Archives de catégorie : Pratiques informationnelles

Le Data Usage Index (DUI): méthodologie bibliométrique et données factuelles

Deux chercheurs travaillant en Scandinavie, Peter INGWERSEN et Vishwas CHAVAN, ont commis le 15 décembre 2011 un article dans BMC Bioinformatics, intitulé « Indicators for the Data Usage Index (DUI): an incentive for publishing primary biodiversity data through global information infrastructure ». Il s’agit d’appliquer des principes de calcul bibliométrique à des données factuelles issues de réservoirs spécialisés.

Les logs d’un serveur de données taxonomiques servent de banc de mesure. Il s’agit du Global Biodiversity Information Facility, projet scientifique international associant des taxons à des zones géographiques.

Le périmètre d’analyse (> 300 millions de données issues de 344 sources institutionnelles spécialisées sur la Biodiversité) ordonne les indicateurs en 5 dimensions : géographique, taxonomique, chronologique, volumétrique et pratique. La géographie recouvre les régions ou pays de localisation des fournisseurs de données (sources institutionnelles) ; la chronologie concerne la fenêtre temporelle de l’analyse (d’une semaine à six mois…) ; la volumétrie désigne le nombre de données prises en compte et la pratique (ou usage) est subdivisée en deux actions : la recherche (interrogation ou requête) et le téléchargement.

Ces 5 dimensions sont quadrillées à travers un tamis de 14 indicateurs définis clairement dans un tableau synthétique.

Les calculs sont pondérés par trois types de variables : la dimension chronologique des fenêtres (durée sur laquelle porte l’échantillonnage) ; les différences propres aux profils ou aux caractéristiques des sources de données interrogées (ce qui peut correspondre à certains égards aux spécificités disciplinaires en bibliométrie classique) et enfin le volume des corpus ou échantillons d’analyse.

Il est difficile voire impossible de se fonder sur les très rares références aux banques de données factuelles citées dans les bibliographies terminales d’articles, pour se faire une idée de l’usage et de la pratique informationnelle des chercheurs vis-à-vis de ce type de Data. Le cadre du DUI proposé par Ingwersen et Chavan contribuera efficacement à mieux connaître à la fois les sites fournisseurs de données et l’utilité ainsi que l’usage de celles-ci dans tel ou tel domaine de la Recherche.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Enquête sur les Pratiques Informationnelles des Chercheurs : Quelques Résultats

Le 6 octobre dernier nous vous sollicitions pour participer à une Enquête sur les Pratiques Informationnelles (EPI) des chercheurs lancée par l’Urfist de Nice avec la collaboration du laboratoire I3M. Le questionnaire en ligne a recueilli  681 réponses complètes et 325 incomplètes au 7 janvier 2011. Nous avions choisi d’interroger les chercheurs aussi bien sur leurs pratiques « professionnelles » que sur leurs pratiques informationnelles privées, « culturelles », ce qui rend le questionnaire relativement long (56 questions et une vingtaine de minutes pour y répondre) et dans ces conditions, le nombre de retours nous apparaît plutôt comme un succès (le questionnaire reste accessible ici). Les résultats les plus intéressants devraient apparaître après les croisements de données qui sont en cours mais d’ores et déjà les résultats bruts proposent des constatations intéressantes sur les usages:

  • Importance massive de la documentation numérique: moins de 20% des répondants consultent plus de documentation papier que de documentation numérique et près de 40% estiment à plus de 75% la proportion des documents numériques consultés. Pour près de 78% d’entre eux l’usage professionnel d’Internet dépasse les 2 heures par jour.
  • Faible utilisation des “murs” des bibliothèques : 66% des répondants ne se rendent jamais ou se rendent rarement en bibliothèque universitaire pour leurs recherches.
  • Les bibliothèques sont d’abord appréhendées plutôt selon leur fonction traditionnelle de réservoirs d’information que comme service et lieu de médiation. C’est vrai aussi des bibliothèques numériques, assez largement utilisées (49%) auxquelles on demande massivement (72%) du contenu en masse plutôt que de la sélection (23%).
  • Très faible utilisation des outils numériques spécifiques, en particulier les outils de mémorisation en ligne (moins de 5%), les fils de syndication (moins de 17%), les réseaux sociaux spécialisés…
  • Utilisation massive des outils Internet « grand public »: Google (95%), Wikipédia (70%, dont 47% dans un cadre académique) voire Facebook (34%). Une mention spéciale pour Google Scholar utilisé par 45% des répondants.

