Archives de catégorie : Non classé

Sprint science ouverte : éditer et traduire collaborativement le manuel Open Science Training Handbook de Foster Open science : 26/06/2020, 100% online

En raison des mesures de prévention contre le covid-19, le sprint initialement prévu en avril avait dû être annulé. Sprint is back, 100% online !

Objectifs

  • Concevoir la version française du manuel Open Science Training Handbook, de Foster Open Science : le texte sera disponible en accès ouvert
  • Découvrir des méthodes pédagogiques pour former à la science ouverte
  • S’initier à une méthode de travail collaborative et intensive

Dans le cadre de ce sprint édition et traduction, 2 types d’activités vous sont proposées : 

  • éditer la version française produite par l’association HackYourResearch à partir d’une solution de traduction automatique ; l’un des objectifs du projet est notamment d’enrichir la traduction obtenue automatiquement grâce aux expertises des participants
  • traduire de l’anglais vers le français les passages non traduits

Chaque participant·e sera amené.e à travailler sur les aspects édition et traduction. Le texte à traduire et à éditer a été sélectionné pour sa qualité. Il est disponible dans d’autres langues. La version produite par les participant·e·s sera à son tour éditée par une traductrice professionnelle.

Publics cibles :

Le sprint n’est pas une formation sur la science ouverte : le manuel à éditer et traduire se focalise sur des méthodes pédagogiques.

L’inscription est gratuite pour tous publics.

 

Accès à la littérature scientifique : des inégalités encore inacceptables

L’accès à des informations de qualité est essentiel pour assurer le progrès scientifique et le développement. L’accès à l’information afin de faciliter des soins de santé adéquats est également considéré comme un droit de l’homme.

Cependant, selon les disciplines scientifiques, entre 60 % à 80 % des articles scientifiques sont disponibles uniquement sur abonnement payant sur les sites web des éditeurs. Pour les chercheurs et cliniciens, l’accès à ces articles est donc dépendant du fait que leurs institutions aient souscrit et payé ces abonnements.

Des accès inégaux à la littérature scientifique à travers le monde

Nous avons évalué (voir l’article publié dans PeerJ) les inégalités d’accès à la littérature scientifique dans des institutions de recherche de 27 pays, dans le domaine de l’ophtalmologie. En nous basant sur la littérature existante, nous avons évalué que le nombre d’articles accessibles via un abonnement payant auxquels les chercheurs en biologie ou en médecine doivent accéder annuellement pour se documenter de manière satisfaisante est de l’ordre de 115, puis montré que dans les 27 institutions incluses dans notre étude, les chercheurs peuvent accéder en moyenne à seulement 54 de ces articles, soit moins de la moitié.

Cette valeur moyenne cache des disparités énormes : certains chercheurs et cliniciens ont accès à très peu de ces articles, voire aucun, notamment dans des pays à faibles revenus ; tandis que d’autres ont accès à près de 95 % des articles.

Proportion de textes intégraux d’articles sur abonnement disponibles pour chacune des 27 institutions incluses dans l’étude. Christophe Boudry et collaborateurs/Peer J, CC BY

Ces inégalités d’accès montrent que de nombreuses institutions de recherche sont incapables de souscrire les abonnements aux revues nécessaires afin que leurs chercheurs puissent pratiquer une recherche de qualité. Elles sont sérieusement entravées par les restrictions budgétaires et le manque d’intérêt et de moyens des états pour soutenir la recherche et l’accès aux ressources scientifiques.

Pour accéder aux articles qui leur manquent, les chercheurs et cliniciens peuvent utiliser des moyens alternatifs légaux : recherche de l’article sur Internet ou en demandant directement aux auteurs des copies de l’article (dénommées demande de « tirés à part »). Ces méthodes alternatives permettent d’augmenter le pourcentage moyen d’articles auxquels il leur est possible d’accéder : environ 64 %, réduisant les inégalités d’accès sans les faire disparaître, car un nombre relativement important de chercheurs ont encore seulement accès à moins d’un tiers des articles sur abonnement.

Des accès insuffisants aux articles sur abonnement qui incitent à recourir à des moyens illégaux

Face à cette situation encore trop souvent défavorable, beaucoup de chercheurs dans le monde n’hésitent pas à recourir à des moyens illégaux, en particulier en utilisant le site Sci-Hub. Celui-ci permet de télécharger un nombre important d’articles scientifiques disponibles sur abonnement. Nos données montrent que l’utilisation complémentaire de ce site illégal permet aux chercheurs et cliniciens d’accéder à une fraction satisfaisante des articles sur abonnement dont ils ont besoin, 95,5 % en moyenne, réduisant de fait drastiquement les inégalités d’accès entre chercheurs. Ces données montrent que Sci-Hub peut aider les chercheurs et cliniciens en ophtalmologie travaillant dans des institutions ou des pays moins favorisés en leur permettant d’obtenir les informations essentielles dont ils ont besoin pour répondre de manière appropriée aux besoins de soins des patients. Sans cette option, ils ne seraient pas en mesure de faire face aux exigences de leur profession.

Un remède pire que le mal ?

L’utilisation de Sci-Hub est cependant loin d’être une solution satisfaisante : d’une part son utilisation est rigoureusement interdite dans la plupart des pays du monde (incluant la France). D’autre part, ce site pourrait perturber l’ensemble du système de publication académique, car il nuit aux éditeurs en raison des pertes de profits générées par son utilisation. Afin de limiter ces pertes, les éditeurs pourraient être tentés d’augmenter le prix de leurs abonnements, entraînant très probablement une réduction du nombre d’abonnements, avec pour effet d’accentuer encore les inégalités.

Les éditeurs pourraient également généraliser le modèle de la « voie dorée » du libre accès : dans ce modèle de publication, les articles sont accessibles librement sur le site de l’éditeur sans qu’il soit nécessaire de souscrire un abonnement, mais les auteurs doivent le plus souvent payer des frais de publication dont le montant peut atteindre plusieurs milliers d’euros. Ce modèle de l’auteur-payeur s’oppose directement au modèle lecteur-payeur des revues accessibles via un abonnement. Une généralisation de la voie dorée s’accompagnerait hélas très certainement d’une augmentation importante du montant des frais de publication payés par les auteurs afin compenser la baisse du nombre d’abonnements souscrits, dans l’objectif de maintenir les revenus des éditeurs. Ceci aurait pour conséquence immédiate de générer de nouvelles inégalités entre les auteurs qui ont les fonds pour payer ces frais de publication et ceux qui n’en ont pas, et ceci malgré l’existence d’éditeurs accordant des remises ou même la gratuité aux auteurs se situant dans les pays les moins favorisés (les critères pris en compte par les éditeurs pour accorder ces remises ou la gratuité des frais de publication se basent sur des paramètres socio-économiques tels que l’index de développement humain du pays des auteurs ou l’appartenance à la catégorie des pays à revenu faible ou intermédiaire). Les auteurs se situant dans ces pays les moins favorisés pourraient alors voir émerger une nouvelle barrière financière infranchissable pour publier leurs travaux de recherche dans les revues ne proposant pas ces remises. De plus, ce modèle favorise l’existence d’éditeurs prédateurs, dont l’objectif majeur est de générer des profits en publiant des articles à la seule condition que les auteurs payent les frais de publication demandés, sans se soucier de critères de sélection, de qualité, ou d’intégrité scientifique.

Certains éditeurs ont réagi en intentant des poursuites pénales contre Sci-Hub afin de tenter de fermer ce site. Jusqu’à présent, ces tentatives ont échoué, et il est probable que les futures tentatives aboutiront au même résultat. Il semble que Sci-Hub cessera de fonctionner uniquement si et quand les conditions qui le rendent indispensables à beaucoup de chercheurs et cliniciens pour se documenter disparaîtront.

Quelles solutions alors ?

Pour cela plusieurs voies peuvent être empruntées. Par exemple, il serait possible inclure plus de pays dans les programmes d’aides internationales, comme le programme HINARI de l’Organisation mondiale de la santé, qui offre un accès en ligne gratuit ou à très faible coût à la littérature biomédicale à des institutions sans but lucratif dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Il serait également possible d’augmenter la fraction des articles consultables en libre accès (40 % environ en biologie/médecine) en promouvant davantage l’archivage des articles dans des archives ouvertes, par exemple en France HAL, et en mettant en place des politiques internationales, nationales et institutionnelles en matière de libre accès, comme cela a été fait récemment en Europe sous la forme du Plan S, en France avec la loi pour une République numérique et la mise en place du Comité national pour la science ouverte en 2019.

La mise en œuvre de services offrant un accès par abonnement individuel à tous les articles de toutes les bases de données à un prix « abordable » pour la plupart des scientifiques du monde entier, comme cela a déjà été fait dans d’autres domaines, en particulier celui de la musique, pourrait également être une piste à explorer.

En tous cas, quelles que soient les solutions choisies, il est urgent que la communauté scientifique, ainsi que les décideurs, se mobilisent de manière encore plus importante pour limiter les inégalités d’accès à la littérature scientifique dans le monde décrites dans cet article, et qui prennent une résonnance toute particulière en cette période d’épidémie de COVID-19. Cette crise, espérons-le, aura pour conséquence d’accélérer la prise de conscience du besoin impérieux de lever toutes les barrières à l’accès à l’information scientifique dans le monde.

Remarque : Les lecteurs doivent noter que, dans de nombreuses juridictions et en particulier en France, l’utilisation de Sci-Hub peut constituer une violation de la loi. Les utilisateurs de Sci-Hub le font donc à leurs propres risques. Cet article n’est pas une approbation ni un encouragement à l’utilisation de Sci-Hub, et son auteur décline toute responsabilité en cas d’utilisation de Sci-Hub par son lectorat.

Cet article fait partie de la série « Les belles histoires de la science ouverte » publiée avec le soutien du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Pour en savoir plus, visitez le site Ouvrirlascience.fr.

Christophe Boudry

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Accompagner la rédaction aux plans de gestion de données [PGD / DMP] : de l’appui aux chercheurs à la formation de formateurs

Billet rédigé conjointement par Amélie Barrio (URFIST Occitanie) et Justine Ancelin-Fabre (URFIST de Paris).

Rédiger un plan de gestion des données de la recherche ne s’improvise pas : il est aujourd’hui une des pièces indispensables pour répondre à un appel à projet européen, national et de plus en plus régional ou local. Accompagner les chercheurs dans cette étape a été l’une des premières réponses apportées par les organismes de formations (Réseau des URFIST, Inist, Enssib, etc.) dans ce cadre. Aujourd’hui, face à l’augmentation de la demande, la question de la formation de formateurs a été posée et une première session organisée à Paris en janvier dernier.

Le plan de gestion de données, une pièce maîtresse du projet de recherche ?

Qu’est-ce qu’un PGD ?

Il est habituel de rappeler, au cours de formations ou d’ateliers de sensibilisation à la question des données de la recherche, qu’il n’existe pas de définition universelle de ce terme « données ». Le concept de plan de gestion de données (PGD, autrement appelé DMP pour Data management plan), en revanche, semble avoir des contours moins mouvants, même si là encore on manque d’une définition officielle[1]. Selon l’une d’entre elles, l’on pourrait dire d’un PGD qu’il s’agit d’« un document formalisé explicitant la manière dont seront obtenues, documentées, analysées, disséminées et archivées les données produites au cours et à l’issue d’un processus ou d’un projet de recherche. »

Si d’autres définitions existent, toutes tournent autour des mêmes notions :

  1. L’unicité : le PGD est le vecteur idéal pour rassembler au sein d’un même écrit des informations pouvant être disséminées chez différents acteurs (chercheurs, techniciens, partenaires du secteur privé…) ou dans différents documents (accords de consortium, chartes éthiques etc.) ;
  2. La formalisation : le PGD prend à l’heure actuelle l’aspect d’un document textuel, dans lequel il est nécessaire de rédiger des phrases qui aient du sens, dans une langue nationale (ou internationale) définie. C’est qu’il est encore (trop) souvent identifié comme une pièce administrative destinée à des évaluateurs qui en prendront connaissance, avec d’autres éléments de dossier, en vue d’accorder ou non des subventions. Dans un deuxième temps, le PGD pourra être lu par les équipes qui collectent ou manipulent les données concernées, voire in fine par un public tiers qui souhaitera prendre connaissance du processus d’élaboration des données produites ou utilisées par le projet, ou faire du PGD un objet de recherche en lui-même ;
  3. La planification de projet : l’emploi des termes « au cours et à l’issue d’un processus ou d’un projet de recherche » rappelle que la rédaction et l’utilisation d’un PGD ne sauraient être cantonnées à des projets limités dans le temps, mais concernent tout individu ou équipe susceptible de produire ou manipuler des données, de quelque nature que ce soit. On trouve ainsi des PGD proposés par des établissements ou laboratoires de recherche, ou par des organismes publics non scientifiques.

Même si les premiers bénéficiaires de la rédaction d’un plan de gestion de données sont les rédacteurs eux-mêmes, et avec eux, l’ensemble de l’équipe de recherche dont les données sont décrites, force est de constater que l’intérêt pour ces documents est indissociable des pratiques actuelles de pilotage de la recherche scientifique par projet.

La Commission européenne, engagée depuis longtemps sur ces thématiques par le biais de diverses recommandations à ses États membres en faveur de l’accès ouvert à l’information scientifique et technique, a exigé dès 2016 la fourniture de plans de gestions de données pour les projets qu’elle subventionne. En France, l’Agence nationale de la recherche (ANR) a indiqué que les projets qu’elle finance devront dorénavant non seulement diffuser en accès ouvert les publications liées à ces projets, et les données sous-jacentes en libre accès, mais qu’il sera également indispensable de fournir un plan de gestion de ces données.

À l’heure où près des deux tiers des financements de la recherche publique française proviennent d’appels à projets dont les initiateurs sont de plus en plus nombreux à exiger des plans de gestion, la demande d’accompagnement à la rédaction se pose d’autant plus que les PGD rédigés sont loin d’être tous accessibles en ligne. Il donc nécessaire d’identifier la ou les personnes susceptible(s) d’assurer cet accompagnement dans sa structure ou son établissement, disponible sur Cat Opidor.

Quels acteurs dans la rédaction de plans de gestion ?

Les porteurs de projet sont en première ligne dans cette mission de rédaction de plan de gestion, car censés être les mieux à même de connaître les données qu’ils collectent et manipulent. Ils se retrouvent bien souvent nommément désignés dans ce document, de façon à endosser la responsabilité des traitements subis par les données.

Cependant, la rédaction d’un plan de gestion ne saurait être une entreprise solitaire. Même si les points à aborder dans un PGD peuvent connaître des variantes en fonction des modèles existants et des exigences des financeurs, un socle commun (souvent proposé sous forme de checklists et autres récapitulatifs, ou au sein de réflexions plus approfondies comme celle de Science Europe) peut être dégagé de ces différentes pratiques, et il en ressort que la diversité des aspects à prendre en compte dans une bonne gestion de données nécessite de faire appel aux compétences d’interlocuteurs variés (informaticiens, juristes, chargés de valorisation, etc.).

Parmi eux, les professionnels de l’information scientifique et technique (IST), qu’ils soient bibliothécaires, documentalistes, archivistes, sont souvent sollicités (ou volontaires) pour collaborer à la rédaction de PGD ou proposer un accompagnement à cette démarche[2]. On peut ainsi penser aux data champions de l’université de Cambridge, membres d’un réseau de soutien aux chercheurs sur ces questions, et interlocuteurs tout désignés pour participer à la rédaction.

Les documentalistes de laboratoires sont depuis bien longtemps en charge de tâches qui dépassent le domaine traditionnel de la gestion de collections documentaires. Quant aux SCD, ils se positionnent de plus en plus comme « des espaces privilégiés pour concevoir des offres dédiées aux données de la recherche, [qui] agissent en transversalité dans les établissements et répondent aux enjeux de la science ouverte. » Dans certains cas, de nouveaux postes de chargé(e) de mission Données de la recherche ou assimilé sont même créés dans les établissements de recherche, et rattachés aux SCD afin de développer de nouveaux services autour de la donnée, comme le Data Lab de la BNU de Strasbourg ou celui de l’Université de Lorraine. Des notions comme l’interopérabilité des formats de métadonnées, la nécessité de recourir à un vocabulaire normalisé ou l’intérêt de mettre des ressources scientifiques à la libre disposition de tous font en effet bien souvent partie intégrante de leurs travaux quotidiens, et peuvent être mis à profit dans de nouveaux services aux chercheurs qui dépassent le cadre de la rédaction d’un plan de gestion en particulier. La familiarité des professionnels de la documentation avec la notion de travail en réseau est en outre un atout considérable pour aborder cette tâche de rédaction collaborative de PGD.

Quels rôles à jouer pour les professionnels de l’IST ?

Les ex-Universités Paris Descartes et Paris Diderot ont été parmi les premières institutions à s’emparer de la question des plans de gestion des données de recherche, en proposant notamment dès 2015 un modèle personnalisé et un guide de rédaction respectant les principes FAIR, tous deux mis à jour en 2018.

