Archives de catégorie : Revues, ouvrages

Un book sprint pour booster vos projets de rédaction collaborative. Interview d’Elisa de Castro Guerra (FlossManuals francophone)

Le contexte

L’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux a organisé du 15 au 19 avril 2019 un book sprint sur la reproductibilité de la recherche. En savoir plus sur les auteurs. Les chercheurs, issus de différentes disciplines, ont rédigé tous les contenus et conçu la table des matières ex nihilo. L’équipe d’auteurs a été constituée spécialement pour le book sprint.
Début de la rédaction : lundi après-midi. Fin de la rédaction : jeudi soir. En savoir + sur le projet

Le livre issu du book sprint est disponible en accès libre.

Vous pouvez faire des propositions de contenus en créant une « issue » sur GitHub.

A l’origine, les book sprints ont été conçus pour documenter les logiciels libres : il s’agit d’une adaptation des code sprints des développeurs. L’accent est mis sur le travail collaboratif entre participants aux compétences diversifiées. Il s’agit d’une pratique d’écriture collaborative, pas seulement collective. Tout est écrit durant le sprint. La post-production (correction des coquilles, mise en page, intégration des références biblios, etc.) en revanche peut nécessiter plusieurs semaines de travail une fois le sprint passé. Sur une durée de 3 à 5 jours, le travail est effectué sous la houlette d’un facilitateur, dont le rôle est d’organiser les échanges.

Pour éclairer le rôle fondamental du facilitateur dans ce type de projet et la méthode du book sprint, l’Urfist de Bordeaux a posé quelques questions à Elisa de Castro Guerra qui a facilité le book sprint sur la reproductibilité de la recherche. Propos recueillis par Sabrina Granger, chef de projet.

Elisa, pourrais-tu te présenter en quelques mots? Quel est ton parcours, quels sont tes centres d’intérêt actuels?

Je suis psychologue et ethnologue de formation. Par curiosité et par goût, j’ai rejoint diverses communautés virtuelles autour du logiciel libre. Je me suis prise au jeu et je travaille aujourd’hui avec ces outils. Par un principe de retour à la communauté, je participe, à la hauteur de mes compétences, à ces logiciels, plus précisément aux logiciels libres graphiques avec une approche en UX design et sur de la documentation, sur de la formation. J’ai co-fondé plusieurs associations dont une a pour objectif de documenter avec un point de vue pédagogique l’utilisation de ces logiciels (Floss Manuals Francophone). Participer à ces logiciels et cet univers m’ont ouvert à d’autres compétences. Professionnellement j’ai pu en tirer avantage et cela m’arrive maintenant de faciliter des book sprints depuis 2011 sur des projets variés.

Qu’est-ce qu’un book sprint peut apporter à un service universitaire, un laboratoire de recherche ?

Le book sprint est une méthode pour écrire rapidement à plusieurs. Le groupe co-construit une bulle temporelle et crée un environnement favorable à la création et l’intelligence collective. Le temps est compté car l’objectif est bien identifié (produire un livre en quelques jours). Les différentes tâches sont identifiées aussi bien dans leur nature que leur durée.

Je ne connais pas précisément le travail spécifique du laboratoire de recherche, mais suite à l’expérience que nous avons vécu [NDLR : Elisa fait référence au book sprint organisé par l’Urfist de Bordeaux], j’ai l’impression que ce book sprint a permis :

  • de découvrir une nouvelle façon de collaborer
  • de découvrir une autre façon d’écrire vite et bien
  • de fédérer des chercheurs issus de disciplines différentes mais pourtant bousculés par des problématiques communes
  • d’enrichir sa pensée
  • de vivre une expérience humaine passionnante

Quels sont les 3 facteurs clés de réussite pour un book sprint selon toi? Et quels sont les 3 écueils principaux à éviter?

L’idéal est de réunir des personnes qui ont envie de participer à ce type d’expérience. Ces participants doivent avoir des points de vue (une expérience) différents des uns des autres, et des niveaux sur la question également différents.

Le sujet abordé doit être innovant, inutile de refaire ce qui existe déjà.

Il faut éviter d’organiser un book sprint dans le milieu naturel du participant, sinon il ne sera pas complètement disponible pour participer à cet événement. Il faut également éviter qu’un nouveau participant arrive en fin de book sprint, le risque est alors trop grand de déconstruire le travail déjà réalisé et de démotiver les participants présents depuis le début.

L’équipe réunie doit absolument être présente sur la totalité de l’événement, si c’est difficile, il faut alors plutôt accepter des participants quittant avant la fin plutôt que l’inverse.

Cite-moi 3 idées reçues (fausses)  que l’on pourrait avoir sur les book sprints? en termes d’organisation, de durée, de profils d’auteurs, de compétences mobilisées, etc.

Il est nécessaire d’avoir un facilitateur, réunir des participants ne suffit pas, même de bonne volonté. Et c’est difficile d’être à la fois auteur et facilitateur !

La durée du book sprint doit rester courte (pas plus de 5 jours) et être regroupée dans le temps (l’idéal est de proposer un book sprint sur 3 à 5 jours consécutif).

Les auteurs doivent déjà avoir eu une expérience positive avec l’écriture, être prêts à collaborer (écrire et accepter que quelqu’un modifie votre paragraphe) et à discuter.

Selon le sujet, il est essentiel de réunir des compétences diversifiées pour une approche plurielle et des expériences à des niveaux différents (débutant, intermédiaire, expert).

Quel est le rôle du facilitateur? Et comment bien faciliter un book sprint?

Le facilitateur a une vue globale sur la co-création alors que les participants sont dans la création de leur plus petite partie. Le facilitateur sait ce qui a été fait et ce qui reste à faire et met en place une lisibilité de ce qui reste à faire pour que chacun se responsabilise et s’organise afin de gérer son apport au regard du temps disponible.

Le facilitateur ressent l’humeur du groupe, il prend soin du groupe, et est attentif à ce que chacun reste dans sa zone de confort et a les moyens de donner le meilleur de soi-même.

Le facilitateur organise les discussions pour que les doutes soient levés et que le résultat de la co-création soit le reflet satisfaisant du groupe.

Je ne sais comment expliquer la facilitation d’un book sprint en peu de mots, participez à mes formations pour en apprendre davantage !

Quels sont les autres rôles que l’on peut prévoir quand on organise un book sprint?

Souvent en relation avec l’objet final, au cours de mon expérience de divers book sprints, nous avons pu faire appel à :

  • un développeur pour qu’il corrige les bugs constatés lors de l’événement
  • un traducteur pour qu’il contribue et améliore la localisation française
  • un débutant correspondant à la cible de la co-création afin de tester immédiatement (et corriger le cas échéant) l’efficacité de notre action
  • un graphiste pour la réalisation de schémas ou illustrations à insérer dans l’ouvrage
  • un coordinateur de projet pour identifier les auteurs et le lieu
  • un relecteur pour qu’il fasse une repasse sur la totalité de l’ouvrage terminé pour chasser les erreurs typographiques et de style inévitables
  • un bibliothécaire pour prendre soin de la bibliographie et des références bibliographiques
  • voire … un cuisinier pour nous préparer de bon petits plats le midi et le soir afin de créer des moments positif de vie du groupe autrement que par le travail !

Une lecture contextualisée (augmentée ?)

Le lecteur Utopia est un lecteur de document PDF… avec quelques fonctionnalités bien intéressantes.  Possibilité de contextualiser sa lecture par le choix du style et format de citation (Apa, IEEE, MLA…  bibTeX), de savoir qui fait référence à l’article sur le web (rubrique « Altmetric ». Voir à ce sujet : http://altmetrics.org ), de connaître les articles associés à ce texte sur Mendeley et les autres références bibliographiques de l’auteur sur Pubmed Central. Utopia permet aussi de « fouiller » le document par ses illustrations (zone du haut) et de faire un clic-droit sur un terme pour chercher sur la base du NCBI, Quertle, google, wikipedia, …

Toutes les « extensions » sont à découvrir ici : http://utopiadocs.com/quickstart.php. Bien entendu ces « extensions » sont relatives au texte que vous avez devant les yeux. Utopia précise qu’actuellement cela fonctionne plutôt bien avec les articles en science de la vie.

Ce projet fait bien entendu penser à celui de PloS One où les onglets (metrics, related content, comments)  au-dessus de l’article (exemple) présentent eux aussi des extensions qui prolongent la lecture.

« La dimension éducative du document numérique » : nouvelle date pour l’appel à contributions

La date de soumission des articles pour le numéro de la revue “Document numérique“, consacré à “La dimension éducative du document numérique« , est reportée au 30 avril.  Nous avions signalé cet appel à contributions ici-même.

 

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La dimension éducative du document numérique

Nous relayons ici un nouvel appel à publication, pour un numéro de la revue « Document numérique« , consacré à « La dimension éducative du document numérique« .

THÉMATIQUE

« Ce numéro cherche à mettre en avant les dimensions pédagogiques du document numérique tant au niveau institutionnel (pédagogie en ligne, utilisation du document numérique en présentiel et à distance) qu’au niveau plus informel dans des pratiques d’autoformation notamment. L’utilisation des documents numériques devient de plus en plus fréquente mais les usages, les pratiques varient selon les supports, les formats et les lieux d’utilisation. Ce numéro souhaite donc développer les différents types de relations sociotechniques qui existent entre le document numérique et les enseignants et apprenants.  »

OBJECTIF

« Quels sont les méthodes, langages et médiations mis en oeuvre pour conférer une valeur pédagogique au document numérique ? En quoi un document peut‐il avoir une valeur éducative et comment s’opère cette relation ? Quelle culture technique et  informationnelle est alors nécessaire ? Nous recherchons aussi bien des études d’usage auprès d’enseignants, d’étudiants et d’utilisateurs que des analyses théoriques à partir de données voire de méthodes pédagogiques. Nous accorderons un intérêt particulier pour des études autour des pratiques d’autoformation via des dispositifs en ligne qui ne soient pas initialement dédiés à l’apprentissage comme le sont par exemple les réseaux de loisirs créatifs (Le Deuff, 2010). L’étude de communautés comme celle des hackers (Auray, 2002) qui utilisent le document numérique à des fins d’échanges et de progression et d’amélioration en vue d’un objectif commun tout en facilitant l’amélioration de ses connaissances personnelles constituent des pistes intéressantes en ce qui concerne l’accès au savoir. Quels sont dès lors les mécanismes liés à la motivation (Fenouillet, Carré, 2008) qui permettent de répondre favorablement aux différents besoins de formation et d’information ? Les travaux autour des stratégies pour inclure ou « engrammer » une progression et stratégie didactique au sein du document sont vivement souhaités dans ce cadre. Les méthodes de description de la valeur et du contenu pédagogique sont également les bienvenues. La question de l’évolution, des différentes versions qu’un document numérique (redocumentarisation) peut connaître, de sa pérennité ainsi que celle de son archivage en tant que mémoire éducative pourra aussi être développée.  Le numéro cherche à montrer comment le document numérique évolue dans sa dimension éducative et comment il peut s’intégrer dans les formations et notamment quelle peut être sa part au sein d’une culture de l’information et des médias de plus en plus influencée par des environnements numériques.
Nous souhaitons investir les thèmes suivants (liste non exhaustive) :
‐ Aspects théoriques autour des aspects éducatifs, pédagogiques et didactiques des documents numériques
‐ Langages et métadonnées pour la description des ressources pédagogiques
‐ Granularité du document numérique pour l’enseignement
‐ Usages du document numérique comme support pédagogique pour les enseignants
‐ Usages du document numérique par les étudiants et les élèves
‐ Types et méthodes de production de documents numériques à valeur pédagogique
‐ Identification, évolution et pérennité du document numérique.
‐ Apprentissage en ligne via des documents dédiés
‐ Autoformation via des supports numériques divers (forums, vidéos, plans, patrons, échanges et explications sur des forums, réseaux sociaux numériques, réseaux sociaux thématiques)
‐ Formation au document numérique et culture de l’information
‐ Méthodes et apprentissage de la redocumentarisation.
‐ Apport du web sémantique à l’usage éducatif du document »

La date limite de soumission des textes : le 15 mars 2012.

Les propositions sont à envoyer à Olivier Le Deuff, coordonnateur du numéro (voir tous les renseignements pratiques sur le texte complet de l’appel à publication.

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

« L’éducation à l’Information, aux TIC et aux Médias : le temps de la convergence ? » : un appel à articles

La revue Etudes de communication organise un appel à articles sur la convergence des différentes littératies et cultures de l’information (information, médias et informatique). Le texte de l’appel est disponible sur le site de la revue.

Attention au délai de soumission : le 15 avril.

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le retour de Roger

Il reste encore quelques jours pour pouvoir participer à une nouvelle aventure de Roger : un petit groupe franco-canadien de chercheurs propose de reprendre le processus d’écriture collective initié au sein du Rtp-doc sous la signature collective de Roger T. Pédauque. La première version du texte,  »Le web sous tensions », est en ligne et vous pouvez l’annoter.

Plusieurs débats sont déjà lancés, par exemple sur :

* la relation entre l’ingénierie et la science du web,
* la dimension temporelle des documents,
* l’archivistique et la diplomatique numérique,
* le web sémantique vs web des données.

Le document est disponible pour l’annotation jusqu’à la fin du mois de mars.

Continuer la lecture

Appel à contributions sur l’identité numérique

A signaler : un appel à contributions pour la revue Les Cahiers du numérique, sur le thème de l’identité numérique.

Extraits :

« QUELQUES PROPOSITIONS NON LIMITATIVES DE THÈMES POUVANT ÊTRE ABORDÉS :
–  Identité numérique : définitions, composants, enjeux et non-enjeux
–  Identité numérique et construit social
–  Identités personnelles et professionnelles : Etat des lieux
–  L’impact de l’identité numérique sur la société, l’éducation, l’entreprise,
l’économie, le marketing, le commerce…
–  Quelle maîtrise et gestion de sa visibilité en ligne ?
Comment améliorer sa e-réputation ?
–  L’évolution des outils de surveillance de la e-réputation (buzz monitoring)
–  L’identité numérique : aspects philosophique et sociologique du phénomène
–  Société de l’information et identité numérique (évolution de la technologie,
impacts des technologies nomades…)
–  Droit et identité numérique (Le droit à l’oubli numérique, usurpation
d’identité, législation actuelle, en cours ?)
–  Quelle place pour les médias sociaux dans l’identité numérique ?
–  Les pseudos et avatars au cœur de l’anonymat (virtualité ou non de l’identité
numérique ?, pseudonymat, …)
–  Identité numérique, société de surveillance et réseaux (De quoi se protéger ?) »

Ce numéro est coordonné par Jean-Paul Pinte et la date limite de soumission est le 30 octobre.

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Parution de « L’Education à la culture informationnelle »

Il est enfin paru !
Avec quelques mois de retard sur le calendrier initial, l’ouvrage collectif de l’ERTé, « L’éducation à la culture informationnelle »,  vient donc de sortir aux  Presses de l’enssib et nous sommes particulièrement heureux d’annoncer ici cette parution.
L’ouvrage, dirigé par Françoise Chapron et Eric Delamotte, est l’édition des actes du Colloque international de Lille, d’octobre 2008, édition doublement enrichie : d’une part, les textes du colloque, qui ont été sélectionnés, ont été repris et améliorés par rapport à leur version d’origine (rappelons que toutes les communications du colloque sont accessibles, depuis janvier 2009, sur ArchiveSic dans la collection ERTé), d’autre part plusieurs nouveaux textes, rédigés par les membres de l’ERTé, viennent structurer et introduire les différentes parties de l’ouvrage.

Signalons enfin que cet ouvrage inaugure la nouvelle série, lancée par les Presses de l’enssib dans la collection « Papiers« , la série « Culture(s) de l’information« , co-animée par Claire Denecker et moi-même.

Voici la présentation et le sommaire :

Continuer la lecture

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Le livre et le document à l’ère du numérique

La FADBEN (Fédération des enseignants-documentalistes de l’Education Nationale) lance un appel à contributions pour le prochain numéro de sa revue, Médiadoc, sur un thème, aussi classique qu’essentiel : « Le livre et le document à l’ère du numérique ».

Réflexions théoriques, mais aussi didactiques  sont attendues :

« Ces thématiques pouvant être abordées selon deux angles d’approche :

‣ l’une plus théorique visant à approfondir les connaissances professionnelles des professeurs documentalistes sur ces objets d’enseignement : quelle approche conceptuelle, quelle histoire, quelles évolutions, quels enjeux ?

‣ l’autre plus didactique visant une appropriation et une mise en œuvre pédagogique de ces objets d’enseignement : quels sont les savoirs scolaires et quelles problématiques informationnelles développer avec les élèves ? Quels enseignements mettre en place pour appréhender ces notions dans une perspective d’ouverture des élèves à la culture de l’information ? »

Le texte complet de l’appel à contributions est disponible sur le site de la Fadben.

Attention aux délais : ils sont courts !

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l'URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter