Archives de catégorie : Réseau des Urfist

Toutes informations concernant le réseau des URFIST : supports, stages, partenariats, personnels, publications…

Créer un style pour Zotero correspondant à une norme bibliographique juridique : retour d’expérience bordelais. Billet invité

Ce billet a été rédigé par Frédérique Flamerie de Lachapelle, conservatrice des bibliothèques à la direction de la documentation de l’Université de Bordeaux et membre de la rédaction du blog Zotero francophone. Compte Twitter : @fflamerie

Escalator et escaliers à Lisbonne

Auteur : Daniel Kulinski – CC BY-NC-SA https://www.flickr.com/photos/didmyself/32714095277

Ce billet détaille les choix de méthode et d’outils effectués pour produire le fichier CSL Université de Bordeaux – Ecole doctorale de droit (French) dans le cadre du projet Citer des références juridiques de l’Urfist de Bordeaux, en partenariat avec la direction de la documentation de l’université de Bordeaux.

Il se focalise sur la démarche de transposition en un fichier CSL du style bibliographique formalisé dans le guide Citer des références bibliographiques juridiques, pour une utilisation du style intégrée à Zotero. Nous n’abordons pas la première phase du projet, ayant conduit à la publication de la première édition du guide ; nous vous invitons à consulter la page du projet sur le site de l’Urfist de Bordeaux pour plus de détails à ce sujet. Le point de départ demeure donc un point intermédiaire à l’échelle du projet dans son ensemble. Au-delà du point d’arrivée que constitue la publication du style et du matériel associé, nous proposerons en conclusion quelques perspectives de prolongement.

Sans reprendre l’ensemble des propos liminaires à la deuxième édition du guide, soulignons que cette phase du projet avait pour objectif de traduire les consignes de la première édition en instructions applicables par un logiciel. Il ne s’agissait pas d’écrire un nouveau guide, ni même de remettre en cause les choix méthodologiques de la première édition au profit de simplifications que des considérations techniques auraient rendu nécessaires. C’est donc au contraire un principe d’économie qui a guidé la démarche générale. Dans cette perspective, si certaines règles définies dans la première édition du guide ont été explicitées ou modifiées pour rendre possible l’automatisation par Zotero, les changements ont été minimes et limités à des ajustements nécessaires.

Collaboration, documentation et réutilisation

La méthode et les outils choisis ont répondu à un triple enjeu de collaboration, de documentation et de réutilisabilité des contenus produits.

La collaboration s’entend tout d’abord entre les acteurs du projet, aux profils complémentaires. L’éditeur du guide, maîtrisant parfaitement les normes bibliographiques du droit, a ainsi été sollicité à plusieurs reprises pour valider des propositions d’évolution rendues nécessaires par le langage CSL, ou dont l’impact était estimé mineur en regard du gain pour l’écriture du style CSL. En l’absence de connaissance des pratiques de la citation juridique, il aurait en effet été difficile de savoir sur quel élément de consigne il était possible de transiger ou non.

La collaboration, ensuite, s’entend également entre les acteurs du projet et les utilisateurs finaux, en premier lieu et avant tout les utilisateurs locaux pour lesquels le projet a été conçu, l’Ecole doctorale de droit de l’université de Bordeaux. La première édition du guide a suscité des retours formels ou informels au-delà de son public cible initial, de la part d’un public plus large, universitaire ou non, concerné par la citation de références juridiques. Il s’est donc agi de permettre non seulement aux destinataires directs mais plus largement à la communauté de juristes utilisatrice de Zotero de suivre le projet et éventuellement d’y contribuer, a minima en testant le fichier CSL. Une séance de tests et d’échanges avec des doctorants de l’Ecole doctorale de droit de l’université de Bordeaux a d’ailleurs été organisée lorqu’une première version fontionnelle du fichier CSL a pu être finalisée, à la mi-septembre 2019. Cette séance a notamment conduit à la révision certains des paramétrages effectués (par exemple le délimiteur pour les citations multiples en note de bas de page) et à l’intégration de nouveaux types de documents, les articles de presse et de magazine (voir l’issue GitHub pour l’ajout des modèles correspondant à ce type de document).

La démarche de documentation s’entend elle aussi dans cette double dimension interne et externe. D’un point de vue interne, nous souhaitions documenter tous les choix et les discussions qui ont jalonné la production du style. D’un point de vue externe, il convenait de fournir aux utilisateurs les éléments suffisants pour pouvoir utiliser le style de façon optimale. Le fichier CSL implique en effet quelques spécificités dans le paramétrage et l’usage des modules de traitement de texte de Zotero, ainsi que dans la saisie des données dans la bibliothèque Zotero. Si le recours à des champs indirects ou détournés a été limité au maximum, les spécifications du style n’ont pas permis d’en faire l’économie pour certains cas précis, par exemple pour les rôles de préfacier ou de directeur de thèse, qui ne sont pris en charge ni par CSL ni par Zotero.

L’enjeu de la réutilisation, enfin, met en évidence une autre catégorie d’utilisateurs potentiels, les réutilisateurs du fichier CSL ou de la documentation. Si les licences Creative Commons sous laquelle sont publiés le fichier CSL, la documentation et le guide autorisent de fait leur réutilisation, nous avons eu à coeur de la favoriser, en respectant au maximum les bonnes pratiques d’écriture CSL, en commentant le fichier CSL pour en faciliter la compréhension, enfin en publiant la documentation sous un format ouvert.

Les outils : GitHub, ReadtheDocs et groupe Zotero

Le principe d’économie évoqué précédemment s’est traduit dans le nombre et le choix des outils, en évitant de démultiplier les interfaces ou les plateformes utilisés.

GitHub s’est dès le départ imposé comme un outil pivot pour le projet. Disposer d’un historique documenté de toutes les modifications apportées au fichier de code CSL constitue bien sûr un atout majeur. Le dépôt csl_ed_droit_ubx sur GitHub a aussi permis de centraliser et de suivre toutes les discussions grâce aux issues (voir par exemple la discussion sur la mention d’édition), et d’ouvrir ces discussions à des contributions extérieures à l’université de Bordeaux, voire extérieures à la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche français.
La fonctionnalité de wiki de GitHub a aussi été mise à profit, principalement pour la page Contribuer au projet.

Un second dépôt GitHub csl_ed_droit_ub_documentation alimente les fichiers de la documentation du style CSL – Université de Bordeaux – Ecole doctorale de droit hébergée et publiée sur ReadtheDocs. Cette documentation constitue une version augmentée du guide “Citer des références bibliographiques juridiques”.

Elle comporte tout d’abord des indications pour le paramétrage et l’usage de Zotero, ainsi que des notes d’application générales communes à tous les types de document, à partir notamment des “Recommandations particulières” du guide – voir la section “Lisez-moi”.

Pour chaque type de document, elle intègre de plus des notes d’application dans Zotero et pour chaque exemple le lien vers le document correspondant dans la bibliothèque de groupe – voir la section “Modèles de citation des différents types de documents”.
Enfin, elle est versionnable et disponible aux formats html et aux formats pdf. Le langage ReStructuredText a été privilégié à Markdown, notamment en raison de ses possibilités de mise en forme étendues.

Le dernier outil se révèle finalement le premier, celui que nous avons mis en place avant même de travailler sur le fichier CSL, à savoir une bibliothèque de groupe Zotero, accessible librement en lecture depuis la page du groupe Zotero “style_csl_ed_droit_bx”.

Cette bibliothèque rassemble sous la forme de documents Zotero tous les exemples mentionnés dans la première édition du guide, et en comporte de nouveaux créés pour la deuxième édition. Ces nouveaux exemples illustrent d’une part des cas précisés, tels que les chapitres de livre et les articles de mélanges, relevant tous deux du type “contribution à un ouvrage”, et d’autre part des cas ajoutés dans la deuxième édition, tels que les articles de presse et de magazine.

A l’instar des autres outils, la bibliothèque Zotero est utile à la fois en interne et en externe, à la fois pour l’écriture du fichier CSL et pour la bonne appropriation et le bon usage du style par les utilisateurs.

Du point de vue de l’écriture du fichier CSL, on peut ainsi s’assurer aisément de transposer correctement les consignes de mise en forme. Le recours à des exemples préexistants facilite également le dialogue et les échanges avec les auteurs des consignes.

Du point de vue de l’utilisation du style, on dispose de modèles pour enregistrer correctement les documents dans sa bibliothèque, de façon à ce que toutes les informations soient saisies sous la forme et dans le champ appropriés (directeur de thèse, titre abrégé de mélange par exemple).

Ce récapitulatif des outils ne serait pas complet si l’on ne mentionnait pas les logiciels utilisés pour l’écriture du fichier CSL, à savoir l’éditeur CSL Zotero, combiné à un éditeur de texte. Pour davantage de détails, nous vous recommandons le billet consacré à ce sujet sur le blog Zotero francophone.

COLLECTIF, « Quel outil pour éditer des styles CSL? », sur Le blog Zotero francophone [en ligne], publié le 15 janvier 2018, [consulté le 5 juin 2019]. https://zotero.hypotheses.org/758

Perspectives

Si la publication au début de l’année 2019 d’une nouvelle édition du guide “Citer des références bibliographiques juridiques”, du fichier CSL et des ressources associées constituent une forme d’aboutissement, des pistes de prolongement du projet se dessinent également.

Une première perspective concerne l’augmentation de la typologie documentaire prise en charge, par le style et/ou le fichier CSL. Le guide comporte en effet déjà des indications pour la citation des jugements et arrêts et des codes ; l’intégration de ces consignes au fichier CSL sera étudiée. A la suite des articles de presse et de magazine ajoutés dans la deuxième édition, de nouveaux types de document comme les communications orales dans des congrès et les posters pourraient par ailleurs être ajoutés, en fonction des demandes des utilisateurs. Une procédure a été définie pour soumettre ces demandes, elle est accessible depuis le projet sur GitHub : page Contribuer au projet > Demander la prise en compte d’un nouveau type de document.

Une deuxième perspective porte sur l’utilisation de certaines des ressources associées au style (la bibliothèque de groupe notamment) lors de formations documentaires, pour sensibiliser les usagers à la qualité des données bibliographiques de leur bibliothèque Zotero. Cette perspective a notamment été évoquée lors de la formation “Citer des références…” organisée par l’Urfist de Bordeaux en partenariat avec la direction de la documentation de l’université de Bordeaux.

Enfin, une dernière perspective, non des moindres mais plus lointaine car relevant d’autres projets et d’autres acteurs, porte sur la réutilisation du fichier CSL pour la création d’un nouveau style. Il pourrait s’agit d’un style pour le domaine juridique mais répondant à des normes différentes (comme celles de RefLex par exemple), comme d’un style adapté à un domaine disciplinaire différent et répondant à d’autres normes.

Reproductibilité de la recherche : “Vers une recherche reproductible : Faire évoluer ses pratiques” un ouvrage en français pour une recherche plus transparente

Auteurs : Loïc Desquilbet, Boris Hejblum, Arnaud Legrand, Pascal Pernot, Nicolas Rougier

L’ouvrage est en accès libre, téléchargeable aux formats PDF et EPub.

URL pérenne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02144142

5 auteurs issus de disciplines variées ont rédigé un ouvrage en français pour aider chercheurs comme personnels scientifiques à relever les défis de la reproductibilité de la recherche. Dette technique, code informatique abscons, tableurs indomptables, figures impossibles à reproduire (alors même que l’article a été accepté par la revue !), chaos numérique, etc. Les freins à la traçabilité de la recherche sont nombreux et d’ordre aussi bien technique que méthodologique.

Tout au long du livre, les auteurs proposent un panel de solutions dont certaines ne nécessitent aucune compétence technique avancée pour être mises en œuvre. L’ouvrage a pour vocation de s’adresser à un public large.

Mots clés : recherche reproductible ; transparence de la recherche ; science ouverte ; crise de la réplication ; open source ; open data ; data sharing ; réutilisation des données ; standardisation ; book sprint

Les contenus de l’ouvrage

L’objectif de cet ouvrage est de donner les outils pour comprendre les enjeux de la recherche reproductible. Celle-ci vise à donner l’opportunité à tout chercheur de vérifier ou d’obtenir de nouveau les résultats d’un autre chercheur, que ce soit pour établir des comparaisons ou pour s’en inspirer. Notons que cet autre chercheur peut être l’auteur des travaux lui-même : ce qui était clair à un moment donné ne l’est plus quelques semaines plus tard. Notre ambition est d’apporter des solutions avec un niveau de technicité varié, permettant à chacun d’améliorer sa pratique dans son domaine et selon ses moyens.

Le livre se structure en trois grandes parties :

– la première partie traite de la notion même de recherche reproductible selon différentes perspectives. Il s’agit de prendre pour point de départ des expériences “traumatiques” engendrées par des pratiques plus ou moins (moins en fait) propices à une recherche reproductible.

– la deuxième partie explicite les causes et les origines des différents problèmes auxquels chaque chercheur, quel que soit son degré d’expertise dans son domaine, peut être confronté un jour ou l’autre.

– la troisième partie présente enfin une sélection de solutions offertes par la recherche reproductible pour résoudre ou prévenir ces problèmes à l’échelle de chacun.

Desquilbet, Loïc, Sabrina Granger, Boris Hejblum, Arnaud Legrand, Pascal Pernot, et Nicolas P. Rougier. Vers une recherche reproductible : Faire évoluer ses pratiques. Bordeaux : Urfist de Bordeaux, 2019.

Proposer des contenus, poser des questions aux auteurs

En créant une “issue” via GitHub ou en contactant l’Urfist de Bordeaux par mail (urfist/at/u-bordeaux.fr), il est possible de proposer des contenus, de poser des questions aux auteurs, tant sur les contenus que sur la méthode. Vous souhaiteriez proposer une traduction de l’ouvrage? Contactez-nous. https://github.com/rr-france/bookrr

Qu’est-ce qu’un book sprint?

La spécificité de cet ouvrage est d’avoir été rédigé dans le cadre d’un book sprint organisé par l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux (15-19/04/2019) : les auteurs ont rédigé tous les contenus et la table des matières ex nihilo. Pour en savoir + sur le projet

Un book sprint est un mode de rédaction collaboratif, pas seulement collectif. La notion de premier auteur n’existe pas.

Les auteurs

En savoir plus sur les auteurs, découvrir les contributeurs

L’identité numérique du chercheur : quel accompagnement ?

Suite à des demandes régulières d’intervention ces dernières années autour de l’identité numérique pour des doctorants et des enseignants-chercheurs, l’URFIST de Paris a récemment proposé une formation de formateurs dédiée à cette question. Cette formation sous forme d’ateliers était l’occasion de répondre au besoin d’accompagnement et d’échanges ressenti par un certain nombre de professionnels de l’IST (bibliothécaires, documentalistes, etc.) autour d’une préoccupation de plus en plus centrale pour le chercheur et son institution. Dans la continuité de cette formation, ce billet souhaite proposer des repères, des exemples, des retours d’expérience et des pistes d’action possibles pour accompagner au mieux les chercheurs.

Un grand merci à tous les participants de ces deux ateliers pour leur travail et leurs échanges !

Plan
Besoins et attentes des chercheurs
Positionnement des professionnels de l’IST
Retour sur l’atelier Formation de formateurs
Quels scénarios d’accompagnement pour quels buts ?
Former à l’identité numérique : points de vigilance
Conclusion

Cet article est également disponible en format PDF sur le site de l’URFIST de Paris.

Continuer la lecture

« Nous n’avons pas d’autre choix » : les éditeurs, ResearchGate et les guerres du copyright

Nous avions laissé éditeurs et ResearchGate fin septembre en position d’observateurs, chaque camp campant sur ses positions. Rappelons en effet que le 15 septembre 2017, l’association d’éditeurs STM envoyait, via son cabinet d’avocats, une proposition à ResearchGate afin de rendre le réseau « plus compatible avec les droits d’usage et d’accès pour partager des articles », et lui laissait jusqu’au 22 septembre pour trouver un accord – courrier resté sans suite du côté du réseau social. Les choses se sont emballées courant octobre, et les rebondissements sont suffisamment importants pour que Nature et Science couvrent le sujet. D’offensives en contre-offensives, les lignes bougent sans pour autant clarifier les positions de toutes les parties prenantes…

Continuer la lecture

Robin des bois ou rogue open access ? Les réseaux sociaux académiques en 2017

L’offensive des éditeurs contre les réseaux sociaux académiques est lancée ! Elle aura mis du temps, mais la voilà. Alors qu’Academia et ResearchGate semblaient, faute de réaction jusque-là, en position de force, la puissante association STM, qui regroupe notamment Elsevier, Springer Nature, Taylor & Francis ou encore Wiley, vient en effet d’envoyer à ResearchGate le 15 septembre 2017 un courrier pointant directement du doigt ce qu’elle considère comme les lacunes et les abus du réseau. Mais parce qu’il n’y a pas que les éditeurs qui sont concernés, voici une synthèse 2017 pour comprendre les forces en présence d’une guerre du partage plus totalement larvée désormais.

Éditions précédentes : « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014), « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015) et « #DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016 » (2016).

Plan
« Couteaux suisses de la communication académique » ou « clubs Diogène »
Le partage à l’aune de la « fatigue juridique » des chercheurs
« Qui ne tire pas profit sur le dos des chercheurs » ?
Quelle place pour les initiatives open access ?
Des opportunités pour la réputation et les métriques ?
Le « Be visible or vanish » des professionnels de l’IST

  Continuer la lecture

#DeleteAcademicSocialNetworks ? Les réseaux sociaux académiques en 2016

Affaire #DeleteAcademiaEdu, articles “Do academic social networks share academics’ interests ? (Times higher education du 07/04/2016) ou encore “The ResearchGate Score : a good example of a bad metric” (LSE blog du 09/12/2015)… Un peu perdus parmi tous ces articles, billets de blog et prises de positions dont les réseaux sociaux académiques ont fait l’objet ces derniers mois ? Petite synthèse 2016, après les billets « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques » (2014) et « Où en est-on des réseaux sociaux académiques ? » (2015), pour comprendre les débats qui ont fait la une récemment et s’interroger sur la place actuelle des réseaux sociaux au sein d’un écosystème scientifique en mouvement.

Continuer la lecture

Partage des données de la recherche : quels impacts ? Modèles scientifiques, évaluation, services, compétences… (JNE des URFIST, 29 septembre 2016)

Les URFIST (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) organisent régulièrement depuis 2002 une « journée nationale d’étude » (JNE). En 2014, le thème d’étude retenu concernait les différentes formes de publication de la recherche et les modes de légitimation ou d’évaluation associés.
L’objectif de l’édition 2016, qui se tiendra à Paris, s’inscrit dans la continuité de la précédente : les données de la recherche (DR) constituent en effet une modalité relativement nouvelle de la publication des travaux, mais également de publicisation des données qui en sont le fondement. Ces data sous-jacentes sont aussi concernées par le phénomène de l’Open Access dans la mesure où leurs conditions d’accessibilité et de réutilisation, permettent à la connaissance d’avancer, et à l’innovation d’émerger.
Nombreuses sont déjà les contributions qui ont souligné leur masse pléthorique, leur hétérogénéité constitutive, les méthodes d’extraction et de sélection dont elles sont l’objet, ou encore les gains de temps et de moyens que peut procurer leur réutilisation, à des fins de recherche, dans le cadre de nouveaux axes de travail ou de nouveaux projets. Il s’agira ici d’examiner plusieurs catégories de thématiques associées à cette mutation profonde des pratiques informationnelles de recherche. De fait, ce nouveau facteur de production scientifique peut exercer sur les modalités d’investigation et leur impact sociétal une influence dont la portée n’est pas anodine, à la fois en termes de déontologie, d’épistémologie et d’évaluation de la recherche.
Un premier volet de la réflexion aura pour tâche de définir, circonscrire et contextualiser le concept de Données. On examinera en introduction le paysage (inter)national actuel des DR en identifiant leurs acteurs et leur périmètre. Puis on abordera les questionnements épistémologiques soulevés par leur importance croissantes, en tant qu’éléments constitutifs, distincts et identifiés comme tels de la recherche. La dimension importante du cadre juridique de leur potentielle confidentialité et les implications éthiques de la réutilisation des DR dans certains domaines, seront explicitées.
Un second volet fera état des modalités pratiques, tant de la production que de l’exploitation des données : des réalisations européennes seront présentées (en cours notamment au Pays-Bas) suivies d’autres retours d’expérience. Certains contextes très spécifiques, comme celui des thèses, qui constituent un vivier de données trop souvent méconnu, méritent de ce fait même une attention toute particulière. Enfin, on mettra l’accent sur le dialogue entre chercheurs et professionnels de l’information. Ceux-ci sont en effet à même de proposer des services, tant au sein des organismes de recherche et des laboratoires que dans le cadre des bibliothèques ou d’institutions nationales ayant en charge l’Information Scientifique et Technique (IST). La formation dans ce domaine et les « services d’accompagnement des chercheurs » représentent un dispositif stratégique essentiel.
Nous conclurons cette journée par une approche pragmatique, en évoquant une étape désormais quasi indispensable au montage d’un projet de recherche d’envergure internationale : le Data Management Plan (DMP), ou « plan de gestion des données » (PGD), qui porte au premier plan la nécessité d’une réflexion approfondie sur les tenants et aboutissants de ce nouveau paradigme, réflexion à laquelle cette 6e Journée nationale d’étude du Réseau des URFIST voudrait contribuer utilement.

La JNE se déroulera dans l’amphi Abbé Grégoire du CNAM (Conservatoire national des arts et métiers), 292 rue Saint-Martin, 75003 PARIS, accès 10 et 16. Métro Réaumur-Sébastopol

Programme :

9h00-9h30 : Café d’accueil

9h30-10h00 : Ouverture et présentation de la journée

  • 10h00-10h40 : Francis André (DIST, CNRS) : « Le paysage des Données de Recherche. Définition, périmètre, acteurs, politique des DR en Europe et en France »
  • 10h40-11h20 : Dominique Boullier (EPFL) : « Big Data, une autre époque de quantification, un défi pour les sciences sociales »
  • 11h20-12h30 : Table ronde sur les enjeux éthiques et sociétaux liés aux données de la recherche, avec :
  • Serge Abiteboul (Collège de France)
  • Danièle Bourcier (CNRS COMETS)
  • Dominique Cardon (EHESS)
  • Christine Gaspin (MIAT, INRA)
  • Christian Hervé Directeur du Laboratoire d’Éthique Médicale et de Médecine Légale (Faculté de Médecine de Paris)

12h30-14h00 : Pause méridienne

  • 14h00-14h40 : Peter Doorn  (Directeur du DANS Data Archiving and Networked Services – La Haye)  « L’archivage et la gestion des entrepôts de Données aux Pays-Bas »
  • 14h40-15h20 : Joachim Schöpfel (Université de Lille 3 – ANRT) et Isabelle Westeel (SCD Lille 3 SHS) : « Les données de la recherche dans les thèses de doctorat »
  • 15h20-16h45 : Table ronde sur les services, les compétences et les formations, animée par Paolo Lai (INIST), avec :
  • Martina Knoop Institut national de Physique CNRS, chargée des relations avec les chercheurs pour l’IST
  • Émeline Juillard, documentaliste beQuali, Centre de Données Socio-Politiques (Sciences Po – CNRS)
  • Stéphane Pouyllau, ingénieur HumaNum
  • Aurore Cartier, Service Commun de la Documentation, Université Paris Descartes

16h45-17h00 : Clôture de la Journée d’étude

Pour plus d’informations rendez-vous sur : https://urfistjne2016.wordpress.com/

Contact : urfistjne – at – gmail.com et @Urfistjne

Inscription gratuite, mais obligatoire, sur Sygefor

DoRANum BSN: des ressources de formation et d’auto-formation sur les données de la recherche

Le réseau des Urfist est engagé dans un nouveau chantier avec l’Inist-CNRS sous l’égide de la Bibliothèque Scientifique Numérique. Ci-dessous la présentation du projet qui est ouvert aux partenariats.

Le projet DoRANum (Données de la Recherche: Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage) a pour objectif de mettre en place un dispositif de formation à distance d’accès coordonné, intégrant différentes ressources d’auto-formation sur la thématique de la gestion et du partage des données de la recherche. Existantes ou créées dans le cadre du projet, ces ressources proposeront plusieurs parcours et modes d’apprentissage. La diversité des ressources et la complémentarité des modes et parcours devraient permettre de répondre aux attentes et usages des publics visés: chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels de l’information des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Le projet, soutenu financièrement par le Ministère, fait partie des actions de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN). Il associe principalement le réseau des Urfist (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) et l’Inist-CNRS ainsi que des membres du segment 9 (“Formation, compétences et usages”) et 10 (“Données de la recherche”) de la BSN et des représentants de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le groupe projet est composé de membres des services Formations et Valorisation des données de la recherche de l’Inist-CNRS et de l’Urfist de Nice, référent pour le réseau des Urfist dans ce projet. Deux ingénieurs pédagogiques sont recrutés spécifiquement pour le projet et sont basés respectivement sur le site de l’Inist à Nancy et à l’Urfist de Nice (rattachée et soutenue par l’Université de Nice Sophia-Antipolis).

Méthode

L’objectif global du projet, à savoir l’adoption des bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche par la communauté scientifique, se déclinera selon des actions ciblées et pourvues d’un agenda de réalisations.

Les thématiques prioritaires de formation seront identifiées à partir des problématiques élaborées par BSN10. Elles seront déclinées selon les publics (métiers et appartenances disciplinaires) et les modalités seront accordées à ces différents types de publics selon une vision globale. En particulier les professionnels de l’information seront amenés à être des relais de formation et l’un des résultats du projet sera de leur offrir une boîte à outils “formateur” comprenant des scénarios de formation adaptables en fonction de leur situation locale.

Le projet inclura des distanciels de différents types: tutoriels multimédias, classes virtuelles, webinaires, etc. afin de proposer des parcours diversifiés aux apprenants. Il prendra en compte dans la définition de ses actions aussi bien les sites d’information existants ou en cours d’élaboration que des formations en présentiel, en particulier celles réalisées par des partenaires. Ainsi par exemple le réseau des Urfist ou d’autres partenaires pourront programmer des formations en liaison avec les réalisations du projet.

Actions prioritaires

Le projet se déploie sur deux ans (2016 et 2017).

Les actions prioritaires pour la 1ère phase du chantier:

    • recensement des ressources informationnelles et pédagogiques existantes
    • actions visant à enrichir l’offre de formations en terme de contenus et de thématiques ; 3 thèmes prioritaires sont retenus pour cette 1ère phase:
      • Aide au dépôt des données : choix de l’entrepôt, métadonnées, licences, identifiants…
      • Enjeux et bénéfices de la gestion et du partage des données de la recherche
      • Données de la recherche : aspects juridiques et éthiques
    • actions visant à enrichir l’offre de formation en terme de formats et de modalités:
      • dissémination des classes Webex via le réseau des Urfist
      • expérimentations de productions à la volée à l’occasion de présentiels (formations, événements scientifiques, interviews)

Gouvernance et partenariats

Le Comité de Pilotage réunit les instances directement impliqués (CNRS (Dist et Inist), réseau des Urfist, BSN9 et BSN10).

Le groupe de travail réunit, outre les ingénieurs en charge du projet, des experts et des partenaires.

En particulier, trois types de partenariats sont envisagés:

1/ Les partenaires désireux de produire des distanciels sur la gestion et le partage des données de la recherche en liaison avec notre projet. Un partenariat actif permettrait d’organiser des complémentarités, de partager les compétences et d’éviter les redondances.

2/ Les partenaires qui réalisent ou prévoient de réaliser des formations en présentiel sur la gestion et le partage des données de la recherche. Le partenariat pourrait reposer sur un échange où le partenaire apporterait son contenu et l’équipe du projet développerait des distanciels liés à la formation du partenaire, utilisables par celui-ci.

3/ Les partenaires-relais et béta-testeurs qui seraient volontaires pour tester et diffuser les distanciels produits par le projet, éventuellement en les articulant avec des actions en présentiel.

Contacts pour les partenariats: Paolo Lai (Inist-CNRS), Michel Roland (Urfist, BSN9), Joanna Janik (Dist-CNRS, BSN9)

(logo non officiel. © F. & C. Garelli)

Où en est-on des réseaux sociaux académiques ?

Alors que l’utilisation des réseaux sociaux de chercheurs est toujours croissante, que les éditeurs s’y intéressent de plus en plus près et que les formations se développent, il nous semblait intéressant de refaire un point sur la question, un peu plus d’un an après un premier article « Pour une utilisation critique des réseaux sociaux académiques ». Où l’on parlera de réseaux sociaux académiques bien sûr, mais aussi de pratiques d’information des chercheurs, de publication scientifique et de repositionnement des éditeurs, d’archives ouvertes ou encore des professionnels de l’information…

Continuer la lecture

SYGEFOR 3 est ouvert !

SYGEFOR 3, la plateforme nationale des formations du Réseau des URFIST (décrite dans ce précédent billet), est désormais visible à l’adresse : https://sygefor.reseau-urfist.fr/. Elle est accessible à partir de tout navigateur récent et sur les smartphones.

Nous tenons d’abord à remercier la société Conjecto pour la délicate opération d’importation de toutes les données des sept anciennes plateformes de SYGEFOR et pour avoir mené à bien ce projet complexe.
Désormais, tous les “événements” (i.e. les stages, les rencontres scientifiques, les formations doctorales, etc.) du Réseau, à venir et archivés, sont visibles (sous l’onglet “Formations du réseau”) et l’on peut y faire toutes sortes de recherches et de filtrages.

Comment s’authentifier sur la plateforme ?

Pour les personnes qui avaient déjà un compte SYGEFOR, sur l’une des sept plateformes locales, il y a deux cas de figures, selon la possession ou non d’un compte universitaire (de type ENT, SESAME…).

1/ Si vous avez un compte universitaire :
Vous cliquerez sur “Se connecter avec son compte universitaire“. Pour votre première connexion, l’une ou l’autre des deux situations suivantes peut se présenter :
si l’adresse électronique de votre compte universitaire est la même que celle de votre ancien compte SYGEFOR, vous retrouverez immédiatement toutes vos données personnelles (profil, formations suivies, en cours…) ;
en cas d’adresses électroniques différentes, la connexion avec votre identifiant universitaire va vous créer un nouveau compte. Dans ce cas, il faudra contacter rapidement votre URFIST pour qu’elle fusionne vos anciennes données sur votre nouveau compte.

Par la suite, vous n’utiliserez plus que vos identifiants universitaires.
Si jamais l’authentification avec votre compte universitaire ne fonctionnait pas (pour une raison ou pour une autre), utilisez la procédure décrite au point 2.

2/ Si vous n’avez pas de compte universitaire :
Vous cliquerez sur “J’ai un compte SYGEFOR” :
– comme identifiant, vous indiquerez l’adresse électronique que vous aviez utilisée sur votre ancien compte SYGEFOR ;
– vous serez obligé(e) de demander un nouveau mot de passe, en cliquant sur “J’ai oublié mon mot de passe !”. Vous recevrez un mel vous permettant de finaliser la réinitialisation. Ensuite, vous retrouverez votre profil, vos formations en cours et archivées…

Pour toutes celles et ceux qui avaient déjà un compte Sygefor, nous vous demandons, à l’occasion de cette nouvelle connexion sur la plateforme, de bien vouloir vérifier, compléter ou mettre à jour vos données personnelles et professionnelles.

3/ Si vous n’avez pas de compte SYGEFOR et si vous voulez en créer un pour pouvoir s’inscrire à nos formations :

si vous avez un compte universitaire, cliquez sur “Se connecter avec son compte universitaire” : vous devez récupérer automatiquement quelques informations personnelles issues de votre établissement, qu’il vous faudra vérifier et compléter ;

si vous n’avez pas de compte universitaire, cliquez sur “Je n’ai pas encore de compte”.

Enfin, à l’attention de tous (ayant ou non un compte SYGEFOR), n’hésitez pas à consulter la FAQ, qui répondra à la plupart de vos questions sur nos formations et les procédures d’inscription.

Qui contacter en cas de problème ?

– pour toute question d’ordre personnel (problème pour l’authentification, l’inscription, problème d’oubli des codes d’accès, etc.,), il faut contacter votre URFIST dite “de rattachement”, c.a.d. l’URFIST dont vous dépendez.

– si vous repérez un bug, ou pour toute question technique, contactez le support technique en envoyant un courriel à support@reseau-urfist.fr ;

– pour poser une question d’ordre général, faire une suggestion ou une remarque critique sur l’ensemble de la plateforme, vous pouvez écrire à l’Association du Réseau des URFIST : aru@reseau-urfist.fr.

L’ouverture d’un nouveau logiciel comporte toujours quelques risques : malgré notre vigilance et tous nos efforts, il peut rester de petits problèmes, des bugs résiduels, des procédures peu explicites… Nous demandons donc par avance votre indulgence et nous comptons sur vous pour nous signaler tout problème rencontré.
Et dans tous les cas, vos impressions et vos remarques, positives comme négatives, sont les bienvenues. Votre point de vue d’utilisateur de cette plateforme, conçue pour vos besoins, sera précieux pour tous les acteurs du projet !

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter