Archives de catégorie : Non classé

Enquête en ligne sur les identifiants numériques chercheurs

Le réseau des URFIST lance une enquête en ligne qui a pour objectif de mieux comprendre l’usage des identifiants numériques chercheurs :

– contexte,

– connaissance et pratiques,

– moteurs et freins à leur adoption,

– besoins éventuels d’accompagnement.

Cette enquête s’intéresse en particulier à l’identifiant numérique chercheur ORCID mis en avant dans la politique des données, des algorithmes et des codes sources comme une information pivot sur laquelle s’appuyer afin d’éviter des ressaisies d’information dans le cadre notamment de la soumission de candidature à des appels à projet.

Elle s’adresse aux chercheurs ou chercheuses, enseignants-chercheurs ou enseignantes-chercheuses, ingénieurs ou ingénieures, doctorants ou doctorantes ou encore personnels d’appui à la recherche en France.

Cette enquête est soutenue par le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche dans le cadre du 2e Plan national pour la science ouverte et a été confiée au réseau des URFIST qui la porte et la pilote (A. Bouchard et C. Boudry).

Le lien pour y accéder est le suivant :

https://enquetes.unicaen.fr/index.php/575687?lang=fr

Nous remercions par avance celles et ceux qui y participerons.

A. Bouchard et C. Boudry

Retour sur la Journée GIS Réseau URFIST 16 juin 2022 – les vidéos sont en ligne !

Cette journée, tenue le 16 juin dernier, s’est inscrite dans le cadre de la semaine de la Semaine Numérique des Urfist #SNU2022 organisée intégralement en ligne du 13 au 17 juin 2022 par le réseau des URFIST. Toutes les vidéos ici : https://gis-reseau-urfist.fr/journees-gis-reseau-urfist-40-ans/

Elle s’est déroulée en présence à l’École des chartes, à Paris. Elle avait pour objectif de présenter les travaux de recherche menés au sein du GIS « Réseau URFIST » depuis sa création en 2017, et de permettre des échanges entre les différents acteurs de ces projets et les personnes intéressées par les pratiques informationnelles dans le domaine de l’information scientifique et technique.

Le GIS « Réseau Urfist » , qui regroupe 17 partenaires, a pour objectif de structurer une activité de recherche au niveau national et international autour de thèmes relatifs à l’information scientifique et technique. Il doit également aider à identifier, recenser, cartographier et analyser les pratiques informationnelles dans le domaine de l’information scientifique et technique.

Cette journée a été aussi l’occasion de fêter les 40 ans d’existence du réseau des URFIST mais aussi de rendre hommage à Claire Denecker, ancienne présidente de l’ARU et co-responsable de l’URFIST de Lyon jusqu’à cette année, récemment disparue et dont les réflexions sur ces sujets ont nourri et continueront à nourrir les URFIST.

visuel en mémoire à Claire Denecker

Nouvel appel à projets GIS Réseau URFIST ouvert jusqu’au 15 octobre 2022

Ce nouvel appel est destiné à soutenir des projets de recherche et/ou de soutien à la recherche dans le domaine de l’information scientifique et technique, et de la science  ouverte. L’appel permet à la fois de proposer des pré-projets pour lesquels un budget d’amorce est sollicité ainsi que des projets plus ambitieux pouvant reposer sur un budget plus conséquent.
Les projets proposés s’inscriront prioritairement dans les thématiques suivantes :


Axe 1. Données de la recherche en science ouverte (enjeux éthiques et juridiques)
L’objectif de cet axe est d’encourager les propositions qui permettent d’interroger, de délimiter, d’accompagner et de rendre compréhensibles les enjeux autour des données de la recherche.
L’appel concerne des projets qui cernent les dimensions éthiques, méthodologiques et
juridiques, du travail des chercheurs concernant les données par exemple, ceux débouchant sur la rédaction de chartes éthiques au sein des universités ou des instances disciplinaires. Le conseil scientifique attend ici des éléments pour mieux saisir et identifier les besoins, les difficultés rencontrées, mais aussi les initiatives que portent les chercheurs, les laboratoires, les universités et les collectifs disciplinaires confrontés à des questions pratiques. Il s’agit aussi de montrer les opportunités offertes par le développement de la question éthique dans la recherche.
Les nouveaux enjeux de publication des données induits notamment par les principes FAIR (faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables) et l’utilisation de notebook type Jupyter interrogent également sur les spécificités des données selon les disciplines et la nécessité de comprendre les questionnements éthiques et juridiques qu’elles peuvent supposer par exemple dans le cas d’enquêtes ethnographiques, d’extraction de données issues des réseaux sociaux numériques et de travaux qui rendent difficiles l’anonymat des personnes intéressées.
L’axe privilégie les approches qui permettront d’avoir une meilleure vue et compréhension d’ensemble de pratiques dispersées et parfois hétérogènes. Des synthèses, des rapports, des tutoriels, des FAQ, des supports didactisés dans un contexte national, européen et international sont ici bienvenus. Sur ces aspects, le projet peut également s’inscrire dans l’axe pédagogique de l’appel.