En fonction des disparités de tutelles et de fonctionnement dans les établissements, les professionnels de l’IST confrontés à ces questions s’interrogent :

  • Selon quel plan d’action sensibiliser les chercheurs d’un laboratoire ou d’une institution ? à qui parler PGD en premier, et en quels termes ?
  • Comment toucher certaines équipes de recherche ou communautés disciplinaires moins concernées par les exigences des financeurs, ou persuadées qu’elles n’ont pas forcément leur part à jouer dans la rédaction de tels documents car elles ne portent pas elles-mêmes les projets retenus ?
  • Comment faire évoluer la conception du PGD de « énième document administratif » à « guide indispensable de bonnes pratiques pour le quotidien » ?
  • Comment faire en sorte que les bonnes pratiques de gestion de données décrites dans un PGD soient étendues à la vie quotidienne d’un laboratoire de recherche ?
  • Comment se tenir au courant des nouveautés tant administratives et juridiques que scientifiques et pédagogiques, sur une question en évolution rapide et constante ?
  • Quelles ressources sont à la disposition des professionnels IST en charge d’accompagner des PGD, et comment procéder pour participer à leur co-création et à leur enrichissement ? comment savoir « ce qui fonctionne » ou ne fonctionne pas quand on parle PGD avec les chercheurs et leurs partenaires de travail ?
  • Comment intégrer dans les services aux chercheurs l’accompagnement aux données de la recherche ? Comment impulser une culture de la donnée auprès de la communauté de recherche ?

Toutes ces questions ont amené les différents acteurs de la formation à se poser la question de l’accompagnement terrain nécessaire pour monter en compétences sur ces thématiques et répondre au mieux aux besoins de sensibilisation et de formation. Au-delà des premières actions de formations déployées sur le territoire, notamment dans les URFIST de Strasbourg et Toulouse, la nécessité d’un groupe de travail a émergé pour favoriser les échanges et pratiques.

Accompagner les accompagnateurs : naissance d’un groupe de travail en 2019

Genèse du GT-DMP

En 2013, l’INRAE (ex-INRA) a commencé à s’intéresser aux données de la recherche dans leur sens le plus large, par le biais de plusieurs groupes de réflexion dont les travaux ont donné naissance au site d’information DataPartage. L’un des groupes de travail avait également eu pour commande de produire un modèle de plan de gestion pour l’INRA, modèle qui s’est finalement subdivisé en plusieurs versions aujourd’hui disponibles et utilisables par tous sur le site DMP-OPIDoR.

Une enquête a en outre été menée en 2017 auprès des chercheurs s’étant créé un compte sur la plateforme DMP-OPIDoR, afin d’en savoir davantage sur les difficultés rencontrées et affiner la politique d’accompagnement de l’établissement. Là encore, des documentalistes de l’INRA ont pu faire profiter de leur expertise un certain nombre d’autres établissements en France, et intervenir dans les URFIST de Paris, Lyon et Rennes sur ce sujet.

Dans cette lignée, les interventions sur les données de la recherche et aux plans de gestion se sont multipliées ces dernières années dans le réseau des URFIST, aussi bien sous la forme d’une journée d’étude que de brefs ateliers au sein de laboratoires, de formations doctorales ou de stages ouverts à tous.

L’action de l’Inist-CNRS est également prépondérante sur cette thématique des données de la recherche en général et des PGD en particulier, notamment par le biais d’un certain nombre d’outils largement connus et utilisés :

  • La plateforme d’information et d’auto-formation DoRANum, co-portée par le réseau des URFIST ;
  • Le portail OPIDoR (Optimiser le Partage et l’Interopérabilité des Données de la Recherche), qui se décline en plusieurs services :
    • Cat-OPIDoR, wiki des services dédiés aux données de la recherche ;
    • PID-OPIDoR, service d’attribution d’identifiants pérennes de type DOI ;
    • et DMP-OPIDoR, outil d’aide à la rédaction en ligne de plans de gestion de données.

Outre ces outils mis à disposition de tous, l’Inist propose également une offre de formation sur de nombreux sujets d’information scientifique et technique, et intervient régulièrement au plan national sur la question des plans de gestion au sein de divers établissements. De plus en plus régulièrement sollicitées, les équipes de l’Inist ont éprouvé le besoin de constituer un réseau de formateurs, qui pourraient être à même de mailler l’ensemble du territoire afin de répondre de manière collaborative aux demandes reçues.

Du fait de ses missions totalement alignées avec ce besoin, le réseau des URFIST a ainsi été contacté par l’Inist à l’automne 2018, de même que l’ex-INRA. Une première réunion de réflexion s’est tenue en novembre, au cours de laquelle chaque participant(e) a pu faire l’état des formations qu’il ou elle avait eu l’occasion d’organiser ou souhaitait monter.

Devant la diversité des sollicitations et des pratiques, est vite apparu l’intérêt de constituer un groupe de travail plus large. Le début de l’année 2019 a donc été l’occasion d’associer, outre des membres supplémentaires du réseau des URFIST, des représentants d’autres établissements : l’ex-IRSTEA (aujourd’hui INRAE), qui avait déjà eu l’occasion d’organiser plusieurs actions de sensibilisation aux plans de gestion, ainsi que l’EHESS, en pleine réflexion sur les services à mettre en œuvre autour des données de la recherche et de son futur entrepôt Didómena, mais encore au stade de la réflexion concernant les PGD.

Et en juin 2019, ce sont finalement 21 personnes qui se sont réunies une journée à l’École des chartes, pour échanger de vive voix sur leurs retours d’expérience et attentes en termes de formation aux plans de gestion des données de la recherche.

Dans le vif du sujet : naissance d’une réflexion collective

Les profils des participants à la réunion de lancement des travaux de ce qui allait s’appeler le GT-DMP étaient assez variés : documentalistes, bibliothécaires, enseignants-chercheurs, informaticiens ou encore ingénieurs d’étude, tous formateurs ou en passe de le devenir. Chaque établissement représenté a pu présenter ses actions de formation et/ou de sensibilisation aux plans de gestion, mais aussi aux données au sens large. Des fiches descriptives de ces actions avaient été remplies et partagées en amont de la réunion, de façon à avoir une base commune de discussion et pouvoir plus facilement comparer les approches adoptées. En annexe de ces fiches, les supports utilisés[3] lors des actions décrites ont également été mis à la disposition du groupe.

L’Inist et les ex-INRA et IRSTEA, notamment, ont exposé plus en détail les programmes suivis et méthodes pédagogiques utilisées au cours de leurs formations et ateliers. Les supports de ces interventions sont régulièrement partagés en libre accès par ces institutions sur leurs sites internet.

Parmi les méthodes pédagogiques employées, le jeu sérieux a fait l’objet de plusieurs appropriations : par l’Inist en premier lieu, qui organise régulièrement des séances de son jeu de plateau GOpenDoRe, mais aussi par l’ex-IRSTEA, qui propose pour débuter ses formations un « jeu des définitions » à ses participants : confrontés à 9 termes en rapport avec les données de la recherche[4], ceux-ci doivent en trouver la meilleure définition.

L’ex-INRA, de son côté, a notamment présenté un exercice que plusieurs autres membres du GT se sont approprié par la suite, et qui consiste à mettre les stagiaires en position d’évaluateurs en leur fournissant des PGD rédigés, avec les grilles d’évaluation « officielles » utilisées par les relecteurs des projets H2020 ou de l’INRA.

La deuxième partie de la journée a été l’occasion de travailler collectivement à d’autres synopsis de formations aux PGD, voués à être testés et documentés pour être reproduits facilement par tout membre du groupe de travail. Après une réflexion collective sur les scénarios-types de formations pour lesquelles bâtir un synopsis, trois sujets ont été traités :

  1. Accompagnement d’un projet ANR ou H2020 : sensibilisation d’1h30 auprès d’un labo de recherche ;
  2. Formation doctorale : initiation aux PGD sur un format mixte, avec un « tronc commun » pouvant être suivi à distance et réutilisable dans d’autres formations + séance de 3h en présentiel à destination de gros effectifs dans des disciplines multiples ;
  3. Formation de formateurs ou de personnes-relais sur 2 jours, tout type d’établissement et toute discipline confondus.

Ces sprints d’ingénierie pédagogique ont permis la rédaction (complétée a posteriori) de deux synopsis, sur l’accompagnement de projet et la formation de formateurs.

Ils ont également été l’occasion de confirmer le fait que tous les formateurs sont confrontés au même problème, celui de n’avoir pas (encore) suffisamment d’exemples sur lesquels bâtir leurs interventions, qu’il s’agisse de :

  • Supports pédagogiques ;
  • Exercices / travaux pratiques adaptés à des profils, niveaux et disciplines très divers (portant sur des jeux de données réels ou fabriqués pour l’occasion, sur des mises en situation réelles ou inventées) ;
  • Plans de gestion rédigés (dans la bonne langue, selon le bon modèle et dans la bonne discipline) ;
  • Retours d’expériences concrets de rédacteurs et d’évaluateurs de PGD.

Une liste de diffusion (gt-dmp@groupes.renater.fr) a donc été créée immédiatement après la réunion du groupe de travail, de façon à faciliter la veille collective et à permettre d’échanger ressources et liens utiles. En parallèle, un espace d’échanges de fichiers a été ouvert à tous les participants à la réunion au sein de la plateforme CoRe du CNRS, puis migré quelques mois plus tard au sein de l’espace Documents partagés lié à la liste de diffusion Renater.

Les mois qui ont suivi ont ainsi été l’occasion d’échanger plus avant sur nos expériences de formation, et de partager davantage de contenus. Les inscriptions à la liste de diffusion ont également été rendues possibles pour tous, augmentant le groupe de travail à 40 personnes en mars 2020.

Du scénario à la réalisation : animation d’une formation de formateurs aux PGD, janvier 2020

Sept mois après le lancement officiel du GT-DMP, l’un des synopsis élaborés a été mis en pratique au cours d’une formation proposée par l’URFIST de Paris et l’URFIST Occitanie. 14 professionnels de l’IST, travaillant aussi bien dans des SCD qu’au sein de laboratoires, ont pu participer à ce stage de deux jours, intitulé « Accompagner la rédaction d’un plan de gestion de données (PGD) ou Data Management Plan (DMP) ».

Le programme, très largement inspiré des réflexions du groupe de travail, a fait alterner théorie et pratique, échanges et études de cas concrets. Sur deux jours, l’objectif était de proposer aux stagiaires des éléments de réponse sur les points suivants :

  • À quoi ressemble exactement un PGD ?
  • De quelles informations se compose-t-il ?
  • Sur quelles compétences sa rédaction repose-t-elle ?
  • Comment les professionnels de l’IST, qui ne travaillent pas directement sur les données, peuvent-ils assister les chercheurs dans la rédaction d’un tel document ?
  • Quels outils sont mis à disposition pour accompagner la rédaction de PGD ?

Recueil des attentes des stagiaires, rédigées sur post-its

Recueil des attentes des stagiaires

La première demi-journée a été consacrée à une remobilisation de connaissances sur ce qu’est un PGD, et les notions qu’il peut aborder. Ce rappel a consisté en un balayage du déroulé du stage sur les plans de gestions proposé au catalogue de l’URFIST de Paris, lui-même fortement inspiré de la formation proposée par l’ex-INRA sur ce même format d’une journée. Il a été l’occasion d’une réflexion commune sur certaines thématiques parfois difficiles à exposer de manière claire, comme la notion de « produits de la recherche » utilisée par la plateforme DMP-OPIDoR, ou sur lesquelles on manque encore d’informations, comme l’estimation des coûts liés à la gestion des données.

Avis des stagiaires sur les différentes parties du déroulé de formation présenté : que faut-il développer, réduire, continuer à proposer, arrêter de proposer, commencer à proposer.

Les avis des stagiaires sur le déroulé de formation présenté.

L’après-midi a été l’occasion de travailler en sous-groupes sur les principes FAIR, et sur leur traduction concrète dans les plans de gestion de données. Chaque sous-groupe s’est vu attribuer un des quatre principes, et a dû réfléchir à la façon dont il pourrait aider une équipe de recherche à compléter la partie de PGD correspondante. Des exemples de plans de gestion rédigés étaient à leur disposition, même si les parties de ces plans en relation avec le principe FAIR étudié pouvaient être de plus ou moins bonne qualité.

Les participants ont ainsi réfléchi aux différentes notions à la fois centrales et périphériques évoquées par leur principe FAIR et à l’importance à leur accorder dans le PGD, mais aussi aux ressources, tant humaines que bibliographiques ou informatiques, qu’il serait utile de mobiliser pour compléter correctement un plan de gestion.

L’ensemble de ces pistes de réflexion a ensuite été replacé dans le contexte du modèle de PGD proposé par l’ANR, car si celui-ci ne met pas les principes FAIR autant en avant que le modèle de la Commission européenne, il est tout de même fondamental de le compléter en gardant ces principes à l’esprit.

Les points à aborder pour remplir les questions de PGD qui portent sur les principes FAIR.

Les principes FAIR dans un PGD : un vaste programme.

La deuxième journée du stage a commencé par une matinée consacrée à l’ingénierie de formation et aux techniques pédagogiques. En écho à la réunion du groupe de travail du mois de juin, les stagiaires ont dû réfléchir en équipes à des scénarios d’actions de sensibilisation répondant à plusieurs contraintes :

  • Cas n°1 : présenter un service d’aide à la gestion des DR en 15 minutes devant un amphi de 200 personnes pour la rentrée de l’école doctorale
  • Cas n°2 : en séminaire de labo, on dispose d’une heure pour convaincre une trentaine de chercheurs et doctorants à rédiger des PGD
  • Cas n°3 : animer un atelier de 3h sur les PGD, ouvert à tous, dans le cadre de l’Open Access Week
  • Cas n°4 : pendant le créneau de la pause déjeuner (45 minutes), dans le hall de la BU, tenir un stand pour sensibiliser aux bonnes pratiques de gestion des données de la recherche (sans moyen informatique)

La matinée a également été l’occasion de présenter en détail les techniques d’animation utilisées par les membres du groupe de travail, telles que l’évaluation de PGD ou les jeux sérieux. Outre GOpenDoRe, les stagiaires ont ainsi pu s’essayer au jeu Libérez la Science : un jeu FAIR-play, proposé par le CIRAD.

Enfin, le stage s’est achevé par des travaux en sous-groupes sur des mises en situation scénarisées, pour lesquelles les participants devaient réfléchir à une stratégie globale d’accompagnement d’équipes de recherche :

  • Cas n°1 : un laboratoire de sciences de l’ingénieur travaillant régulièrement avec le secteur privé, dont les doctorants sont souvent sous contrat CIFRE et manipulent donc des données à la fois massives et soumises à un droit complexe ;
  • Cas n°2 : un laboratoire de SHS qui vient de remporter un appel à projet européen, et doit travailler et partager ses données avec d’autres unités de recherche dans des pays étrangers ;
  • Cas n°3 : un laboratoire de psychologie, à la croisée entre SHS et SVM, qui doit intégrer une nouvelle équipe de recherche qui arrive avec des pratiques de gestion qui lui sont propres et des données personnelles et sensibles.

Stratégies d'accompagnement mises en place par les stagiaires pour chaque cas pratique : recueil des idées sur des post-its.

Quelques pistes pour monter des stratégies d’accompagnement personnalisé.

Ces moments de réflexion ont ainsi été l’occasion de solliciter l’ensemble des notions abordées au cours du stage.

Enfin, voici à chaud les réflexions autour de l’évaluation du stage et des suites à lui donner.

Points forts Points faibles Pistes d’amélioration
  • Animation à deux voix ;
  • Variété des échanges entre les apprenants ;
  • Format deux jours avec alternance de théorie et de pratique ;
  • Sujet en forte croissance pour lequel les professionnels IST sont en demande forte de formations et de réponses.
  • Manque de familiarité de certains apprenants avec le concept de plan de gestion ;
  • Difficulté à explorer en profondeur les spécificités de tous les types de données rencontrés (hyperspécialisation de certains participants) ;
  • Orientations différentes des tutelles, qui ne permettent pas toujours de se projeter facilement dans la conception d’un service support ;
  • Manque d’éléments de réponse sur certains points (coûts éligibles gestion et diffusion des données H2020 et ANR par exemple).
  • Organiser un stage spécifique sur l’accompagnement des projets de recherche, au-delà de la question des PGD (prévu à l’URFIST de Paris à l’automne 2020) ;
  • Mieux promouvoir les outils et supports existants pour permettre aux participants de commencer à travailler la question des PGD en amont de la formation, et d’ainsi avoir davantage de retours d’expérience à partager (interface DMP-OPIDoR personnalisée pour son établissement, modèle de PGD pré-rempli, liste de discussion GT-DMP permettant d’obtenir des réponses de la communauté sur toute question liée aux données, etc.) ;
  • Coupler la formation avec un stage sur la communication (ex. : « Deux minutes pour convaincre un chercheur de l’utilité d’un PGD ») ;
  • Renforcer la distinction entre formation initiale sur les PGD et formation de formateurs, en insistant davantage sur les pré-requis.

