Archives de catégorie : Ressources pédagogiques

Créer un style pour Zotero correspondant à une norme bibliographique juridique : retour d’expérience bordelais. Billet invité

Ce billet a été rédigé par Frédérique Flamerie de Lachapelle, conservatrice des bibliothèques à la direction de la documentation de l’Université de Bordeaux et membre de la rédaction du blog Zotero francophone.

Sur le projet, voir aussi : Gravier, Pierre. 2019. ‘Un style (Zotero) pour la recherche en droit : Retours sur une co-construction efficace’. Arabesques, no. 95: 16–17.

Escalator et escaliers à Lisbonne

Auteur : Daniel Kulinski – CC BY-NC-SA https://www.flickr.com/photos/didmyself/32714095277

Ce billet détaille les choix de méthode et d’outils effectués pour produire le fichier CSL Université de Bordeaux – Ecole doctorale de droit (French) dans le cadre du projet Citer des références juridiques de l’Urfist de Bordeaux, en partenariat avec la direction de la documentation de l’université de Bordeaux.

Il se focalise sur la démarche de transposition en un fichier CSL du style bibliographique formalisé dans le guide Citer des références bibliographiques juridiques, pour une utilisation du style intégrée à Zotero. Nous n’abordons pas la première phase du projet, ayant conduit à la publication de la première édition du guide ; nous vous invitons à consulter la page du projet sur le site de l’Urfist de Bordeaux pour plus de détails à ce sujet. Le point de départ demeure donc un point intermédiaire à l’échelle du projet dans son ensemble. Au-delà du point d’arrivée que constitue la publication du style et du matériel associé, nous proposerons en conclusion quelques perspectives de prolongement.

Sans reprendre l’ensemble des propos liminaires à la deuxième édition du guide, soulignons que cette phase du projet avait pour objectif de traduire les consignes de la première édition en instructions applicables par un logiciel. Il ne s’agissait pas d’écrire un nouveau guide, ni même de remettre en cause les choix méthodologiques de la première édition au profit de simplifications que des considérations techniques auraient rendu nécessaires. C’est donc au contraire un principe d’économie qui a guidé la démarche générale. Dans cette perspective, si certaines règles définies dans la première édition du guide ont été explicitées ou modifiées pour rendre possible l’automatisation par Zotero, les changements ont été minimes et limités à des ajustements nécessaires.

Collaboration, documentation et réutilisation

La méthode et les outils choisis ont répondu à un triple enjeu de collaboration, de documentation et de réutilisabilité des contenus produits.

La collaboration s’entend tout d’abord entre les acteurs du projet, aux profils complémentaires. L’éditeur du guide, maîtrisant parfaitement les normes bibliographiques du droit, a ainsi été sollicité à plusieurs reprises pour valider des propositions d’évolution rendues nécessaires par le langage CSL, ou dont l’impact était estimé mineur en regard du gain pour l’écriture du style CSL. En l’absence de connaissance des pratiques de la citation juridique, il aurait en effet été difficile de savoir sur quel élément de consigne il était possible de transiger ou non.

La collaboration, ensuite, s’entend également entre les acteurs du projet et les utilisateurs finaux, en premier lieu et avant tout les utilisateurs locaux pour lesquels le projet a été conçu, l’Ecole doctorale de droit de l’université de Bordeaux. La première édition du guide a suscité des retours formels ou informels au-delà de son public cible initial, de la part d’un public plus large, universitaire ou non, concerné par la citation de références juridiques. Il s’est donc agi de permettre non seulement aux destinataires directs mais plus largement à la communauté de juristes utilisatrice de Zotero de suivre le projet et éventuellement d’y contribuer, a minima en testant le fichier CSL. Une séance de tests et d’échanges avec des doctorants de l’Ecole doctorale de droit de l’université de Bordeaux a d’ailleurs été organisée lorqu’une première version fontionnelle du fichier CSL a pu être finalisée, à la mi-septembre 2019. Cette séance a notamment conduit à la révision certains des paramétrages effectués (par exemple le délimiteur pour les citations multiples en note de bas de page) et à l’intégration de nouveaux types de documents, les articles de presse et de magazine (voir l’issue GitHub pour l’ajout des modèles correspondant à ce type de document).

La démarche de documentation s’entend elle aussi dans cette double dimension interne et externe. D’un point de vue interne, nous souhaitions documenter tous les choix et les discussions qui ont jalonné la production du style. D’un point de vue externe, il convenait de fournir aux utilisateurs les éléments suffisants pour pouvoir utiliser le style de façon optimale. Le fichier CSL implique en effet quelques spécificités dans le paramétrage et l’usage des modules de traitement de texte de Zotero, ainsi que dans la saisie des données dans la bibliothèque Zotero. Si le recours à des champs indirects ou détournés a été limité au maximum, les spécifications du style n’ont pas permis d’en faire l’économie pour certains cas précis, par exemple pour les rôles de préfacier ou de directeur de thèse, qui ne sont pris en charge ni par CSL ni par Zotero.

L’enjeu de la réutilisation, enfin, met en évidence une autre catégorie d’utilisateurs potentiels, les réutilisateurs du fichier CSL ou de la documentation. Si les licences Creative Commons sous laquelle sont publiés le fichier CSL, la documentation et le guide autorisent de fait leur réutilisation, nous avons eu à coeur de la favoriser, en respectant au maximum les bonnes pratiques d’écriture CSL, en commentant le fichier CSL pour en faciliter la compréhension, enfin en publiant la documentation sous un format ouvert.

Les outils : GitHub, ReadtheDocs et groupe Zotero

Le principe d’économie évoqué précédemment s’est traduit dans le nombre et le choix des outils, en évitant de démultiplier les interfaces ou les plateformes utilisés.

GitHub s’est dès le départ imposé comme un outil pivot pour le projet. Disposer d’un historique documenté de toutes les modifications apportées au fichier de code CSL constitue bien sûr un atout majeur. Le dépôt csl_ed_droit_ubx sur GitHub a aussi permis de centraliser et de suivre toutes les discussions grâce aux issues (voir par exemple la discussion sur la mention d’édition), et d’ouvrir ces discussions à des contributions extérieures à l’université de Bordeaux, voire extérieures à la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche français.
La fonctionnalité de wiki de GitHub a aussi été mise à profit, principalement pour la page Contribuer au projet.

Un second dépôt GitHub csl_ed_droit_ub_documentation alimente les fichiers de la documentation du style CSL – Université de Bordeaux – Ecole doctorale de droit hébergée et publiée sur ReadtheDocs. Cette documentation constitue une version augmentée du guide “Citer des références bibliographiques juridiques”.

Elle comporte tout d’abord des indications pour le paramétrage et l’usage de Zotero, ainsi que des notes d’application générales communes à tous les types de document, à partir notamment des “Recommandations particulières” du guide – voir la section “Lisez-moi”.

Pour chaque type de document, elle intègre de plus des notes d’application dans Zotero et pour chaque exemple le lien vers le document correspondant dans la bibliothèque de groupe – voir la section “Modèles de citation des différents types de documents”.
Enfin, elle est versionnable et disponible aux formats html et aux formats pdf. Le langage ReStructuredText a été privilégié à Markdown, notamment en raison de ses possibilités de mise en forme étendues.

Le dernier outil se révèle finalement le premier, celui que nous avons mis en place avant même de travailler sur le fichier CSL, à savoir une bibliothèque de groupe Zotero, accessible librement en lecture depuis la page du groupe Zotero “style_csl_ed_droit_bx”.

Cette bibliothèque rassemble sous la forme de documents Zotero tous les exemples mentionnés dans la première édition du guide, et en comporte de nouveaux créés pour la deuxième édition. Ces nouveaux exemples illustrent d’une part des cas précisés, tels que les chapitres de livre et les articles de mélanges, relevant tous deux du type “contribution à un ouvrage”, et d’autre part des cas ajoutés dans la deuxième édition, tels que les articles de presse et de magazine.

A l’instar des autres outils, la bibliothèque Zotero est utile à la fois en interne et en externe, à la fois pour l’écriture du fichier CSL et pour la bonne appropriation et le bon usage du style par les utilisateurs.

Du point de vue de l’écriture du fichier CSL, on peut ainsi s’assurer aisément de transposer correctement les consignes de mise en forme. Le recours à des exemples préexistants facilite également le dialogue et les échanges avec les auteurs des consignes.

Du point de vue de l’utilisation du style, on dispose de modèles pour enregistrer correctement les documents dans sa bibliothèque, de façon à ce que toutes les informations soient saisies sous la forme et dans le champ appropriés (directeur de thèse, titre abrégé de mélange par exemple).

Ce récapitulatif des outils ne serait pas complet si l’on ne mentionnait pas les logiciels utilisés pour l’écriture du fichier CSL, à savoir l’éditeur CSL Zotero, combiné à un éditeur de texte. Pour davantage de détails, nous vous recommandons le billet consacré à ce sujet sur le blog Zotero francophone.

COLLECTIF, « Quel outil pour éditer des styles CSL? », sur Le blog Zotero francophone [en ligne], publié le 15 janvier 2018, [consulté le 5 juin 2019]. https://zotero.hypotheses.org/758

Perspectives

Si la publication au début de l’année 2019 d’une nouvelle édition du guide “Citer des références bibliographiques juridiques”, du fichier CSL et des ressources associées constituent une forme d’aboutissement, des pistes de prolongement du projet se dessinent également.

Une première perspective concerne l’augmentation de la typologie documentaire prise en charge, par le style et/ou le fichier CSL. Le guide comporte en effet déjà des indications pour la citation des jugements et arrêts et des codes ; l’intégration de ces consignes au fichier CSL sera étudiée. A la suite des articles de presse et de magazine ajoutés dans la deuxième édition, de nouveaux types de document comme les communications orales dans des congrès et les posters pourraient par ailleurs être ajoutés, en fonction des demandes des utilisateurs. Une procédure a été définie pour soumettre ces demandes, elle est accessible depuis le projet sur GitHub : page Contribuer au projet > Demander la prise en compte d’un nouveau type de document.

Une deuxième perspective porte sur l’utilisation de certaines des ressources associées au style (la bibliothèque de groupe notamment) lors de formations documentaires, pour sensibiliser les usagers à la qualité des données bibliographiques de leur bibliothèque Zotero. Cette perspective a notamment été évoquée lors de la formation “Citer des références…” organisée par l’Urfist de Bordeaux en partenariat avec la direction de la documentation de l’université de Bordeaux.

Enfin, une dernière perspective, non des moindres mais plus lointaine car relevant d’autres projets et d’autres acteurs, porte sur la réutilisation du fichier CSL pour la création d’un nouveau style. Il pourrait s’agit d’un style pour le domaine juridique mais répondant à des normes différentes (comme celles de RefLex par exemple), comme d’un style adapté à un domaine disciplinaire différent et répondant à d’autres normes.

Reproductibilité de la recherche : “Vers une recherche reproductible : Faire évoluer ses pratiques” un ouvrage en français pour une recherche plus transparente

Auteurs : Loïc Desquilbet, Boris Hejblum, Arnaud Legrand, Pascal Pernot, Nicolas Rougier

L’ouvrage est en accès libre, téléchargeable aux formats PDF et EPub.

URL pérenne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02144142

5 auteurs issus de disciplines variées ont rédigé un ouvrage en français pour aider chercheurs comme personnels scientifiques à relever les défis de la reproductibilité de la recherche. Dette technique, code informatique abscons, tableurs indomptables, figures impossibles à reproduire (alors même que l’article a été accepté par la revue !), chaos numérique, etc. Les freins à la traçabilité de la recherche sont nombreux et d’ordre aussi bien technique que méthodologique.

Tout au long du livre, les auteurs proposent un panel de solutions dont certaines ne nécessitent aucune compétence technique avancée pour être mises en œuvre. L’ouvrage a pour vocation de s’adresser à un public large.

Mots clés : recherche reproductible ; transparence de la recherche ; science ouverte ; crise de la réplication ; open source ; open data ; data sharing ; réutilisation des données ; standardisation ; book sprint

Les contenus de l’ouvrage

L’objectif de cet ouvrage est de donner les outils pour comprendre les enjeux de la recherche reproductible. Celle-ci vise à donner l’opportunité à tout chercheur de vérifier ou d’obtenir de nouveau les résultats d’un autre chercheur, que ce soit pour établir des comparaisons ou pour s’en inspirer. Notons que cet autre chercheur peut être l’auteur des travaux lui-même : ce qui était clair à un moment donné ne l’est plus quelques semaines plus tard. Notre ambition est d’apporter des solutions avec un niveau de technicité varié, permettant à chacun d’améliorer sa pratique dans son domaine et selon ses moyens.

Le livre se structure en trois grandes parties :

– la première partie traite de la notion même de recherche reproductible selon différentes perspectives. Il s’agit de prendre pour point de départ des expériences “traumatiques” engendrées par des pratiques plus ou moins (moins en fait) propices à une recherche reproductible.

– la deuxième partie explicite les causes et les origines des différents problèmes auxquels chaque chercheur, quel que soit son degré d’expertise dans son domaine, peut être confronté un jour ou l’autre.

– la troisième partie présente enfin une sélection de solutions offertes par la recherche reproductible pour résoudre ou prévenir ces problèmes à l’échelle de chacun.

Desquilbet, Loïc, Sabrina Granger, Boris Hejblum, Arnaud Legrand, Pascal Pernot, et Nicolas P. Rougier. Vers une recherche reproductible : Faire évoluer ses pratiques. Bordeaux : Urfist de Bordeaux, 2019.

Proposer des contenus, poser des questions aux auteurs

En créant une “issue” via GitHub ou en contactant l’Urfist de Bordeaux par mail (urfist/at/u-bordeaux.fr), il est possible de proposer des contenus, de poser des questions aux auteurs, tant sur les contenus que sur la méthode. Vous souhaiteriez proposer une traduction de l’ouvrage? Contactez-nous. https://github.com/rr-france/bookrr

Qu’est-ce qu’un book sprint?

La spécificité de cet ouvrage est d’avoir été rédigé dans le cadre d’un book sprint organisé par l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux (15-19/04/2019) : les auteurs ont rédigé tous les contenus et la table des matières ex nihilo. Pour en savoir + sur le projet

Un book sprint est un mode de rédaction collaboratif, pas seulement collectif. La notion de premier auteur n’existe pas.

Les auteurs

En savoir plus sur les auteurs, découvrir les contributeurs

Tutoriel URFIST sur les Brevets d’invention

L’URFIST de Paris met en ligne un Tutoriel sur les Brevets d’invention, avec le soutien de la COMUE PSL (Paris Sciences & Lettres) et de l’École nationale des chartes. Vous le découvrirez sous :

http://urfist.enc-sorbonne.fr/les-brevets-d-invention/

Il est libre d’accès, d’usage et de diffusion.

Il est destiné aux étudiants avancés des filières scientifiques et techniques mais aussi aux chercheurs impliqués dans l’innovation. Les professionnels de l’information-documentation, en milieu universitaire et dans les écoles d’ingénieurs, sont également concernés pour l’accompagnement des publics visés par ce tutoriel, dans le contexte de formations spécifiques.

Ce tutoriel analyse les principes juridiques fondamentaux, explore la base de données Espacenet et se conclut par des QCM. Il est étayé par des interventions d’experts en propriété industrielle et de chercheurs sur le terrain.

Il peut se prêter à des prolongements en présentiel ou distanciel, constituer un socle préparatoire à des formations plus poussées, illustrées notamment par des études de cas.

Référence de l’opération : PSL-ENC ANR 10-IDEX-0001-02

Auteurs : Manuel Durand-Barthez (contenu) ; Corinne Habarou (webmestre) ; Marion d’Hauteville (ingénieure pédagogique)

Matériel complémentaire :

Flyer : http://www.enc-sorbonne.fr/sites/default/files/atoms/files/flyer-brevet.pdf

Teaser vidéo : https://youtu.be/RixyChGJUbM

Manuel Durand-Barthez

Membre de l'URFIST de Paris. Formation SHS, professionnellement plutôt tourné vers les STM.

More Posts - Website

DoRANum BSN: des ressources de formation et d’auto-formation sur les données de la recherche

Le réseau des Urfist est engagé dans un nouveau chantier avec l’Inist-CNRS sous l’égide de la Bibliothèque Scientifique Numérique. Ci-dessous la présentation du projet qui est ouvert aux partenariats.

Le projet DoRANum (Données de la Recherche: Apprentissage NUMérique à la gestion et au partage) a pour objectif de mettre en place un dispositif de formation à distance d’accès coordonné, intégrant différentes ressources d’auto-formation sur la thématique de la gestion et du partage des données de la recherche. Existantes ou créées dans le cadre du projet, ces ressources proposeront plusieurs parcours et modes d’apprentissage. La diversité des ressources et la complémentarité des modes et parcours devraient permettre de répondre aux attentes et usages des publics visés: chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants et professionnels de l’information des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Le projet, soutenu financièrement par le Ministère, fait partie des actions de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN). Il associe principalement le réseau des Urfist (Unités Régionales de Formation à l’Information Scientifique et Technique) et l’Inist-CNRS ainsi que des membres du segment 9 (“Formation, compétences et usages”) et 10 (“Données de la recherche”) de la BSN et des représentants de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Le groupe projet est composé de membres des services Formations et Valorisation des données de la recherche de l’Inist-CNRS et de l’Urfist de Nice, référent pour le réseau des Urfist dans ce projet. Deux ingénieurs pédagogiques sont recrutés spécifiquement pour le projet et sont basés respectivement sur le site de l’Inist à Nancy et à l’Urfist de Nice (rattachée et soutenue par l’Université de Nice Sophia-Antipolis).

Méthode

L’objectif global du projet, à savoir l’adoption des bonnes pratiques de gestion et de partage des données de la recherche par la communauté scientifique, se déclinera selon des actions ciblées et pourvues d’un agenda de réalisations.

Les thématiques prioritaires de formation seront identifiées à partir des problématiques élaborées par BSN10. Elles seront déclinées selon les publics (métiers et appartenances disciplinaires) et les modalités seront accordées à ces différents types de publics selon une vision globale. En particulier les professionnels de l’information seront amenés à être des relais de formation et l’un des résultats du projet sera de leur offrir une boîte à outils “formateur” comprenant des scénarios de formation adaptables en fonction de leur situation locale.

Le projet inclura des distanciels de différents types: tutoriels multimédias, classes virtuelles, webinaires, etc. afin de proposer des parcours diversifiés aux apprenants. Il prendra en compte dans la définition de ses actions aussi bien les sites d’information existants ou en cours d’élaboration que des formations en présentiel, en particulier celles réalisées par des partenaires. Ainsi par exemple le réseau des Urfist ou d’autres partenaires pourront programmer des formations en liaison avec les réalisations du projet.

Actions prioritaires

Le projet se déploie sur deux ans (2016 et 2017).

Les actions prioritaires pour la 1ère phase du chantier:

    • recensement des ressources informationnelles et pédagogiques existantes
    • actions visant à enrichir l’offre de formations en terme de contenus et de thématiques ; 3 thèmes prioritaires sont retenus pour cette 1ère phase:
      • Aide au dépôt des données : choix de l’entrepôt, métadonnées, licences, identifiants…
      • Enjeux et bénéfices de la gestion et du partage des données de la recherche
      • Données de la recherche : aspects juridiques et éthiques
    • actions visant à enrichir l’offre de formation en terme de formats et de modalités:
      • dissémination des classes Webex via le réseau des Urfist
      • expérimentations de productions à la volée à l’occasion de présentiels (formations, événements scientifiques, interviews)

Gouvernance et partenariats

Le Comité de Pilotage réunit les instances directement impliqués (CNRS (Dist et Inist), réseau des Urfist, BSN9 et BSN10).

Le groupe de travail réunit, outre les ingénieurs en charge du projet, des experts et des partenaires.

En particulier, trois types de partenariats sont envisagés:

1/ Les partenaires désireux de produire des distanciels sur la gestion et le partage des données de la recherche en liaison avec notre projet. Un partenariat actif permettrait d’organiser des complémentarités, de partager les compétences et d’éviter les redondances.

2/ Les partenaires qui réalisent ou prévoient de réaliser des formations en présentiel sur la gestion et le partage des données de la recherche. Le partenariat pourrait reposer sur un échange où le partenaire apporterait son contenu et l’équipe du projet développerait des distanciels liés à la formation du partenaire, utilisables par celui-ci.

3/ Les partenaires-relais et béta-testeurs qui seraient volontaires pour tester et diffuser les distanciels produits par le projet, éventuellement en les articulant avec des actions en présentiel.

Contacts pour les partenariats: Paolo Lai (Inist-CNRS), Michel Roland (Urfist, BSN9), Joanna Janik (Dist-CNRS, BSN9)

(logo non officiel. © F. & C. Garelli)

La JNE 2014 “Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques” en distanciel sur Jalon

L’Urfist de Nice met en ligne en version bêta un distanciel interactif (un “sooc”[1]) basé sur les interventions de la Journée Nationale d’Étude Urfist 2014: “Nouvelles formes de communication et d’évaluation scientifiques : perspectives et légitimités”. Sous la supervision de Gabriel Gallezot et de Michel Roland, il a été réalisé par Florence Garelli[2] via Jalon, la plateforme pédagogique de l’UNS, et Zaption. Les clips ont été équipés de questions, et de sous-titres en français lorsque l’intervention était en anglais. Concrètement, le visionnage des clips vidéo est interrompu par des questions (vrai/faux, choix multiple ou question ouverte) portant sur l’intervention ou sur le support fourni par l’intervenant, et le “stagiaire” doit répondre à la question pour continuer son visionnage. La formation est accessible sur téléphone mobile via un navigateur ou l’application Zaption.

> Lien vers la formation ouverte

Il s’agit pour nous d’expérimenter la réalisation d’un outil d’auto-apprentissage actif à partir de communications comme celles de la journée d’étude. La formation est en version bêta, c’est-à-dire que toutes les fonctionnalités ne sont pas implantées. Pour l’instant l’accès aux exercices est libre et non évalué. Il est possible cependant d’obtenir une attestation de suivi de stage qui sera délivrée après vérification que l’ensemble du parcours avec ses douze activités a été réellement réalisé. Il y a sans doute des erreurs et des approximations dans les sous-titres ou dans la formulation des exercices, voir des bugs. C’est pourquoi nous sommes très demandeurs de remarques critiques et d’appréciations, de détail aussi bien que sur l’ensemble du projet[3] .

FG 150331

  1. small online open course
  2. Urfist de Nice et Service des Pédagogies Innovantes de l’Université de Nice Sophia-Antipolis
  3. en commentaire ici, par courriel à urfist@unice.fr ou via le questionnaire en fin de formation.

Maîtrise de l’information et e-learning au 78e congrès IFLA (appel à communications)

La section Information Literacy de l’IFLA et le Groupe d’intérêt spécifique E-learning viennent de lancer un appel à communications pour le prochain congrès de l’IFLA à Helsinki.

78e Congrès IFLA
Congrès mondial des bibliothèques et de l’information
11- 17 Août 2012, Helsinki, Finlande

Appel à communications

Maîtrise de l’information et e-learning: que peut-on dire des usages et des résultats ?

La section Maîtrise de l’information et le Groupe d’intérêt spécifique E-learning lancent un appel à communications pour le 78e Congrès de l’IFLA qui aura lieu à Helsinki du 11 au 17 août 2012.

Le thème de cette session sera : Maîtrise de l’information et e-learning : que peut-on dire des usages et des résultats ?

Durant ces dix dernières années, le rôle potentiel de l’e-learning est reconnu dans les formations à la maîtrise de l’information, et plus largement dans l’éducation à la culture informationnelle. La formation en ligne est souvent considérée comme un moyen efficace pour étendre la présence des bibliothèques et atteindre des publics nouveaux grâce à des services innovants.

Tandis que les technologies de l’apprentissage et de la formation se développent, les bibliothécaires doivent faire évoluer leur conception des formations à l’information, particulièrement en terme de didactique et de pratique des nouveaux outils et systèmes d’information, pour aider les apprenants à acquérir des connaissances sociales en utilisant l’information de manière critique.

Le programme de cette session souhaite mettre l’accent sur des approches pratiques et théoriques, par exemple :
– L’e-learning a-t-il démontré qu’il est un moyen efficace au service d’un apprentissage individualisé et durable dans le domaine de la maîtrise de l’information ?
– Est-ce que l’e-learning permet aux bibliothèques de toucher de nouvelles populations, et de fournir à leur public des services ou des types d’apprentissage innovants ?
– Tandis que les tutoriels sont surtout utilisés dans le contexte universitaire pour faire face à des effectifs massifs d’étudiants, quelles politiques sont mises en oeuvre dans les bibliothèques publiques pour encourager l’apprentissage tout-au-long de la vie ?
– Quels sont les avantages pour les formations à la maîtrise de l’information d’utiliser les environnements numériques de travail ou les plateformes de cours en ligne comme Moodle, Blackboard, WebCT dans un contexte pédagogique mixte ? Quels sont les bénéfices de l’apprentissage collaboratif, avec des outils comme les forums, les wikis, le chat ou la classe virtuelle ?
– Quels aspects de la maîtrise de l’information (par exemple l’apprentissage des savoir-faire, la formation à l’information scientifique…) sont particulièrement adaptés à l’enseignement en ligne ? Quels éléments de l’e-learning sont les plus intéressants pour l’acquisition des compétences informationnelles ?
– De nombreux tutoriels sont spécialisés dans la recherche d’information ou la citation des sources ; la formation en ligne peut-elle dépasser ces objectifs et élargir son champ d’application ?

Les propositions, rédigées en anglais, comprendront les indications suivantes :
– Titre et résumé de la communication en 500 mots environ
– Renseignements sur le ou les auteurs (nom, institution et fonction)
– Brève information biographique de 50 mots maximum

La date limite pour la soumission des propositions est le 5 févier 2012. Les envois postérieurs ne seront pas pris en compte.
Les propositions sont à envoyer par mail à infolitelearning@gmail.com en mentionnant comme objet « IFLA proposal ».
Les propositions retenues seront notifiées pour le 14 mars 2012.

Communications
Les auteurs sélectionnés devront présenter la version définitive de leur communication pour le 14 mai 2012. Le texte devra être en anglais, ou dans l’une des langues officielles de l’IFLA (allemand, anglais, arabe, chinois, espagnol, français, russe), accompagné d’une traduction en anglais. La langue utilisée pour la session sera l’anglais. Les orateurs disposeront de 15 minutes de présentation suivies d’un temps de débat modéré avec les participants.
Merci de bien noter que les orateurs sont responsables des frais liés à leur participation au congrès (frais de transport, de mission, inscription au congrès). Au moins un des auteurs ou un représentant devra être présent. Quelques associations nationales peuvent aider à la prise en charge de certaines dépenses, et un petit nombre de bourses sont proposées (www.ifla.org/III/members/grants.htm )

Pour tous renseignements complémentaires, merci de contacter agnes.colnot@univ-rennes1.fr ou g.hallam@qut.edu.au
Pour consulter le texte de l’appel en anglais, voir : http://conference.ifla.org/ifla78/calls-for-papers/information-literacy-meets-e-learning-lets-talk-aboutinterconnections-and-o
Les informations en français sur le congrès d’Helsinki (appels à communications, réunions satellites, etc) se trouvent sur le site : http://cfi.ifla.free.fr

Form@doct : un tutoriel au service des doctorants

Form@doct, tutoriel pour la « FORMation A distance en information DOCumentation pour les docTorants », est désormais ouvert ! Réalisation collective réunissant les SCD de Bretagne, l’INSA et l’URFIST de Rennes, il a officiellement été lancé et présenté lors de la journée commune de rentrée doctorale, organisée par l’Université Européenne de Bretagne, le 8 décembre 2010 à Rennes 1.

Les enjeux de ce projet, rappelés lors des journées URFIST / ENSSIB des 3 et 4 juin 2010, ne sont pas négligeables : trouver le point d’équilibre entre une orientation disciplinaire et la nécessité d’une culture informationnelle transversale, mais aussi entre la maîtrise de connaissances théoriques, indispensables à la mise en œuvre de la thèse, et un ensemble de savoir-faire, liés davantage à des besoins ponctuels et ciblés.

L’objectif de Formadoct, qui est en libre accès et ouvert à tous, est double :

–         fournir aux doctorants de toutes disciplines un corpus de « guides » (actuellement plus d’une trentaine), sur les différentes thématiques de l’information scientifique, susceptibles de concerner les doctorants : le  Libre accès, la propriété intellectuelle, les outils de recherche et de traitement de l’information, les lieux d’information, etc. Potentiellement, tout le champ de l’IST est visé. Le contenu de Formadoct est structuré autour de quatre « axes » (Chercher, Exploiter, Produire, publier, Connaître), découpés en « thèmes », chaque thème contenant plusieurs guides. Chaque guide propose une définition, des approfondissements, un lexique, des ressources et outils, des références pour aller plus loin sur le sujet, parfois des ressources multimédia…

–         apporter des réponses courtes à des besoins ponctuels, par un système de FAQ. Plus de 180 questions sont actuellement en ligne.

Après plusieurs mois de recherche de la solution technique la mieux adaptée à notre cahier des charges, le choix de l’Equipe-projet s’est porté sur LibGuides /LibAnswers, solution logicielle développée aux Etats-Unis pour les besoins des bibliothèques anglo-saxonnes. La mise en œuvre pour Formadoct en a été présentée par Julien Sicot, également lors des Journées URFIST-ENSSIB de juin dernier. Cet outil, original et innovant, permet notamment d’inscrire pleinement le tutoriel dans la mouvance des outils « web 2 » (contenus multimédia, aspects collaboratifs, fils RSS, interactivité, souplesse des mises à jour, etc.). Grâce à LibGuides/LibAnswers, Formadoct permet également d’offrir une personnalisation des guides, une interactivité avec les doctorants (par des commentaires, des propositions de questions, des suggestions de ressources, des contacts directs, etc.), et favorise l’implication collective du réseau des formateurs-rédacteurs…

L’ouverture officielle de Formadoct est pour nous une étape essentielle, un premier aboutissement pour un long projet, qui a connu plusieurs vicissitudes comme tout projet. Mais elle ne constitue pas pour autant un achèvement ! D’une part, parce qu’il reste d’autres nouveaux guides à élaborer, des mises à jour et des améliorations à apporter ; d’autre part, parce que ce site en libre accès se veut le premier niveau d’un projet qui en comptait deux autres au départ : offrir des ressources et des services personnalisés dans la formation à distance, réservés aux doctorants de l’UEB.

Depuis plusieurs années, l’URFIST de Rennes s’est pleinement investie dans Formadoct, avec le SCD de l’UBO, dans le co-pilotage du projet, la conception et la réalisation du tutoriel, notamment au niveau des contenus didactiques, de la structure ou des services proposés. Aussi est-ce avec un plaisir particulier que nous invitons doctorants, enseignants et formateurs à explorer Form@doct, aux deux adresses suivantes : les guides sur http://guides-formadoct.ueb.eu, et les questions sur http://faq-formadoct.ueb.eu/.

Longue vie à Form@doct !

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Dailymotion, vitrine de l’INA

Dailymotion et l’INA viennent de signer un accord de partenariat donnant l’accès à l’intégralité
 des
 journaux
 télévisés
 français
 de
 1971 à 2008,
 des
 programmes
 courts,
 des
 extraits
 de
 programmes
 (fiction, 
humour, 
jeux 
magazines, 
archives
 Ardisson…)
 
sur 
la chaîne
 INA. C’est un moyen pour l’INA d’élargir sa visibilité car malgré sa notoriété, le site de l’INA ne dépasse pas les 600 000 visiteurs uniques par mois contre plus de 8 millions pour Dailymotion.



voir le communiqué de presse :
http://press.dailymotion.com/fr/wp-content/uploads/CP-Dailymotion-INA-20.10.2010.pdf

JPL

Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques : présentations en ligne

Les supports des interventions de la journée d’étude INTD-ENSSIB-URFIST du 2 juillet 2009 sur la “Diversité des pratiques documentaires dans les champs scientifiques” sont maintenant disponibles en ligne.

AM

Bibliopédia en panne

Depuis plusieurs jours, le wiki Bibliopédia,
outil de référence pour les bibliothécaires francophones, est en panne
(base de données corrompue). Ce matin l'accès à l'encyclopédie est rétabli mais pour l'instant elle ne contient que du spam. <màj du 2.04>Bibliopedia est depuis en phase de reconstitution accélérée.</màj>

En attendant la réparation, il est
possible de retrouver les versions anciennes de ses articles sur son
premier support, la plateforme Wikia.

Et assurer David Liziard, le créateur de Bibliopédia, de notre solidaire sympathie!

(Les articles du wiki des formations de l’Urfist de Nice qui pointaient vers Bibliopédia ont été modifiés en conséquence.

MR