 

Axe 2. Évaluation de la recherche (nouveaux modes d’évaluation/ quels enjeux pour autorités et « auctorialités » scientifiques face aux légitimités médiatiques ?)
L’intérêt croissant pour la science ouverte et les interrogations des citoyens renouvelle les questionnements autour de l’autorité scientifique et de l’usage légitime ou non qui est fait des publications scientifiques dans le débat public au travers de différents types de médias. Les mises en avant d’autorités scientifiques devenues « populaires » ou la publicité donnée à certains travaux de recherche contribuent sans doute à une meilleure prise en compte de la science dans la société, mais elles interrogent également les relations entre autorité scientifique et popularité médiatique, entre légitimité validée par des pairs et influence gagnée par des soutiens médiatiques ou viraux, dans un contexte général de remise en question de certaines formes d’évaluation de la recherche.
Plusieurs questions méritent d’être examinées :
Comment comprendre les mécanismes de (dé)construction de l’autorité scientifique ?
Comment distinguer l’expertise profane de celle de l’expertise scientifique, particulièrement dans les environnements numériques ? Comment éviter une réduction
de l’autorité scientifique à de seuls critères scientométriques et permettre une biblio
diversité ?
Dans des contextes situés, peuton apprécier objectivement les évolutions des pratiques d’évaluation de la recherche ? (commentaires ouverts, changement d’indicateurs scientifiques….)
Comment envisager des métriques alternatives qui concilient approches qualitatives et quantitatives ?
Quel est limpact de la montée en puissance des logiques algorithmiques et performatives et des transformations du référencement des productions scientifiques (Academia, Researchgate, Youtube) sur les représentations et les pratiques des chercheurs ? Quelles tactiques personnelles ou institutionnelles peuvent être mises
en œuvre ?
Comment les incitations à produire une science à impact social contribuent à redéfinir
de nouvelles formes d’« auctorialités » scientifiques ?

3. Axe innovation pédagogique
Le projet souhaite favoriser le développement d’offres pédagogiques en lien avec l’IST
destinées aux communautés de recherche. Les ancrages thématiques et disciplinaires sont ouverts.
Sont attendus des projets qui facilitent le développement d’offres pédagogiques dans deux directions :
la réalisation de supports de cours, de syllabus, ainsi que le recensement de retours d’expérience pédagogique divers, dans différentes disciplines, sur des enseignements de méthode ou sur des enseignements disciplinaires
le recensement d’outils pédagogiques autour de bases de données disponibles et utiles pour l’enseignement

L’appel souhaite encourager les projets facilitant la rédaction de data papers notamment au sein des SHS ainsi que ceux qui favorisent l’ingénierie de la recherche en science ouverte.
Cet axe souhaite recevoir des propositions qui reposent sur la production de « ressources éducatives ouvertes » en vue de réutilisations facilitées avec dépôt sur la plateforme Callisto https://callistoformation.fr (non exclusivement).


4. Axe blanc
Cet appel est destiné à soutenir des projets de recherche et/ou de soutien à la recherche dans le domaine de l’information scientifique et technique.
Le comité attend ici des propositions originales sur des thématiques peu traitées ou des
propositions hors des thématiques proposées.


Recommandation générale pour tous les axes
Le comité souhaite encourager les initiatives qui visent à faciliter la reprise des contenus produits et des développements logiciels réalisés. Une place doit être envisagée pour la documentation des résultats, des livrables ou des logiciels.


La proposition mentionnera un intitulé court du projet, les noms et coordonnées des porteurs, une présentation argumentée, mais synthétique des objectifs, de la méthodologie et des moyens qui seront mis en œuvre pour les atteindre, les résultats attendus et livrables à l’issue du projet, la composition de l’équipe projet, un calendrier prévisionnel et un budget faisant apparaître les éventuels cofinancements et le montant demandé au GIS.
Les projets s’inscrivent dans une durée maximale de deux ans.
En cas de succès, les porteurs de projets s’engagent à participer à la journée de restitution des projets organisée par le GIS « Réseau URFIST ». Les rapports finaux, ou d’étape, feront l’objet d’un dépôt sur HAL dans la collection «seau URFIST ».

Téléchargez l’Appel_projets_GIS_URFIST_2022 

Modèle à suivre pour répondre à l’appel GIS

Les projets seront envoyés par courriel avant le 15 octobre 2022 à l’adresse suivante : depotprojets@gisreseauurfist.fr


Calendrier :
Ouverture de l’appel à projets : 30 juin 2022
Date limite de dépôt des propositions : 15 Octobre 2022
Réponses : 15 novembre 2022

 

Réseau URFIST, ActivISTe depuis 40 ans (1982-2022)

logo 40 ans réseau urfistEn 2022, le réseau des 7 Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et technique (URFIST) fête ses 40 ans ! L’occasion de faire un point d’étape et de communiquer sur nos tendances et nouvelles perspectives !

D’un dispositif au départ expérimental en 1982, difficile d’imaginer à ce moment-là que les URFIST seraient toujours présentes pour vous former 40 ans plus tard.

En 2010, une nouvelle étape est franchie avec la création de l’Association du Réseau des URFIST (ARU) afin de fédérer les 7 Unités. 

visuel 30 ans réseau urfistEn 2012, le réseau URFIST fêtait ses 30 ans https://urfistreseau2012.wordpress.com/ A cette occasion, Denis VARLOOT et Lydia MERIGOT, Inspectrice générale honoraire des Bibliothèques, ancienne responsable de la Formation à la DBMIST présentaient la création des URFIST comme suit :

“Denis Varloot, qui fut de 1981 à 1987 directeur de la DIST puis de la DBMIST à la direction générale de l’enseignement supérieur et de la recherche, rappellera les origines des URFIST dans le contexte d’une époque où rares étaient les chercheurs formés à l’interrogation de banques de données, encore plus rares les étudiants qui y avaient accès. Il situe cette création dans le cadre de la politique conduite par la DBMIST, installation de terminaux dans les BU, rôle des conservateurs, « ticket modérateur »…  Lydia Mérigot, qui était déjà responsable de l’équipe de formateurs du temps de la DICA, avant la DIST, complétera cet exposé en présentant le dispositif très original mis alors en place, son caractère inédit et les obstacles qu’il fallut surmonter pour créer et faire vivre ces « unités », dont la durée montre qu’elles répondaient à un besoin manifeste.” Source https://urfistinfo.hypotheses.org/introduction-sur-levolution-des-politiques-de-list-par-denis-varloot

Que de souvenirs de parler de bases de données, sur lesquelles l’URFIST de Lyon a longtemps animé un répertoire des bases de données, DADI, toujours visible sur la Wayback machine https://web.archive.org/web/20130701133013/http://dadi.univ-lyon1.fr/

Source https://cursus.edu/fr/8623/dadi-repertoire-de-bases-de-donnees-gratuites-disponibles-sur-internet

page accueil dadi urfist lyon

Depuis 10 ans, l’écosystème de l’IST se modifie avec l’ancrage des pratiques numériques de recherche. Les problématiques se retrouvent guidées entre les volontés des communautés scientifiques, les choix politiques et les intérêts économiques dont les orientations se discutent au niveau européen autour de la science ouverte.  

carte réseau urfistAu croisement de ces enjeux, les 7 unités composées majoritairement d’un binôme conservateur des bibliothèques et enseignant-chercheur ont formé en 2021 : 9 756 personnes et organisé quelque 2 500 heures de formation.

Nous vous proposons dans ce premier billet #40ansURFIST de nous raconter autour de quelques dates qui ont marqué ces 10 dernières années et qui marqueront celle en cours :

page d'accueil sygeforDans une logique de mutualisation pour s’inscrire à nos différentes actions, l’application SYGEFOR ( “Système de gestion de formation”, https://sygefor.reseau-urfist.fr/) déployée dès 2005 permet de centraliser et automatiser la gestion et les inscriptions à l’ensemble des formations et rencontres scientifiques du réseau des URFIST.  La dernière version (2015) poursuit cette logique en proposant un code open source librement téléchargeable, repris et complété pour leurs besoins propres par d’autres organismes de formation comme les CRFCB. Si l’application s’adapte depuis longtemps à la diversification des modalités pédagogiques des URFIST (présentiel, à distance, hybride ; formations d’une URFIST ou au niveau du réseau), des développements sont prévus prochainement pour accompagner toujours au mieux les personnels URFIST, mais surtout les stagiaires (informations par SMS).

page d'accueil formadoct

Le site Formadoct (https://formadoct.doctorat-bretagneloire.fr/) est destiné principalement aux doctorants et aux formateurs à la maîtrise de l’information. Un ensemble de tutoriels couvre les questions liées à la production, la circulation et la publication de l’information scientifique. Formadoct s’adresse en priorité aux doctorants des établissements de Bretagne et des Pays de la Loire mais son accès libre ouvre son contenu à l’ensemble du monde académique.