Ce qui semble apparaître ainsi c’est la coexistence entre un impact important du numérique et un certain conservatisme des pratiques et des conceptions. Les croisements avec les données d’âges (40 ans d’âge moyen) et de disciplines permettront d’affiner le paysage.

Plus de précisions après le saut…

Gabriel Gallezot & Michel Roland

Continuer la lecture

Enquête sur les Pratiques Informationnelles des chercheurs

La numérisation de l’information scientifique et la généralisation de l’usage du web entraînent de profonds changements dans les pratiques d’accès à l’information. L’enquête que nous menons a pour objectif d’évaluer le renouvellement ou la persistance des méthodes et habitudes d’accès à l’information des chercheurs dans ce contexte.  A cet effet, nous souhaiterions examiner outre l’état des pratiques, les corrélations entre pratiques culturelles et pratiques de recherche.

Ce questionnaire est constitué de quatre parties :
– une première partie renseignant le profil du répondant,
–  une seconde partie dédiée aux pratiques professionnelles spécialisées,
– une troisième partie centrée sur les pratiques généralisées et
– une quatrième et dernière partie chargée de faire un bilan sur la formation.

Nous vous remercions de prendre un peu de votre temps pour répondre à ce questionnaire (env. 15min). : https://enquete.unice.fr/index.php?sid=63929&lang=fr

Une avancée sur le front des URFIST : les Journées d’étude sur Les Doctorants et l’I.S.T.

Les  3 et 4 juin 2010, sur le Campus de La Doua à Lyon, le Réseau national des URFIST a conforté sa position dans la communauté scientifique lors des Rencontres URFIST/FORMIST centrées sur Les Doctorants et l’I.S.T.

On connaît l’importance du vivier des Doctorants, futurs communicants dans la sphère de l’Information scientifique et technique, déjà opérationnels dans leur laboratoire, impliqués dans la publication des travaux de leur équipe.

Cette génération montante insuffle un esprit nouveau dans la communauté des chercheurs, au plus près de l’évolution des modes d’acquisition rapide de l’information et des processus de la communication scientifique.

La réflexion méthodologique et l’analyse critique ou comparative sont caractéristiques de l’action des URFIST. Il était naturel que notre Réseau se penche sur la sphère doctorale, particulièrement réceptive à l’innovation dans le domaine de l’IST et susceptible de contribuer à son développement dans les laboratoires où les doctorants sont actifs.

Cette manifestation rassembla environ 180 inscrits. Outre la moitié d’un public lié aux bibliothèques, traditionnellement associé aux Journées FORMIST (partenaire de cette 3è Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST), c’est un contingent notable de professionnels de l’information travaillant en laboratoire et surtout 15 à 20 % de participants issus directement du monde de l’enseignement et de la recherche, qui a très activement animé le flux des questions et des débats lors de ces Journées. Les doctorants n’étaient bien sûr pas en reste, tant dans l’assistance qu’à la tribune.

Équilibrées entre ateliers et communications, conclues par une table ronde réunissant des interlocuteurs issus des différentes catégories d’acteurs de l’IST dans la sphère doctorale, les Journées ont pu couvrir l’ensemble du panel des préoccupations axées autour de la thématique : recherche et insertion professionnelle, intimement liées dans la formation des doctorants, sont directement visées par l’IST.

Acquérir, exploiter, diffuser l’information scientifique et technique: ces trois volets furent analysés conjointement, avec un éclairage tant national qu’international et une vision qui allait de la vulgarisation au brevet en passant par des tutoriels novateurs en ligne (comme Form@doct) et la relation de nombreuses expériences de terrain spécifiques.

L’évolution des institutions encadrant le doctorat, la mutation des technologies de l’IST (par le biais notamment de l’Open Access) et la caractérisation des modalités d’écriture scientifique, ont ponctué les communications, tandis qu’une synthèse sur la formation des doctorants dans le monde permettait d’affiner la vision internationale du phénomène.

