Archives de catégorie : Evolutions d’Internet

data.bnf.fr

La Bibliothèque nationale de France vient d’ouvrir son site http://data.bnf.fr/ qui applique aux données bibliographiques les principes du web sémantique et du web de données (linked data).

Le but est de proposer des « fiches de référence sur les auteurs et les œuvres » en « regroupant sur une même page toutes les informations issues de ses différents catalogues ainsi que de sa bibliothèque numérique Gallica ».

Le web de données à la BnF

Inscrit dans un contexte d’évolution des catalogues de bibliothèques, basé sur des évolutions des modèles bibliographiques comme le modèle international FRBR, et appuyé sur un travail de modélisation des données en RDF, le projet de web de données de la BnF doit garantir l’interopérabilité des différentes bases de la BnF (BnF catalogue général, BnF archives et manuscrits, Gallica) entre elles et avec l’extérieur, mais aussi favoriser l’exposition et l’intégration de ces données structurées dans le web sémantique. De fait, le projet s’insère dans un mouvement plus large d’ouverture des données publiques, institutionnelles ou administratives, comme on le voit également avec le projet Linked Open Data de la bibliothèque numérique européenne Europeana.

Initié en 2008, le projet se fixe quatre objectifs principaux :

  • créer des unités documentaires « pivots » de synthèse sur des auteurs et des œuvres favorisant les rebonds vers les ressources de la BnF ;
  • s’adapter aux évolutions du web tant pour la structure que pour l’accès aux données ;
  • s’associer au web sémantique, en favorisant les relations avec d’autres bases et en permettant un meilleur accès des internautes aux ressources de la BnF ;
  • mesurer les usages des internautes.

Plus d’informations sur la page consacrée au projet.

Le projet data.bnf.fr

Le projet est en cours et ne fournit donc à son ouverture qu’un nombre restreint de fiches auteurs et d’œuvres « les plus connus ». Par ailleurs, il se veut avant tout un outil de référence facile à utiliser, mais qui ne dispense nullement du recours aux inventaires plus détaillés, comme l’indique la page Avertissements.

Si les fiches doivent permettre d’accéder aux différentes éditions d’une œuvre ou de retrouver les différentes activités d’un auteur, il n’en reste pas moins qu’il s’agit de données bibliographiques, ce qui est particulièrement visible pour les fiches auteurs. On notera aussi que Wikipédia fait partie des ressources extérieures à la BnF signalées, et cela même si aucun article Wikipédia ne correspond.

L’usage montrera s’il y a lieu de voir dans data.bnf.fr une innovation dans le domaine des pratiques informationnelles.

Firefox dépasse IE en Europe

La lutte contre les monopoles a du bon : la Commission européenne a forcé en 2010 Microsoft à intégrer un écran de choix du navigateur dans les systèmes d’exploitation Windows vendus sur le sol européen. Douze navigateurs dont Internet Explorer, Firefox, Google Chrome, Opera et Safari sont présentés à l’utilisateur lors de la configuration de Windows alors qu’avant IE était le navigateur imposé.

Le choix est donc conséquent et la concurrence a obligé Microsoft a faire évoluer son navigateur qui était resté le même pendant des années.

Lancé en 2004, Firefox est devenu en 6 ans le navigateur web dominant en Europe. Mais c’est surtout  Chrome, le navigateur de Google, qui progresse le plus.

Safari et Opera ne décollent pas.

JPL

Pour Tim Berners, Hadopi est un « fléau » pour le web

Les 27 et 28 septembre a eu lieu à la Royal Society de Londres une conférence sur le futur du web (Where to now for the Web?). Tim Berners, co-fondateur du web avec Robert Cailliau, est intervenu sur le sujet.

Tim Berners est partisan d’un web ouvert, libre et neutre. Il a invité les experts réunis pour cette conférence à lutter contre l’encadrement du Web, créé au départ comme un lieu de liberté. C’est ce qui a d’ailleurs permis son développement mondial remarquable.

Les lois répressives du genre Hadopi sont avant tout des tentatives désespérées et sans doute inefficaces de sauvetage de l’industrie du disques ou du film.

JPL

Wikio et OverBlog se marient

Le premier agrégateur d’informations français et la seconde plateforme de blogs français fusionnent sous le nom de Wikio Group mais les deux marques continuent. Cette fusion est réalisée dans le but de réunir un réseau de blogs, un outil pour les promouvoir et une plateforme pour les monétiser (e-buzzing, la régie publicitaire de wikio).

Wikio est un moteur de recherche d’informations organisées par thème, issues des médias et des blogs.

Overblog, lancé en 2004, est la seconde plate-forme française de blogs derrière Skyblog mais devant celle de Google, Blogger. C’est plus d’1,5 million et demi de blogs et plus de 45 millions de billets.

JPL

Séminaire Folksonomies et tagging organisé par Alexandre Monnin et Evelyne Broudoux (DICEN) au CNAM le 26 mars 2010

Notre ancien collègue, Alexandre MONNIN, nous fait part de son invitation à assister au séminaire Folksonomies et tagging qu’il co-organise le 26 mars prochain au CNAM dans le cadre de ses activités de chercheur au DICEN (Dispositifs d’Information et de Communication à l’Ère Numérique).

Ce thème a souvent joué un rôle phare dans l’activité du réseau des Urfist. Il a notamment été abordé lors des Journées nationales Urfist de janvier 2007 et reste au cœur de nombreux stages dans plusieurs Unités du réseau. De portée internationale, ce phénomène s’amplifie. Au cœur de la problématique de l’indexation, il suscite un intérêt grandissant de la part de la communauté scientifique et du monde internautique en général.

Programme du séminaire

Une société sous surveillance

Un événement à signaler :
la Conférence internationale  à l’occasion des 20 ans de la Cellule Interdisciplinaire de Technology Assessment (CITA), à Namur (Belgique), les 25 et 26 février 2010, sur le thème « La société de surveillance ».

Extraits :

« L’installation de caméras , la reconnaissance faciale des émotions, le body tracking,  la biométrie sous toutes ses formes,  les réseaux sociaux, le screening et le profilage statistiques, etc., posent d’importantes questions quant à l’autonomie des individus et au respect de leurs libertés fondamentales, mais aussi quant à la gestion de plus en plus privée et opaque de nos espaces publics,  de notre vivre ensemble comme de notre vie privée . »

Toutes les informations sur le site de la Cellule Interdisciplinaire de Technology Assessment, notamment le programme.

Alexandre Serres

Enseignant-chercheur, co-responsable de l’URFIST de Rennes

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

La Cour des Comptes va-t-elle chercher Quaero ?

Qui se souvient de Quaero, présenté (à tort) lors de sa naissance en 2005 comme le futur Google européen, en réalité programme de recherche franco-allemand, mobilisant de nombreux acteurs autour du multimédia,  puis programme franco-français après le départ des Allemands… ?

Aujourd’hui, le projet, transformé en usine à gaz comme on sait les faire,  serait devenu ruineux et aurait du plomb dans l’aile, si l’on en croit Réseaux.télécoms.net :
 » Porté à bout de bras par le corps des Mines, avec Thomson comme chef de
file, ainsi qu’une bonne vingtaine de partenaires industriels (France
Télécom, Exalead, Jouve, Bertin, LTU Technologies, Vecsys),
audiovisuels (INA) ou issus du monde de la recherche (Inria, CNRS) et
avec le soutien actif d’Oseo, ce ne sont pas moins d’une centaine de
millions d’euros de subventions publiques sur cinq ans qui sont en
train de partir en fumée. »

Et la Cour des Comptes s’y intéresserait…

Si c’est confirmé, triste fin pour un projet qui était prometteur et a fait rêver quelques temps les tenants d’une alternative européenne à Google.  Bien sûr, il faudrait regarder de plus près le bilan de Quaero, en matière d’innovations sur le traitement et la recherche des images, etc.

Quoi qu’il en soit, Brin et Page peuvent dormir tranquilles : ce n’est pas demain que les Européens rivaliseront avec les Américains en matière de moteur de recherche (entre autres) !
Là aussi, l’Europe…  se cherche  ;)

AS

Google abandonne le projet « Google research Datasets »

« Google research Datasets » devait être une énorme base de données de résultats de recherche en accès libre sur Internet.

Google offrait des disques durs, à charge aux chercheurs de les remplir de leurs données de recherche.

« ..nous avons décidé de ne plus continuer les travaux sur Google
Research Datasets, pour nous concentrer sur d’autres activités telles
que Google Scholar, nos programmes de recherche et publications
. »

Google Scholar continue.
Espérons que ce sera l’occasion d’en préciser les contours.

JPL

Tarik Krim sur France-Culture

Si vous voulez comprendre le modèle économique de Netvibes,  qui réunit déjà plus de 10 millions d’utilisateurs !, la philosophie originale qui l’inspire (exploiter au mieux la personnalisation,  tendance lourde du web et de nos sociétés, en donnant vraiment la main à l’utilisateur), connaître les réflexions avisées d’un acteur majeur du web 2.0 sur l’évolution de celui-ci ou sur la tentative de fusion Microsoft-Yahoo.., il faut vite écouter l’interview de Tarik Krim, créateur de Netvibes, interview donnée ce matin sur France-Culture dans l’émission Masse critique. C’est ici.

AS