page d'accueil doranum

DoRANum (http://doranum.fr), “Données de la Recherche Apprentissage Numérique”, voit le jour en décembre 2017. Ce dispositif de formations d’accès coordonné, intègre différentes ressources pédagogiques et combine plusieurs modes d’apprentissage sur la thématique des données de la recherche. Il sensibilise notamment aux principes FAIR (Facile à trouver, Accessible, Interopérable et Réutilisable).La Plateforme est maintenue et alimentée par le réseau des URFIST, l’inist-Cnrs et des partenaires en fonction des besoins. Son évolution s’effectue à travers un projet en cours de réalisation nommé “DoRANum Disciplinaire” dans lequel des ressources et des parcours d’apprentissage dédiés à des domaines de recherche ou des types de données seront proposés. Cette suite viendra alimenter la plateforme DoRANum et Callisto (formation en ligne).

publication la lettre de l'urfist

De 1995 à 2005, l’URFIST Occitanie a coordonné l’édition papier puis numérique de la Lettre de l’URFIST. Les archives de cette publication sont disponibles sur notre site internet et rassemblées dans une collection HAL sur ArchiveSIC. Cette publication témoigne à elle seule des évolutions des préoccupations autour de l’IST partagées par le Réseau des URFIST et les partenaires de formation en France. Cette publication s’est ensuite transformée en blog jusqu’en 2010 pour devenir le carnet Hypothèses URFISTInfo sur lequel nous communiquons toujours aujourd’hui. 

page d'accueil callisto

Suivre les évolutions en matière de formation aussi bien sur le fond que sur la forme fait partie de l’ADN des URFIST. Ainsi, à la faveur du confinement de 2020, porté par le MESRI et en association avec d’autres partenaires de formation (Réseau des CRFCB et Inist-Cnrs) est né le projet de plateforme de formation ouverte à distance Callisto-formation. Ce Moodle permet d’abriter les projets pédagogiques existants comme les formations hybrides déjà conçues, et d’en proposer de nouvelles comme le SPOC QUERO, FLSO, DoRAnum disciplinaire et d’autres à venir. 

page d'accueil journée nationale d'étude 2021

Les membres du réseau URFIST organisent tous les deux ans une journée nationale d’études. En septembre 2021, elle a été organisée à l’Université Claude Bernard Lyon 1 par l’URFIST de Lyon. La thématique était  « Méthodes numériques et pratiques scientifiques : Quelles influences des technologies numériques sur la recherche     scientifique ? ». En effet, la production scientifique s’inscrit désormais dans un écosystème numérique qui influence les pratiques des chercheurs et chercheuses. 

Les algorithmes d’extraction, d’apprentissage automatique et de visualisation des données ont des conséquences sur la collecte, le traitement et la publication des résultats. Les enjeux sont multiples quant à la pérennité, l’accessibilité, la sécurité, la souveraineté voire la gouvernance des technologies sur lesquelles s’appuie le processus de création de connaissances. 

Mais finalement, qu’est-ce que l’instrumentation numérique a fait à la science, et de la science ces dernières années ? Nous avons bien entendu interroger les enjeux de formation lors de tables rondes. 

Le public était de 80 personnes en présentiel et à distance. Les vidéos vont être mises à disposition sur Canal U. En attendant vous pouvez consulter le site web https://urfistjne2021.univ-lyon1.fr/.  

Cette thématique sera explorée dans le cadre de la “semaine numérique des Urfist” en juin 2022.              

affiche semaine numérique des urfist 2022

Depuis 2020, le réseau des URFIST organise en juin une semaine inter-URFIST et à distance de rencontres, conférences et ateliers. Appelée Open Science Week en 2020 et 2021, elle prend désormais le nom de Semaine Numérique des URFIST. Série de petits formats, la Semaine Numérique permet aux publics des URFIST de découvrir et de se former à des thématiques et outils aussi variés que les cahiers de laboratoires, la médiation scientifique, la reproductibilité de la science, la recherche participative, les outils de gestion des notes de lecture, les logiciels d’enquête, les data paper, les entrepôts de données, etc. 

Cette année, la Semaine Numérique des URFIST aura lieu du lundi 13 au vendredi 17 juin. La journée du jeudi est une journée d’étude, qui en 2022 sera l’occasion d’un retour sur les projets de recherche financés par le GIS réseau URFIST. 

page d'accueil gis réseau urfist

Depuis le 1er janvier 2021, l’Université de Strasbourg porte le GIS “réseau URFIST” créé en 2017. Le GIS qui réunit 17 partenaires  a  pour objectif de renforcer le lien entre la recherche et la formation dans l’activité des URFIST et de structurer cette  activité de recherche au niveau national et international autour de thèmes relatifs à l’information scientifique et technique. Le GIS permet également de développer les coopérations et les échanges de pratiques entre partenaires en matière de formation, de diffusion, de veille et d’expertise.

Le jeudi 16 juin les différents projets de recherche financés par le GIS depuis 2017 seront présentés à l’Ecole Nationale des Chartes à Paris.

Outre des informations sur ces différents thèmes qui arriveront tout au long de cette année sur ce blog, on espère vous rencontrer le 16 juin  à Paris fêter avec vous ce bel âge #40ansURFIST!

Le Réseau URFIST

8 ème Journée nationale du réseau URFIST :

Méthodes numériques et pratiques scientifiques : Quelles influences des technologies numériques sur la recherche scientifique ?

Le réseau URFIST (Unités régionales de formation à l’information scientifique et technique) organise sa 8ème journée nationale d’étude. 

Elle se déroulera le 30 septembre 2021, sur le campus de la Doua à Villeurbanne de 9h30 à 17h.

Au cours de cette journée, et avec la contribution des dix intervenant·e·s nous échangerons sur la thématique suivante : « Méthodes numériques et pratiques scientifiques : quelles influences des technologies numériques sur la recherche scientifique ? 

La journée sera rythmée autour de trois questionnements :

  1. Les enjeux transversaux majeurs liés au numérique modifient-ils en profondeur les pratiques scientifiques ? 
  2. Quelles pratiques scientifiques ces technologies numériques influencent-elles concrètement?  
  3. Dans le cadre des formations dispensées aux communautés scientifiques universitaires, faut-il suivre le rythme incessant d’arrivée de nouveaux outils pour équiper les pratiques scientifiques ? 

Modalités de participation

La journée se déroulera au Théâtre Astrée (Université Lyon 1​, Campus La Doua, Villeurbanne) , sur présentation du pass sanitaire.

  • En raison d’une forte demande, nous proposerons une visioconférence (sans garantie de résultats), se connecter à partir de 9h25.
  • une inscription gratuite est nécessaire pour accéder au lien  ;
  • Toute demande d’attestation de présence nécessite une inscription à la journée

Pour plus d’information sur le programme et les intervenant.e.s.

Cette journée fera l’objet de captations vidéo accessibles ultérieurement.  Elle est co-financée par le GIS “reseau urfist” et l’Association du réseau des Urfist;

FAIR-Aware, un outil d’auto-évaluation de ses pratiques de gestion de données

Le deuxième Plan national pour la science ouverte, présenté le 6 juillet dernier par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal, se fixe comme objectif dans son deuxième axe de “Structurer, partager et ouvrir les données de la recherche”. Plus encore, ce Plan insiste sur la nécessité de “faire en sorte que les données produites par la recherche publique française soient progressivement structurées en conformité avec les principes FAIR (faciles à trouver, accessibles, interopérables, réutilisables)”.

Cette préoccupation se retrouve également au cœur des exigences des financeurs de la recherche, et notamment de la Commission européenne. Celle-ci invite en effet depuis plusieurs années les chercheurs dont elle subventionne les projets à s’attacher à FAIRiser leurs données, et a choisi de structurer explicitement ses modèles de plan de gestion de données autour de ces principes, dans une rubrique “FAIR data”.

Genèse de l’outil

Pour aider les chercheurs à respecter ces exigences, et faciliter la mise à disposition de données de qualité, le projet FAIRsFAIR (“Fostering FAIR Data Practices in Europe”) s’efforce de leur fournir divers outils et solutions pratiques, élabore des normes mondiales pour la certification FAIR des référentiels et des données qu’ils contiennent, et contribue aux politiques et pratiques qui feront du futur European Open Science Cloud (EOSC) une infrastructure opérationnelle1.

Dans cette optique, trois des partenaires du projet (le Digital Curation Centre au Royaume-Uni, l’Université de Brême en Allemagne et le Data Archiving and Networked Services aux Pays-Bas) ont publié en juin 2020 l’outil FAIR-Aware, un petit questionnaire d’auto-évaluation en ligne visant à sensibiliser ses utilisateurs à l’importance des principes FAIR dans la gestion et la valorisation de leurs données, en lien avec leur diffusion dans des entrepôts.

FAIR-Aware se présente sous la forme d’un formulaire de 10 questions, consacrées à chacun des principes FAIR, et propose des explications complémentaires et suggestions d’approfondissement sur l’ensemble des thématiques abordées (identifiants pérennes, archivage, etc.). Il aide ainsi les chercheurs à mieux comprendre les enjeux d’une bonne gestion de données, et s’efforce de proposer des pistes de perfectionnement concrètes.

Il peut aussi être utilisé lors d’une formation ou d’un atelier de sensibilisation à la bonne gestion des données de recherche, en servant de trame au propos de l’animateur : cette façon de faire a été testée avec succès à l’URFIST de Paris…

Naissance d’une version française

Devant l’intérêt flagrant de l’outil, il a vite semblé dommage qu’il ne soit disponible qu’en anglais, au risque de décourager certains utilisateurs potentiels. Aussi a-t-il vite semblé intéressant à l’URFIST d’en proposer une traduction en français, et c’est en ce sens que des contacts ont été pris dès l’été 2020 avec l’équipe de DANS, qui suit de près le développement et l’adoption de FAIR-Aware. Le service IST de l’Institut de Recherche pour le Développement ayant eu la même idée, nous avons travaillé conjointement à l’adaptation de l’outil, entre décembre 2020 et mars 2021. Contexte sanitaire oblige, tous les échanges URFIST-IRD ainsi que les points réguliers avec DANS ont eu lieu à distance, mais sans que cela n’ait d’impact particulier sur le projet, qui se prêtait assez bien à un tel mode opératoire ! Même la langue n’a pas été une barrière lors des discussions en visioconférence, même si les notions de français de certains membres de l’équipe de DANS nous ont été précieuses pour éclaircir certains points…

C’est que l’adaptation de FAIR-Aware n’a pas posé uniquement des questions lexicales. Ce travail mené en commun a également été l’occasion pour nos collègues de DANS d’avoir des retours sur les formulations choisies dans le texte original, et de réfléchir à des modifications utiles pour leurs propres usages. Les passages de FAIR-Aware relatifs aux vocabulaires sémantiques, notamment, ont posé question : les chercheurs ont-ils tous une bonne idée de ce que peut être une ontologie, un vocabulaire contrôlé ? Jusqu’où peut-on se permettre de simplifier certains concepts, tout en préservant leur richesse ?

D’autres questions se sont également posées sur le référentiel à adopter pour le choix du domaine de recherche. Même si certains référentiels “français” comme celui du Hcéres ou de HAL auraient pu paraître plus adaptés aux pratiques des utilisateurs, il a finalement été décidé de rester fidèles au référentiel original, basé sur la classification Re3data2, de façon à pouvoir comparer les réponses au questionnaire sans avoir à fournir de table de mapping entre les disciplines. Certaines adaptations ont en revanche été nécessaires pour les propositions de réponse aux questions relatives au poste occupé par le répondant, ou à son employeur3.

Ce genre d’interrogation, qui s’était déjà posé lors de la conception de la version originale de l’outil, est la raison pour laquelle FAIR-Aware comprend également un sous-ensemble de questions visant à recueillir l’avis de ses utilisateurs sur l’outil, notamment sur la formulation des différents points abordés et leur pertinence. Les informations ainsi récupérées serviront à améliorer l’outil, mais aussi à mieux connaître les pratiques de ses utilisateurs en matière de gestion des données de recherche.

De la traduction à la mise en ligne

En parallèle de la traduction proprement dite s’est posée la question du vecteur de diffusion de l’outil. La plateforme DoRANum, qui hébergeait ou signalait déjà un certain nombre d’outils utiles à la gestion des données de recherche, s’est très vite imposée comme une évidence, et un accord de principe avec l’équipe responsable de la plateforme (Inist-CNRS et réseau des URFIST) a pu être conclu dès janvier 2021. Des membres du service Formation-DoRANum ont ainsi rejoint le projet, avec le soutien du service web de l’Inist-CNRS.

Le code-source de FAIR-Aware, prévu dès le départ pour être très simple d’utilisation et d’intégration au sein d’un site internet, est librement téléchargeable sur Github, ce qui a beaucoup facilité le travail de l’équipe DoRANum. Après quelques nouvelles réunions en visio associant les équipes techniques de DANS, la version française de FAIR-Aware a ainsi pu être mise en ligne début juillet 2021, dans la rubrique “Enjeux et bénéfices” de DoRANum aux côtés des explications sur les principes FAIR !

Et maintenant ?

L’outil FAIR-Aware est appelé à évoluer, en fonction des retours de ses utilisateurs. Les partenaires du projet FAIRsFAIR vont continuer à l’améliorer, et s’efforceront d’en proposer de nouveaux cas d’usage : il se murmure qu’à l’automne prochain, il devrait être possible pour un formateur de lancer une session personnalisée de FAIR-Aware, et d’en recueillir les réponses pour mieux connaître les usages de son groupe de stagiaires…

D’une manière générale, les réponses au questionnaire en français seront collectées par DANS, en même temps que les réponses au questionnaire en anglais. Du fait de l’alignement des questions entre les deux versions, cette mutualisation permettra de générer des statistiques globales. Les données produites lors des utilisations de la version française de l’outil seront également transmises deux fois par an à l’Inist-CNRS, pour mieux connaître les pratiques et attentes propres à la communauté francophone, ce qui permettra de faire évoluer la version française de l’outil en parallèle de la version anglaise.

N’hésitez pas à vous emparer de l’outil, et à nous transmettre vos retours d’expérience à son sujet !

De l’autre côté du projet : le retour d’expérience de Linas Cepinskas (DANS)

Avez-vous reçu des demandes de traduction de FAIR-Aware dans d’autres langues ?

Depuis le lancement de FAIR-Aware, nous avons en effet reçu plusieurs demandes concernant la traduction de l’outil. Nous espérons que cette collaboration réussie avec nos collègues français inspirera d’autres enthousiastes de la Science Ouverte à rendre FAIR-Aware disponible dans différentes langues, et à atteindre un public plus large en Europe et au-delà.

Qu’est-ce ce que ce genre de projet de traduction peut apporter à la version originale de FAIR-Aware ?

La promotion multilingue des pratiques FAIR de gestion des données nous permet d’augmenter considérablement notre audience, ce qui ne serait pas possible avec la seule version en anglais. Comme le montre l’exemple de la version française de FAIR-Aware, la traduction permet également de faire émerger des besoins spéciaux et de s’adapter aux contextes particuliers des différents utilisateurs. C’est d’autant plus important que le niveau de connaissance et de compréhension des principes FAIR est assez hétérogène, et les infrastructures de soutien à ces principes très variées. Chaque traduction peut être adaptée pour des communautés particulières d’utilisateurs, ce qui garantit que l’outil reste pertinent et à jour.

Bien que l’équipe du projet n’ait pas prévu initialement la traduction de FAIR-Aware dans d’autres langues, cette collaboration réussie avec l’Inist-CNRS, l’URFIST de Paris et le service IST de l’IRD démontre l’intérêt croissant et la nécessité de mettre de tels outils à la disposition des chercheurs dans différents pays.

Quels sont les autres outils proposés par FAIRsFAIR qu’il serait intéressant de découvrir en parallèle de FAIR-Aware ?

Parallèlement à FAIR-Aware, FAIRsFAIR propose F-UJI, un service en ligne permettant d’évaluer automatiquement le caractère FAIR de jeux de données spécifiques, sur la base d’indicateurs développés par le projet FAIRsFAIR.


  1. Source : site internet du Cines.
  2. Elle-même basée sur la German DFG classification.
  3. La notion de “personnel d’appui à la recherche” est légèrement plus large en français qu’en anglais, et celle d’e-infrastructure de recherche a été fusionnée avec celle d’infrastructure en français.

Appel à candidatures pour former le Conseil Scientifique du GIS « Réseau URFIST »

CONTEXTE

Les Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique (URFIST) ont pour mission la formation, la recherche, la veille et l’expertise en IST. Elles travaillent prioritairement en direction des enseignants-chercheurs, des doctorants et des professionnels de l’IST. Le Réseau des URFIST a souhaité pouvoir s’appuyer sur une structure porteuse, lui permettant notamment de développer des partenariats élargis, de monter des projets en renforçant la dimension recherche et de répondre plus efficacement à divers appels à projets. Cette volonté a abouti à la création d’un Groupement d’Intérêt Scientifique (GIS) en 2017. Ce dernier a fait l’objet d’un renouvellement pour 4 ans à compter d’octobre 2020. Il regroupe 15 partenaires. Pour plus de précisions sur le GIS et ses projets : http://gis-reseau-urfist.fr

Pour renforcer le lien entre la recherche et la formation dans le cadre des actions menées par les URFIST et structurer une activité de recherche au niveau national et international, le GIS est doté  d’un conseil scientifique composé  de 4 membres minimum et 8 maximum. Ses membres sont désignés intuitu personae par le conseil des partenaires du GIS, pour une durée de trois ans renouvelable une fois. Le conseil veille en particulier à une diversité  des champs disciplinaires en lien avec l’IST ainsi que des  établissements/organismes représentés.

MISSIONS

Les missions du conseil scientifique, instance consultative, sont :

– de rendre un avis sur les projets et demandes de financement soumis par les partenaires,

– formuler des recommandations sur les orientations scientifiques du GIS et faire des propositions d’actions,

– rendre un avis sur le rapport d’activité et le rapport financier présentés annuellement par le directeur du GIS,

– organiser l’évaluation scientifique des programmes de recherche sélectionnés par le GIS dans les conditions déterminées par le conseil des partenaires.

ATTENDUS

Il est attendu des candidats qu’ils aient une bonne connaissance de l’IST et de sa structuration, une réelle perception de ses enjeux nationaux et internationaux, la volonté de développer la recherche dans le domaine, et la disponibilité nécessaire pour s’engager à siéger régulièrement. Les compétences scientifiques et spécifiques mobilisées peuvent être variées et toucher aux diverses disciplines en lien avec l’IST.

PROCEDURE

Sur la base des déclarations d’intention reçues, le conseil des partenaires sélectionnera les futurs membres du conseil scientifique lors d’un prochain conseil des partenaires en juin 2021.

Chaque déclaration d’intention doit comporter un Curriculum vitae et une courte lettre d’intention. Les candidatures doivent être envoyées dans les conditions décrites ci-dessus avant le 13 Septembre à Elsa Poupardin (epoupardin at unistra.fr ), directrice du GIS et représentante de Université de Strasbourg, établissement porteur du GIS, avec copie au président du Conseil des partenaires : Marc Bergère (marc.bergere at univ-rennes2.fr).

[Appel à contributions] Colloque « Étudier les pratiques numériques au sein des communautés scientifiques »

Initiée par le Comité pour la science ouverte, l’enquête nationale SOSP – State of Open Science Practices in France a pour but de faire un état des lieux des pratiques en matière d’outils numériques et de données de la recherche dans les communautés scientifiques françaises. Après un état de l’art à l’échelle nationale et internationale, le questionnaire en ligne a récolté près de 1 100 réponses, et 30 entretiens semi-directifs ont été passés courant 2020. Le traitement des données récoltées est en cours d’achèvement, en vue de leur communication et de leur mise à disposition.

Pour mieux appréhender les changements et les nouvelles problématiques induits par le numérique et les données de la recherche dans les pratiques des chercheurs, les enquêtes se développent en France et à l’étranger. Au-delà des résultats des enquêtes, ce sont la conception, la passation, l’analyse, la communication des résultats et la reproductibilité de ces enquêtes qu’il convient désormais d’interroger de manière globale.

Le colloque Étudier les pratiques numériques au sein des communautés scientifiques. Regards sur les outils et les données au prisme de la science ouverte se tiendra en ligne le jeudi 24 juin.

Les soumissions sont attendues pour le 19 avril, sur la plateforme Sciencesconf.

Site du colloque : https://opensp.sciencesconf.org/

Continuer la lecture

Motion de l’association du réseau des Urfist contre le projet de loi de programmation de la recherche pluriannuelle (LPPR)

L’association du réseau des Unités régionales de formation à l’information scientifique et technique (URFIST) a pris connaissance du projet de loi de programmation de la recherche pluriannuelle (LPPR) et tient à exprimer son opposition à ce projet, qui constitue une menace pour la réussite et l’indépendance de la recherche publique française.

L’association du réseau des URFIST considère que les conditions nécessaires au rayonnement et à l’attractivité de la recherche publique française passent notamment par :

  • La garantie et l’augmentation significative des budgets récurrents de l’ensemble des établissements afin de donner aux chercheurs et enseignants-chercheurs une plus grande sérénité et la liberté d’action pour mener une recherche ambitieuse, moins tributaire des financements ponctuels.
  • La garantie d’une recherche publique indépendante, basée sur la collaboration et la confiance et non sur le clivage entre les chercheurs qui, comme l’a souligné le Comité d’Éthique du CNRS (COMETS), est propice au développement de conduites inappropriées [1].
  • Un renforcement de l’emploi permanent et statutaire, pour lutter contre la précarité croissante des personnels de l’enseignement supérieur et la recherche, précarité qui risque d’être renforcée avec la mise en place des « tenure tracks » et CDI de mission scientifique proposés par la LPPR.
  • Une juste rémunération des personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche par une véritable revalorisation salariale et des carrières motivantes.

L’association du réseau des URFIST déclare en outre son attachement aux libertés universitaires et au statut particulier des chercheurs et enseignants-chercheurs.

Par conséquent l’association du réseau des URFIST demande que le projet de loi actuel soit abandonné et qu’un nouveau projet voie le jour, élaboré de façon collégiale par les personnels de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

 

[1] ‘Communiqué du Comité d’Éthique du CNRS (COMETS) portant sur les textes du projet de Loi de Programmation Pluriannuelle de la Recherche, rendus publics en juin 2020.’, COMETS, 2020 <https://comite-ethique.cnrs.fr/1932-2/>

Sprint science ouverte : éditer et traduire collaborativement le manuel Open Science Training Handbook de Foster Open science : 26/06/2020, 100% online

En raison des mesures de prévention contre le covid-19, le sprint initialement prévu en avril avait dû être annulé. Sprint is back, 100% online !

Objectifs

  • Concevoir la version française du manuel Open Science Training Handbook, de Foster Open Science : le texte sera disponible en accès ouvert
  • Découvrir des méthodes pédagogiques pour former à la science ouverte
  • S’initier à une méthode de travail collaborative et intensive

Dans le cadre de ce sprint édition et traduction, 2 types d’activités vous sont proposées : 

  • éditer la version française produite par l’association HackYourResearch à partir d’une solution de traduction automatique ; l’un des objectifs du projet est notamment d’enrichir la traduction obtenue automatiquement grâce aux expertises des participants
  • traduire de l’anglais vers le français les passages non traduits

Chaque participant·e sera amené.e à travailler sur les aspects édition et traduction. Le texte à traduire et à éditer a été sélectionné pour sa qualité. Il est disponible dans d’autres langues. La version produite par les participant·e·s sera à son tour éditée par une traductrice professionnelle.

Publics cibles :

Le sprint n’est pas une formation sur la science ouverte : le manuel à éditer et traduire se focalise sur des méthodes pédagogiques.

L’inscription est gratuite pour tous publics.