Textes et présentations sont d’ores et déjà disponibles sur le site Doctis .

Partenaire actif de ces Journées sous le label FORMIST, l’enssib retransmet aussi ces contenus dans sa Bibliothèque numérique.

La substance de ces Journées paraîtra en 2011 de façon plus consistante et analytique dans un volume de la série “Culture de l’information” aux Presses de  l’enssib, dont Claire Denecker (Urfist de Lyon) et Alexandre Serres (Urfist de Rennes) sont co-responsables.

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

Un physicien au pays du réseautage social

La société savante américaine de physique (AIP) a lancé il y a quelques mois un service en ligne gratuit de “social networking” à l’image de nombreux sites du web 2.0.

UniPHY permet aux physiciens, ingénieurs et autres scientifiques de se connecter directement à leurs contacts professionnels, de recenser et découvrir les chercheurs ayant l’expertise nécessaire pour de futures collaborations.

Nous avons fait un billet récemment sur 4 services de “social bookmarking” (2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea) avec une conclusion assez mitigée.

Cependant UniPHY se différencie des autres sur de nombreux points qui le rendent assez attractif :

– Le public visé est celui des chercheurs en physique, public très actif sur le web. La communauté nombreuse de par le monde est habituée a collaborer numériquement (sans jamais parler de virtuel), à monter des expériences énormes, à partager des ressources informatiques. N’oublions pas que le web a été conçu il y a 20 ans au CERN justement pour faciliter la publication et l’échange en ligne.
– UniPHY n’attend pas la bonne volonté de ses utilisateurs pour  alimenter le site : il est pré-rempli avec les profils de centaines de milliers de scientifiques de plus de 100 pays, tous reliés entre eux grâce à leurs publications.
– Uniphy s’appuie sur la  base de données de publications SPIN (Searchable Physics Information Notices) analysée par Collexis, technologie propriétaire d’exploitation sémantique acheté par Elsevier.
Pas de folksonomie (indexation des documents par les utilisateurs eux-mêmes) non plus, c’est un bon vieux thésaurus qui est utilisé : la classification hiérarchique PACS (Physics and Astronomy Classification Scheme) développée par l’AIP et mise à jour tous les 2 ans. Le thésaurus garantit une bonne interprétation du vocabulaire.
– Il faut s’inscrire pour bénéficier de UniPHY mais il n’y a pas d’obstacle particulier (genre invitation) et ce service peut donc être utile aux services de veille.
– Une fois inscrit, chacun peut compléter son profil professionnel, mettre à jour et compléter sa liste de publications.
– Il faut ensuite constituer son groupe grâce au module de recherche de chercheurs par nom, mots-clés et lieu de travail.
– UniPHY permet de dépasser les communautés établie : les chercheurs travaillant sur les mêmes thématiques se connaissent grâce aux publications mais ont tendance à rester dans leur groupe. Or la science avance plus vite dans l’interdisciplinaire dans la mise en commun d’approches différentes.

Les résultats de l’exploration de UniPHY sont données sous forme graphique :

Réseau de recherche
Un auteur et ses collaborations

Collaboration géographique
Collaboration géographique

C’est donc un mélange de techniques anciennes et solides au service des évolutions du web et des pratiques.


– Que penser de 2Collab, Bibsonomy, CiteULike et Connotea par rapport à Zotero ? http://urfistinfo.hypotheses.org/1565
– Collexis http://www.collexis.com
– PACS http://www.aip.org/pacs/

Ressource pédagogique CiteUlike, Connotea, BibSonomy et 2collab

JPL

Trois « méta-études » sur les comportements informationnels des usagers

Les enquêtes et études sur les comportements informationnels des usagers, notamment universitaires, n’ont jamais été si nombreuses et si riches. Et il devient très difficile, sinon impossible, d’en faire un suivi exhaustif. Aussi faut-il saluer particulièrement les « méta-études », fondées sur des états de l’art de la littérature et des synthèses de travaux.

