sensibles

Acquérir une méthode pour gérer les questions d’anonymat, de diffusion.

Tous publics enseignement et recherche
« Ateliers « L’intégrité scientifique en action » Identifier les mécanismes qui conduisent à la fraude pour s’en prémunir : ex. crise de l’édition et de ses modèles économiques ; dangers et dérives d’une évaluation centrée sur des indicateurs inadaptés, les conflits d’intérêts, etc.

Comprendre le processus de recherche et positionner sa démarche dans un environnement scientifique

Tous publics enseignement et recherche

[1] « Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat ».

[2] Ibidem.

[3] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, « Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016, p. 24.

[4] Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016, p. 9.

[5] « Most researchers, when asked to give examples of breaches of research integrity will mention fabrication, falsification, and plagiarism, whereas only few can mention more than some [questionable research practices] items. », in Lex M. Bouter, Joeri Tijdink, Nils Axelsen[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17, p. 2.

[6] Michelle Bergadaà, Le Plagiat académique: comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

[7] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 35.

[8] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[9] Ibidem, p. 2.

[10] Sur le thème de la crise de la qualité de la recherche, cf. Paul E. Smaldino et Richard McElreath, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016.

[11] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[12] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 38.

[13] Université Bordeaux Montaigne, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

DoRANum BSN: des ressources de formation et d’auto-formation sur les données de la recherche

Le réseau des Urfist est engagé dans un nouveau chantier avec l’Inist-CNRS sous l’égide de la Bibliothèque Scientifique Numérique. Ci-dessous la présentation du projet qui est ouvert aux partenariats.

Le projet DoRANum (Données de la Recherche: Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage) a pour objectif de mettre en place un dispositif de formation à distance d’accès coordonné, intégrant différentes ressources d’auto-formation sur la thématique de la gestion et du partage des données de la recherche. Existantes ou créées dans le cadre du projet, ces ressources proposeront plusieurs parcours et modes d’apprentissage. La diversité des ressources et la complémentarité des modes et parcours devraient permettre de répondre aux attentes et usages des publics visés: chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels de l’information des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Le projet, soutenu financièrement par le Ministère, fait partie des actions de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN). Il associe principalement le réseau des Urfist (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) et l’Inist-CNRS ainsi que des membres du segment 9 (“Formation, compétences et usages”) et 10 (“Données de la recherche”) de la BSN et des représentants de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le groupe projet est composé de membres des services Formations et Valorisation des données de la recherche de l’Inist-CNRS et de l’Urfist de Nice, référent pour le réseau des Urfist dans ce projet. Deux ingénieurs pédagogiques sont recrutés spécifiquement pour le projet et sont basés respectivement sur le site de l’Inist à Nancy et à l’Urfist de Nice (rattachée et soutenue par l’Université de Nice Sophia-Antipolis).

Méthode

L’objectif global du projet, à savoir l’adoption des bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche par la communauté scientifique, se déclinera selon des actions ciblées et pourvues d’un agenda de réalisations.

Les thématiques prioritaires de formation seront identifiées à partir des problématiques élaborées par BSN10. Elles seront déclinées selon les publics (métiers et appartenances disciplinaires) et les modalités seront accordées à ces différents types de publics selon une vision globale. En particulier les professionnels de l’information seront amenés à être des relais de formation et l’un des résultats du projet sera de leur offrir une boîte à outils « formateur » comprenant des scénarios de formation adaptables en fonction de leur situation locale.

Le projet inclura des distanciels de différents types: tutoriels multimédias, classes virtuelles, webinaires, etc. afin de proposer des parcours diversifiés aux apprenants. Il prendra en compte dans la définition de ses actions aussi bien les sites d’information existants ou en cours d’élaboration que des formations en présentiel, en particulier celles réalisées par des partenaires. Ainsi par exemple le réseau des Urfist ou d’autres partenaires pourront programmer des formations en liaison avec les réalisations du projet.

Actions prioritaires

Le projet se déploie sur deux ans (2016 et 2017).

Les actions prioritaires pour la 1ère phase du chantier:

    • recensement des ressources informationnelles et pédagogiques existantes
    • actions visant à enrichir l’offre de formations en terme de contenus et de thématiques ; 3 thèmes prioritaires sont retenus pour cette 1ère phase:
      • Aide au dépôt des données : choix de l’entrepôt, métadonnées, licences, identifiants…
      • Enjeux et bénéfices de la gestion et du partage des données de la recherche
      • Données de la recherche : aspects juridiques et éthiques
    • actions visant à enrichir l’offre de formation en terme de formats et de modalités:
      • dissémination des classes Webex via le réseau des Urfist
      • expérimentations de productions à la volée à l’occasion de présentiels (formations, événements scientifiques, interviews)

Gouvernance et partenariats

Le Comité de Pilotage réunit les instances directement impliqués (CNRS (Dist et Inist), réseau des Urfist, BSN9 et BSN10).

Le groupe de travail réunit, outre les ingénieurs en charge du projet, des experts et des partenaires.

En particulier, trois types de partenariats sont envisagés:

1/ Les partenaires désireux de produire des distanciels sur la gestion et le partage des données de la recherche en liaison avec notre projet. Un partenariat actif permettrait d’organiser des complémentarités, de partager les compétences et d’éviter les redondances.

2/ Les partenaires qui réalisent ou prévoient de réaliser des formations en présentiel sur la gestion et le partage des données de la recherche. Le partenariat pourrait reposer sur un échange où le partenaire apporterait son contenu et l’équipe du projet développerait des distanciels liés à la formation du partenaire, utilisables par celui-ci.

3/ Les partenaires-relais et béta-testeurs qui seraient volontaires pour tester et diffuser les distanciels produits par le projet, éventuellement en les articulant avec des actions en présentiel.

Contacts pour les partenariats: Paolo Lai (Inist-CNRS), Michel Roland (Urfist, BSN9), Joanna Janik (Dist-CNRS, BSN9)

(logo non officiel. © F. & C. Garelli)

La JNE 2014 « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques » en distanciel sur Jalon

L’Urfist de Nice met en ligne en version bêta un distanciel interactif (un « sooc »[1]) basé sur les interventions de la Journée Nationale d’Étude Urfist 2014: « Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités ». Sous la supervision de Gabriel Gallezot et de Michel Roland, il a été réalisé par Florence Garelli[2] via Jalon, la plateforme pédagogique de l’UNS, et Zaption. Les clips ont été équipés de questions, et de sous-titres en français lorsque l’intervention était en anglais. Concrètement, le visionnage des clips vidéo est interrompu par des questions (vrai/faux, choix multiple ou question ouverte) portant sur l’intervention ou sur le support fourni par l’intervenant, et le « stagiaire » doit répondre à la question pour continuer son visionnage. La formation est accessible sur téléphone mobile via un navigateur ou l’application Zaption.

> Lien vers la formation ouverte

Il s’agit pour nous d’expérimenter la réalisation d’un outil d’auto-apprentissage actif à partir de communications comme celles de la journée d’étude. La formation est en version bêta, c’est-à-dire que toutes les fonctionnalités ne sont pas implantées. Pour l’instant l’accès aux exercices est libre et non évalué. Il est possible cependant d’obtenir une attestation de suivi de stage qui sera délivrée après vérification que l’ensemble du parcours avec ses douze activités a été réellement réalisé. Il y a sans doute des erreurs et des approximations dans les sous-titres ou dans la formulation des exercices, voir des bugs. C’est pourquoi nous sommes très demandeurs de remarques critiques et d’appréciations, de détail aussi bien que sur l’ensemble du projet[3] .

FG 150331

  1. small online open course
  2. Urfist de Nice et Service des Pédagogies Innovantes de l’Université de Nice Sophia-Antipolis
  3. en commentaire ici, par courriel à urfist@unice.fr ou via le questionnaire en fin de formation.

Enquête sur la formation à Information Scientifique Numérique (BSN9 & Enssib)

L’Enssib vient de mettre en ligne sur son portail des marchés publics un appel d’offres afin de:

« Fournir une vue synthétique de la formation à l’IST (Information Scientifique et Technique) en contexte numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche publics. »

Cette enquête est lancée à l’initiative du segment 9 de la Bibliothèque Scientifique Numérique et elle est supportée par l’Enssib.

Extrait du Cahier des clauses techniques et particulières:

« La présente consultation a pour objet de fournir une vue synthétique de la formation à l’IST (Information Scientifique et Technique) dans un contexte numérique.

Trois lots sont soumis à la consultation.

Lot 1: Etat des lieux complet de la formation à l’IST (Information Scientifique et Technique) en contexte numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche publics

Lot 2: Etude de cas de formation à l’IST en contexte numérique à l’étranger (2 ou 3 pays, vision synthétique)

Lot 3: Etat des enquêtes sur les pratiques numériques des acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche (en France et à l’étranger) depuis dix ans »

Toutes précisions sur le portail: http://enssib.marcoweb.fr/Portail/ (cliquer sur « Afficher toutes les consultations » puis « téléchargement » pour avoir le dossier complet).

N’hésitez pas à diffuser l’information auprès de prestataires éventuels.

Les Urfist sont sur Bibdoc

Les formations des sept Unités sont désormais signalées (via une alimentation automatique depuis les systèmes Sygefor de gestion des formations) sur le portail Bibdoc opéré par l’Enssib.

Certains réglages de détail restent nécessaires. Ainsi le coût « restant à la charge du stagiaire » indiqué au bas des fiches de formation ne concernent que les personnes qui ne font pas partie des publics de référence des Unités (enseignants-chercheurs, personnels de la documentation relevant de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et doctorants). Les informations concernant le lieu des formations, les prérequis ou les sessions multples sont inexactes ou imprécises. Pour ces derniers les formations sont gratuites. Dans tous les cas, il est donc requis d’aller voir le détail sur le site de l’Urfist concernée (lien au bas de la fiche de formation Bibdoc).

Programmation des formations de l’Urfist de Nice pour le semestre

L’Urfist de Nice (Paca-C) met en ligne son programme du second trimeste universitaire (février – juillet 2013). Ce programme est susceptible de modifications, notamment d’ajouts.

Formations nouvelles

Quoi qu’il en soit des critiques ou des polémiques à son sujet, Wikipedia a modifié nos pratiques institutionnelles, et celles des étudiants en particulier. Comment intégrer cette réalité dans nos pratiques pédagogiques ou de médiation documentaire? (Première programmation)
à Marseille le 8 avril et à à Nice le 2 mai
Evaluer ce que les développements récents du web sémantique impliquent pour nos pratiques numériques, comme utilisateurs et comme producteurs (nouvelle formation de 3 heures)
à Nice le 18 février et à Marseille le 10 avril
« Métaveille » et médiation, utiliser les outils de type microblogging ou réseaux sociaux pour communiquer auprès des étudiants et des lecteurs (nouvelle formation de 3 h., complète la formation « Veille numérique (RSS) »
à Nice le 26 mars et à Marseille le 30 avril
Comment animer une séance de présentation au logiciel Zotero destinée à des étudiants de Master ou doctorat ?
à Nice le 28 mai et à Marseille le 30 mai

Continuer la lecture

Maîtrise de l’information et e-learning au 78e congrès IFLA (appel à communications)

La section Information Literacy de l’IFLA et le Groupe d’intérêt spécifique E-learning viennent de lancer un appel à communications pour le prochain congrès de l’IFLA à Helsinki.

78e Congrès IFLA
Congrès mondial des bibliothèques et de l’information
11- 17 Août 2012, Helsinki, Finlande

Appel à communications

Maîtrise de l’information et e-learning: que peut-on dire des usages et des résultats ?

La section Maîtrise de l’information et le Groupe d’intérêt spécifique E-learning lancent un appel à communications pour le 78e Congrès de l’IFLA qui aura lieu à Helsinki du 11 au 17 août 2012.

Le thème de cette session sera : Maîtrise de l’information et e-learning : que peut-on dire des usages et des résultats ?

Durant ces dix dernières années, le rôle potentiel de l’e-learning est reconnu dans les formations à la maîtrise de l’information, et plus largement dans l’éducation à la culture informationnelle. La formation en ligne est souvent considérée comme un moyen efficace pour étendre la présence des bibliothèques et atteindre des publics nouveaux grâce à des services innovants.

Tandis que les technologies de l’apprentissage et de la formation se développent, les bibliothécaires doivent faire évoluer leur conception des formations à l’information, particulièrement en terme de didactique et de pratique des nouveaux outils et systèmes d’information, pour aider les apprenants à acquérir des connaissances sociales en utilisant l’information de manière critique.

Le programme de cette session souhaite mettre l’accent sur des approches pratiques et théoriques, par exemple :
– L’e-learning a-t-il démontré qu’il est un moyen efficace au service d’un apprentissage individualisé et durable dans le domaine de la maîtrise de l’information ?
– Est-ce que l’e-learning permet aux bibliothèques de toucher de nouvelles populations, et de fournir à leur public des services ou des types d’apprentissage innovants ?
– Tandis que les tutoriels sont surtout utilisés dans le contexte universitaire pour faire face à des effectifs massifs d’étudiants, quelles politiques sont mises en oeuvre dans les bibliothèques publiques pour encourager l’apprentissage tout-au-long de la vie ?
– Quels sont les avantages pour les formations à la maîtrise de l’information d’utiliser les environnements numériques de travail ou les plateformes de cours en ligne comme Moodle, Blackboard, WebCT dans un contexte pédagogique mixte ? Quels sont les bénéfices de l’apprentissage collaboratif, avec des outils comme les forums, les wikis, le chat ou la classe virtuelle ?
– Quels aspects de la maîtrise de l’information (par exemple l’apprentissage des savoir-faire, la formation à l’information scientifique…) sont particulièrement adaptés à l’enseignement en ligne ? Quels éléments de l’e-learning sont les plus intéressants pour l’acquisition des compétences informationnelles ?
– De nombreux tutoriels sont spécialisés dans la recherche d’information ou la citation des sources ; la formation en ligne peut-elle dépasser ces objectifs et élargir son champ d’application ?

Les propositions, rédigées en anglais, comprendront les indications suivantes :
– Titre et résumé de la communication en 500 mots environ
– Renseignements sur le ou les auteurs (nom, institution et fonction)
– Brève information biographique de 50 mots maximum

La date limite pour la soumission des propositions est le 5 févier 2012. Les envois postérieurs ne seront pas pris en compte.
Les propositions sont à envoyer par mail à infolitelearning@gmail.com en mentionnant comme objet « IFLA proposal ».
Les propositions retenues seront notifiées pour le 14 mars 2012.

Communications
Les auteurs sélectionnés devront présenter la version définitive de leur communication pour le 14 mai 2012. Le texte devra être en anglais, ou dans l’une des langues officielles de l’IFLA (allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe), accompagné d’une traduction en anglais. La langue utilisée pour la session sera l’anglais. Les orateurs disposeront de 15 minutes de présentation suivies d’un temps de débat modéré avec les participants.
Merci de bien noter que les orateurs sont responsables des frais liés à leur participation au congrès (frais de transport, de mission, inscription au congrès). Au moins un des auteurs ou un représentant devra être présent. Quelques associations nationales peuvent aider à la prise en charge de certaines dépenses, et un petit nombre de bourses sont proposées (www.ifla.org/III/members/grants.htm )

Pour tous renseignements complémentaires, merci de contacter agnes.colnot@univ-rennes1.fr ou g.hallam@qut.edu.au
Pour consulter le texte de l’appel en anglais, voir : http://conference.ifla.org/ifla78/calls-for-papers/information-literacy-meets-e-learning-lets-talk-aboutinterconnections-and-o
Les informations en français sur le congrès d’Helsinki (appels à communications, réunions satellites, etc) se trouvent sur le site : http://cfi.ifla.free.fr

Comment bloguent-ils?

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 :  signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche.

« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’URFIST de Lyon, l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo).

Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Continuer la lecture

Plateforme spécifique pour tester HAL

Une information qui peut être utile aux nouveaux utilisateurs de HAL [http://hal.ccsd.cnrs.fr/] ainsi qu’aux formateurs qui initient à l’utilisation de ce site. Il existe une version de test disponible à l’adresse [http://jetestehal.ccsd.cnrs.fr/]. Cette plateforme de test est totalement indépendante de HAL (ce qui permet de ne pas craindre de faire des « bêtises » sur cette dernière) et possède les mêmes fonctionnalités. Ûn site bien utile pour se former ou former au dépôts de documents sur HAL…