Transformer l’essai

Proposer ce stage à Paris a permis de rassembler 14 personnes d’horizons différents et de toute la France. Toutefois, l’hétérogénéité des stagiaires quant à leur niveau de connaissance et d’appropriation de ces questions dans leur établissement a renforcé la nécessité de poursuivre en parallèle des stages d’initiation à la gestion et diffusion des données de la recherche à destination des professionnels IST.

Il est à souhaiter que cette formation de formateurs puisse être reproduite, notamment dans d’autres URFIST, en bénéficiant des retours de cette première expérience et, autant que possible, de nouveaux matériaux qui pourraient être produits dans les mois à venir. On peut notamment imaginer que les nouvelles exigences de l’ANR en matière de rédaction de PGD donneront lieu à la rédaction d’une grille d’évaluation et de supports d’accompagnement, ainsi qu’à des interventions de ses représentants au sein d’organismes de recherche et/ou de formation, pour mieux préciser les attentes de l’agence. On peut également espérer que davantage de plans de gestion seront rendus publics, notamment des plans qui suivraient les modèles H2020 ou ANR, de façon à donner une représentation disciplinaire plus complète et diversifiée que celle qui existe actuellement.

Dans cette direction, les participants au stage de janvier ont été encouragés à participer à la constitution collective d’un ensemble de ressources autour de l’évaluation de plans de gestion, l’idée étant de partager des « rapports d’évaluation » fictifs portant sur des plans rédigés jugés pertinents du fait de leur nature (ex. : PGD lié à une thèse de doctorat plutôt qu’à un projet de recherche « classique »), de leur langue de rédaction (ex. : rares PGD en français), de la discipline concernée (les PGD de SHS sont pour l’instant moins nombreux que ceux de SVM) ou du modèle de PGD suivi (encore peu de PGD rédigés selon le modèle H2020 par rapport à ceux qui suivent le modèle de la NSF par exemple). L’espace Documents partagés lié à la liste de discussion GT-DMP sur Renater est le lieu idéal pour constituer cette bibliothèque collaborative, et chacun est appelé à contribuer en proposant sa propre évaluation.

L’ensemble des participants au groupe de travail GT-DMP souhaite également poursuivre son action de veille et de signalement de ressources intéressantes, en priorité par le biais de sa liste de diffusion pour ce qui concerne les informations ponctuelles ou à courte durée de vie (ex. : annonce de colloque), mais aussi sur l’espace de partage de documents pour des matériaux plus durables.

Parmi les thématiques qui retiendront probablement notre attention dans les mois à venir, on peut citer les plans de gestion de données actionnables par machine (machine-actionable DMP ou maDMP), des PGD interactifs susceptibles d’être lus mais aussi complétés de manière automatisée par des applications tierces comme des logiciels de comptabilité ou des API d’entrepôts de données. Un tel fonctionnement permettrait de faciliter la tâche des rédacteurs, mais aussi d’envisager le plan de gestion comme un outil en continuelle évolution plutôt que comme un document figé dans le temps. On passerait ainsi du data management plan au data management records, qui se mettrait quasiment tout seul à jour au fil du projet de recherche.

De même, on gardera en tête l’évolution probable du data management plan vers le outputs management plan, sur le modèle de ce qu’exige à présent le Wellcome Trust par exemple, et que l’Inist-CNRS a intégré à son outil DMP-OPIDoR par le biais de la notion de « produits de la recherche ». C’est que la définition de données de recherche n’a jamais été aussi large, et que l’on commence à intégrer dans la réflexion sur leur bonne gestion l’ensemble des matériaux produits par les chercheurs, à l’exception (peut-être discutable) des publications scientifiques. Les programmes et logiciels, notamment, sont aujourd’hui en première ligne des interrogations sur ces produits de recherche, comme en témoigne une récente Note d’opportunité sur la valorisation des logiciels issus de la recherche ou une proposition de plan de gestion des logiciels (software management plan).

Le GT-DMP va maintenant s’atteler à poursuivre et encourager une réflexion collective autour de toutes ces thématiques, avec le souhait de renforcer le dialogue et la coopération de leurs différents acteurs. Une nouvelle réunion de travail sera ainsi programmée dans les mois qui viennent autour de ces questions, réunion qui sera documentée et dont les produits seront mis à la disposition de tous les membres de la liste de diffusion.

D’ici là, réflexions et échanges se poursuivront sur la liste de diffusion et au sein de l’espace de partage de documents qui lui est associé. Si le sujet vous intéresse, ne manquez pas de nous rejoindre !

 

Pour aller plus loin

Les professionnels de l’IST ont un rôle à jouer en matière de gestion des données de la recherche :

 

 

 


Notes

[1] À noter que, pour utiles que seraient des définitions « officielles » des notions de données de recherche, plan de gestion ou autre concept associé, une question fondamentale resterait à résoudre au préalable : qui serait en mesure de proposer de telles définitions pour qu’elles soient reconnues comme officielles ?

[2] Le groupe Données du GTSO Couperin propose un répertoire des services de soutien à la rédaction des plans de gestion de données.

[3] Ces supports sont librement accessibles dans l’espace Documents partagés de la liste de discussion Renater gt-dmp.

[4] Les 9 termes (ou expressions) étaient choisis parmi la liste suivante, à adapter en fonction des besoins, des publics et des disciplines : Données de la recherche, Métadonnées, Open Access, Data Paper, Directive INSPIRE, Plan de gestion des données, Réutilisation des données, Interopérabilité, Propriété intellectuelle, Horizon 2020, Donnée sensible, Archivage, Sauvegarde, Catalogage, FAIR.

Ateliers pratiques sur l’usage des ressources ISTEX

La plateforme ISTEX propose un accès à une collection pluridisciplinaire de 22 millions de documents pour l’ensemble des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) français.
Les ressources sont réparties en 25 corpus éditeurs rassemblant plus de 250 éditeurs scientifiques et ont été acquises sans date limite d’accès et d’exploitation.
Les ressources se répartissent en 6 grands ensembles :

  • sciences de la vie et de la santé
  • sciences et techniques
  • sciences économiques et gestion
  • lettres et sciences humaines
  • sciences juridiques et politiques
  • axe pluridisciplinaire

Le développement de logiciels d’apprentissage automatique a permis d’enrichir et d’uniformiser l’ensemble des ressources afin d’interroger très finement l’intégralité de la base. À ce réservoir inégalé s’ajoute des services aux utilisateurs permettant d’en optimiser l’exploitation grâce à des outils de fouille de contenus (Text Mining) et de visualisation interactive.

Contexte

Les équipes ISTEX et leurs partenaires se sont déplacés dans une vingtaine de villes françaises en 2018 dans le cadre de l’événement ISTEX Tour pour réaliser des démonstrations sur le fonctionnement de la plateforme ISTEX et des services associés de fouille de textes. L’enquête de satisfaction diffusée auprès des participants a révélé une volonté d’aller plus loin dans l’usage des services et des outils présentés au cours d’ateliers pratiques.
Les équipes d’ISTEX s’associent cette année au réseau des URFIST pour proposer des « ateliers pratiques ISTEX ». Ces ateliers d’une journée permettront aux participants la prise en main des services et des outils de constitution, de visualisation et d’exploration d’un corpus thématique. Ils ont également pour objectifs de renforcer la communauté d’utilisateurs des ressources ISTEX et d’éveiller les pratiques documentaires vers la fouille de textes et de données (TDM).

Calendrier

Afin de desservir au mieux le territoire, l’INIST et les sept URFIST proposeront chacun un atelier pratique ISTEX cette année :

Programme

Matin : découvrir la plateforme ISTEX et services intégrés

Atelier : Construire et valoriser un corpus spécialisé à partir du réservoir ISTEX
30 min de présentation de la base ISTEX et 2h30 de manipulation de corpus

Les participants pourront découvrir les services ISTEX et s’approprier les méthodes de constitution et d’exploration de corpus à travers des exemples de corpus développés par l’INIST.  
Après une présentation générale d’ISTEX, cet atelier se déclinera en 3 modules :

  • Interrogation d’ISTEX pour constituer un corpus  
    • Affiner la requête pour limiter les étapes de post-traitement des résultats  
  • Extraction du corpus  
    • Utilisation du service de téléchargement ISTEX-DL  
  • Exploration, analyse et partage d’un corpus  
    • Utilisation du service de visualisation Lodex

A l’issue de cet atelier, les participants sauront interroger la base ISTEX pour construire, télécharger et explorer leur propre corpus.

Après-midi : Visualiser et analyser les métadonnées d’un corpus documentaire

Cette session sera consacrée à un seul des deux ateliers suivant :

  • Atelier 1 : Exploration d’un corpus documentaires ISTEX à l’aide de l’outil de cartographie Gargantext
  • Atelier 2 : Exploration d’un corpus documentaires ISTEX à l’aide de l’outil de cartographie Cillex  

Atelier 1 : Exploration d’un corpus documentaires ISTEX à l’aide de l’outil de cartographie Gargantext  
30 min de présentation de Gargantext et 2h30 de manipulation cartographique  

L’outil Gargantext est conçu pour produire des cartes interactives qui évoluent au fur et à mesure que vous travaillez dessus. Ces cartes thématiques de mots peuvent être utilisées pour construire un état de l’art en cartographiant un ensemble de documents, et mettant en place une représentation collective d’un questionnement, etc.   
La carte n’est pas l’objectif final mais une étape intermédiaire qui se conçoit comme support pour créer une représentation adaptative d’une question ou d’un problème en permettant des aller/retours entre les différents niveaux de vos corpus (document, termes, cartes, etc.). 

Cartographie Gargantext : expérimentation de Gargantext sur le corpus ISTEX 
Tutoriel : réalisation de sa première carte 

  • Le projet EasISTEX : Expérimentation de Gargantext sur le corpus ISTEX  
  • Présentation des bases de données  
  • Manipulations basiques de l’interface  
  • Usage avancé : Comment améliorer une carte  
  • Présentation de la version 4 de Gargantext 

Atelier 2 : Exploration d’un corpus documentaires ISTEX à l’aide de l’outil de cartographie Cillex  
30 min de présentation de Cillex et 2h30 de manipulation cartographique

L’outil Cillex est conçu pour produire des cartes dynamiques référençant les métadonnées d’une requête à l’API ISTEX. Cette cartographie permet de choisir les métadonnées d’intérêt en fonction du type de recherche (par thématique, par auteur, etc.)  

Cartographie Cillex : outils de visualisation du corpus documentaire ISTEX
Vidéo de présentation  

  • Ecosystème ISTEX : le projet Cillex  
  • Manipulation basique de l’interface  
  • Usage avancé :  
    • Traitement des données sur un tableur  
    • Affiner la sélection documentaire  
    • Visualiser les métadonnées d’intérêt

Ressources

En complément de ces formations, l’INIST a produit plusieurs tutoriels multimédia pour apprendre à interroger et interfacer l’API ISTEX (6 tutoriels).
Ces tutoriels permettront aux participants de se familiariser à la base ISTEX, comprendre les différents formats de documents et assimiler le vocabulaire en amont de l’atelier : 

L’écosystème ISTEX expose également certains projets qui ont utilisé ISTEX et ses corpus plein texte pour effectuer des recherche de type fouille de texte.
Ces ateliers seront l’occasion aussi pour ISTEX d’évaluer les besoins de communication et de formation et de réfléchir aux axes de développement des services existants.

Documentation et actualités

Plateforme ISTEX : TimeLine
Documentation ISTEX : doc.istex.fr
Twitter : @ISTEX_Platform
Blog ISTEX : blog.istex.fr

Pour toute autre information :
Contact technique : https://www.istex.fr/contact/

« Nous n’avons pas d’autre choix » : les éditeurs, ResearchGate et les guerres du copyright

Nous avions laissé éditeurs et ResearchGate fin septembre en position d’observateurs, chaque camp campant sur ses positions. Rappelons en effet que le 15 septembre 2017, l’association d’éditeurs STM envoyait, via son cabinet d’avocats, une proposition à ResearchGate afin de rendre le réseau « plus compatible avec les droits d’usage et d’accès pour partager des articles », et lui laissait jusqu’au 22 septembre pour trouver un accord – courrier resté sans suite du côté du réseau social. Les choses se sont emballées courant octobre, et les rebondissements sont suffisamment importants pour que Nature et Science couvrent le sujet. D’offensives en contre-offensives, les lignes bougent sans pour autant clarifier les positions de toutes les parties prenantes…

Continuer la lecture

Former à l’intégrité scientifique en LSH : retour d’expérience de l’Urfist de Bordeaux

Historique du projet

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’arrêté du 25 mai 2016[1] fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat, l’école doctorale Montaigne Humanités (Université Bordeaux Montaigne) a sollicité l’Urfist de Bordeaux pour concevoir une offre de formation dédiée à l’intégrité scientifique. En effet, l’article 3 de l’arrêté indique que les écoles doctorales doivent désormais veiller à ce que chaque doctorant « reçoive une formation à l’éthique et à l’intégrité de la recherche[2] ».

Si l’arrêté du 25 mai 2016 constitue le point de départ du projet, la lettre de mission émanant de Sandro Landi, directeur de l’école doctorale Montaigne Humanités, étend le public cible du dispositif aux enseignants-chercheurs, chercheurs et personnels d’appui à la recherche. Il s’agit d’appréhender l’intégrité scientifique comme un enjeu d’établissement. Michel Pernot, délégué à l’intégrité scientifique et Frédéric Boutoulle, vice-président recherche de l’Université Bordeaux Montaigne, ont également été partie prenante du projet.

Entre péchés capitaux de la recherche et petits arrangements du quotidien

Ainsi que le rappellent P. Corvol et R. Gicquel, « il faut bien distinguer l’intégrité scientifique, c’est-à-dire les règles qui gouvernent la pratique de la recherche, de l’éthique de la recherche qui aborde de façon plus large les grandes questions que posent les progrès de la science et leurs répercussions sociétales[3] ». On peut également citer la définition de la commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du numérique de l’Alliance des sciences et technologies du numérique (Allistene) : « L’intégrité scientifique passe par les bonnes pratiques, les comportements à adopter dans la recherche et à promouvoir dans les laboratoires[4] ». En d’autres termes, l’intégrité scientifique se situe essentiellement sur le terrain de la praxis.

L’expression « intégrité scientifique » est spontanément associée à la lutte contre les péchés capitaux de la recherche que sont la fraude, la falsification et le plagiat[5]. Certes, ainsi que le soulignent M. Bergadaà[6], P. Corvol et R. Giquel, il s’avère difficile de mesurer précisément l’ampleur du phénomène et son évolution, faute d’accès à des données détaillées. R. Gicquel et P. Corvol évoquent entre autres raisons le fait qu’il existe « une régulation non explicite[7] » par la communauté scientifique. Mais lorsqu’elles deviennent publiques, les affaires de plagiat ou de conflits d’intérêt font l’objet d’une très forte médiatisation. On peut citer par exemple l’affaire des plagiats du physicien Etienne Klein relayée par de nombreux médias généralistes en avril 2017.

Les piliers de la méconduite scientifique (fraude, falsification, plagiat) focalisent l’attention, mais L. M. Bouter et ses co-auteurs alertent sur la nécessité d’élargir le périmètre de la prévention à ce qu’ils nomment les « everyday research dilemma[8] ». En effet, selon l’étude, les pratiques de recherche douteuses menacent tout autant la recherche et la confiance entre chercheurs que la tricherie caractérisée :

In short, research misconduct as well as sloppy science threaten the validity of scientific knowledge and may also inflict damage to the trust between scientists and, if revealed in the media, may also damage public confidence in science[9].

Comment définir ces pratiques douteuses à l’origine de ce que L. M. Bouter et ses co-auteurs nomment la « sloppy science [10]» ? Ces écarts peuvent être volontaires ou non. Il s’agit par exemple de se livrer à un état de l’art sélectif. On ne se situe pas au cœur de la fraude, mais dans une zone intermédiaire. Toutefois, par leur fréquence et la gravité de leurs impacts, les pratiques douteuses ne représenteraient-elles finalement pas le cœur du problème plutôt que sa périphérie, ainsi que le suggèrent L. M. Bouter et ses co-auteurs ?

Our ranking results seem to suggest that selective reporting, selective citing, and flaws in quality assurance and mentoring are the major evils of modern research[11].

Si une offre de formation à l’intégrité scientifique peut difficilement faire l’économie d’une sensibilisation à la lutte contre le plagiat, la fraude et la falsification, elle ne devrait pas s’y résumer.

Ancrer l’intégrité scientifique dans les pratiques quotidiennes

Plutôt que de faire de l’intégrité scientifique un sujet de formation en soi, le parti a été pris de décliner une série de 5 modules traitant de problématiques particulièrement sensibles dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales :

– « Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation ».

Formateur : Pierre Gravier, conservateur des bibliothèques, direction de la documentation, Université de Bordeaux.

L’objectif principal de la formation est de permettre aux participants d’acquérir ou de consolider une méthodologie ad hoc en matière de traçabilité des sources. S’il existe des outils permettant d’automatiser la gestion des références bibliographiques, il n’en demeure pas moins que l’acquisition d’une méthode rigoureuse de citation demeure une étape incontournable.

– « Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS ».

Formateur : Michel Jacobson, ingénieur en informatique spécialisé dans la gestion de corpus numériques et l’archivage numérique, Laboratoire ligérien de linguistiques (UMR LLL). Formation organisée en partenariat avec la délégation régionale du CNRS.

Ce module s’adresse à des non spécialistes en informatique. Ce stage n’est pas une formation au data management plan ; il s’inscrit dans une perspective plus généraliste et traite des questions d’archivage, de normes, d’organisation des données, d’authentification, de description des données. Le formateur explique les enjeux inhérents au cycle de vie des données.

L’enjeu de la formation est double. Il s’agit d’une part de sensibiliser les participants au fait que la gestion des données sources ne relève pas d’un plan uniquement technique, mais scientifique ; et d’autre part, de démontrer qu’il est possible d’adopter  au quotidien de bonnes pratiques de gestion, sans être un spécialiste du numérique.

Programmer une formation dédiée à la gestion des données de recherche est apparu comme une priorité dans le cadre d’un cycle dédié à l’intégrité scientifique. En effet, la mise à disposition des données contribue notamment à une plus grande transparence de la recherche et constitue également un enjeu clé dans le domaine des lettres, langues, sciences humaines et sociales.

– « Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur »

Formatrice : Emilie Masson, juriste, service informatique et libertés du CNRS

– « La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en LSH » Formatrice : Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Institut de recherche en droit des affaires et du patrimoine (Irdap)

 « De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Formatrices : Sabrina Granger, conservateur des bibliothèques, Urfist de Bordeaux ; Hélène Skrzypniak, enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap

Le choix des thématiques suit l’une des préconisations du rapport Corvol et Gicquel rappelant que « l’approche et la sensibilité sur les questions d’intégrité sont différentes selon les disciplines, même s’il existe une base commune d’éthique[12] ».

Le cycle s’achève sur un atelier intitulé « L’intégrité scientifique en action », animé par 3 intervenants aux profils complémentaires : Olivier Le Deuff, enseignant-chercheur en sciences de l’information et de la communication (IUT Bordeaux Montaigne ; unité de recherche « Médiations, Informations, Communication, Arts » Mica), Julien Baudry (conservateur des bibliothèques, service commun de la documentation, Bordeaux Montaigne) et Hélène Skrzypniak (enseignant-chercheur en droit de la propriété intellectuelle, Urfist de Bordeaux, Irdap). Les thèmes sont choisis par les inscrits. A la différence des formations, l’accent est essentiellement mis sur les échanges entre participants et animateurs : les participants deviennent co-responsables des contenus abordés. L’objectif est de permettre aux participants d’échanger sur leurs pratiques de manière plus informelle que dans le cadre d’une formation.

Ainsi que le souligne la présentation des formations conçues par l’Urfist pour l’école doctorale Montaigne Humanités, « l’objectif [des formations] est de mobiliser les doctorants par la pratique en leur démontrant que le respect de l’intégrité scientifique n’est pas une question exogène, mais qu’il s’inscrit dans leur quotidien et que des solutions concrètes peuvent être mises en œuvre[13] ». Tous types d’actions confondus, le cycle représente 48 heures de formation. Hormis l’atelier de clôture, chaque session dure entre 6 et 9h. Les modules sont indépendants les uns des autres afin de laisser toute latitude aux inscrits de construire leur parcours de formation personnalisé.

Adopter une approche non restrictive de l’intégrité scientifique

Le thème de l’intégrité scientifique est abordé à travers une pluralité de contextes. Il s’agit donc bel et bien de mettre l’accent sur les « everyday research dilemma » analysés par L. M. Bouter et ses co-auteurs. Les questions juridiques constituent un élément incontournable du cycle de formation. Toutefois, tout comme elle ne se réduit pas à la lutte contre le plagiat, l’intégrité scientifique excède également le seul périmètre juridique. Le souhait de l’école doctorale Montaigne Humanités était en effet d’adopter l’approche la moins restrictive possible.

C’est pourquoi une attention particulière a été portée d’une part à la traçabilité des sources et aux bonnes pratiques de citation. Il s’agit de donner aux participants des clés pour citer correctement une référence et ne pas devenir plagiaire malgré eux. Les formations traitent également des zones grises de la citation (citations de complaisance, citations de seconde main, auto-plagiat) ainsi que leurs conséquences sur la qualité des travaux scientifiques.

D’autre part, la gestion et de la fiabilisation des données sources constituent également des thèmes étroitement articulés à celui de l’intégrité scientifique : comment mettre à disposition de ses pairs des données à des fins de partage, ou de validation si ces informations ne sont ni correctement structurées, ni référencées de manière satisfaisante ? L’objectif de cette formation animée par un spécialiste de la gestion de corpus numériques est de sensibiliser des non informaticiens aux prérequis pour une science plus ouverte et plus transparente. Ainsi, les thématiques des données de la recherche et de l’open science résident au cœur de l’offre de formation à l’intégrité scientifique.

En guise de bilan d’étape

Les plus : une très forte adéquation entre contenus et besoins. Les questionnaires de satisfaction complétés par les participants à l’issue de chaque formation font état d’un niveau de satisfaction élevé. Le format d’une journée ou d’une journée et demie n’a pas été jugé trop long par les participants, dans la mesure où l’accent était mis sur la pratique dans les stages organisés sous forme de TD.

Si le cycle de formations a pour objet l’intégrité scientifique plus que l’éthique, les questionnaires d’évaluation ainsi que les retours directs des participants mettent en lumière le fait que les formations représentent autant d’occasion d’adopter un regard plus réflexif sur leurs pratiques et leur rapport à l’activité même de recherche. Ainsi, la consolidation ou l’acquisition de méthodes ouvre des questionnements de nature épistémologique. Dans le cadre de la formation sur le plagiat, la séquence dédiée à la paraphrase et aux pratiques douteuses de citation donne par exemple lieu à des échanges nourris entre participants, allant bien au-delà des seules questions formelles.

Les marges de progression : un hiatus entre besoins et attentes. Les questionnaires d’évaluation témoignent d’une prise de conscience de l’étendue des besoins réels à l’occasion de la formation. Le travail sur la médiatisation de ces formations à l’intégrité scientifique constitue un enjeu majeur pour la prochaine édition du cycle.

Sources

« Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat »

BERGADAÀ, Michelle, Le Plagiat académique : comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

BOUTER, Lex M., TIJDINK, Joeri, AXELSEN, Nils[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17.

COMMISSION DE RÉFLEXION SUR L’ÉTHIQUE DE LA RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES DU NUMÉRIQUE D’ALLISTENE, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016.

CORVOL, Pierre et GICQUEL, Rémy, « Bilan et propositions de mise en oeuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016.

SMALDINO, Paul E. et MCELREATH, Richard, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016, [En ligne : http://arxiv.org/abs/1605.09511].

UNIVERSITÉ BORDEAUX MONTAIGNE, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

Descriptifs détaillés des formations

Intitulé Objectifs Publics cibles
« Citer ses sources en lettres, langues, sciences humaines : de l’exploitation des sources à l’éthique de la citation » Appliquer correctement des normes de citations, connaître les usages en termes d’abréviations et de locutions latines

Identifier les pratiques de citation potentiellement problématiques pour ne pas devenir plagiaire malgré soi

 

En complément : « Publication scientifique, communication », in Pratiquer une recherche intègre et responsable. Un guide, CNRS, CPU, mars 2017

Doctorants
« De victime à auteur de plagiat : protéger son œuvre et ne pas franchir à son tour la ligne rouge » Identifier les pratiques douteuses de citation

Rappel des bonnes pratiques : citations directes, paraphraser dans le respect du droit d’auteur, définir un auteur

Caractériser le plagiat d’un point de vue juridique

Comprendre le plagiat comme système d’écriture : jeu de rôle plagiaire et détracteur de plagiat. Les participants sont répartis en 2 groupes. Ils sont amenés à tour de rôle à produire un plagiat à partir d’une sélection de sources et de consignes d’écriture. Cette fabrique du plagiat est documentée via un journal de bord du plagiaire. Puis, dans un second temps, les groupes échangent leurs productions et doivent détecter les distorsions apportées aux sources. La restitution permet de faire dialoguer détracteurs de plagiat et plagiaires sur les techniques utilisées, les éléments identifiés ou non.

Doctorants
« Domestiquez vos données sources : organiser, fiabiliser et sécuriser ses données en SHS » Mettre en œuvre une méthodologie de gestion de ses données sources

Identifier les cas critiques et sécuriser ses données

Tous publics enseignement et recherche
« La pratique du droit d’auteur pour le chercheur en lettres, langues, sciences humaines et sociales » Connaître les droits et les devoirs des chercheurs Tous publics enseignement et recherche
« Gérer des données sensibles et des données personnelles : enjeux juridiques pour le chercheur » Identifier les données appelant un traitement spécifique : qu’est-ce qu’une donnée personnelle, une donnée sensible ?

Identifier les enjeux juridiques liés à la collecte de données sensibles

Acquérir une méthode pour gérer les questions d’anonymat, de diffusion.

Tous publics enseignement et recherche
« Ateliers « L’intégrité scientifique en action » Identifier les mécanismes qui conduisent à la fraude pour s’en prémunir : ex. crise de l’édition et de ses modèles économiques ; dangers et dérives d’une évaluation centrée sur des indicateurs inadaptés, les conflits d’intérêts, etc.

Comprendre le processus de recherche et positionner sa démarche dans un environnement scientifique

Tous publics enseignement et recherche

[1] « Arrêté du 25 mai 2016 fixant le cadre national de la formation et les modalités conduisant à la délivrance du diplôme national de doctorat ».

[2] Ibidem.

[3] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, « Bilan et propositions de mise en œuvre de la charte nationale d’intégrité scientifique », 2016, p. 24.

[4] Commission de réflexion sur l’éthique de la recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene, « Proposition de formation doctorale : initiation à l’éthique de la recherche scientifique », 2016, p. 9.

[5] « Most researchers, when asked to give examples of breaches of research integrity will mention fabrication, falsification, and plagiarism, whereas only few can mention more than some [questionable research practices] items. », in Lex M. Bouter, Joeri Tijdink, Nils Axelsen[et al.], « Ranking major and minor research misbehaviors: results from a survey among participants of four World Conferences on Research Integrity », Research Integrity and Peer Review, vol. 1, 2016, p. 17, p. 2.

[6] Michelle Bergadaà, Le Plagiat académique: comprendre pour agir, Paris, L’Harmattan, 2015, 228 p.

[7] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 35.

[8] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[9] Ibidem, p. 2.

[10] Sur le thème de la crise de la qualité de la recherche, cf. Paul E. Smaldino et Richard McElreath, « The Natural Selection of Bad Science », arXiv:1605.09511 [physics, stat], mai 2016.

[11] Lex M. Bouter[et al.], op. cit., p. 7.

[12] Pierre Corvol et Rémy Gicquel, op. cit., p. 38.

[13] Université Bordeaux Montaigne, « Formation à l’éthique de la recherche et à l’intégrité scientifique – Université Bordeaux Montaigne », [En ligne : http://www.u-bordeaux-montaigne.fr/fr/ecole-doctorale/diplomes-et-formations/formations-proposees-par-l-ed/integrite-scientifique.html]. Consulté le22 juin 2017.

H2020: mise à jours des tutoriels de l’Inist-CNRS – DoRANum

« L’Inist-CNRS met à jour ses tutoriels Le libre accès aux résultats de la recherche dans le cadre d’Horizon 2020 afin de tenir compte des modifications des recommandations de la Commission européenne énoncées dans les deux nouveaux guides H2020 … »

Source : H2020: mise à jours des tutoriels de l’Inist-CNRS – DoRANum

DataCite: une communication de L’Inist-CNRS

Membre du consortium international DataCite, l’Inist-CNRS est agence d’attribution de l’identifiant DOI en France.

Elément majeur d’une bonne pratique dans le mouvement de l’Open Science, les identifiants pérennes jouent un rôle clé en facilitant la découverte et l’accès à long terme aux objets scientifiques issus de la recherche. Ils permettent ainsi d’identifier, référencer, partager et citer les données afin d’accroître leur visibilité.

Le DOI (Digital Object Identifier) en est un exemple. Il peut être attribué aux résultats de la recherche (données, images, vidéos…).

Une équipe dédiée au sein de l’Inist-CNRS se tient à votre disposition pour vous conseiller au plus près de vos recherches dans l’attribution de DOI à vos données (fourniture des préfixes DOI, assistance à la création et la conversion de métadonnées…). Elle vous accompagne également dans l’utilisation des différents services proposés par DataCite.

Contact : datasets@inist.fr
Tel : 03 83 50 46 70

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences… (JNE des URFIST, 29 septembre 2016)

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014, le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.
L’objectif de l’édition 2016, qui se tiendra à Paris, s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.
Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.
Un premier volet de la réflexion aura pour tâche de définir, circonscrire et contextualiser le concept de Données. On examinera en introduction le paysage (inter)national actuel des DR en identifiant leurs acteurs et leur périmètre. Puis on abordera les questionnements épistémologiques soulevés par leur importance croissantes, en tant qu’éléments constitutifs, distincts et identifiés comme tels de la recherche. La dimension importante du cadre juridique de leur potentielle confidentialité et les implications éthiques de la réutilisation des DR dans certains domaines, seront explicitées.
Un second volet fera état des modalités pratiques, tant de la production que de l’exploitation des données : des réalisations européennes seront présentées (en cours notamment au Pays-Bas) suivies d’autres retours d’expérience. Certains contextes très spécifiques, comme celui des thèses, qui constituent un vivier de données trop souvent méconnu, méritent de ce fait même une attention toute particulière. Enfin, on mettra l’accent sur le dialogue entre chercheurs et professionnels de l’information. Ceux-ci sont en effet à même de proposer des services, tant au sein des organismes de recherche et des laboratoires que dans le cadre des bibliothèques ou d’institutions nationales ayant en charge l’Information Scientifique et Technique (IST). La formation dans ce domaine et les « services d’accompagnement des chercheurs » représentent un dispositif stratégique essentiel.
Nous conclurons cette journée par une approche pragmatique, en évoquant une étape désormais quasi indispensable au montage d’un projet de recherche d’envergure internationale : le Data Management Plan (DMP), ou « plan de gestion des données » (PGD), qui porte au premier plan la nécessité d’une réflexion approfondie sur les tenants et aboutissants de ce nouveau paradigme, réflexion à laquelle cette 6e Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST voudrait contribuer utilement.

La JNE se déroulera dans l’amphi Abbé Grégoire du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), 292 rue Saint-Martin, 75003 PARIS, accès 10 et 16. Métro Réaumur-Sébastopol

Programme :

9h00-9h30 : Café d’accueil

9h30-10h00 : Ouverture et présentation de la journée

  • 10h00-10h40 : Francis André (DIST, CNRS) : « Le paysage des Données de Recherche. Définition, périmètre, acteurs, politique des DR en Europe et en France »
  • 10h40-11h20 : Dominique Boullier (EPFL) : « Big Data, une autre époque de quantification, un défi pour les sciences sociales »
  • 11h20-12h30 : Table ronde sur les enjeux éthiques et sociétaux liés aux données de la recherche, avec :
  • Serge Abiteboul (Collège de France)
  • Danièle Bourcier (CNRS COMETS)
  • Dominique Cardon (EHESS)
  • Christine Gaspin (MIAT, INRA)
  • Christian Hervé Directeur du Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (Faculté de Médecine de Paris)

12h30-14h00 : Pause méridienne

  • 14h00-14h40 : Peter Doorn  (Directeur du DANS Data Archiving and Networked Services – La Haye)  « L’archivage et la gestion des entrepôts de Données aux Pays-Bas »
  • 14h40-15h20 : Joachim Schöpfel (Université de Lille 3 – ANRT) et Isabelle Westeel (SCD Lille 3 SHS) : « Les données de la recherche dans les thèses de doctorat »
  • 15h20-16h45 : Table ronde sur les services, les compétences et les formations, animée par Paolo Lai (INIST), avec :
  • Martina Knoop Institut national de Physique CNRS, chargée des relations avec les chercheurs pour l’IST
  • Émeline Juillard, documentaliste beQuali, Centre de Données Socio-Politiques (Sciences Po – CNRS)
  • Stéphane Pouyllau, ingénieur HumaNum
  • Aurore Cartier, Service Commun de la Documentation, Université Paris Descartes

16h45-17h00 : Clôture de la Journée d’étude

Pour plus d’informations rendez-vous sur : https://urfistjne2016.wordpress.com/

Contact : urfistjne – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite, mais obligatoire, sur Sygefor