En voici trois, découvertes ces dernières semaines, toutes trois évidemment anglo-saxonnes (l’analyse d’un grand nombre de travaux de recherche sur les usagers et les pratiques informationnelles confirme l’écrasante supériorité des Anglais et des Américains dans ce domaine ; mais ceci est un autre sujet !), de grande ampleur et produites par l’incontournable JISC.

La première est déjà vieille de deux ans et avait été commentée lors de sa sortie, en 2008 : il s’agit de l’étude des chercheurs de l’UCL (University College London) et du JISC (Joint Information Systems Committee), « Information behaviour of the researcher of the future ». La nouveauté à saluer aujourd’hui est l’heureuse initiative d’Isabelle Estève-Bouvet, qui a traduit le document de synthèse, et de SavoirsCDI qui l’a mis en ligne :  “Comportement informationnel du chercheur du futur“.

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les Doctorants et l’Information scientifique: Journées d’étude URFIST:ENSSIB – Lyon La Doua 3/4 Juin 2010

On connaît (mais peut-être la méconnaît-on trop souvent) l’importance de l’IST dans la formation et les pratiques du Doctorant.

Le Réseau des URFIST, amplement concerné par le vivier des futurs docteurs dans ses stages, avait à cœur depuis longtemps de consacrer une Journée d’étude sur « Les doctorants et l’information scientifique ».

La problématique de l’encadrement informationnel du thésard, de la place de l’IST dans l’appropriation des connaissances, dans leur exploitation et leur diffusion, en deçà et au-delà de la Thèse, constituent un enjeu majeur des missions de nos Unités.

Réunir les acteurs du protocole qui accompagne les futurs docteurs durant leur parcours, à travers des communications, des ateliers et une table ronde, afin que chaque aspect de la question soit envisagé sous un angle différent, afin de mutualiser les expériences : tel est l’objectif de ces journées.  Un communiqué circonstancié le décrit en détail, à l’appui du programme dont les grandes lignes sont d’ores et déjà disponibles.

Il importe de souligner que c’est grâce à la synergie entre le Réseau des URFIST et l’Enssib, par le biais de sa mission FORMIST, que ces Journées sont possibles. Lyonnaises, elles se tiendront sur le Campus de la Doua les 3 et 4 juin. Elles concernent tout aussi bien les professionnels de l’IST que les Enseignants-chercheurs et bien sûr les Doctorants eux-mêmes.

L’inscription est gratuite, mais obligatoire.

Outre les liens mentionnés plus haut dans ce billet, vous trouverez toute l’information globalisée sur  un site : http://doctis.wordpress.com/ .

Alors à très bientôt !

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

5e journées Couperin sur le livre électronique

La cellule e-books (la CeB) du consortium Couperin organise les 17 et 18 mai prochains à l’université Lille 2 deux journées sur le thème « Livres électroniques : quelles pratiques pour quels usages ? » (voir le programme, encore susceptible de subir quelques modifications et les informations pratiques sur le nouveau site de Couperin).

L’objectif est de définir quelles sont actuellement les pratiques autour de ces ressources relativement nouvelles, dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, et quels moyens sont mis en œuvre ou pourraient être mis en place pour faciliter et améliorer ces usages.

Pour toute demande de renseignement, n’hésitez pas à contacter :

Benjamin Bober pour des informations relatives à l’inscription et l’organisation

Caroline Bruley pour des informations relatives au programme et aux différentes interventions prévues.

Les étudiants et Wikipedia (suite et fin)

Les variables d’utilisation de Wikipedia

Comment les niveaux d’étude, notamment les cursus en deux ou quatre ans, interviennent-ils dans l’utilisation de Wikipedia ? Quelles sont les disciplines les plus utilisatrices ? Et quels sont les liens avec les autres pratiques documentaires ? La troisième partie de l’enquête américaine tente de répondre à ces questions en croisant les données et en établissant des corrélations statistiques : onze variables (cf le tableau ci-dessous) ont ainsi été déterminées, dont l’objet est de mesurer la plus ou moins grande probabilité d’utilisation de Wikipedia.

De ces onze  variables ont émergé trois ensembles significatifs :
– les cursus universitaires de deux ans (essentiellement les Community Colleges[1] , qui correspondraient ici aux anciens DEUG, aux IUT, aux BTS, etc. ;
– les disciplines ;
– certains types d’usages des ressources documentaires.

Sur ces onze variables, cinq sont jugées particulièrement significatives par Head et Eisenberg, dans leur effet sur la probabilité d’utilisation de Wikipedia.

La première corrélation concerne, une fois de plus, l’usage de Google et indique que les étudiants qui utilisent couramment Google ont 90,92 % de probabilités d’utiliser Wikipedia. Ce chiffre, qui n’est pas une surprise, est une nouvelle preuve statistique du « couple Google/Wikipedia », qui peut se traduire, d’après cette enquête américaine, par l’adjonction de ces deux chiffres : 95 % des étudiants qui commencent leur recherche documentaire sur Wikipedia la poursuivent sur Google et, à l’inverse, ceux qui utilisent Google ont près de 91 % de probabilités de consulter aussi Wikipedia.

Continuer la lecture

  1. Voir http://www.fulbright-france.org/htm/page.php?id=151 []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Les étudiants et Wikipedia (suite)

Comment Wikipedia s’intègre dans le processus de recherche documentaire

L’importance des fonctions de « recherche documentaire », évoquée dans le précédent billet, est soulignée par le second ensemble de données de l’étude de Head et Eisenberg, sur les moments d’utilisation de Wikipedia au cours d’un processus de recherche.

Commencer la recherche par Wikipedia…

Comme le montre le schéma ci-dessous, les étudiants américains ont massivement (à 70 %) recours à Wikipedia au début de leurs recherches : 40 % commencent même directement leurs recherches par l’encyclopédie et 30 % la consultent très vite. A l’inverse, si 18 % ne l’utilisent à aucun moment (par choix ou par ignorance), seulement 10 % y ont recours au milieu des recherches, et 2 % vers la fin. Le « réflexe Wikipedia »,  ce recours systématique et immédiat à l’encyclopédie pour tout sujet de recherche, est attesté une fois de plus par cette étude.

Utilisation de Wikipedia aux différentes étapes du processus de recherche

Mais l’étude américaine nous en dit un peu plus et montre une fonction sous-estimée de Wikipedia, qu’ils définissent par l’expression de « presearch tool », que l’on peut traduire par « outil de pré-recherche »[1] . Wikipedia est perçue par les étudiants comme une première étape, permettant de remplir des fonctions cognitives classiques, mises en évidence par les spécialistes de la recherche d’information : réduire l’incertitude, stabiliser ses connaissances sur un sujet, se constituer une première base de connaissances, avant les recherches plus sérieuses et plus difficiles[2]  Loin de remplacer toutes les autres ressources et de monopoliser le processus de recherche d’information, Wikipedia remplirait plutôt une fonction d’appui, d’aide et de point de départ pour la recherche documentaire.

Un autre résultat de cette étude est particulièrement intéressant et concerne le rapport des étudiants avec leurs enseignants : les étudiants déclarent utiliser Wikipedia contre l’avis de leurs professeurs et mettent en place des stratégies de contournement, soit en n’avouant pas leur recours à l’encyclopédie, soit en ne faisant pas de citations. Ces usages non avoués, un peu cachés[3], d’une encyclopédie encore mal vue à l’université, seraient plus fréquents chez les étudiants avancés. Ils donnent matière à réflexion, à la fois sur les écarts culturels entre enseignants et étudiants face à Internet et sur les perspectives, largement ouvertes, d’une véritable intégration maîtrisée de Wikipedia dans les pratiques de recherche documentaire légitimées.

Continuer la lecture

  1. “Another focus group participant called Wikipedia “my presearch tool.” Presearch, as the participant defined it, was the stage of research where students initially figure out a topic, find out about it, and delineate it.” []
  2. “As one student put it, Wikipedia is ideal for big–picture background “in good English” and “putting me in my comfort zone” before moving on to more serious research (i.e., scholarly research databases and to a lesser degree, library books).” []
  3. “Most students also said they do not tell their professors they use Wikipedia;  they simply avoid citing it in their reports. This was particularly true in the case  of students in our sample enrolled in four–year institutions, who more likely to use  Wikipedia than students in two–year institutions.” []

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter