Archives de catégorie : Revues, ouvrages

Des livres sur Revues.org

Revues.org vient d’annoncer l’ouverture d’une plateforme dédiée cette fois aux monographies électroniques, Les Livres de Revues.org.
Seront ainsi accessibles en ligne « des livres de sciences humaines et sociales publiés par des éditeurs, des sociétés savantes, ou institutions de recherche ».
L’initiative est lancée avec les collections électroniques de l’IFPO (Institut Français du Proche-Orient) et avec les éditions Agone, qui proposent dans leur collection « Banc d’essais » une sélection d’ouvrages de philosophie. Mais d’autres partenaires devraient  bientôt rejoindre la plateforme, dont la librairie Droz.
D’ores et déjà, une dizaine d’ouvrages peuvent être consultés, soit directement en ligne, soit en format PDF.

MLM

Pubology à propos de la searchology ;-)

Parution du livre L’entonnoir

Disponible ici : http://cfeditions.com
(avec cadeau de l’éditeur C&F pour toute commande reçue avant la parution du 2 juin)
Extrait de l’ouvrage
Le flyer

Table des matières
Préface :
La vie numérique par le petit bout de l’entonnoir, p.9
Hervé Le Crosnier

Introduction, p.19
Gabriel Gallezot
Brigitte Simonnot

I – Pratiques, p.28
De l’usage des moteurs de recherche par les étudiants, p.31
Brigitte Simonnot

Les sources cachées du journalisme : Étude du rôle des moteurs de recherche dans
l’approvisionnement des entreprises de presse, p.59
Nicolas Pélissier
Mamadou Diouma Diallo

Apparté :
Du bon usage de Google, p.83
Olivier Le Deuff

II – Méthodes, p.90
Outils de recherche : la question de la formation, p.93
Alexandre Serres
Olivier Le Deuff

PageRank : entre sérendipité et logiques marchandes, p.113
Olivier Ertzscheid
Gabriel Gallezot
Éric Boutin

Apparté :
Tout ce qui brille n’est pas Chrome, p.139
Olivier Ertzscheid

III  – Discours 148
Le googling, un branchement sur l’imaginaire de l’internet, p.151
Philippe Dumas
Daphné Duvernay

Le grand avaleur, p.183
Jacques Araszkiewiez

La rhétorique selon Google. De l’argumentation métaphorique à la création de valeurs,le discours paradigmatique de google, p.207
Céline Masoni-Lacroix
Paul Rasse

En guise de postface
Scroogled, p.229
Cory Doctorow

En GRAND merci à C&F éditions … pour son travail de fourmis (c’est le F)  et de cigale (c’est le C)
GG

« Mutualisation des collections de Persée et de Revues.org »

Les portails Revues.org et Persée annoncent la mise en place d'une continuité de consultation pour leurs revues communes (une vingtaine de revues dont Persée a numérisé la partie patrimoniale et Revues.org les numéros récents). Actuellement, dix revues déjà proposent un accès transparent à la totalité de leurs numéros : consultation des sommaires quel que soit le portail et sans changer d'interface ; accès au texte intégral sur chacun des portails à partir du titre de l'article. Il est prévu pour 2009 que les moteurs de recherche respectifs des deux sites intègrent la recherche sur le texte intégral  des articles du site partenaire.
Voir : l'édito de Revues.org / le blog LEO et la rubrique Mutualisation de Persée.

MLM

Evolutions dans l’information électronique

Vous trouverez dans le guide pratique n° 35 « Publications et ressources numériques : les nouvelles pratiques » publié par Archimag une série  d’articles sur le monde des publications électroniques.

En particulier j’ai écrit l’article « multiplication des modèles économiques d’accès aux publications scientifiques ».

Sommaire :
http://archimag.com/fileadmin/archimag/documents/Guides/publications_electroniques/sommaire.pdf

JPL

Appel à articles sur la culture informationnelle

La culture informationnelle devient une thématique de recherche à part entière, dont les manifestations se succèdent et s’enchaînent : congrès, revues, séminaires…  Sans oublier évidemment le récent colloque international de l’ERTé à Lille, qui a été un succès et qui a réuni près de 150 personnes ; on trouvera prochainement tous les textes des interventions sur ArchiveSic et les vidéos sur le site de l’ERTé et sur le blog dédié au colloque.

Dans ce processus de construction d’un véritable champ de recherche, inter et multi-disciplinaire, voici un nouvel appel à contributions pour un numéro thématique des Cahiers du Numérique  : "Penser la culture informationnelle".

Nous espérons de nombreuses propositions.
AS
————————————————————–

<!–
/* Font Definitions */
@font-face
{font-family:Wingdings;
panose-1:5 0 0 0 0 0 0 0 0 0;
mso-font-charset:2;
mso-generic-font-family:auto;
mso-font-pitch:variable;
mso-font-signature:0 268435456 0 0 -2147483648 0;}
@font-face
{font-family:Verdana;
panose-1:2 11 6 4 3 5 4 4 2 4;
mso-font-charset:0;
mso-generic-font-family:swiss;
mso-font-pitch:variable;
mso-font-signature:536871559 0 0 0 415 0;}
/* Style Definitions */
p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal
{mso-style-parent:"";
margin:0cm;
margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:12.0pt;
font-family:"Times New Roman";
mso-fareast-font-family:"Times New Roman";}
p.MsoTitle, li.MsoTitle, div.MsoTitle
{margin:0cm;
margin-bottom:.0001pt;
text-align:center;
mso-pagination:widow-orphan;
background:maroon;
font-size:12.0pt;
font-family:"Times New Roman";
mso-fareast-font-family:"Times New Roman";
color:white;
font-weight:bold;
mso-bidi-font-weight:normal;}
a:link, span.MsoHyperlink
{mso-ansi-font-size:9.0pt;
mso-bidi-font-size:9.0pt;
font-family:Verdana;
mso-ascii-font-family:Verdana;
mso-hansi-font-family:Verdana;
mso-bidi-font-family:Verdana;
color:#008CD0;
mso-text-animation:none;
text-decoration:none;
text-underline:none;}
a:visited, span.MsoHyperlinkFollowed
{color:purple;
text-decoration:underline;
text-underline:single;}
@page Section1
{size:595.3pt 841.9pt;
margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt;
mso-header-margin:35.4pt;
mso-footer-margin:35.4pt;
mso-paper-source:0;}
div.Section1
{page:Section1;}
/* List Definitions */
@list l0
{mso-list-id:614755997;
mso-list-type:hybrid;
mso-list-template-ids:-1180032206 67895307 67895299 67895301 67895297 67895299 67895301 67895297 67895299 67895301;}
@list l0:level1
{mso-level-number-format:bullet;
mso-level-text:;
mso-level-tab-stop:18.0pt;
mso-level-number-position:left;
margin-left:18.0pt;
text-indent:-18.0pt;
font-family:Wingdings;}
@list l1
{mso-list-id:1358659406;
mso-list-type:hybrid;
mso-list-template-ids:-1151034448 67895307 67895299 67895301 67895297 67895299 67895301 67895297 67895299 67895301;}
@list l1:level1
{mso-level-number-format:bullet;
mso-level-text:;
mso-level-tab-stop:18.0pt;
mso-level-number-position:left;
margin-left:18.0pt;
text-indent:-18.0pt;
font-family:Wingdings;}
ol
{margin-bottom:0cm;}
ul
{margin-bottom:0cm;}
–>

APPEL A ARTICLES

 

Les
Cahiers du numérique (éd. HermesSciences)

Le numérique fait figure de paradigme
technologique majeur pénétrant toutes les activités humaines et conduit à
repenser aussi bien les systèmes techniques que les systèmes sociaux. L’objectif
premier de la revue « Les Cahiers du numérique », au travers
de ses numéros thématiques, est la mise à disposition d’un corpus précis sur
les fondements techniques et sociaux de ces évolutions.

 

PENSER LA CULTURE INFORMATIONNELLE

Numéro thématique coordonné par Alexandre Serres

 

La notion de culture
informationnelle fait l’objet depuis plusieurs années, notamment en France,
d’un nombre croissant de travaux, de publications, de manifestations diverses,
scientifiques et professionnelles. Longtemps assimilée à la « maîtrise de
l’information » (l’information
literacy
des anglo-saxons), la culture informationnelle semble aujourd’hui,
pour la plupart de ses acteurs, dépasser le seul cadre des compétences
info-documentaires et comprendrait un ensemble, encore mal défini, de savoirs,
à la fois procéduraux, méthodologiques, déclaratifs, de savoir faire, de
comportements, de connaissances sur l’information et ses objets. Ne se
distinguant pas nettement de la culture numérique d’une part et de la culture
des médias d’autre part, l’expression de culture informationnelle, fondée sur
le terme éminemment problématique de culture (quelle acception de la culture
est en jeu ici ?), n’en finit pas de susciter débats et interrogations,
sur sa définition, ses enjeux, ses contenus et ses territoires.

Ce nouveau numéro des Cahiers du
Numérique entend développer la réflexion collective, menée en France et dans
d’autres pays, autour de cinq axes et des questions suivantes :

 

Approches, définitions : Quelles sont les différentes conceptions
et définitions  de la culture informationnelle ? Quelles articulations
possibles entre la culture informationnelle comme ensemble de pratiques, partagées
par un groupe ou une communauté (par exemple la culture informationnelle des
jeunes, des chercheurs, etc.), et la culture informationnelle comme ensemble de
savoirs et de compétences à construire ou à acquérir ? Quelles différences
et convergences peut-on établir entre la culture informationnelle et la culture
numérique, ou la cyberculture ? La brève histoire de ces deux expressions pourra être ici convoquée pour
éclairer les rapports complexes entre ces deux « cultures ». 

 

Enjeux : A l’heure d’Internet, des réseaux sociaux, de la
« googlisation », quels sont aujourd’hui les principaux enjeux (sociaux,
éducatifs, professionnels, civiques…) du développement et de l’acquisition
d’une culture informationnelle ? Comment penser notamment ces enjeux éducatifs dans
les nouveaux contextes de « l’économie de l’attention », du profilage
marketing, de la traçabilité généralisée et des nouvelles dimensions
socio-politiques de la recherche d’information sur le web ? Enfin, quelles
finalités (éducatives, politiques) assigner à une éducation à
l’information ?

 

Territoires : Quels domaines thématiques, quels champs
(disciplinaires, scientifiques…) sont concernés ? Quelles relations et frontières peut-on
établir notamment entre les trois cultures, médiatique, informatique et
informationnelle ? La notion américaine de « transliteracy » pourrait être utilement interrogée ici pour
penser les nouvelles compétences et les nouveaux savoirs informationnels, à
l’œuvre dans l’utilisation quotidienne des médias et outils de l’information.

 

Contenus : Quels contenus, quels savoirs, quelles
compétences  englobe la culture informationnelle ? Quelles articulations
scientifiques, épistémologiques, peuvent être établies entre, d’une part les sciences
de l’information et de la communication comme principale discipline de
référence et, d’autre part une culture informationnelle « tous
publics », faisant partie du bagage de tout citoyen du 21ème
siècle ? S’agit-il d’une culture
unique, qui s’internationalise au fur et à mesure que s’étendent les réseaux,
et quelle place serait alors laissée à la diversité culturelle ? Où en
est la didactique de l’information, qui émerge aujourd’hui en France dans
l’enseignement secondaire, quelles questions
pose-t-elle ?

 

Acteurs : La culture informationnelle concerne et mobilise une
grande diversité de professions et d’acteurs, depuis les médiateurs du livre et
de la culture jusqu’à ceux de l’information, et au premier chef les enseignants
et les formateurs. Dans ce paysage diversifié, quel peut être le rôle spécifique
de ces différents acteurs dans la diffusion d’une culture informationnelle ?
Comment, dans les nouveaux contextes institutionnels, (re-)penser les relations
entre les acteurs directement impliqués dans les formations à l’information,
tant dans l’enseignement secondaire (enseignants-documentalistes et enseignants
des disciplines) que dans l’enseignement supérieur (bibliothécaires,
enseignants-chercheurs, etc.) ?

 

Continuer la lecture

Communication scientifique : un appel à contributions

Les appels à contributions se suivent et s’accumulent, ce qui témoigne d’une activité scientifique débordante dans le champ des Sciences de l’information et de la communication.
Voici donc un nouvel appel à articles,  diffusé sur ce blog avec un peu de retard (mais les semaines de cette rentrée passent très vite !).  Il s’agit du nouveau numéro des Cahiers du Numérique

Attention : le délai de remise des propositions est le 26 octobre (cf les modalités pratiques)

Enjeux actuels de la communication scientifique

Numéro thématique
coordonné par Joachim Schöpfel 

La communication scientifique
évolue au rythme des nouvelles technologies de l’information et de la communication, du marché de
l’information scientifique et des politiques de recherche nationales et
internationales. Son développement reflète les besoins des différentes
communautés scientifiques, notamment dans les domaines émergents ; en même
temps, elle façonne à sa manière le fonctionnement et la cohésion de ces
communautés. 

Depuis l’invention de la revue
scientifique par Henry Oldenburg et Marin Mersenne au 17e siècle, la
principale fonction de la communication scientifique a été l’enregistrement
d’une découverte ou idée pour protéger la propriété intellectuelle de son
auteur, puis la diffusion, l’évaluation par les pairs et l’archivage des
résultats de la recherche. Pendant trois siècles, la revue est restée le
vecteur central de la communication scientifique, avec une évolution formidable
à l’image de l’accélération de la recherche fondamentale et appliquée.

En parallèle et plus en marge, le
développement d’autres formes de l’information scientifique : livres,
bases de données, rapports, actes de colloques, thèses et mémoires etc. 

Depuis plus de dix ans,
technologies, marché et politiques bouleversent l’évolution de la communication
scientifique. Revues électroniques et e-books font partie du quotidien des
chercheurs, l’accès aux ressources numériques s’organise à travers les portails
des différents organismes et établissements, et Internet impacte d’une manière
significative les circuits de dissémination et circulation de la littérature
grise. 

Favorisés par la technologie,
poussés par les besoins d’investissement lourd, attirés par un marché en forte
expansion avec des gains considérables, des véritables empires de l’édition
scientifique se sont formés par le jeu des fusions et rachats avec le risque de
freiner l’innovation et la diffusion des savoirs et de maintenir des prix
(trop) élevés. 

Mais la communication
scientifique est également tributaire des politiques : modes de pilotage,
de financement et d’évaluation, choix des domaines prioritaires, modification
des structures et fonctionnement des organismes, investissement dans la
production, l’acquisition et diffusion de l’information et des résultats de la
recherche, tout cela a un impact direct et immédiat sur les modes de
communication scientifique. 

L’objectif de ce numéro est de
faire le point sur quelques enjeux majeurs de la communication scientifique
dans l’environnement numérique. Dégager les questions centrales dans le
contexte esquissé, rendre intelligibles les enjeux sans réduire leur
complexité, présenter les forces sous-jacentes, ouvrir des espaces
d’action : voilà le programme. Quelques suggestions :

  • Communication scientifique et évaluation des chercheurs, laboratoires, revues.
  • Les nouveaux modèles économiques de l’édition scientifique.
  • Le bouleversement des bibliothèques et métiers de l’information.
  • L’impact des archives ouvertes sur la diffusion et la valorisation de la production scientifique.
  • Liens entre communauté et communication scientifique
         (besoins, outils, usages).
  • L’évolution des contenus et services dans les revues scientifiques.
  • Comparaison entre outils collaboratifs du Web2.0 et moteurs de recherche algorithmiques par rapport à la découverte de l’information scientifique.
  • Nouvelles formes de communication scientifique et propriété intellectuelle.
  • L’analyse empirique de l’usage des ressources en ligne par les chercheurs.
  • Culture d’information et communication scientifique.
  • La place de la communication scientifique dans les nouveaux systèmes d’information de recherche (CRIS).
  • Communication scientifique, EScience, cyberinfrastructure.

Continuer la lecture

La publication électronique en Sciences Humaines et Sociales

Le GRELQ (Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec) lance une nouvelle revue électronique : Mémoires du Livre. Revue internationale, sous la direction de Marie-Pier Luneau et Josée Vincent (professeurs à l’Université de Sherbrooke et
directrices du GRELQ).

Le premier numéro sera consacré à un état des lieux rétrospectif et prospectif de la publication électronique en Sciences Humaines et Sociales.

Vous trouverez sur le site de l’Université de Sherbrooke des informations sur le GRELQsur la revue Mémoires du livre , ainsi que l’appel à contribution pour le numéro thématique sur la publication électronique en SHS. Ce numéro est co-dirigé par Karine Vachon (Université de Sherbrooke) et Björn-Olav Dozo (Université de Liège)

Les propositions d’articles sont à envoyer au plus tard pour le 30 septembre 2008, les articles pour le 1er janvier 2009, et la version définitive à établir après avis du comité de lecture pour le 1er mars 2008.

Merci aux sites Fabula et Liens Socio, sur lesquels cette info a été repérée.

MLM

Fracture numérique

La revue Les Cahiers du Numérique
(http://lcn.e-revues.com),
prépare  un  dossier sur  la fracture numérique : 

"Penser la fracture numérique" , Numéro thématique coordonné par Alain KIYINDOU .

Extrait de l’appel à contributions :

"La notion de « fracture numérique » placée au centre des stratégies de «
e-inclusion » est à la fois complexe et controversée. L’ «
e-inclusion » telle qu’elle nous est proposée consisterait à
établir des passerelles (digital bridges) qui relieraient les
différents territoires avec l’idée de développer un monde uni, dans
lequel toutes les contrées seraient connectées par des autoroutes (de
l’information) à haut débit. Cette « réconciliation de la grande famille
humaine », nous ramène à la pensée de Marshall Mac Luhan souvent
contredite par le fait que la société est un ensemble multiforme qui ne
peut être réduite au simple fait technologique.
L’objectif de ce numéro est de mettre en débat la notion de « fracture
numérique », de questionner les enjeux techniques, politiques,
économiques, sociaux et culturels liés et d’envisager quelques pistes
afin de mettre en œuvre de réelles solidarités entre les femmes et les
hommes, les jeunes et les moins jeunes, les pauvres et les nantis, les
alphabètes et les autres… Elle renvoie incontestablement à
l’accessibilité, à l’égalité des genres, au contrôle des réseaux, à la
présence des contenus différenciés et à leur visibilité dans le
cyberespace…
L’étude de la fracture peut, ainsi, s’appuyer sur un certain nombre
d’indicateurs dont les contenus, les capacités et la connectivité. Elle
concerne les disparités dans l’accès, l’usage et la maîtrise des
technologies de l’information et de la communication et pourrait
s’appuyer sur l’Internet, la téléphonie mobile, le GPS, la télévision
numérique…"

Pour lire le texte complet de l’appel à contributions et connaitre les modalités pratiques, voir le fichier PDF ci-joint  : Téléchargement appel4.pdf
Envoi des propositions d’articles (6000 caractères, espace non
compris, plan et références bibliographiques non compris) :  avant le 20 juillet.

AS

SPARC Open Access Newsletter en mai

Toujours aussi riche, cette newsletter mensuelle est décidément la “Bible » de l’OA. Voici quelques points retenus de cette livraison du mois de mai (n°121) dans laquelle Peter Suber 

  • annonce l’ouverture avec Robin Peek de l’Open Access Directory
    (OAD)  dont le but est de rassembler et de permettre la mise à jour
    collective des informations sur le libre accès. Il se base sur du
    matériel de veille et des listes d’informations factuelles rassemblés
    par Peter Suber depuis plusieurs années.
  • liste un (grand) nombre de questions à résoudre
    à propos du libre-accès (à propos de l’accès, les modèles économiques
    des revues et des ouvrages, les logiciels, les attitudes et pratiques
    des chercheurs, les universités, les agences de financement). Cette
    liste est déposée parmi d’autres (et notamment une liste des recherches
    en cours) sur l’OAD.
  • liste les récentes politiques d’obligation de dépôt en libre accès adoptées par des institutions
  • reprend l’annonce du lancement du programme de labellisation des journaux en libre accès (« Seal for Open Access journals program ») par SPARC Europe et le DOAJ
  • et celle de la parution en avril dernier du livre blanc par SPARC et The Science Commons : “Open doors and open minds:  What faculty authors can do to ensure open access to their work ».
  • liste quelques récentes décisions prises par des éditeurs
    scientifiques qui indiquent que ceux-ci  sont en train d’intégrer une
    autre manière de voir et de gérer la propriété intellectuelle des
    articles scientifiques  (Rockefeller University Press, BioOne, Taylor
    & Francis). 
  • montre que le projet SCOAP3  continue sa progression.
  • donne des informations sur de nouvelles archives (comme Hprints,  the Nordic arts and humanities e-print archive, hébergée sur HAL, et qui a été officiellement ouverte en avril dernier).

AM